Macron prêt à tout pour empêcher les populistes de gagner

Publié le 13 avril 2019 - par - 26 commentaires - 1 027 vues
Share

La lutte est engagée contre l’extrême droite, une dénomination politicienne LREM qui doit diaboliser tous les mouvements populistes qui risquent de devenir majoritaires après les européennes. Depuis Macron en 2017, la France connaît une période d’incertitude politique qui pourrait durer des mois afin que les LREM puissent mener le pays au chaos. Il appartiendra aux mouvements populistes de trouver une issue. Mais leurs espoirs politiques de responsabilités officielles ne s’ouvriront qu’après l’élection présidentielle de 2022. Si le vote Macron a été marqué par le rejet des partis traditionnels, il a créé l’exaspération des « Gilets Jaunes » face au marasme fiscal et les tensions autour des migrants et de l’Union européenne de Merkel. Macron redoute la poussée des mouvements populistes en Europe qu’il dénigre sous la qualification abusive d’extrême droite.

Pétain avait mis en place une justice répressive ayant pour vocation de prôner la collaboration avec l’Allemagne. Le régime de Vichy se caractérisait par la multiplication des juridictions d’exception pour lutter contre la Résistance. Le régime a créé une juridiction spécialisée pour juger chaque catégorie d’inculpés !

Face à Macron-Merkel, pour la première fois en Europe, les forces anti-système l’emportent !

Si le vote anti-élite a éjecté certains rentiers UMPS rassis de la politique politicienne, la plupart des socialistes opportunistes se sont reconvertis à la soupe LREM. C’est pourquoi ils mènent le combat politique contre les formations eurosceptiques et anti-immigration de droite. Macron a peur des votes populistes qualifiés d’extrême droite sans faire le constat d’une débâcle démocratique depuis que Macron est au pouvoir.  La clique des socialistes au pouvoir en France a représenté l’une des sectes plus corrompues au monde.

C’est pourquoi la droite nationale, qualifiée d’extrême droite, est devenue le porte-parole de l’éthique de la vie politique française. Les représentants des secteurs conservateurs en France, les classes moyennes traditionnelles, ont toujours lutté contre les abus fiscalistes des pouvoirs publics et se sont toujours méfié de l’appareil de l’état. Ils ont été habitués à supporter les impôts abusifs de la gauche et à critiquer le fisc.

Le 16 juillet 1971 : le Conseil constitutionnel s’appuie non sur la Constitution, mais sur son préambule, pour reconnaître la « liberté d’association comme un principe fondamental ». Le préambule de la Constitution de 1958 qui se réfère à la Déclaration de 1789 et au préambule de la Constitution de 1946 a mis en exergue des « principes fondamentaux reconnus par les lois de la République ». La décision du Conseil constitutionnel du 16 juillet 1971 sur la loi sur la liberté d’association a intégré le préambule de la Constitution de 1958 dans le « bloc de constitutionnalité », c’est-à-dire dans l’objet d’un contrôle de constitutionnalité par le Conseil constitutionnel.

La Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, qui n’est visée que dans ce Préambule, a fait son entrée dans le droit constitutionnel. Cette décision a accru considérablement le pouvoir du Conseil constitutionnel et transformé celui-ci en gardien des libertés et libertés fondamentaux, du fait de la norme de référence (la Déclaration des droits de l’Homme de 1789) à l’aune de laquelle les lois sont appréciées.

« Extrême droite » : le retour des tribunaux d’exception ! Publié dans Une. La commission d’enquête porte sur la lutte contre les groupuscules soi-disant d’extrême-droite qui ne sont pas politiquement définis !

Elle sévit à l’Assemblée Nationale qui a commencé le 23 janvier et sera close le 16 mai 2019. Les commissaires partisans LREM ont décidé d’entendre les responsables de différents groupes pour s’assurer qu’ils respectent bien les valeurs LREM, qu’ils sont soumis à la terreur du devoir vivre-ensemble et à la condamnation de la haine. On a affaire à un véritable déni de justice dans le but de faire taire des opposants.

Définir l’ennemi . LREM : « Tous ces groupes ont en commun la violence, l’incitation à la haine raciale, homophobe et sexiste. Ils agressent, insultent, intimident et menacent les élus » .

Quid des groupuscules d’extrême-gauche et des blacks blocks qui ravagent le pays, agressent des innocents, saccagent les locaux de ceux qui ne pensent pas comme eux ? Quand un élu déglingo-LREM classe à l’extrême droite les Scouts unitaires de France, la « République de Macron En Marche » contre les populistes a-t-elle encore  de beaux jours devant elle ? Le député déglingo-LREM, membre de la commission d’enquête contre les groupuscules d’extrême droite, a accusé l’organisation scoute de constituer un « creuset de la formation identitaire ». (???)

« Dans certains mouvements d’extrême droite, on retrouve ce qu’on appelle le catholicisme intégriste ! »

Extrême droite, un périmètre flou, des termes flous. La députée Ressiguier a fait de la lutte contre l’extrême-droite son cheval de bataille idéologique. Elle a chanté « Siamo tutti antifascisti » (Nous sommes tous antifascistes). Elle a déposé à l’assemblée nationale une proposition de résolution « contre les groupuscules d’extrême-droite en France » : « Tous ces groupes ont en commun la violence, l’incitation à la haine raciale, homophobe et sexiste ». L’objectif : faire un état des lieux des actions de l’ultra droite contre les institutions et contre les citoyens pour mettre en place des outils, comme la dissolution, pour mettre un terme aux groupuscules d’ultra droite. La commission reflète l’assemblée nationale avec une majorité de députés LREM.

Le Groupe antifasciste Lyon : La « lutte antifasciste doit rester autonome… nous ne nous réjouissons pas des méthodes liberticides de la bourgeoisie car elles se retournent souvent contre notre camp. »

Tristan Mendès-France, militant d’extrême gauche désigné expert de l’extrême droite… n’éprouve aucune retenue ni prévention au point de s’afficher en véritable procureur stalinien. S’ils ne sont pas au pouvoir, ces gens sont extrêmement dangereux pour nos libertés publiques. Le caractère ultra-partisan de la commission, affirmé par Ressiguier qui fait l’impasse sur les groupes autrement plus dangereux de l’extrême gauche, sans parler des islamistes radicaux, et dont il n’est jamais question, rappelle que le périmètre de la commission d’enquête est délimité de la manière suivante : « caractère délictuel et criminel (nature ???) des groupuscules d’extrême droite ».

Totalitarisme partisan LREM et Vérité ne font pas bon ménage avec la déposition de Mendès-France, faite d’approximations, de flou, de slogans et de « mots valise ». Encore et toujours le plus grand flou sur les définitions ! On reste ici dans le flou, rien de précis, rien de net, rien d’avéré, du sentiment mais aucun fait. « On parle de fachosphère, réacosphère, réinfosphère, patriosphère, délimitation et périmètre difficiles à tracer, cette mouvance repose sur tous les courants de l’extrême droite ».

On ne fait que parler dans le vague et l’émotionnel, on reste dans des généralités totalement vides de sens, et surtout on ne prouve rien, puisqu’on est incapable de donner des définitions précises.

Le périmètre est vague, aucune ligne commune, aucune unité d’action, ce qui ne l’empêche pas d’embarquer tout le monde sans aucune distinction en affublant tout le monde des mêmes chefs d’inculpation.

Bref, rien de solide sur quoi appuyer une accusation et surtout l’aveu qu’il n’y a aucune cohésion ni cohérence entre ces groupes… Alors quoi, quid de l’extrême droite, et pourquoi amalgamer tout le monde ?

Il n’y a plus d’état de droit en France ! C’est le totalitarisme En Marche, la primauté du sentiment sur la Vérité, le flou sur les faits, les assertions infondées et seulement les intentions ! (MPI, Pierre-Alain Depauw)

FIGAROVOX/TRIBUNE : « Il existe à l’Assemblée nationale une « Commission d’enquête sur la lutte contre les groupuscules d’extrême droite en France ». Cette commission a jugé bon d’illustrer sa mission par la silhouette d’un homme dont le visage de conspirateur est masqué par une capuche. Or, la capuche de jogging a peu à voir avec l’extrême droite « blanche » traditionnelle. La capuche est la marque de fabrique du casseur de banlieue. Groupuscules d’extrême droite, capuche de banlieue… d’audacieux amalgames afin d’assimiler le risque islamiste à un risque d’extrême droite ? La capuche n’est la marque d’aucune avancée conceptuelle.

Elle a valeur de lapsus sur le déni qui structure en profondeur la vie politique française.

Pour Ressiguier, le danger fasciste en France vient de la droite, et surtout de la droite extrême. Peu importe que Gérard Collomb, ex-ministre de l’Intérieur, ait prédit lors de sa démission en 2018 un risque de guerre civile entre musulmans et non-musulmans, que Valérie Pécresse ait évoqué la situation « explosive » des banlieues en Île-de-France, que les émeutes à Grenoble rejouent ad nauseam le scénario de « l’injustice » faite à de jeunes voleurs de scooters qui meurent à l’issue d’une course-poursuite avec la police !

Et qu’ira faire dans la commission d’enquête sur la lutte contre l’extrême droite Mjid el Guerrab, élu de La République en marche (LREM), ce socialiste rallié à Macron qui a défoncé à coups de casque de moto le crane d’un autre socialiste ? Ces règlements de comptes de voyou ne sauraient être rapportés à l’extrême droite. Ressiguier rappelle que la commission est centrée sur l’extrême droite et pas l’extrême gauche !

Pourquoi cette « indignation sélective », « cette hémiplégie intellectuelle », selon les termes de Meyer Habib ? Parce qu’elles « ont des caractéristiques propres » affirme la Ressiguier, caricature de la gauche, sans donner plus de précisions. Ressiguier, qui s’obstine à construire un danger fasciste en France, répète que « le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie et le sexisme sont à l’heure actuelle des délits et non des opinions ».

Le Tribunal révolutionnaire de 1793 : Cette juridiction créée par la loi du 10 mars 1793 suite à la proclamation de la République Française devait connaitre des actes « contre-révolutionnaires ».

Cette juridiction était composée d’un jury et de cinq juges.

L’article 1 titre I de la loi du 10 mars 1793 disposait :

« Il sera établi à Paris un Tribunal criminel extraordinaire qui connaîtra de toute entreprise contre-révolutionnaire, de tout attentat contre la liberté, l’égalité, l’unité, l’indivisibilité de la République, la sûreté intérieure et extérieure de l’État, et de tout complots tendant à rétablir la royauté ou à établir toute autre autorité attentatoires à la liberté, l’égalité et la souveraineté du peuple ».

Cette disposition fut complétée par la loi du 22 Prairial An II : ainsi était jugé coupable d’acte « contre-révolutionnaire » tout individu qui inspirait au découragement, cherchait à dépraver les mœurs, altérer les principes révolutionnaires, ou s’il était tout simplement « un ennemi de la République » (LREM ?).

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Charles

macron, l’homme qui sait tout, voit tout, entend tout, tient cela me rappelle Arias.
Il faut l’admettre, gouverner un pays tel la France est compliqué, dangereux, plein d’embûches, d’attaques injustifiées de gens qui veulent détruire la république, ce qui explique qu’il faut une main de fer pour mettre au pas ces quelques gilets jaunes avec leurs problèmes existentiels alors qu’un grand dessein décidé par moi, macron en personne, est en marche pour le bonheur du pauvre petit vieux qui se crève la bague pour rien. Il serait temps de sortir la guillotine

JEF

Pour Micron 1° pas besoin de la guillotine. Le goudron et les plumes…..

Marnie

Macron ne reconnait que les énarques, les capitalistes, les noirs, et les musulmans. Pour lui, le peuple c’est ceux qui ne sont rien : les GJ, ceux qui sont pauvres, ceux qui habitent les campagnes, ceux qui sont au chômage. Il méprise et rejette ceux qui sont presque majoritaires en nombre en France : les populistes. Il accentue la fracture sociale. Macron dégage !

CPB33

il reconnait aussi les gros saucissons de cochons noirs !!!!

Boadicea

Pourquoi utiliser le terme populiste qui a été dévoyé de sa signification première par la racaille de gauche et d’extrême gauche. Populaire ou bien démocrate serait bien mieux significatif.

Shitting Bull

J’ai entendu un journaliste s’étonner de ce que le gouvernement ne mette pas autant de moyens pour éradiquer l’extrême gauche que la prétendue « ultra-droite » des manifestations de Gilets Jaunes.
Où ce type est un grand naïf, ou il a tout compris sans pouvoir l’exprimer clairement…

benicole

Super la photo de macron en dictateur ! Un costume qui lui va tellement bien !

patphil

empêcher les populistes de gagner ….. avec la complicité évidente de la droite molle, des dits patriotes (philippot) des asselineau, des « ligne droite » (siel) qui par émiettement des voix favoriseront la macronie

pellerm

Ne pas perdre de vue que ce sont des élections à un seul tour …!!!
Et que plus il y aura de votants , moins il y aura de voix pour Macron …

André Léo

1793, c’est très loin, et les « constitutions » sont toujours violées! De directoire en consulat, de 1er Empire en restaurations, de Vème République en macronie, l’histoire montre que la grande bourgeoisie, – la finance mondialisée aujourd’hui, pour être précis- reprend toujours le contrôle , dès que les Peuples baissent la garde. 56% de non votants en 2017, (autant que d’assistés qui ne paient pas d’IRPP!), alors que le suffrage universel fut une formidable conquête de nos aïeux contre le vote censitaire. « Cens », comme loyers, prébendes, métayages, champardises, banalités… qui donnaient aux seuls riches le droit de décider au prorata de leurs… lire la suite

a.hourquetted'are

Il tombera par son orgueil.
Il a atteint le niveau d’incompétence si bien décrit par le principe de Peter.
Bientôt Soros et sa clique ne voudront plus de lui.

CLOVIS

La REM, ça n’est pas la « République En Marche », mais la « République Emanuel Macron » – Cela répond-t-il à vos inquiétudes ? – Pour moi la réponse est : OUI ! – D’ailleurs, lorsqu’il s’est mis « à gueuler » dans son micros lors de la campagne d’avant tours comme un certain « Adolph », je ne vous cache pas que j’ai pris peur, et me suis déjà à ce moment précis promis de ne jamais votre pour ce cinglé…

senechal

Idem pour moi, et de surcroit j’avais regardé l’interview de ce professeur psychiatre Italien quelques jours avant de voir les vociférations de ce cinglé à la télévision, et j’avais tout de suite compris le danger!.

ven85

avant macron,la france etait une democratie totalitaire avec macron la france est devenue un pays totalitaire

CLOVIS

Et oui…. Pauvres de nous ! Dans le tableau il ne manquait que le cinglé, hé bien nous l’avons eu ! Rien ne nous aura été épargné depuis 40 ans ! Merci les votants irresponsables…

Charles

J’ai eu aussi ce sentiment de peur à l’entendre parler lors de la campagne, je l’avais comparé à Hitler.

the end

il a la tronche d un terminator , il lui manque plus le brassard de la Kriminalpolizei .

dupond

Pétain avait mis en place une justice répressive ayant pour vocation de prôner la collaboration avec l’Allemagne.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Qui n’a pas tenu tres longtemps !!! (je déconseille a ceux actuellement a la tete du pays de ne pas suivre cette éxemple car pétain n’etait que le sous fifre des boches)
http://www.ffi33.org/Biographies/de%20Chaunac/lespinasse.htm

Jill

Petain n’a pas eu besoin de mettre en place une
justice collabo ;elle était déjà là dès 1940. Tous les magistrats prêterent serment au Maréchal, sauf
Un…

ven85

j’ai 81 ans,je rappele a certains francais que la france etait vaincue par l’allemagne et envahie,que l’assemblee a la majorite, a donnez les pleins pouvoirs a petain,petain avait 80 ans et que pour essayez que l’occupation se passe le mieux possible,ils l’ont mis au pouvir avec 2 france la france occupee et l’autre sud non occupee,que 90% des francais etaient pour petain,comme avait dit arletty,il n’avait qu’a pas les laisser entrer,je sais a l’ecole depuis 70ans les francais sont desinformer,alors de tant en tant,un peu d’histoire,ne peut faire que du bien

Marnie

Alors pour vous il faut penser comme Arletty : il faut laisser nos assassins nous envahir : les musulmans et les noirs.

ven85

vous confondez les allemands de 39/45, qui nous ont battus et envahis ,avant que les americains viennent nous sauver et les immigres maghrebin et les africains qui viennent nous envahir,sans papier et avec l’aide de la droite et gauche qui les soutiennent et les ont faient rentrer alors que les francais sont a 70% contre,,cela s’appele LA HAUTE TRAHISON, et est passible de la peine de mort,sarko,malin,a fait retirer de la constitution l’article 68,de crime pour haute trahison,desfois que le peuple reprenne le pouvoir

Patapon

Le peuple peut et doit reprendre le pouvoir grâce aux courageux Gilets Jaunes,et en votant R.N massivement le 26Mai.Notre dernière chance avant le black out.

dupond
CPB33

eh ben c’est pareil maintenant : le macrouille est le sous-fifre de la grosse Bertha