Macron ou le faux nez néo-nazi de la nouvelle race des seigneurs

macronenfants.jpg

Un nazisme même inversé reste un nazisme, en ce sens où l’idée de supériorité de fait d’une couleur de peau, d’une origine,  d’un genre, d’une religion, s’établit de manière violente (mais progressiv… nouvelle définition du “progrès”…), tel l’étranger sur le Français qui s’est érigé en pratique depuis par exemple 2019, puisque l’étranger (victime magnifiée idolâtrée comme force salvatrice face à un monde occidental méprisable) peut avoir désormais dans les faits des droits sociaux supérieurs (comme l’accès à la CSS -ex-CMU- qu’un smicard ou bien sûr ayant un salarié médian français ne peut guère espérer); de même et ce toujours dans les faits (car dans le “Discours” le contraire est bien entendu professé façon village Potemkine), le genre “neutre” (ou “queer”) devient dominant: il est symbolisé par l’effacement des notions de “père” et de “mère” (et peu à peu d’homme et de femme); enfin une religion remplace peu à peu les autres dans les faits (non dans les discours et les apparences), puisque par exemple l’islam est de plus en plus privilégié, en ce sens où il peut construire autant d’établissements religieux qu’il le désire (Eurabia), alors que la réciprocité reste interdite dans les faits par les pays dominés par lui (plusieurs établissements protestants ont été d’ailleurs récemment fermés en “Algérie”).

Cette supériorité, revendiquée également par un Mélenchon avec son concept de “créolisation” (qu’un “Tonneau” taureau aux cornes acérées aimerait même imposer rapidement), ne signifie cependant pas que l’on accepte le métissage comme nouvelle réalité à prendre en compte, mais seulement comme étant la seule possible ; du moins dans la version exotérique (pour l’instant) ; parce qu’en réalité il s’agit d’une “transition” vers la domination totale : celle d’une nouvelle race des seigneurs au sens métaphysique : c’est-à-dire ayant certes comme indice privilégié de cooptation la couleur de peau (non-blanche) mais pas seulement (et, en ce sens, c’est un néo-nazisme) puisqu’il faut posséder, d’abord, et ce même surtout, du moins si l’on veut arriver au sommet de cette “race”, il faut savoir donc psalmodier à souhait sa couleur intérieure ou idéologique queer, Antifa, scientisme hygiéniste affairiste y compris dans ses diverses nuances nécessaires et suffisantes.

Cette supériorité racialiste inconditionnée (sacralisée) peut être nommée “transitude”, afin de caractériser précisément la spéciation (voir La condition néomoderne sur ce point) de ce néonazisme : ou le fait (primat deleuzien de l’empirique) d’être à l’intersection de la métamorphose permanente (au sens caméléon du terme) celui du désir néo-thélémiste (le” Fays ce que vouldras” mais dévoyé de Rabelais comme “Seigneur” façon Salô décrit si bien par Pasolini), selon l’instant le moment la personne ou l’opportunisme et donc le cynisme du Paradoxe du Menteur élevé par Foucault au rang de mode de vie, de “souci de soi” (au sens sadien) animant cette “race” des seigneurs assise tout en haut de la Pyramide globale mondialisée; tandis qu’à la base est de plus en plus greffée la masse indifférenciée (neutralisée au sens de Schmitt : émasculée) de post-citoyens futurs cyborgs, c’est-à-dire de populations broyées, soumises, écervelées, de plus en plus injectées, Q-R codées et enfin branchées aux séries diverses laveuses de cervelles, au sens de fabriquer (industriellement) les nouveaux comportements neutres (queer), en attendant que l’industrie des organes artificiels prenne pleinement son envol :  assemblage bio-numérique de néo-organes.

 Ce qui implique économiquement par exemple qu’en haut de la Pyramide mondiale cette nouvelle race néonazie des Seigneurs (théorisée via une lecture de Nietzsche sur la notion de “race forte” par Blanchot maître de Derrida, Foucault, Deleuze, voir ici Ethique et épistémologie du nihilisme les meurtriers du Sens)  imprime (indirectement) de la monnaie sans compter ( le “quoiqu’il en coûte” des banques centrales), ce qui crée une inflation financière lui permettant d’acheter des actions et obligations à foison et par là, de posséder non seulement un pouvoir d’achat inouï mais aussi une puissance politique globale et mondiale à même d’entretenir de multiples “danseuses”, comme toutes ces ONG (façon Soros, Gates, etc.) qui favorisent ainsi l’établissement sociologique et psychologique progressive d’une base de masse: celle de toute cette transitude néonazie qui chasse de plus en plus en meute tous les récalcitrants (tels en France ces 200 “journalistes” anti-Zemmour), les faisant fuir de certains quartiers devenus des concessions accordées à Eurabia, les attaquant dans les médias, les universités, partout en agitant les faux nez de noms valise (extrême droite, complotisme…).

Ainsi, et schématiquement dit, cette nouvelle race des seigneurs qu’incarne le néonazisme d’aujourd’hui est issue d’une recomposition et de la fusion sous nos yeux du néo-léninisme (via Althusser, BHL comme exemple type en France) du djihadisme altermondialiste (Mélenchon, Autain… comme exemples phare également en France),  enfin du scientisme hygiéniste affairiste d’un Macron, l’un des faux nez de cette nouvelle race des seigneurs néo-nazis.

En apparence, il s’agit d’agir pour un “Bien” abstrait parsemé de boules de Noël, mais en pratique, dans les faits durs et têtus du réel au quotidien, il est de plus en plus question d’avancer dans le programme de la destruction industrielle des Nations en général, des individus en particulier (il est regrettable que  la soumission structurelle du judaïsme de cour  comme le Crif en France ne le voit pas ou refuse de le faire), afin de transformer tout un chacun en terminaux bio-numériques, distribuant cette transitude néonazie : une race des Seigneurs globalisée dépense ainsi sans compter et coopte (par “l’amitié” des alcôves et salons affrétés) qui elle veut à partir du moment où le catéchisme de cette Secte Scientiste (hygiéniste affairiste) est frénétiquement adoptée.

Toute cette qualification peut être surprenante, mais à force de recherches et de réflexions, je suis obligé d’en arriver à cette conclusion, inédite me concernant; la goutte d’eau aura été sans doute la façon dont lesdits  Antifa (en particulier ex-allemands, américains, français, “ex” parce qu’ils rejettent cette “identité”) s’en prennent violemment à tout ce qui n’est pas eux, tout en imposant une conception globale allant jusqu’à transformer le vivant humain ; ce qui est là, non seulement un geste totalitaire, mais néonazi au sens non seulement d’imposer mais de fabriquer le Bios pour le substituer à l’ancien jugé impur, dangereux, inférieur, contaminant (tel aujourd’hui le blanc hétérosexuel non injecté).

Ainsi ce qui était, dans le principe industriel, le rêve d’un Mengele mais aussi d’un Lyssenko, devient la continuation du Pacte germano-soviétique par d’autres moyens ; intégrant en plus aujourd’hui une force de frappe financière anglo-saxonne et aussi post-maoïste, devenues démesurées, avec comme allié inédit le scientisme hygiéniste de plus en plus exacerbé de certains israéliens qui, au pouvoir, se sont jetés têtes baissées dans une expérimentation de masse de plus en plus instable et aux effets à long terme inconnus ; le tout comme si toute la pensée complexe d’un Moïse Maïmonide, d’un Léo Strauss, d’un Einstein, d’un Schrödinger (son “Qu’est-ce que la vie ?” par exemple) comptaient désormais pour rien ou le technocratisme tacticien poussé jusqu’à l’absurde ; ce qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le départ tactique précipité de la bande de Gaza par Sharon et le fait aussi d’avoir voulu jouer également tactiquement le Hamas contre l’OLP, avec les résultats que l’on sait (et dont les répercussions se font sentir également dans les banlieues françaises), tout en laissant les djihadistes pavaner en haut du Mont du temple, alors qu’ils n’en ont pas du tout le droit historique (idem en “Algérie” d’ailleurs).

En tout cas, l’actuel président de la République française, ainsi que toute la classe politico-médiatico-intellectuelle française et occidentale, est non seulement  de moins en moins à la hauteur des enjeux (hormis quelques exceptions) mais s’avèrent être devenus les faux-nez de cette nouvelle Race des Seigneurs, forgeant aujourd’hui la transitude cybernétique, sectaire, scientiste, hygiéniste, affairiste ,ou ce néonazisme renouant avec la version originelle réinitialisée : fabriquer industriellement du surhumain purifié.

le 10 novembre 2021

image_pdf
17
0

8 Commentaires

  1. NOUS VOULONS AGIR CONTRE LE REGIME TOTALITAIRE-GENOCIDAIRE MACRON ET POUR CELA NOUS PARTAGEONS CETTE ACTION POUR LE 20 NOVEMBRE:

    APPEL À LA MOBILISATION GÉNÉRALE : LE SAMEDI 20 NOVEMBRE 2021, ON BLOQUE LE PAYS.

    Cher tous:

    Ce n’est pas forcement votre tasse de thé, mais tout ce qui peut nuire au régime macron est bon pour nous tous, au delà des divisions habituelles…

    APPEL À LA MOBILISATION GÉNÉRALE

    LE SAMEDI 20 NOVEMBRE 2021, ON BLOQUE LE PAYS.

    Face à l’augmentation du prix de l’essence, du gaz, de l’électricité et des produits de première nécessité. Face aux réformes antisociales (retraites, chômage, casse des services publics..) DU GOUVERNEMENT ET A SES MESURES LIBERTICIDES.

    LE SAMEDI 20 NOVEMBRE 2021, ON BLOQUE LE PAYS.

    PARTOUT, ORGANISEZ VOS PROPRES MANIFESTATIONS, BLOCAGES, OCCUPATIONS DE RONDS-POINTS ET OPERATIONS COUPS DE POING.

    N’ATTENDEZ PAS QUE LES AUTRES FASSENT.

    Sans chefs ni leaders, sans partis politiques ni organisations, retrouvons-nous et organisons-nous ensemble. Le peuple ne doit faire qu’un.

    En attendant, partagez massivement cette affiche, et créez les vôtres !

    t.me/blocage20novembre

    Un groupe Facebook a été créé pour le 20 novembre.

    Si vous pouviez rejoindre le groupe, le partager et inviter vos amis pour montrer que nous sommes motivés à bloquer le pays à partir du 20 novembre…

    Le groupe https://www.facebook.com/groups/blocage20novembre/

    MERCI A TOUS DE PROMOUVOIR, PARTAGER ET PARTICIPER

  2. Pour illustrer:

    «De l’humanité-quantité européenne, qui ne croit qu’au nombre, à la masse, deux races de qualité se distinguent: l’aristocratie de sang et les juifs.
    Séparés l’un de l’autre, tous deux croient fermement à leur haute mission, à la supériorité de leur sang, aux différences humaines.
    Dans ces deux races hétérogènes privilégiées se trouve le noyau de la future noblesse européenne: dans l’aristocratie de sang féodale pour autant qu’elle ne se laisse pas corrompre par la cour, dans l’aristocratie intellectuelle juive, pour autant qu’elle ne se laisse pas corrompre par le capital.»

    « Ce n’est qu’à travers l’alliance avec le meilleur sang bourgeois que les éléments les plus capables du développement de la noblesse féodale d’antan s’élèveront vers une nouvelle apogée ;  ce n’est qu’à travers l’union avec les sommets de l’européanité non juive [Krupp] que l’élément juif de la noblesse du futur parviendra à son plein épanouissement […]
    Notre âge démocratique est un pitoyable interlude entre deux grandes époques aristocratiques  […] Dès qu’une nouvelle et véritable noblesse se sera constituée, la démocratie disparaîtra d’elle-même […] L’humain du lointain futur sera un métis […].
    La race du future, EURO-NÉGROÏDE (eurasisch-negroide Zukunftsrasse), d’apparence semblable à celle de l’Égypte antique, remplacera la multiplicité des peuples… » 

    ‘Idéalisme pratique’ (du Nietzsche)
    Coudenhove_Kalergi (père de l’UE, hymne à la joie et les 12 étoiles-tribus du drapeau UE)

    « Dès le moment qu’ils entrent en contact avec l’étranger, les étrangers, ils ne sont guère meilleurs que des bêtes sauvages que l’on a lâchées. Ils jouissent du fait d’être libérés de toute contrainte sociale. Leur sauvagerie compense la tension qu’ils ont accumulée durant leur longue détention dans la paix de la communauté. Ils retrouvent l’innocence consciente de l’animal sauvage, ils redeviennent des monstres jubilatoires, qui, peut être, après une série horrible de meurtres, d’incendies, de viols et de tortures, s’en iront légers; comme s’il s’était agit que d’un mauvais tour d’étudiants, et convaincus qu’ils ont fourni matière pour longtemps aux chants et aux hymnes des poètes. Au fond de toute ces races nobles, il ne faut pas méconnaître l’animal sauvage, la bête blonde magnifique, courant après le butin et la victoire … »

    Nietzsche de gôôôôche (cri d’Orfray)

    Seulement ce projet Coudenhove n’est dorénavant plus européen, il est occidental. De plus il se veut « mondialiste » et échouera face aux nations monstrueuses (Maurras) telles la Chine, l’Inde, la Russie, même le Japon, qui rigolent de ce suicide basé sur la destruction du holisme blanc et de sa propre civilisation. L’oligarchie ça ne marche pas, sauf dans un impérium, dans un système augustéen, populiste, qui repose sur l’approbation tacite du peuple (« illibéral »)

    https://youtu.be/PYMCSz1Bzho?t=1393

    David Engels, sith du Fritteland islamique réfugié en Pologne illibérale, sur la fin de la république romaine et la fin de la ripoublik boobalandaise (très marrant et intéressant… les esclaves difformes étaient l’art moderne des romains !)

  3. pourquoi appeler cette classe « Néo-Nazie » quand elle est simplement multiraciale indifférenciée quand les éléments actuels qui la constituent (jaunes blancs noirs arabes juifs) ne s’accordent que sur un point ; comment nous organiser pour contrôler les masses d’une seule main de fer et une fois la tâche achevée, parce que le combat pour la suprématie est une histoire sans fin, remettre sur la table les éléments de la différenciation racialiste naturellement antagoniques afin de définir qui, à la fin détient le mérite exclusif d’être le seul en haut de la pyramide et commander….en Neo Nazi, la pyramide telle qu’elle est conçue par l’idéologie spécifique est dès le début acceptée définitivement par tous, seuls les sous-fifres se battent entre eux pour obtenir la place la plus favorable face au chef, celui qui représente le nec plus ultra la volonté divine des dieux.

    • Néo-nazi parce qu’ils classent par couleur de peau et veulent modifier y compris biologiquement les individus…

    • J’aime bien le style (« amitiés des alcôves et salons affrétés »), personnel?

      Mais il y a un contre-sens:

      LE NAZISME N’EST PAS UN EUGÉNISME

      C’est un racisme, même si la race doit être améliorée il ne s’agit pas de faire des surhommes avec n’importe qui; c’est une pensée basée sur le peuple DÉJÀ déterminé, par sur l’élitisme d’une sélection au delà des races. Les nazis reconnaissaient eux-mêmes que les juifs étaient très intelligents, même plus qu’eux, un eugénisme les aurait gardés, pas un racisme.

      C’EST UNE SUPER-CLASSE AU DELÀ DE LA RACE, DE LA NATION, DU PEUPLE.

      Nietzschéenne (Nietzsche prônait un métissage juif-aryen). La colonisation et ses lois racistes anti-souchiennes sont là pour détruire la cohésion du troupeau (conférences de Macy) pas pour une nvlle « race », même métisse. Après on peut appelé cette super classe « race métaphysique » mais bon… Sinon Sade est bien pour l’illustrer (athéisme amoral individualiste branletteur, le tout fonctionnel met fin à l’éthique)

      « [Hobbes affirmait] que la subordination de toutes les relations sociales aux lois du Marché avaient balayé les dernières restriction de la guerre de tous contre tous, ainsi que les illusions apaisantes qui masquaient celles-ci […] le plaisir devenait la seule activité vitale, comme Sade fût le premier à le comprendre […] Aucune forme de pensée [morale] où de sentiment n’a de place logique dans une société basée sur la production de marchandises […] Sade perçut que l’émancipation bourgeoise [égalitarisme amène nvlle hiérarchie], portée à sa conclusion logique, serait amenée à détruire le culte sentimental à la femme et à la famille, cultes poussés à l’extrême par cette même [ancienne] bourgeoisie.
      [Sade] comprit que la condamnation de la vénération de la femme devait s’accompagner d’une défense des droits sexuels de celle-ci – le droit de disposer de son propre corps, comme diraient les féministes […] Il avait perçu, plus clairement que les féministes, qu’en régime capitaliste, toute liberté aboutissait finalement au même point: L’obligation universelle de jouir et de se donner en jouissance […] La défense de la sphère privée aboutit à sa négation, que la glorification de l’individu aboutit à son annihilation.»
      ‘La culture du narcissisme’ Christopher Lasch

      Mais ce nietzschéisme ne tient pas: c’est la critique de Marx contre l’Unique de Stirner et le passage du Capital sur « les eaux glacées du calcul égoïste ».
      La mort de La Mort amènera un état fasciste-communiste, pas une oligarchie, car elle ne se vend pas. La 1ère révolution de l’Histoire a eu lieu quand le pharaon l’a refusée au peuple, qu’il voulait gardé le Livre des morts qui ouvre le paradis pour lui seul.

      • D’où le terme « néo »… Mais là aussi on ne se mélange pas avec n’importe qui il y a le filtre de l’amitié chez Bataille et Blanchot en fait la capacité de donner la mort comme une offrande puisque l’on est déjà au-delà vers ce qui ne s’attend pas chez Blanchot…
        J’ai en effet connu ces salons mais refusé de prêter allégeance…

        • Pourtant avec le mot de passe d’Eyes wide shut pour les salons affrétés…

          Dans « Les premiers et les derniers » Adolf Galland, général de la chasse allemande, explique que lorsqu’il reçoit une croix de fer d’Hitler ce dernier lui dit: « Je décore que des petits bruns aux yeux noirs » (Galland est d’origine huguenote) « Himmler avec ses grands blonds me fait un peu rigoler »

          Il faut lier une logique du concept et une logique de l’essence. Quitte a faire des « aryen d’honneur » (mais pas par les salons). On ne refait pas les instincts génétiques, méfiance de l’altérité, instinct de territoire, de domination, pas encore…
          Mussolini qui méprisait le racialisme nazi infra-politique, en pur fasciste, a vu son efficacité mobilisatrice quand il a visité l’Allemagne.
          Alors pourquoi pas avec des colons où des métisses effectivement. La destruction de la raison (Lukacs sur Nietzsche) servant d’idéologie.

Les commentaires sont fermés.