1

Macron : La misère de l’économie devenue l’économie de la misère

Macron a créé la confusion entre une économie méthodique et l’organisation politique injuste de la misère concrète. La critique appréhende la réalité la plus complète de la Misère de l’économie En Marche. Ensuite l’économie de la misère En Marche se révèle alors décisive et totale. La méthode Macron commence par appliquer la Misère de l’économie En Marche au réel, dans sa lutte idéologique réelle contre les Français. Puis, l’économie de la misère de Bercy se révèle dans la fiscalisation socialiste de la vie réelle des Français.

L’économie de la misère de Bercy présente un intérêt tout particulier pour Macron par le fait qu’elle n’exige pas de faire de vraies réformes et qu’elle représente le symbole de la confiscation socialo-marxiste.

D’où son importance au profit de la dictature rêvée d’un sous-prolétariat, avec tous les migrants venus d’Afrique, pour ruiner les vrais Français surfiscalisés avec un pouvoir d’achat constamment tiré vers le bas.

La doctrine de l’économie de la misère de Bercy a, depuis Hollande, servi de paravent à la médiocrité de la confiscation révolutionnaire socialo-marxiste, l’aventure vaine de Macron dans la négation du pays réel.

Macron a refusé de prendre les bonnes décisions immédiates qui auraient consolidé le mouvement En Marche en voulant s’occuper de toutes sortes de déclarations politiques insignifiantes. En conséquence, il reste au niveau d’un anarcho-syndicaliste et d’un idéologue du parti socialiste aux méthodes quasi-fascistes.

Après le mandat calamiteux de Hollande le faible, la Droite Nationale constitue toujours la meilleure défense doctrinale contre la confusion du macronisme. Le vote Macron en 2017 a été une expérience néfaste avec une immigration venue d’Afrique organisée par Macron dont le pays réel ne peut retirer aucun profit.

La « macronisation » est le mot qu’on emploiera pour désigner la falsification de la marchandise par ses déclarations dérisoires à la télé. Les Français ne se laisseront pas abuser longtemps par la pataphysique des promesses électorales et par les formules creuses de Macron à la télé « car la futilité n’est pas la science ».

C’est pourquoi les Français trouveront, avec le programme de la Droite Nationale, une raison politique autrement plus simple, claire et féconde, alors que Macron révèle une ignorance assez exceptionnelle de la politique. Il ignore cette réalité simple et claire, à savoir que les Français prétendent exister chez eux. Et ils sont persuadés que c’est cette logique identitaire qui prévaudra lors des prochaines élections de 2019-2020.

Le macronisme, c’est l’erreur de logique et le manque d’expérience. Le macronisme ne se résout pas. Là est le vice fondamental de toute l’économie de la misère de Bercy. Le macronisme est le terme qui décrit cette opération particulière de Bercy par laquelle le pouvoir socialiste en place agit par son totalitarisme autoritaire sans le moindre contrepoids politique. Il cherche à substituer l’économie de la misère de Bercy à la politique de vraies réformes. Il croit pouvoir éliminer les contradictions du pouvoir socialiste qui est la négation de la réalité pour maintenir un système immigrationniste conformiste, où la négation de la réalité s’éternise. Et elle atteint un niveau inacceptable, en imposant un état d’égalité socialiste pour le soutien aux migrants. Mais, n’ayant jamais rien compris à la politique, il ne parvient qu’au non-sens politique qui découle naturellement de son point de vue étroit « déglingo anti-blancs » propre à l’esprit parisien socialo-bobo petit-bourgeois médiocre.

Un petit bourgeois à l’Élysée, comme Hollande le faible, se prend toujours pour un homme d’esprit. Il voudra incarner vainement ses propres contradictions selon les circonstances en propos tapageurs à la télé, sans pouvoir être jamais brillant. Il ignore que politique et accommodements politiques sont inséparables. De ce point de vue, Marx aurait pu le classer dans la catégorie des socialistes petits bourgeois : « Ils veulent les conditions de la société moderne sans les dangers qui en découlent forcément ». Ils veulent prôner la société des socialo-bobos de la gauche caviar après élimination politique des éléments identitaires et réactionnaires. Ils veulent désagréger et révolutionner le pays avec l’immigration venue d’Afrique organisée par Macron.

Et sous la doctrine « peu systématique mais pratique » de l’anti-France, Macron s’efforce de dégoûter la France profonde de tout mouvement de révolte. En lui faisant croire que ce qui peut lui profiter, ce n’est pas un changement de politique, mais l’économie de la misère de Bercy, Macron, le petit bourgeois à l’Élysée, est uniquement au service des conditions d’existence économiques et matérielles toujours plus favorables aux riches socialistes et aux banquiers affairistes. S’il y avait un secret dans la politique affairiste de Macron, il résiderait dans la volonté socialiste de ne pas comprendre les besoins de la vraie France et du Pays réel.

Le petit bourgeois socialiste Macron a mis en place l’économie de la misère de Bercy avec le soutien solidaire aux migrants venus d’Afrique. L’équilibre du budget serait assuré en persuadant les Français qu’il n’y a pas d’autre solution que l’économie de la misère de Bercy pour le soutien aux migrants venus d’Afrique.

C’est pourquoi la Droite Nationale a vérifié l’opposition absolue entre une vraie politique nationale et la politique révolutionnaire d’immigration venue d’Afrique organisée par Macron. La Droite Nationale considère comme nécessaire un travail d’épuration idéologique de la doctrine d’immigration socialiste et l’élimination de toute sentimentalité pour la liquidation de la politique d’immigration venue d’Afrique. La Droite Nationale doit liquider toutes les pseudo-doctrines socialistes mondialistes pour raffermir l’avant-garde de la Droite Nationale dans l’action politique qu’elle aura à mener. Son attitude ferme devrait aboutir en 2019-2020, une fois le travail doctrinal d’épuration idéologique de la doctrine d’immigration socialiste achevé, à une complète réorganisation politique du pays autour d’une doctrine d’action nationale mise en pratique dans l’intérêt des Français, comme les Italiens ont si bien su le faire malgré le jérémiades et les pleurnicheries de Macron soumis à l’UE.

Thierry Michaud-Nérard