1

Macron ou la haine de ses compatriotes

Lorsque Macron parle des « populistes », vous croyez qu’il évoque une sorte de courant ou de parti politique d’émanation populaire ?

Il n’en est rien. Macron définit simplement comme « populiste » l’ensemble du peuple français qu’il abhorre, quelles que soient ses préférences politiques, même de son bord.

Macron ne se veut pas du peuple, mais d’une classe supérieure, une sorte de noblesse ou d’aristocratie de ses rêves éveillés, une classe qui doit être privilégiée, qui doit dominer, qui doit écraser le peuple. Il nous le montre parfaitement dans ses actes.
Il ne s’est pas regardé. Il n’est rien de plus que n’importe qui. Mais son ego surdimensionné et son orgueil de magnitude cosmique contredisent les autres qualités intellectuelles que certains lui attribuent !
Un homme véritablement intelligent n’a pas besoin de répéter sans arrêt qu’il l’est, car tout le monde le reconnaît à ses actes.

Il est d’ailleurs allé plus loin pour bien nous montrer sa haine du peuple, à maintes fois déjà exprimée à l’étranger, en accentuant ce terme déjà très méprisant de populiste par « lèpre populiste. »

Pour Macron, nous sommes des lépreux.

Cet homme surgi de nulle part, issu d’une vague famille de médecins du nord de la France, apparemment mal dans sa peau, d’après ses comportements sociaux et privés, doté d’un complexe de supériorité hallucinant confirmant son complexe d’infériorité, très probablement psychotique, caractériel, peut-être schizophrène comme l’analyse si justement ce psychiatre italien :

https://www.youtube.com/watch?time_continue=531&v=NNDgsw39m9s

Cet homme est un grand malade.

Violé et détourné de sa vie de lycéen et de son enfance, contre l’avis de ses parents,  par une femme enseignante sans scrupule et criminelle, il a suivi un chemin anormal qui l’a conduit à des errements et des stigmates psychiatriques profonds.

De vagues études supérieures (comme tous les autres bons à rien de l’État), un passage au ministère du Budget et le voilà bombardé président « par défaut » dans un pays dont la classe politique est un désert de valeurs morales, culturelles et patriotiques.

Cet homme est étrangement haineux envers ses compatriotes.
Cette haine se révèle chaque fois qu’il prend la parole en public.

Lui, ne cesse de répéter qu’il est le seul, l’unique, le meilleur, le plus grand , le plus fort, le plus beau…
C’est triste, pitoyable et pathétique.

Sa vie est tout entière tournée vers cette sorte de gloriole et de supériorité apparente qu’il veut donner de lui-même, alors que ses paroles montrent toute la vanité de son être et ses actes sa stupidité crasse et son incapacité à faire quoi que ce soit de bon.

Il affirme constamment « être dans l’action », mais il n’en est rien. Il ne fait rigoureusement rien et attend juste le pourrissement de la situation et l’échéance obsessionnelle et névrotique des élections européennes du 26 mais 2019… On ne sait pas trop pourquoi. Ce qui est bien le signe d’un esprit dérangé.

Il est en perpétuelle concurrence avec une sorte d’ennemi invisible qui est le vrai lui-même et dont il tente désespérément et constamment de donner une image autre que celle qui émane de sa vraie nature.

Il n’agit pas. Il sait trop bien qu’il est nul et que ses actions le sont aussi. Alors, il parle.
Il parle nuit et jour. Sans arrêt, sans pause, sans repos, il parle.
Son discours est lassant, soûlant, fatigant, creux, vide, insensé, sans issue. Il parle, il parle, il parle. Il se grise de ses propres paroles, croyant qu’il est un immense tribun, un magnifique orateur adulé des foules extatiques.
Il est comme tous ces gens imbéciles des médias, radio ou télévision, ou bien leurs invités, auxquels un simple microphone donne le sentiment soudain et éphémère d’une sorte d’état de grâce, de supériorité sur les autres. Ils se croient, tout à coup, très intelligents (puisqu’on les a « choisis » pour causer dans le poste, bigre !), doués de facultés surnaturelles et disons-le « divines » et investis de la mission de délivrer au monde un message sacré.

Et vous aurez tous remarqué que Macron, en toutes circonstances, s’empare (« saute dessus » serait plus juste) d’un micro comme d’un sceptre royal et s’y accroche comme un naufragé à son bout d’épave afin de délivrer au monde sa bonne parole de « vérité » (lui seul la détient) qui n’est le plus souvent que stérile, stupide ou bien fake-news à sa sauce.

Ce micro est le phallus symbolique de sa puissance oratoire qui a remplacé depuis longtemps toute virilité masculine chez cet être impuissant que seuls de beaux noirs torse nu peuvent encore vaguement exciter.

Comme tous les gens peu intelligents qui n’ont rien à dire, il parle. Il parle pour empêcher les autres de parler. Il parle pour couvrir le bruit de fond des vrais problèmes du pays, pour couvrir la voix de ceux qui souffrent et qui crient, pour museler ceux qui auraient quelque chose à dire.

Il n’a rien à dire, en fait. Mais il veut juste étouffer les autres et leur interdire de s’exprimer.
Il monopolise la parole et il est si peu sûr de lui qu’il est en campagne permanente…
Il organise un « Grand Débat national » qui n’est rien d’autre qu’un Grand Monologue macronique.

De mon amie Tania de Facebook :

« DANS QUEL PAYS LE PRESIDENT ACCAPARE-T-IL LES MEDIAS A RAISON DE 15 HEURES PAR SEMAINE ?
Cuba, Corée du Nord, Venezuela, Tchétchénie, voilà à quels pays ressemble la France de Macron, du point de vue de l’omniprésence médiatique du président. Du jamais vu en Europe. Macron chez les maires, Macron en province, Macron avec les femmes, Macron et les jeunes, Macron en maraude avec les SDF… Plus fort encore que Castro à son apogée. C’est une véritable mascarade, une comédie tragi-comique à laquelle nous assistons depuis deux mois. Si on nous avait parlé ainsi de l’Iran, de la Turquie, du Kazakstan, on aurait ri de ces pays arriérés, hypnotisés par des satrapes mégalomanes. Mais c’est bien de la France dont on parle aujourd’hui, de son président en campagne permanente, prêt à tout pour se maintenir malgré le rejet massif qu’il subit. »

Ne supportant pas la moindre contradiction ni opposition, il trie sur le volet ceux qui vont l’écouter religieusement et sans rien dire et il doit payer des gens pour applaudir à ses discours dénués de sens.

Il est capable de discourir 24 heures d’affilée devant un auditoire endormi qui ne l’écoute plus depuis le premier quart d’heure et il est persuadé que tout le monde le trouve passionnant.
Son problème, c’est qu’il ne sait même pas que ce genre de chose n’est pas possible. Au bout d’un quart d’heure, tout auditoire commence à décrocher et au bout d’une heure plus personne n’écoute rien.

Le problème, c’est qu’à la tête du pays nous avons besoin d’un vrai chef d’État patriote avec un caractère ferme et décidé et pas d’un moulin à paroles ou d’un magnétophone.

Le pays est dans une crise sans précédent et lui ne fait rien, ne réagit pas, ne prend aucune décision et ne fait qu’aggraver les choses.

Il est aujourd’hui clairement reconnu par les vrais Français comme étant le pire ennemi de la France, au service de tous les lobbies que vous savez et qu’il est inutile de rappeler ici.

Macron est un traître et son gouvernement d’imbéciles et d’incapables l’est tout autant.

La crise des Gilets jaunes qui nous avait donné un petit espoir de début d’insurrection est aujourd’hui au point mort. Il n’en sortira désormais plus rien d’utile. Ce n’est pas de la faute des Gilets jaunes, mais de la conjoncture qui montre que les Français ne sont pas prêts à se battre pour leurs propres intérêts. Les Français n’ont pas suivi le mouvement.

Les Gilets jaunes ont voulu exprimer la lassitude du peuple français en organisant des manifestations et des occupations de terrains pacifiques et sans violence et c’est tout à leur honneur. Je les salue et je les remercie pour leur action, surtout face à la saloperie de Macron et de ses casseurs d’ultragauche et de ses Blacks Blocs intouchables.

Malheureusement, les choses sont beaucoup plus graves et profondes que leurs simples demandes portant sur les tarifs pétroliers, le pouvoir d’achat ou le retour de l’ISF.

Nos demandes doivent porter sur de nombreux autres points que, précisément, Macron et son gouvernement de tocards ne veulent pas voir mettre sur la table et excluent de tout débat.

À commencer par l’islamisation volontaire du pays, l’immigration forcée pour noyer la population et détruire la nation et la collusion de l’État avec des puissances étrangères ennemies de la France en vue d’en faire une république bananière qui servira de vivier d’esclaves africains au service des mondialistes et de leurs entreprises déshumanisées.

Il faut espérer qu’un moment va arriver ou les Français les moins lâches et péteux (s’il y en a encore) vont estimer qu’il est temps de prendre les armes.

La voix des armes est aujourd’hui notre seul recours.
Écrire de beaux articles c’est bien. Mais la France a aujourd’hui besoin de vrais combattants, de guerriers libérateurs.
Et comme on dit, il y a un temps pour les palabres et il y a un temps pour les actes.

Le problème c’est que les Français sont encore trop bien nourris, gavés de Big Mac et de bière et ont toujours des tas de matchs de foot à voir et des Smartphones pour leur faire croire qu’ils existent. Ils sont HEUREUX !!
Contre ça, on ne peut rien faire.
Il suffirait d’une amorce de révolution ou d’insurrection pour qu’enfin les réserves alimentaires et autres diminuent, que les transports soient paralysés et que les commerces ne soient plus approvisionnés.

À ce moment, peut-être, certains Français commenceront à réfléchir et à se bouger le cul.

C’est donc le but à atteindre : la paralysie du pays.
Je crois que les braves Gilets jaunes, pour leur part, ont atteint une sorte de seuil qu’ils ne pourront pas dépasser.
Ils n’ont pas su se structurer, incapables de choisir parmi eux des représentants suffisamment solides, fiables et charismatiques.
Sans représentant, pas de dialogue possible.

En attendant, Macron continue à faire venir des millions de sauvages pour nous remplacer selon le plan bien analysé par Renaud Camus.

L’heure n’est plus, aujourd’hui, à la parlote, mais bien à l’insurrection armée et au renversement du gouvernement de raclures qui nous dirige.

L’Histoire nous montre que la colère des peuples doit tôt ou tard aboutir à la réalisation de sa volonté.
La démocratie et les droits de l’homme ont été pervertis et détournés par les « élites dirigeantes » afin de les utiliser contre les intérêts de peuples.

Nos droits sont devenus les droits de nos ennemis tandis que nous sommes devenus la « lèpre populiste. »

Cela suffit !!

Nous devons nous armer et nous battre pour notre droit, pour nos droits, pour notre patrie, notre nation, comme l’ont fait nos ancêtres.

Peu nous importent les délires oratoires d’un Macron.
C’est lui qui nous a déclaré la guerre et c’est lui qui doit être renversé, arrêté ou chassé et éventuellement exécuté pour ses multiples crimes contre la France et contre l’humanité.

Voir mon article : https://ripostelaique.com/et-emmanuel-macron-fut-condamne-a-mort-pour-crimes-contre-lhumanite.html

Et aussi : https://ripostelaique.com/oui-jinsulte-macron-je-lemmerde-et-jassume.html

J’ai moi-même fait une sorte de récapitulatif non exhaustif des demandes des Français recueillies à droite et à gauche que j’ai publiées sur cette page web : http://jenmore.free.fr/exigences.htm

J’accepte d’y ajouter tout ce qu’on voudra bien me suggérer.

Laurent Droit