Macron ou l’art de parler pour ne rien dire

Publié le 17 octobre 2018 - par - 18 commentaires - 1 203 vues
Share

Pour une fois, j’ai écouté, ses douze minutes, allait-il prendre en compte par exemple avec toute la gravité requise les propos crépusculaires de son ancien ministre de l’Intérieur ? Allait-il enfin se donner les conditions de réaliser dans les faits le fameux « arrêtez d’emmerder les Français » ? Que nenni ! En guise de gravité, nous eûmes le remake (à tourner) de Crépuscule d’une idole (le retour) avec la pénombre adéquate, certes.

Mais pour le reste ? L’iceberg reste bien en vue, si proche, la collision est même en train de se faire, le cap sera pourtant maintenu. Lequel ? Le cap. Est-ce à dire ? Les taxes made in Rap-tou dans la version des Inconnus (c’est mieux) mâtinées de potion « c’est-pour-votre-bien » façon les médecins de Molière, soit les recettes depuis bientôt 50 ans en prenant les choses depuis les années 70. Un demi-siècle de bla-bla-bla au coin du feu, certes Giscard regrette le regroupement familial, trop tard Papy, les autres repus et goguenards « tout seul mais peinard », chante Léo Ferré dans « Avec le temps », qu’avez-vous fait de nos cinquante ans ?…

Certes « Manu » (ne m’appelle pas Manu, sauf avec un doigt d’honneur, bien sûr) peut arguer qu’il n’y est pour rien ou presque, mais dans ce cas, pourquoi ne pas réaliser vraiment ce « cap » des « réformes » puisqu’il ne suffit plus de dire mais faire ?…

Les « réformes » on les connaît, on nous « pédagogise » le gésier avec, des rapports entiers calent les armoires, des ribambelles d’essayistes essaiment les plateaux avec leur poudre de perlimpinpin, certains ont certes un peu raison et pourquoi pas sur la formation à vie, l’apprentissage revalorisé, casser les ghettos, arrêter d’y déverser une migration refusant de s’insérer, refuser les délocalisations en renégociant les choses comme le fait, avec succès, Trump, etc., mais les vraies décisions constitutionnelles pour y arriver restent en suspens : ne serait-ce que casser la prétendue égalité des aides qui voit une grande entreprise être autant « aidée » qu’une petite, et à quoi bon subventionner pour reprendre de l’autre ?

Ne serait-ce que le fait de voir dans la rue une SDF française, une seule, avoir moins de droits effectifs qu’un migrant de fraîche date, le fait qu’une famille de migrants, à peine débarquée de son regroupement familial, voire du seul fait d’avoir des enfants scolarisés alors qu’elle est entrée illégalement, se voie dotée d’une priorité, du fait des enfants, sur un jeune couple français aux faibles revenus mais sans enfant (une de mes étudiantes m’en avait parlé, son dossier écarté) est-ce si juste, si « solidaire » et tout le toutim, qui montre bien que l’on s’assoit sur le citoyen et l’on privilégie l’humain, seul, tout comme en justice l’on privilégie le criminel et non la victime au sens de restaurer la dignité du premier tout en se fichant de la seconde considérée comme une victime collatérale du « capitalistocène » (nouveau mot des Nuits debout trouvant que le terme « anthropocène » utilisé par les adeptes transis du « réchauffement climatique » était trop vague)…

Et les critiques à cet égard n’ont rien à voir avec le racisme ni même la xénophobie, mais la justice, aussi le couplet lèpre versus progressisme merci on donne déjà ; tout cela a plutôt à voir avec le désir de se sentir vraiment citoyen et pas seulement humain (le vrai message de Zemmour) que la CMU puisse être proposée aux salariés à revenus modestes et pas seulement attendre qu’ils soient misérables, voilà le lien qui tient la Ligue et 5 étoiles, lien incompris ravalé au rang de « fatras d’extrême droite »…

Pourquoi refuser encore la liberté syndicale alors que les gros monstres issus du CNE sont en train de virer black blocs tel FO fichant façon KGB ? Nombre d’entrepreneurs sont prêts également à partager le pouvoir si les salariés sont également partie prenante en échange d’un autre calcul des cotisations sociales basé sur une assiette plus large et plus juste.

Pourquoi ne pas créer des Maisons de Solidarité dans lesquelles les enfants perdus du progressisme viendraient s’épancher pour que l’on puisse les épauler au lieu de s’entre-dévorer telles les bêtes blessées de la société modélisée TV réalité croyant qu’il suffit de montrer abdomens, poitrines et fesses pour devenir ?

Il y a tant de choses à faire, tant de gens de bonne volonté qui tiennent encore et qui ont, eux, les solutions, Président Macron les entends-tu perdu toi aussi entre les manettes étatiques qui répondent de moins en moins ? Profs, policiers, pompiers, médiateurs, entrepreneurs, tous ont besoin en effet d’un « cap », avec un bon capitaine aussi.

Platon dans Le Politique disait que la démocratie aurait tout de même elle aussi son quart d’heure de gloire (il était plutôt monarchiste, on le sait, mais au sens de placer les meilleurs à la tête, pas les rupins, même de gauche) parce qu’en cas de crise aiguë, la démocratie servirait à changer de pilote lorsque celui-ci nous mène vers les récifs ; on doit aussi virer les médecins qui ne soignent rien, hormis leur narcissique personne, secouer le cocotier, parler, échanger, faire, ou l’esprit des barricades de 1830 et 1848 ; il y a tout ce génie du peuple français qui ne demande encore qu’à jaillir, qui a cru même, d’ailleurs, en Macron, comment a-t-il pu, sans rien faire sinon s’égosiller façon pantomime préfabriquée, du 24 % ? Avec un « pognon de dingue », il est vrai, mais la justice semble lente de ce côté…

Monsieur doigt d’honneur vient en repenti nous la jouer romantique, c’est Musset pleurant Bonaparte (Collomb ? On en est là, triste, oui), monsieur est engoncé dans les pratiques crépusculaires des classes bureaucratiques dépassées mais qui s’accrochent au rocher des pouvoirs.

Qu’attend-il pour en appeler au peuple de France, les cahiers de doléances sont là, la ruralité se meurt, les ouvriers ont été vampirisés par des syndicats les plaquant dans le « SMIC », leur interdisant de se former pour ne « pas engraisser le Capital », même la classe moyenne disparaît, nous écrit le dernier Guilluy, paupérisée à coups de taxes allant remplir un tonneau percé, et l’on s’étonne que le peuple se rebiffe ?

Lucien Samir Oulahbib

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
logique

ceux qui écrivent sur ce site ne sont plus maghrebins mais français patriote ! ça vous la coupe hein ?

patphil

les macronades…
1)l’un des deux gamins de st martin a été arrêté pour possession de drogue! il aurait du écouter le président lui dire d’arrêter de faire des bêtises
2)Dans une intervention en marge de l’Assemblée générale à l’ONU, fin septembre 2018, Emmanuel Macron déclare :
S’il vous plaît, présentez-moi une femme qui a décidé, tout en étant instruite, d’avoir 7, 8, 9 enfants.
ah ces mères de famille, quelles idiotes!

Une patriote

Une belle tête d’ahuri avec les niais derrières, pauvre France !

Emile

Déjà rien que la photo…!!!!
Une tronche de niais avec derrière les abrutis hilares….!!
Bravo à l’auteur..!

Deskepticon

Il fait sa tronche et on reconnait aussi Theresa May encore une autre collabo.

Deskepticon

Il parle d’enfant de la république alors qu’il n’est même pas foutu d’avoir des enfants ni d’être père.

JCML

C’est normal, jeune il était déjà vieux.

Peg

Il y a des maghrébins intelligents et honnêtes. Bien sûr, cela vous dépasse.

Vent d'Est, Vent d'Ouest

Il parle pour rien dire et il pose avec des racailles en parlant d’enfants de la république qu’il incarne : https://www.ndf.fr/politique/18-10-2018/rf-qui-a-pose-avec-emmanuel-macron-interpelle-pour-possession-de-stupefiants/

Papa n’a pas été convaincant à Saint-Martin, semble-t-il.

Allonzenfan

Mais pourquoi il a cette tête d’abruti sur la photo ?

kabout

il est né avec une cuillére dans l’cul,alors c’est la téte qui a pris !!!

GAVIVA

C’est la même que celle de ceux qui ont voté pour lui. Quelle question….

hathoriti

Il a toujours une tête d’abruti, même quand il veut passer pour beau mec !!!!

logique

heu , il une tête d’abruti, photo ou pas !

Emile ROUX

parler pour ne rien dire et dépenser l’argent des autres, c’est grâce à ces deux talents que le monde entier nous envie nos Enarques, quoi que, peut être pas tant que ça

Beau Fixe

Lucien, je le connais. C’est un type bien.

Gretch

C’est surtout que vous n’avez rien compris.

kabout

macron le manche a air d’aeroport ou passe le vent d’un coté et ressort de l’autre…c’est ca macron…du vent.