Macron, la repentance est un crime contre la France


Nous connaissions de nombreux talents à Macron : celui de télévangéliste, de financier et d’enfumeur. Il faut ajouter à ces nombreux talents celui de dhimmi. C’est lui-même qui nous en a apporté les preuves. En déplacement en Algérie, invité sur une chaîne de télévision locale, le candidat d’En Marche affirme que la colonisation était « un crime contre l’humanité » pour lequel nous devions « présenter nos excuses ».

On devine bien les basses motivations électorales d’une telle déclaration. Le banquier antisystème veut caresser dans le sens du poil la gauche masochiste et l’électorat musulman. Pour ces quelques voix, il foule aux pieds la France sur le territoire même où tant de Français ont été tués ou forcés à l’exil.

Cette déclaration ne résiste pas aux réfutations juridiques, historiques et politiques que nous allons tenter de dégager.

La notion de « crime contre l’humanité » a été forgée par l’Accord de Londres signé le 8 août 1945 qui prévoyait la création d’un tribunal militaire international pour juger les dignitaires nazis. Comme toute notion juridique, celle-ci n’est pas rétroactive (sauf pour les faits remontant à la Seconde Guerre mondiale) et ne peut donc s’appliquer sur d’hypothétiques exactions commises au XIXème siècle. Cela dit, la reconnaissance du génocide arménien et de la traite négrière comme crimes contre l’humanité se heurte à ces mêmes oppositions de bon sens juridique. Il faut croire que dans la république-guimauve, les bons sentiments passent avant le bon sens.

Même dans le cas où cette notion ne serait pas rétroactive, elle ne pourrait s’appliquer à la conquête de l’Algérie. En effet, selon l’article 7 du Statut de Rome, le crime contre l’humanité est une exaction menée « dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique dirigée contre toute population civile et en connaissance de l’attaque« . Le génocide, l’esclavage, la déportation et la persécution de peuples constitue un crime contre l’humanité ; or, rien de tel n’a été commis en Algérie par nos troupes. Si les lois actuelles s’étaient appliquées à l’époque, on pourrait tout au plus parler de « guerre d’agression à visée expansionniste », et encore… pour que ce chef d’accusation soit valable, il faut qu’un État attaque un autre État.

Or, en 1830, lorsque Charles X a lancé les troupes françaises sur la Méditerranée, il n’y avait pas d’état algérien. Macron pense que nous avons colonisé l’Algérie… C’est faux, nous l’avons fondée. Il n’y avait avant la conquête qu’une « Régence d’Alger » qui ne correspondait que grossièrement aux limites de l’Algérie actuelle. Cette régence, présidée par un dey sous les ordres de l’empereur ottoman était donc déjà une colonie… depuis 1515, date de sa conquête par les Turcs. Le nom même d’Algérie a été donné à ce territoire par les Français.

En outre, il ne s’agissait pas de mener une conquête pour le simple plaisir de gagner des terres. La piraterie barbaresque était un danger pour toute la Méditerranée et représentait un frein sérieux pour le commerce maritime. De plus, la raison principale de la guerre fut l’attitude offensante du dey d’Alger envers l’ambassadeur français qu’il souffleta en pleine rencontre diplomatique.

Quant à la « barbarie » dont Macron se croit obligé de s’excuser, on se demandera de quelle barbarie il parle : sûrement celle du FLN contre les Pieds-Noirs… Non ?

En effet, la « barbarie » des Français est à relativiser fortement. Si les premières années de la conquête ont été violentes (proportionnelle à la violence des locaux eux-mêmes), les choses ont très vite été prises en main par le pouvoir pour limiter les exactions militaires. Le maréchal Bugeaud, jugé trop brutal, a ainsi été relevé de ses fonctions de Gouverneur Général en 1847, après que le député Tocqueville a dressé un portrait accablant de l’administration algérienne par les militaires.

La place des civils dans l’administration s’est ainsi développée petit à petit, notamment par la création des bureaux arabes dont le but était d’administrer le territoire algérien avec une dimension de contact et de compréhension de la population locale. Une population qui a été vite intégrée à l’administration. Chaque bureau arabe avait en effet des employés arabes. Le secrétaire (khodja) était toujours un local, ainsi que l’interprète. En cas de contentieux – les nombreuses archives de procès en attestent – lesdits bureaux prennent presque toujours la défense des indigènes face aux colons de plus en plus nombreux qui commencent à se méfier de cette administration qu’ils jugent trop « pro-Arabe ».

Les locaux étaient certes soumis au Code de l’Indigénat et au statut personnel en vertu duquel seuls les indigènes « méritants » pouvaient accéder à la pleine citoyenneté, ce qui constitue – selon une grille de lecture contemporaine – une discrimination. Malgré tout, la France a été le moins discriminant des empires coloniaux ; contrairement à la politique coloniale anglaise, la France n’était pas dans l’économique pur, mais essayait surtout de promouvoir la langue et la culture françaises chez les Indigènes.

Fallait-il accorder la pleine citoyenneté à tous les habitants ? Sûrement, d’autant qu’elle a été pleinement accordée aux Juifs d’Algérie et aux enfants de colons non-Français dès 1870, ce qui a suscité une grande frustration chez la population musulmane. Il est indéniable que la politique algérienne nécessitait une restructuration profonde et une égalisation de tous les statuts juridico-politiques en les calquant sur le modèle qui prévalait en métropole. Sommes-nous « criminels » pour autant ? C’est méconnaître les exactions des Anglais et des Allemands dans leurs empires coloniaux respectifs.

Ces explications juridiques et historiques visent à laver l’affront fait par M. Macron à notre pays (qui est aussi le sien) qu’il accuse d’avoir commis des crimes contre l’humanité. Les Pieds-Noirs seraient donc des Waffen-SS? Qu’il aille le dire à leurs descendants qui ont dû tout quitter, ayant le choix entre « la valise ou le cercueil ». Qu’il aille le dire aux harkis ayant pris les armes à nos côtés, ces harkis dont plusieurs milliers ont été massacrés après l’indépendance. Une indépendance que beaucoup d’Algériens regrettent sûrement… au vu de la forte immigration maghrébine qui a commencé après la décolonisation tant souhaitée et le départ des criminels contre l’humanité que nous sommes.

Nicolas Kirkitadze

image_pdf
0
0

19 Commentaires

  1. Compte tenu des rumeurs qui courent à son encontre peut-on imaginer que ses rapports avec ses amis algériens ne se soient bornés qu’à une visite de courtoisie, d’humides et tendre bisous associés à de chaudes accolades….A moins que les services Algériens ne détiennent quelques secrets croustillant sur la Macaron d’Amiens qui achèterait leur silence en récitant ce qu’il lui a été suggéré ! La question, les questions restent posées. J’ai un gros doute ! Et vous ?..Pas vraiment très normales ces déclarations.

  2. si crime contre l’humanité il y a, c’est de la part de l’islam, par contre les pays du magreb devraient penser a nous rembourser tout ce que la France a dépensé et mis en oeuvre pour les sortir du cul de leur chameaux et leur apporté la civilisation, civilisation qu’ils se sont empressé de dévoyer, civiliser ces populations revient a offrir un smartphone a un chimpanzé, alors messieurs originaires des pays africains et moyen orientaux pensez plutot a nous rembourser et nous être reconnaissant!

  3. On dirait que la France a engendré des monstres dont nous avons des exemples dans les partis politiques entre autre et ce qui est plus grave à la tête de la France.

  4. Si en cas de dette et/ou repentance envers l’Algérie, la nation francaise devait rembourser ou envisager quelque cadeau en guise de pardon, tout est actuellement réglé au centuple au vu des sommes considérables données au Maghreb depuis une trentaine d’années.
    Via allocations diverses et variées, soins médicaux non remboursés, visas accordés généreusement, fraudes sociales massives etc, etc…
    Macron n’a dégagé des fonds qui lui sont proches ou personnels, si ça lui chante.

  5. Quand les Algériens musulmans se plaignent d’avoir été discriminés, ils oublient de mentionner qu’en fait, contrairement aux juifs algériens, ils auraient pu accéder à la pleine citoyenneté s’ils avaient accepté de renoncer à leur code religieux. Les juifs algériens qui souffraient de la dhimmitude ont été pris en charge par le député français Crémieux qui s’est mobilisé pour leur faire accepter la renonciation à leur code mosaïque en échange de leur pleine citoyenneté républicaine. Les musulmans n’ont pas accepté, ils préféraien continuer à bénéficier de la polygamie, de l’inégalité de l’héritage en fonction du sexe et du mariage précoce des enfants (avant 15 ans). Ce petit « détail », même nos historiens de souche l’oublient, y compris ceux d’origine juive ! Etrange, non ?

    • C’est exact. Les imams décourageaient les musulmans pour ne pas devenir citoyens français. Car devenir citoyen français impliquait de reconnaître et d’accepter les Lois de la République des roumis. Il y avait en Algérie française des tribunaux islamiques réglant les problèmes religieux, familiaux, mariages, divorces, héritages ect… de la communauté musulmane. Ces tribunaux étaient présidés par des Cadis musulmans « experts » de la charia.
      Les musulmans critiquent les juifs d’Algérie d’être devenus français en masse alors qu’eux… Sauf, que la communauté juive, par l’entremise de ses Instances religieuses, a accepté les Lois de la République afin de devenir français et échappé ainsi au joug des arabo musulman s’exerçant sur eux depuis des siècles avec des pogroms, des humiliations.

  6. Mohamed Macron Le Médiocre.
    Pendant les premières années de la colonisation (smala d’Abdel Kader ) et pendant la guerre d’Algérie (1954-1962 ), des dizaines de milliers de Chrétiens, Juifs, Berbères et Musulmans furent violés, convertis et massacrés par les Arabes.
    Mohamed Macron Le Médiocre.

  7. Ne pas confondre repentir, le regret sincère avec la repentance qui est un acte religieux obéissant à des codes précis, une punition qui n’implique pas la sincérité. Qui a utilisé le terme repentance : Macron lui-même ou celles et ceux qui le désapprouvent et utilisent le terme à bon escient ?

  8. La désinformation a crée un trouble immense, si des gens comme vous et non comme stora avaient été invités, la vérité aurait été autre. Merci

  9. le nombre de médecins qui ont obtenu leur diplôme en dehors de l’Hexagone pourrait atteindre 30 000 en 2020 sur un total 281.087 en 2015 dont 10 000 Algériens ( environ 4.000 médecins roumains! dont certains ne parlent pas Français…..!)quant aux diplômes??????

  10. Se repentir des bien apportés et/ ou d’une correction BIEN INSUFFISANTE pour le refus des lois du pays d’accueil ? C’est ça le déséquilibre mental importé.

  11. Je n’ai jamais eu envie de faire les comptes matériels de la colonisation de l’Algérie. Le simple constat que nous avons crée une NATION de toute pièce me suffit. Nous avons fait naître une entité politique qui bénéficiera d’un territoire immense dont nous aurons délimité les frontières. Nous l’aurons dotée d’institutions qui lui auront permis une reconnaissance par l’ONU. Les « sales colonialistes » que nous sommes devenus, l’auront créée, apprivoisée, instruite et civilisée. Nous lui remettrons le pays en mains propres, prêt à fonctionner, pour lui permettre de voler de ses propres ailes. Cela seul suffit à justifier la présence française sur ce territoire. Cela suffit amplement à ne pas être obligé d’évoquer sans cesse toutes les actions de la France en Algérie.

  12. Ce salopard trahit publiquement la France et les français sous l’oeil des caméras et de la presse française et étrangère. La trahison, cela a un prix… même pour les cons !

  13. « La notion de crime contre l’humanité n’est pas rétroactive »
    Point de vue hautement discutable. Pour deux raisons:
    1/Cette notion n’étant pas entrée dans le droit positif, on ne peut lui appliquer les règles juridiques habituelles.
    2/Etant imprescriptible, elle ne connait par définition aucune limite dans le temps, en amont comme en aval.

    • jack Daniel’s soule, tu devrais comprendre que se faire l’avocat du diable va te brûler le fondement quand tes amis de la taqiya vont s’en prendre à l’eunuque servile que tu es, pour un de tes arguments oiseux : nous avons mille preuves pour te contrer, alors va défiler avec tes ami(e)s qui défendent les droits de l’homme à la charia, idiot utile abyssal!

      • Et bien, si vous avez « mille preuves », quelques-unes me suffiront. Sauf bien sur à considérer qu’insultes et tutoiement constituent votre unique argumentaire.

Les commentaires sont fermés.