Macron, l’incompétent en campagne pour 2019

Au moment où, avec hésitation et avec retard, Macron entreprend de se relancer pour la campagne des européennes, il veut faire diversion de son incompétence économique majeure, des taxes et des impôts qui brisent la croissance et fabriquent du chômage, de la dette socialiste abyssale. Il veut croire que l’image médiatique de Macron président fabriquée par la caste politico-médiatique de ses copains milliardaires va pouvoir continuer à tromper les gens. Et en même temps, l’amitié Macron-Benalla connaîtra sûrement de nouvelles péripéties qui ne seront sûrement pas les dernières. La parution de photos, de faits et documents, ne manquera pas d’attirer, avec fracas, l’attention sur la destinée de l’amitié particulière Macron-Benalla.

Cette curiosité morbide pour un scandale d’État LREM ne sera pas oubliée avant longtemps.

Le candidat Macron LREM était un pari presque ingagnable sans le soutien actif des télés vulgaires de la caste politico-médiatique et de ses copains milliardaires. Ils ont voulu en faire un candidat crédible avant d’en faire un « prétendant célèbre avant l’heure », figure emblématique du rêve de réforme de l’État socialiste. Une étroite amitié et une connivence liant Macron à Benalla a créé alors ce « poste très spécial à l’Élysée ».

Depuis quelques mois, Macron LREM est devenu le protagoniste malheureux et scandaleux d’un « fait divers » inattendu, le scandale d’État résultant de l’amitié particulière Macron-Benalla. La commission du Sénat coïncide avec la levée de certains tabous et la fin du temps de latence, au-delà duquel se manifestent l’intérêt des gens et le besoin d’explication d’événements qui, désormais, participent à ce nouveau scandale d’État.

Il n’est pas certain pour autant qu’une telle curiosité conduise d’emblée à une vue claire de ce qu’ont été la personnalité et le rôle de Macron. Il n’est pas certain que ce scandale d’État fasse jamais l’unanimité.

Du moins peut-on espérer que les faits soient discutés au Sénat à partir de l’ensemble des données, et de jugements indépendants. Le moment présent, où sont encore accessibles les témoignages des acteurs, est favorable à cet éclairage qui n’intéresse pas uniquement le sort d’un homme, Macron président, mais celui des institutions et organisations auxquelles une activité a été étroitement mêlée pour étouffer l’affaire, comme la néantisation de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale par la LREM Yael Braun Pivet.

C’est pourquoi, personne n’attend de Macron aucun témoignage personnel confirmant ou rectifiant les informations parues, ni une présentation honnête des faits à l’origine du scandale Benalla, ni la moindre explication plausible de ce « poste très spécial à l’Élysée ». La commission du Sénat change alors la donne et l’affaire Macron-Benalla fait l’objet d’une analyse détaillée du rôle que chacun a joué dans ce scandale d’État.

Aussi, la presse ne se prive pas d’un rappel des faits, suivi de réflexions et hypothèses variées. Après deux mois d’interruption, la commission du Sénat a contribué à rassurer sur la possibilité de surmonter les obstacles comme ceux de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale organisés par la LREM Yael Braun Pivet. Elle participa activement à la gestion calamiteuse et à l’orientation funeste de la commission vers l’échec programmé par les LREM, avant la mise à la retraite d’office du préfet Benalla. Ensuite, l’élection de 2022 exigera de Macron de procéder à l’évacuation de l’appartement de fonction qu’il occupe à l’Élysée.

Ces données suffiront-elles à faire comprendre l’étroitesse, à bien des égards problématique, du lien qui a uni Macron à Benalla ? Ce lien « physique » autant que « mental » est probablement unique en son genre à l’Élysée. Prenant les choses dans l’ordre, il faut insister d’abord sur la continuité du système Macron-Benalla.

Officiellement chargé de la protection du candidat Macron en campagne LREM, à laquelle il apporta un soin particulier, ses relations sont devenues ensuite vraiment étroites avec l’élection de Macron à l’Élysée. Après la révélation du scandale d’État, la situation change, Benalla étant devenu en quelques semaines aussi célèbre que Macron, célébrité honteuse et à vrai dire éphémère, qui a donné lieu à de violentes polémiques. Il est intéressant d’insister sur la continuité du système Macron-Benalla à l’Élysée qui correspond à l’une des vocations de l’Élysée de Macron pour la diversité. C’est dans l’air du temps, avec l’organisation systématique de la diversité lors de la dé-Fête de la musique et le cliché de l’exhibition de la honte derrière Macron-Brigitte qui a choqué une fois de plus les Français. La presse : « La photo du couple présidentiel avec des « artistes non conformes » fait scandale… L’Élysée de la diversité veut tirer argument de cette provocation »… (JDD)

« On savait que ça allait provoquer, mais pas à ce point-là », confie un conseiller. « J’ai été surpris par la violence raciste et homophobe » : « Racisme et homophobie sur les réseaux sociaux et les accusations d’avoir laissé la (diversité de la honte) « débarquer à l’Élysée » et promouvoir « la décadence », déclare au JDD Pierre-Olivier Costa, directeur de cabinet de Brigitte Macron. « Même Hollande n’était pas tombé aussi bas ! » (JDD)

Lors de sa visite de candidat à Alger, Macron a mis en scène la « repentance des affres et des crimes du colonialisme » et déclenché la polémique en qualifiant la colonisation française de « crime contre l’humanité ».

Macron l’Algérien a été interviewé à la télévision algérienne le 15 février 2017 : « La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie… »

Macron l’Algérien-candidat a racolé ouvertement des Français de diverses origines. « Dans la salle du parc Chanot de Marseille, il y avait un écho du passé. Macron l’Algérien-candidat (plagiaire de Hollande) s’est adressé aux milliers de participants de son meeting en louant les origines composites qui ont façonné et façonnent toujours l’identité de Marseille… Kabyles, Algériens, Marocains, Tunisiens, Ivoiriens, Sénégalais, Italiens, Espagnols, Maghrébins, Comoriens, récoltaient leur lot d’applaudissements…

« Le président (social-opportuniste mondialiste) d’En Marche a fait les louanges d’une « ville française façonnée par 2 000 ans d’Histoire, d’immigration » devant un public (de naïfs soumis). La séquence (de Macron l’Algérien) a fait son effet… comme le candidat Hollande, cinq ans plus tôt… » (adapté de Charlotte Anglade).

« Après avoir qualifié la colonisation de l’Algérie de « crime contre l’humanité » et prétendu qu’il n’existait « pas de culture française », ni d’art français, Macron peut étaler son ignorance crasse de l’Histoire du pays.

Il n’est pas étonnant que l’ignorance vienne d’un candidat qui a raté Normale Sup, même s’il est clair que rien n’aurait jamais pu lui faire comprendre « la colonisation » et « 2000 ans d’Histoire » de France ! Après Hollande, Macron devrait se rappeler la réflexion attribuée à Hegel redite par Marx : « Les grands événements se produisent toujours deux fois, la première fois comme une tragédie, la seconde comme une farce. »

Les commentateurs sont intrigués par la « disproportion » entre l’ambition des projets ébauchés par Macron et les résultats plutôt décevants de ses frêles actions. Ils imaginent que Macron tout-puissant a sous-estimé les obstacles dressés par la réalité des cycles économiques qui se répètent, par périodes de creux et de reprise, malgré les idées économiques farfelues des idéologues socialistes. Macron ignore que l’activité créatrice des entreprises est paralysée par les taxes et impôts qui frappent la consommation. C’est surtout cela que Trump a bien compris et c’est ce qui a stimulé sa réflexion pour la baisse de la fiscalité aux USA.

Moralité : la baisse des impôts et des taxes décidée par Donald Trump a favorisé la consommation et, par effet de rebond cohérent, c’est ce qui a causé l’exaltation des forces économiques nationales.

Il convient de relativiser sérieusement les dires de Macron selon lesquels il aurait fait des réformes, si ce n’est que des réformes « bricolées » sans effet immédiat ni à moyen terme. Ce qui est certain, en revanche, c’est que Macron a toujours mis à profit son exceptionnelle capacité à tromper les gens et son goût immodéré pour la conversation à sens unique pour stériliser les échanges oraux. Pourquoi écouter Macron passivement, ou attendre la publication d’une loi, quand il est incapable de formuler en détail son projet économique. La « méthode » Macron est et restera naturellement problématique. Et elle comporte bien des risques pour le pays.

Il est pénétré de préoccupations et d’obsessions fiscalistes constantes, fondées sur les préférences des idéologues socialistes. Il n’en est pas moins décidé à poursuivre la pression fiscale de Bercy qui peut être considérée comme une phase durable d’accumulation de richesses sur le dos des contribuables. Il ignore les conséquences calamiteuses de la notion d’aliénation des produits du travail et les tendances néfastes de la fiscalité abusive. Macron est l’adepte opportuniste des essais et des erreurs économiques qui sont en réalité des hypothèses marquées du sceau de l’incompétence, de l’impuissance et de l’amateurisme LREM.

Il n’en est pas moins clair, après-coup, que Macron a détruit une bonne partie des conditions de vie de sa base électorale ! Le « choc » fiscal de Hollande, revisité et aggravé par Macron, aura déterminé chez les électeurs une intense activité de critiques et d’échanges à retardement, au cours des années 2017-2018, sur les questions de la fiscalité et des migrants, dont on ne saurait ignorer les conséquences prévisibles en 2019.

Ce sont ces hypothèses des idéologues socialistes qui imposent cette « pratique fiscale » absurde et abusive. Ce sont elles aussi, qu’on le veuille ou non, qui seront source de l’embarras des LREM en 2019.

Au reste, Macron s’inscrit ici, à sa façon, dans la voie de l’ignorance imposée par les socialistes. Les initiatives qu’il prend montrent son « incompétence socialiste en matière économique » avec l’organisation de ce racket fiscal, si apprécié des socialistes paresseux et ignares en économie, dont les désastres se poursuivent aujourd’hui. Cette violence fiscale de Macron suscite une atmosphère énormément défavorable à l’économie réelle. C’est pourquoi la réflexion critique sur ses pratiques fiscalistes abusives abolit tout prestige et la force de conviction de Macron. Elles illustrent bien la vocation fiscaliste de Macron, l’incompétent de Bercy.

Ce n’est pas enlever quoi que ce soit à la pensée soi-disant complexe de Macron, et à sa fonction de « mystification », que d’insister sur sa dimension de « diversion-perversion » avec la mascarade de la PMA-GPA.

Il convient de donner quelques indications sur l’œuvre singulière de Macron, entièrement élaborée à Bercy, ce qui explique la facture de sa politique payée par les contribuables. Son caractère très inopportun et intempestif, dû à cette « incompétence » socialiste de Macron en matière économique, a supprimé son prestige usurpé, totalement fabriqué par les copains milliardaires propriétaires des télés et des médias. C’est pourquoi nombreux sont ceux qui doutent de Macron. Et ils représentent la masse considérable des électeurs abusés :

Le Corbeau-Contribuable racketté par le Renard-Macron de Bercy

Maître Contribuable, sur un arbre perché, Tenait en son bec le fromage de ses économies.

Maître Macron-Renard, par l’odeur alléché, Lui tint à peu près ce langage :

« Hé ! Bonjour, monsieur du Corbeau-Contribuable.

« Que votre retraite est jolie ! Que vous et vos économies me semblez beaux !

« Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le phénix des hôtes de Bercy. »

À ces mots le Corbeau-Contribuable, petit retraité, ne se sent pas de joie

Et pour donner sa belle voix, il vote en 2017 pour Macron de Bercy !

Il ouvre un large bec, pour ne jamais rien recevoir, et il laisse tomber sa proie et ses économies.

Le Renard-Macron de Bercy s’en saisit, et lui dit :

« Apprenez que tout flatteur avec ses promesses électorales Vit aux dépens de celui qui l’écoute ! »

Cette leçon de Macron de Bercy vaut bien le sale coup de la CSG de la honte sans doute !

Et pan sur le bec de ses électeurs, les petits retraités !

Le Corbeau-Contribuable, honteux et confus,

Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus en 2019-2022.

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

19 Commentaires

  1. macron incompétent ? certainement pas, il fait son boulot de destruction pour lequel il a été payé, et il le fait bien.

  2. Différence entre la Longitude du propos et la Latitude de la pensée…
    Question d’Hémisphère ?

  3. Trump, Poutine, Netanyahu, ne sont pas nos amis mais ils représentent un profil de dirigeant qui défend son peuple et pas celui des autres contrairement à nos Présidents successifs qui sont du parti de l’étranger et notamment des peuples arabo-musulmans

  4. Mais comment faut-il vous le dire ?
    Aujourd’hui il y’a des mouvements pour virer Macron , et vous vous ne pensez qu’à revoter pour le même système: d’une, il n’est pas président , de deux systématiquement frexit , mais je crois que certains aiment se plaindre mais n’ont pas envie de réagir !
    oubliez la franc- mac et bougez.
    https://www.facebook.com/serge.petitdemange.5

  5. macron incomptétent ? Certes non. Ce n’est rien d’autre qu’un criminel responsable de ses actes, comme tous les membres de son gouvernement de racailles. Comme ce déchet de valls (même s’il est en Espagne), il sera traqué comme les nazis l’ont été. Les traîtres doivent payer.

    • Dunois, tout à fait, il a été choisi pour cette raison par ses bons amis franc-maçons et il ira jusqu’au bout de sa destruction ! Il ne s’en cache d’ailleurs pas, il a dit  » RIEN NI PERSONNE NE ME DETOURNERONT DES OBJECTIFS QUE JE ME SUIS FIXE  » LE PSYCHOPATHE IRA JUSQU’AU BOUT DE SA FOLIE DESTRUCTRICE, c’est un électron libre EXTRÊMEMENT DANGEREUX ! Valls, c’est le même cinglé, si les espagnoles votent pour lui, sauve qui peut, lui la bas et Macron en France !

  6. comme généralement il le sont, Macron, un homme d’affaire, sans descendance, n’a aucune compréhension pour un autre que lui-même. Il habite les hautes sphères de l’intelligence et ne voit même pas que sous ses pieds grouillent des riens, les lépreux, des gens sans argent.
    J’avais côtoyé un véritable homme d’affaire dans ma jeunesse, il me confiait qu’il y avait deux sortes de gens, les salauds et les cons. Il me dit préférer être un salaud qu’un con. Tout comme Macron.

  7. A ce niveau , ce n’est plus de l’incompétence , c’est carrément le vide sidéral…Il ne tiendra plus longtemps

    • jusqu’en 2022 et a cette epoque la,la france aura disparu et un etat islamique commencera,preparez vos valises,vous le meritez

  8. Espérons que tous ceux qui se sont fait avoir par le petit Cron s’en souviendront au moment de déposer leur bulletin dans l’urne en 201… Aujourd’hui, l’Union Européenne c’est « plus d’immigration et moins de pognon » !

  9. Il est tellement blanc(bec) qu’il a choisi un fond noir pour la photo!

  10. Le pillage du salaire différé des retraités qui ont cotisé toute leur vie est une grave injustice quand ceux qui n’ont jamais cotisé touchent le minimum vieillesse, parce qu’il est « petit » ont droit en sus à des aides pour leur logement, leur transport, leurs soins médicaux, tout ce que ne peuvent pas payer les « riches retraités » bénéficiaires sur trimestres cotisés d’environ 1 200 euros.

  11. je viens de voir sur site Fdesouche…. »Saint-Martin : l’homme posant avec Macron serait un proche du «chef du gang armé contrôlant le marché de la cocaïne en provenance de Guyane»…aux européennes le ciel va lui tomber sur la a téte a ce macron.

Les commentaires sont fermés.