1

Macron le dingue matraque le peuple !

Ce samedi 12 février restera comme une journée à l’image de Macron. La veille le candidat Président avait « appelé au calme » et estimé que « la France a besoin de concorde, de beaucoup de bienveillance collective. »

Et pour mettre en pratique cette maxime,  il confie la gestion de la sécurité au préfet  boucher Lallement, pas besoin d’être un voyant pour savoir que ses miliciens étaient déployés pour durement réprimer les manifestants pacifiques ; 8 000 hommes sur le pied de guerre,  chauffés à blanc et équipés de blindés n’étaient pas là pour faire de la figuration. Pour sortir ainsi l’artillerie lourde, c’est que notre Caligula Président devait chier dans son froc ! Image

J’ai bien écrit milicien, car de nombreux policiers, écœurés par cette dérive politique qui transforme les forces de l’ordre en garde prétorienne au service de notre Président Caligula,  ne veulent plus être associés au détournement de leur mission, qui est de protéger les honnêtes gens et de traquer les criminels, pas de les matraquer et de les priver de leurs droits. Samedi,  ces hommes en bleu n’étaient pas des policiers mais bien des miliciens au service d’une dictature.

Comme l’ont fait remarquer de nombreux commentateurs, les racailles de banlieue peuvent dormir sur leurs deux oreilles, Macron ne sort ses blindés que sur des manifestants pacifiques, dont le seul tort est de scander le mot « liberté ».

Oui, ”Liberté » ! Quand  les manifestants pacifiques entonnent sur les Champs-Élysées ce cri vibrant en début d’après-midi, la police utilise immédiatement des gaz lacrymogènes, indistinctement, sur les femmes, les enfants, sur les touristes en terrasse. Les Champs-Élysées deviennent un enfer, noyés sous un nuage âcre de lacrymaux.

Images de détresse, images de chaos, une manifestante en pleurs car elle reçoit une amende de 135 euros alors qu’elle vient crier son désarroi au sujet du pouvoir d’achat,  femme matraquée, enfant étouffant sous les gaz lacrymogènes, charge de la milice, matraquage gratuit, pour terroriser, et un jeune adulte frappé dans le dos, sur le crâne, il se trouverait dans un état grave. Son crime ? Vouloir rétablir l’état de droit.

Et les blindés défilent. Ces images font le tour du monde.

Et cette milice arrête les Français patriotes, et les met à l’amende car ils portent notre drapeau tricolore dans leur sac. Plusieurs personnes dont 2 mamies ont été verbalisées de 135 € sur les Champs-Élysées car elles le portaient dans leur sac.

Ce conducteur est mis en joue car il a notre drapeau tricolore à ses fenêtres.Image

Et puis, un milicien déchire le drapeau français. Tout un symbole de la Macronie.

Selon le Code de justice militaire, article L322-17
« Le fait pour tout militaire ou toute personne embarquée de commettre 1 outrage au drapeau français est puni de 5 ans d’emprisonnement ».

Être verbalisé en France pour avoir fait flotter notre drapeau au vent ? Le déchirer ?  Comment cela est-il possible, quel est le dégénéré qui a ordonné une telle chose ? Image

La classe politique unanime va condamner cette dérive politique !  Eh bien non, d’Anne Hidalgo qui appelle à « la fermeté » et « l’ordre » à Paris et Florence Portelli, porte-parole de Valérie Pécresse qui déclare : « Je ne peux pas soutenir ce qui relève du désordre et de la prise en otage de la population qui trime. Je leur reproche aussi leurs revendications très disparates », tous défilent au pas de l’oie derrière Macron !

Le PS et les LR, des ennemis du peuple de souche ?  On le savait, ce n’est pas une nouvelle, mais qu’ils viennent à la télévision vomir leur haine sur leurs électeurs ; c’est nouveau, au moment de voter, les Français  devraient s’en souvenir.

Quant à la presse, elle se félicite de la bonne gestion des manifestations et souligne l’échec des manifestants ! Des chiens !

Ce Président bipolaire appelle au calme alors qu’il réprime son peuple et fait en sorte de diviser les Français, encore un peu plus. Et il bénéficie d’une totale impunité, car il a acheté les journalistes. Que faire ?

Notre arme ? Le vote !

Marquis de Dreslincourt