Macron, la politique de la médecine à visage inhumain

Le Pr Raoult, le prétendu dissident de la médecine bureaucratique à visage inhumain, est un homme aimable doué d’humour et un homme cultivé. Il a été confronté aux médiocres mystificateurs du Lancet et on a vu aussitôt que les médecins corrompus des CHU par les laboratoires pharmaceutiques prononcent son nom avec toujours plus de haine et d’exaspération. De fait, la communauté médicale corrompue des CHU en vient à le considérer comme un agitateur qui crée la controverse dans le monde à propos du Coronavirus.

Quoi qu’il en soit, c’est bien lui l’expert mondialement admis et reconnu à propos du Coronavirus. L’utopie des faux vaccins génétiquement modifiés sert l’idéologie progressiste des affaires et l’intérêt financier des laboratoires pharmaceutiques. Ce qui justifie l’obsession de Macron l’incapable qui veut masquer l’incurie de son comité scientifique bidon avec ses copains les Pieds Nickelés de la science des affaires payés par le Big Pharma. L’incurie de la gestion de la pandémie du Coronavirus et le refus obstiné du traitement précoce (hydroxychloroquine, ivermectine) justifient la corruption des faux-vaccins expérimentaux bientôt obligatoires !

Le traitement à l’hydroxy-chloroquine a été suspendu en France même après que l’étude foireuse du Lancet citée par Véran ait fait l’objet d’une rétractation. « The Lancet » et Véran sont totalement discrédités sur l’hydroxychloroquine ! Cette décision, qui sonne le glas de l’usage thérapeutique de l’hydroxychloroquine utile pour soigner les malades au début de l’infection, a été justifiée par un mésusage abject volontairement anti-thérapeutique prescrit dans des conditions totalement détournées des préconisations du Pr Didier Raoult pour détourner les malades de ce traitement en France. Cette décision absurde fait suite à un avis rendu par le Haut Conseil de santé publique (HCSP) infiltré par les conflits d’intérêt, saisi par Véran pour suspendre les règles dérogatoires de prescription de l’hydroxychloroquine pourtant efficace dans la lutte contre le Covid-19.

Résultat : Avec Macron et Véran, la dictature sanitaire impose sa violence contre les Français !

Macron et Véran veulent masquer l’incurie profitable du Coronavirus entretenue par les faux experts, les Pieds Nickelés de la science des affaires payés par Big Pharma. Et ils continuent l’incurie du Coronavirus avec la gabegie des faux-vaccins expérimentaux bientôt obligatoires ! Macron et Véran seraient totalement perdus sans la soumission à la meute que la propagande de la dictature sanitaire impose aux Français.

Évidemment, la propagande de la dictature sanitaire remonte au marxisme socialiste, parce qu’il veut créer l’illusion que la violence politique de la dictature sanitaire justifie la totale soumission de la population.

C’est pourquoi, Macron et Véran ordonnent la dictature sanitaire et sa violence contre les Français.

L’incurie profitable du Coronavirus n’est pas une catastrophe naturelle, contre laquelle il n’y aurait rien à faire. Ses conséquences sont liées à la médiocrité des faux experts, les Pieds Nickelés de la science des affaires payés par Big Pharma. C’est pourquoi, la dictature sanitaire de Macron doit enfumer les Français. Le refus de tous les traitements du Coronavirus est le signal de l’incurie politico-médiatique de Macron et Véran.

Les responsables de la dictature sanitaire, ce sont Macron et le socialiste Véran, les incompétents très médiocres qui se sont opposés au traitement du Coronavirus dès la phase de début de la pandémie.

Résultat, la charge de la meute de tous les médiocres sur toutes les télés contre les non-vaccinés !

L’incurie du Coronavirus est devenue incontrôlable. L’immunité des faux-vaccins expérimentaux est toujours insuffisante pour couvrir tous les foyers de réinfection. Des mesures radicales s’imposent pour faire face à la situation nouvelle des variants alors que les faux-vaccins expérimentaux sont inefficaces. C’est la sécurité sanitaire de la population qui est directement mise en cause par l’incurie de Macron et Véran alors que les critiques de la gestion de la crise sanitaire par ces incapables se multiplient dans le monde entier.

Macron et Véran, et l’incurie profitable du Coronavirus entretenue par le comité des faux experts, les Pieds Nickelés de la science des affaires payés par Big Pharma, signe la fin de la médecine à visage humain.

C’est pourquoi le Pr Raoult est dans son rôle de contestataire. Les critiques ont pu prétendre que son analyse manquait de mesure. Mais le Pr Raoult énonce des vérités que nous ferions mieux d’entendre.

Les chemins qui mènent à la perte des libertés sont infinis. L’un d’eux est la dictature sanitaire de Macron. La mystification des vaccins veut cacher les dangers d’une idéologie des vaccins contre la santé des Français. Chacun est responsable de sa vie et libre de choisir de vivre à sa façon. Les idéologies totalitaires utilisent la rhétorique de la dictature sanitaire contre la liberté des peuples, avec la propagande de la terreur qui prédit un avenir catastrophique pour tous. Ceux qui n’admettent pas la nature utopique des campagnes de promotion des faux vaccins génétiquement modifiés savent que la dictature sanitaire conduit à la perte de la liberté. Si la santé est une condition de la liberté, la liberté n’est-elle pas aussi une condition nécessaire de la santé ? La France libre est à l’agonie depuis Macron. La promotion des faux vaccins génétiquement modifiés est exploitée pour la soumission des Français à des fins purement politiques et commerciales.

La politique de la médecine à visage inhumain appartient aux idéologies totalitaires qui ont dominé la dictature de la terreur de l’Allemagne nazie et de la Russie communiste de Lénine et de Staline.

Le débat est confisqué : On refuse de voir les dangers des faux vaccins génétiquement modifiés. Ce sont les laboratoires pharmaceutiques qui se sont lancés à la recherche des faux vaccins génétiquement modifiés avant que les spéculateurs ne s’attaquent à la chimère vaccinale pour accumuler les surprofits. C’est ensuite la soumission oblgatoire de la meute après que la vaccination a été érigée en politique d’État.

Les exhortations des propagandistes des faux vaccins génétiquement modifiés ne sont pas fondées scientifiquement. Un examen critique de la tyrannie vaccinale dénonce la culture de Big Brother chargé de la surveillance des gens. La dictature sanitaire crée les conditions d’une médecine coercitive. Une fois la meute convaincue que la vaccination érigée en politique d’État est un but louable contre la majorité de l’opinion, la religion vaccinale et l’exercice de son culte peuvent compter sur un soutien généralisé des médias collabos.

Les mensonges de la chimère vaccinale viennent obscurcir la volonté de puissance de Macron qui se dissimule derrière cette quête apparemment altruiste de la vaccination pour tous. C’est pourquoi il faut sonner le tocsin comme le dit si bien Philippe de Villiers. Une raison de lui reprocher son catholicisme traditionaliste et réactionnaire. La perspicacité qui l’a conduit à discerner le danger de l’idéologie socialiste doit être saluée.

On sait que activistes gauchistes, adeptes nostalgiques de la terreur stalinienne, ont pris prétexte des positions mystico-religieuses de Soljenitsyne pour discréditer L’Archipel du goulag. La dictature sanitaire est le fait de la perversion des idéaux de la médecine, dans les pays dominés par l’idéologie médicale des faux vaccins génétiquement modifiés. Un examen critique de la tyrannie vaccinale montre qu’elle a un fondement quasi magique et irrationnel. La critique des faux vaccins génétiquement modifiés dénonce les boniments de Macron et Véran pour cacher l’incurie du comité scientifique bidon avec les copains les Pieds Nickelés de la science des affaires payés par le Big Pharma. C’est la gabegie de la pandémie du Coronavirus et le refus obstiné du traitement précoce avec l’hydroxychloroquine. Ensuite, ils ont joué à fond le jeu du Big Pharma et quand l’évidence des bons résultats apportés en Argentine et en Inde dans l’État de Utar Pradesh a montré que l’utilisation de l’Ivermectine était une solution pour endiguer la pandémie, ils n’ont pas voulu se déjuger.

Tout cela pour tenter de justifier la corruption des faux-vaccins expérimentaux bientôt obligatoires !

Thierry Michaud-Nérard

0
0

1 Commentaire

  1. Merci Mr. Michaud-Nérard pour ce « rappel des faits » et pour votre positionnement. Côtoyant de nombreux catholiques dont certains commencent à « flancher » et se laissent doucement influencer par des fantasmes trans-humanistes, je ne peux qu’être rassuré par votre article.

Les commentaires sont fermés.