Macron, le dictateur qui encourage la répression contre les Gilets jaunes

Publié le 11 mars 2019 - par - 11 commentaires - 649 vues
Share

De sa propre initiative, Macron invente le faux Grand Débat d’enfumage pour faire diversion en faveur de sa campagne perso pour les élections européennes. Et en même temps, ses vieux amis se retrouvent avec des rentes de situation alors que les Juppé-Bayrou de la droite molle lui racontent leurs malheurs.

Pourquoi croirait-on au canular du faux Grand Débat d’enfumage de Macron ? Pour ne pas prolonger inutilement le suspense insoutenable de sa campagne pour les élections européennes ? Il faut avouer que le faux Grand Débat d’enfumage pour faire diversion en faveur de sa campagne pour les élections européennes est un canular assez médiocre. Les résultats seront conformes à la tradition du poisson d’avril.

Plusieurs indices devraient mettre les électeurs dans la méfiance. Le monologue durant 6 ou 7 heures est conforme à la phraséologie égocentrique de Macron. C’est un avertissement pour tout citoyen qui devrait en réalité dissiper toute ambiguïté pour savoir comment et pour quelle liste voter aux élections européennes.

Même sans les clins d’œil de Macron aux maires en écharpe endormis, la propagande semblait assez « hénaurme » pour que tout électeur de bon sens sache vraiment à quoi s’en tenir sur le baratineur en goguette.

Pourtant, des lettres des électeurs avouent qu’ils auraient marché sans les indices suggestifs parus sur les réseaux sociaux de réinformation libre. Plus grave, un électeur se demandait où il pourrait se procurer les ouvrages de la pensée complexe imaginaire du magicien Macron ! Et combien auraient tout avalé sans se poser la moindre question ? Ainsi, Macron a pu faire passer une pure fantaisie du Café du Commerce pour une vérité en vue d’un projet politique lui aussi imaginaire. Grâce à la mise en scène des médias sur LCI, BFM-Macron et CNews, la fiction essaye toujours de dépasser la réalité ! Voilà pourquoi Macron remonte dans les sondages ! La terreur du réchauffement sème la panique. La version de Macron est aussi convaincante que l’invasion des Martiens. Plus récemment, Ségo fait pleurer le monde entier avec l’histoire de la banquise !

Sa propagande bidonnée sera finalement démasquée, ce qui ne l’empêche pas de vouloir écrire le roman de sa vie aventureuse en mal de rente élective. Pourquoi croirait-on Ségolène ? Pourquoi se laisserait-on bluffer par Macron ? Parce que leurs mensonges à la télé sont représentés plus vrais que nature ? Les médias pro-Macron LCI, BFM-Macron et CNews ne décrivent pas le réel, ils le représentent. La crédibilité du mensonge dépend moins de faits objectifs et vérifiés que ce que le public est prêt à croire des médias.

Si aux États-Unis les médias ne peuvent pas raconter tout et n’importe quoi, c’est parce que le public ne l’accepterait pas. Le contrôle de l’information dépend des conditions sociales et culturelles du pays. Si la presse aux États-Unis affirmait n’importe quoi, des voix s’élèveraient pour les contredire. Le contrôle s’exerce d’autant mieux qu’un grand nombre de citoyens éduqués et éclairés y participent librement. En régime LREM totalitaire, on peut parfaitement museler toutes les voix qui proclameraient que Macron ment aux Français.

Mais la démocratie n’exclut pas l’imposture de la propagande officielle. Fiction ou pas, la propagande médiatique LREM qui rencontre une attente déraisonnable du public est prise pour argent comptant. Tout au plus peut-on espérer que l’imposture de la propagande médiatique LREM sera tôt ou tard démasquée.

Lorsqu’il s’agit de désinformation politique « en bande médiatique organisée », le problème se corse parce que la propagande LREM limite les possibilités des électeurs de contrôler ses contenus mensongers. Le public ciblé ne bénéficie d’aucune information critique pour juger de la crédibilité de ce que Macron raconte pour sa propagande médiatique LREM. En l’absence d’informations vérifiées, un électeur a peu de moyens de faire la différence entre le canular du faux Grand Débat d’enfumage et un article politique sérieux. Un exposé rigoureux de la théorie politique demanderait à Macron des connaissances qui lui manquent. Le canular du faux Grand Débat d’enfumage est totalement coupé du contexte pratique dans lequel vivent les Français.

En somme, le faux Grand Débat d’enfumage de Macron ne dit pas la vérité. Il raconte des histoires de quoi faire diversion auprès des ploucs de province invités en écharpes tricolores. Aussi doué soit-il, son récit est beaucoup plus éloigné de la réalité, dont il ne se rend même pas compte, que ne l’est le récit des Gilets jaunes. Du point de vue du public endormi, l’imposture et le canular sont pratiquement indifférenciables d’un contenu politique sérieux. Pour que les électeurs sachent que Macron les emmène en bateau, la presse doit privilégier la valeur de vérité et indiquer la frontière entre la fiction télévisée du faux Grand Débat d’enfumage de Macron et le monde réel. Une telle indication est totalement absente des médias petits-bourgeois pro-Macron LCI, BFM-Macron et CNews, qui privilégient la mise en scène du scandale et du monde fantastique.

À quand un faux Grand Débat d’enfumage de Macron pour les extra-terrestres ? Attention ! Quoi que soient les LREM des ovnis en politique, il va falloir le savoir bientôt pour les élections européennes ! Le projet de Macron pour les élections européennes est incompatible avec l’existence de la France de toujours.

Cet avertissement figure en tête des pétitions des Gilets jaunes. Macron n’a pas pu s’empêcher de penser combien sa tâche serait facilitée dans son genre de répression contre les Gilets jaunes si soudain le monde de Macron se trouvait sous la menace d’une autre espèce, venue d’une autre planète loin de l’univers !

Les LREM oublieraient toutes les différences d’avec les socialo-opportunistes et sauraient qu’ils sont tous des petits-bourgeois LREM ensemble pour dézinguer des êtres humains, les Gilets jaunes, et pour les chasser des beaux quartiers des petits-bourgeois LREM. Sidéré par ces propos, on y voit le témoignage d’une conscience de classe LREM cosmique à laquelle, il faut bien le dire, la France ne nous a pas habitués. Là-dessus, Macron enchaîne des considérations non moins sidérantes dans sa tribune sur les Européens.

Ojim : D’une manière générale, les médias ne semblent pas s’être intéressés aux paroles de Macron. En Pologne où gouvernent ces populistes/nationalistes dénoncés par Macron, le journal proche du PiS, n’a pas daigné s’intéresser à cette tribune. Sur les médias Internet : « Il n’arrive pas à régler les problèmes chez lui et il appelle à une renaissance européenne. Macron demande une révision des traités. »

En Italie, pays gouverné par les populistes insultés par Macron, la tribune pour mobiliser les électeurs français en sa faveur a été commentée par le journal de centre-droit Il Giornale en des mots pas très tendres : « Macron et l’UE : L’écart entre les paroles et la politique. Macron cible le souverainisme et les populistes et ses déclarations continues sur l’importance de l’Europe, sur l’intégration des États, sur la solidarité, s’usent. »

Pour Il Giornale, « Macron n’est pas crédible à cause du fossé qui sépare ses paroles et ses actes ! »

Les plus féroces ont été les journaux britanniques. Pour le Telegraph, « Macron fait maintenant courir un plus grand danger à l’UE que le Brexit » et pour le tabloïd The Sun, les Britanniques devraient « remercier le président français mégalomane pour avoir joliment résumé les raisons pour lesquelles la Grande-Bretagne fait bien de quitter l’UE » dans une lettre pleine de « suffisance« . Les réactions (de la presse collabo) très positives en Allemagne confortent d’une certaine manière les critiques aperçues dans la presse italienne et anglaise. Les réformes voulues par Macron viseraient en fait à asseoir la domination franco-allemande sur l’UE.

En Espagne, le quotidien de centre-droit ABC fait remarquer que « Macron veut convaincre l’Europe, mais ne convainc pas en France« . Avec un déficit des finances publiques à 3,5 % du PIB et une dette à 100 % du PIB, « la France de Macron va continuer [cette année] à violer ses engagements vis-à-vis de l’Europe que Macron promettait de relancer dès le mois de septembre 2017 » (allusion au discours de la Sorbonne).

Le bon sens imbécile des LREM conclut que les critiques des médias européens sont des fantasmes. Pour les médias européens, cela signifie surtout qu’il faut sacrément faire gaffe aux fantasmes de Macron !

Lors de sa campagne pour les élections européennes, l’incidence des violences policières de Macron contre la population pacifique a fait observer aux médias européens que certains coups foireux de Casataner, le sinistre de la répression intérieure, donnaient des signes d’intense activité répressive contre les seuls Gilets jaunes, quand les émeutes insurrectionnelles des banlieues, bien tolérées par la bienveillance LREM, restaient loin de l’intense activité répressive des balles de défenses dangereuses contre les Gilets jaunes.

Macron est incapable de faire face à sa répression violente des Gilets jaunes condamnée dans le monde entier et qui prépare la fin de la dictature des socialistes recyclés LREM. Cette activité répressive a révélé politiquement le système mafieux LREM et causé la réprobation internationale. La politique répressive LREM ne devrait pas être moins déconcertante que cette étrange théorie de Macron : « Frapper d’abord, discuter, jamais ! » Le plus étonnant, déclarent les commentateurs petits-bourgeois des télés LREM, ce n’est pas que les violences policières se produisent. Il devrait même y en avoir beaucoup plus. Du moins, c’est ce que laisse entendre le triste Luc Ferry qui ne supporte plus de voir les violences autour des Gilets jaunes.

Luc Ferry demande aux policiers de faire usage de leurs armes ! (Le Point.fr) Il a demandé sur Radio Classique que les forces de l’ordre puissent faire usage de leurs armes pour se défendre. On est tous contre les violences, mais ce que je ne comprends pas, c’est qu’on ne donne pas les moyens aux policiers de mettre fin à ces violences. Quand on voit des types qui tabassent à coups de pied un malheureux policier qui est à terre… Qu’ils se servent de leur arme une bonne fois ! Écouter, ça suffit ! Il y a un moment où ces espèces de nervis… d’extrême droite ou d’extrême gauche, ou des quartiers, qui viennent taper du policier, ça suffit ! Cette violence-là, elle est insupportable. Je crois qu’on a la 4e armée du monde, elle est capable de mettre fin à ces salop****, il faut dire les choses comme elles sont. Je demande que les policiers puissent se servir, comme ils le demandent, de leurs armes non létales quand certains cherchent carrément à les tuer. Clair ?

Mais ce qui est proprement inexplicable pour Luc Ferry, c’est que les Gilets jaunes ne finissent pas par se soumettre et rentrer dans l’ordre totalitaire LREM et dans le rang, afin que les violences policières de Luc Ferry pro-Macron puissent continuer de fonctionner normalement. Macron, phraséologue LREM autocrate totalitaire, preuve du président incompétent, est partisan de la répression violente des Gilets jaunes !

Vraiment, on ne voit pas que les violences policières LREM puissent jamais s’arrêter.

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Share

11 réponses à “Macron, le dictateur qui encourage la répression contre les Gilets jaunes”

  1. DUFAITREZ dit :

    C’était quoi le sujet ?

  2. Rems dit :

    Je crois que personne n’est plus dupe de tout ces mensonges et manipulations !

  3. CLOVIS dit :

    Mais oui, Micron n’aime pas les pays… SON PAYS ! – Il est pour le grand foutoir mondialiste, merdialiste, et si possible bien islamisé – Thierry M-N votre article est très bien vu, bien ciblé, BRAVO ! – L’enfumage de LaREM est de haute volée, mais le contenu pitoyable ! – Je n’ai pas voté pour ce phénoménal blablateur, et m’en félicite – J’ai pris cette décision le jour où je l’ai vu à la TV hurlant comme un certain moustachu teuton, et je me suis demandé d’où sortait cet individu qui me rappelait une époque désastreuse de l’histoire de l’Europe dont il se revendique un fervent défenseur ! – Citoyens Français, suivez moi dans le sillage de N.D.A. et/ou M.LP. – – « Le reste », cela fait 40 ans que nous le testons avec les résultats désastreux que vous savez (normalement !)

  4. pauledesbaux dit :

    Il a d’ailleurs placé son sinistre de l’intérieur (mafioso) pour l’y aider et je ne me brulerais pas ma main si je disais que les « casseurs » sont les sbires de ce mafioso pour décrédibiliser les gilets jaunes dont les doléances sont tout à fait louables au contraire du gouvernement tout aussi mafieux….je suis certaine que des langues se délieront dès la chute de maqueron….

  5. PIstou dit :

    Le macron est tout simplement qu’un con.

  6. alice Braitberg dit :

    Petit détail d’importance, Macron « n’encourage » pas la répression contre les GJ, IL L’ORGANISE !

  7. patphil dit :

    en conclusion:
    n’oubliez pas d’aller voter
    l’abstention renforce le parti au pouvoir

  8. Sylvie Danas dit :

    Je m’inscris en faux, Thierry. Aux États-Unis aussi, les merdias racontent absolument n’importe quoi, notamment dans leur trip hystérique anti-Trump. Et une partie du public avale l’hameçon, la ligne et la moulinette d’un seul coup, pour la plus grande joie des bailleurs de fonds gauchistes ricanants, qui seuls permettent à une presse discréditée de survivre. Voir à ce sujet plusieurs excellents articles de Guy Millière, sur Dreuz notamment. Quand vous dites que la presse ne peut pas raconter n’importe quoi aux US, c’est vous qui racontez n’importe quoi

    • Thierry Michaud-Nérard dit :

      Bonjour,
      La propagande délirante anti-Trump ne trompe personne et les vrais américains savent à quoi s’en tenir. Seules les racailles financées par Soros pour défiler dans les rues contre Trump sont payées pour croire à ces fadaises. Mais les classes moyennes de l’Amérique qui travaille dur savent se méfier de la désinformation des médias corrompus aux mains des démocrates dont le nom est déjà une usurpation.

  9. Dupond dit :

    Les langues se délient : cet aprem c’est le parti communiste qui accusait choupi de faire campagne au frais du contribuable et de faire patienter le bulot en inventant un grand débat d’ou rien de positif ne ressortira …..la journaliste acquiessait ( les journalopes sentent le vent tourner)