Macron : poupée de cire à la ville comme au musée

Ces derniers mois, le personnel du Musée Grévin, le musée des personnages en cire, n’a pas chômé. Il s’était attelé, suivant les pronostics des médias français qui se sont tous plantés sur le résultat de l’élection présidentielle aux Etats-Unis, à la fabrication du modèle Hillary Clinton. Elle était à moitié achevée lorsque la foudre lui est tombée dessus et l’a fait fondre de la scène internationale. A la place, la statue massive du vainqueur, un dénommé Donald Trump que personne n’attendait (sauf votre auteur qui avait prédit sa victoire dés janvier 2016). Obama attendait déjà sagement sa grande complice et copine mais aux résultats, le musée Grévin a nettement modifié sa tête en lui imprimant une grimace sur le visage. Trump triomphant est venu s’installer à côté de son prédécesseur, un ricanement sur les lèvres et une lueur coquine dans l’œil. Le sculpteur de Grévin ne s’y est pas mépris, ces deux-là, qui allaient vivre côte à côte, il devait traduire les sentiments de l’un envers l’autre.

Va débarquer la semaine prochaine, une nouvelle personnalité, notre Macron Premier. Mais l’affaire n’a pas été aussi facile que ça pour les artistes de Grévin. Certains disent même qu’il est raté et un sondage donne une mauvaise note à l’œuvre.

Pas étonnant car les Français n’ont pas encore saisi qui était le « président des riches » et quelle figure il devait représenter. Dur de tailler dans la glaise le mépris et l’arrogance qui devaient transposer l’attitude en général du chef de l’état. Son visage figé ne changera en rien celui qu’il expose constamment au cours de ses visites et de ses discours. Un sourire sincère peut être facilement façonné mais par une tête de girouette qui explique d’un côté que le niveau de vie s’améliorera et de l’autre, taxe et baisse les retraites. Lequel est Macron ? Comment le graver pour l’éternité ? Quelles impressions laisser de son mandat ?

Mais le jour de l’inauguration ne sera pas triste et risque d’être chaude car Macron va être placé à côté de Trump et face à Obama. La nuit, on risque d’avoir du chamboulement et de la casse comme cela s’est traduit dans le film «  Night at the Museum » sorti en 2007. Shawn Levy a imaginé ce qui se passerait dans un tel lieu si tous les personnages reprenaient vie. Ce serait une guerre acharnée entre le soldat romain ( Macron) et le cow-boy ( Trump). Ils se maudiraient et se poursuivraient à travers les salles et les couloirs du bâtiment pour finir par s’étriper dans un escalier. Un peu le reflet de ce qui se déroule à l’heure actuelle où Trump trompe Macron dans tous les domaines internationaux : Iran, Cop 21, Jérusalem, Otan. L’un menant rondement ses affaires et l’autre s’agrippant désespérément au bras de son ennemi. Obama voudrait servir d’arbitre mais serait violemment repoussé par les deux antagonistes.

La deuxième version «  Night in the Museum 2 » serait pire car dans cette séquence, les deux hommes sont sans aucune équivoque nommés : l’un l’Américain est Attila avec ses huns qui dominent le monde et l’autre Napoléon cherche à le contrecarrer. L’Histoire se répète et nous assisterons au même combat entre les cultures et les civilisations. L’un et l’autre voulant guider le monde vers un inconnu incertain. Pourtant la lutte est inégale car les armes à leur disposition ne sont pas les mêmes : la super puissance face à un reste (beau certes) d’une nation en déclin.

Sûrement un scénario qui va plus tard intéresser plusieurs producteurs car en cette année 2018, de nombreux événements spectaculaires ont eu lieu.

En attendant, le Musée Grévin va vivre une heure historique lorsque ces deux personnages seront installés l’un à côté de l’autre.

André Girod

image_pdfimage_print

8 Commentaires

  1. macron au musée Grévin…! On aura tout vu ! J’espère qu’on ne va pas le garder pour l’éternité…! et brizitte, elle n’y sera pas ?

    • C’est là tout l’avantage de la cire UNE FOIS QU’ON EN A MARRE, QU’IL ENCOMBRE, ON LE FAIT FONDRE ET BON DEBARRAS et une fois fondue on peut se resservir de la cire QUE DES ECONOMIES, TOUT L’INVERSE DE MACRON ! Avec ses milliers E de dépenses de maquillage, ça dû être difficile de juger de sa vrai couleur de peau ? Pour sa brizitte il serait étonnant qu’il n’exige pas de l’avoir à côté de lui, il est perdu sans sa mère !

  2. La poupée de cire donne une impression malsaine, comme Mr Macron d’ailleurs !

  3. Il est très ressemblant. Je ne vois pas ce qui est reproché à cette statue.

    • pas du tout !!
      il y a tricherie car ils lui ont enlevé ses deux petits yeux porcins proches du nez ; je suppose que cela ne fait pas « classe « 

  4. Je ne retiens qu’une chose ! Il est au Musée ! Celui des Illusions ? Non ! Des Horreurs !

  5. L’effigie de cire de Macron est très révélatrice et en cela plutôt réussie. Le regard, reflet de l’âme, est totalement vide, inexpressif. Quand le marionnettiste ne tire plus les ficelles, la marionnette semble privée de pensée et de vie. .

Les commentaires sont fermés.