Macron propage le Covid par sa politique virale de la peur

Publié le 9 septembre 2020 - par - 2 commentaires - 460 vues

Le Média : Histoire de la bêtise lors de la dernière présidentielle, qui fut un sommet de la bêtise en matière d’énoncés creux. Quid de la caste qui produit ce vide, cette minorité ultra-audible LREM-GOF-LGBT qui monopolise la parole médiatique ? La question : Qu’est-ce qui fait que des cerveaux déglingos du ciboulot produisent ce vide ? Étudier l’alchimie de la bêtise de la macronnerie vulgaire et de la bourgeoisie des clowns LREM-socialistes de la gauche caviar ultra-libérale au pouvoir exhorte d’examiner ce que Macron gay-friendly petit-bourgeois signifie. Selon la moraline des écolo-gauchistes anti-capitalistes révolutionnaires : “Si ta bêtise ne t’empêchait pas de voir que le capitalisme produit structurellement des désastres écologiques, tu saurais qu’on ne sauvera la planète qu’en renonçant à la croissance qui est son mantra. Au lieu de quoi tu conçois les réformes environnementales dans les limites des impératifs marchands.” (Arrangé de François Bégaudeau)

Marianne : Didier Raoult sur le Coronavirus : “Il ne faut pas jouer avec la peur” !

Marianne : Que vous inspire l’évolution de l’épidémie de Coronavirus ? Didier Raoult : Je ne me laisse pas embarquer dans la terreur. Je ne sais pas deviner l’avenir et n’ai pas l’habitude de croire les plus excités qui se sont toujours trompés dans leurs modélisations. J’analyse l’évolution au jour le jour.

francesoir.fr : “Les mystères du masque, entre déraison, soumission, panique et contagion. Le port du masque quand l’épidémie est finie : des motivations additionnées ? Les terrifiantes prédictions sur le nombre de victimes du Covid-19 ont été déconnectées de la réalité, les modèles utilisés pour produire ces prédictions ont été totalement décrédibilisés. Malgré les prédictions que le Coronavirus pourrait tuer 2200000 américains et 500 000 britanniques, le nombre de victimes dans le monde entier est de 487 000 au 26 06 2020.

La panique et le masque de la déraison, l’influence du harcèlement moral institutionnel et médiatique.

“Nous subissons depuis plus de trois mois un harcèlement moral permanent des autorités en France. Harcèlement sur toutes les radios et télévisions multipliant les messages sur les risques pour soi et les aînés. Mensonges répétés sur l’absence de traitement, ce qui est faux (lire France Soir sur les manipulations de l’industrie pharmaceutique). Ces excès des institutions publiques et des multinationales à imposer le port obligatoire du masque, qui n’est recommandé qu’en France, exige une analyse. Décérébration généralisée, mieux et plus que la télévision, pour soumettre les gens formatés à l’obéissance et à la pensée unique.

“La peur du Coronavirus n’est pas justifiée, l’épidémie est terminée en Europe, le traitement Raoult marche et on doit l’exiger pour les cas qui vont apparaître. La peur doit s’inverser, la raison doit l’emporter plutôt que se laisser envahir par la peur orchestrée d’une 2ème ou 3ème vague pour vendre un vaccin.”

francesoir.fr : Crise du Coronavirus en France : épidémie terminée et panique organisée. Pourquoi ?

En mars 2020, la France est entrée dans un monde délirant gouverné par la peur et les mensonges de Macron qui font tout pour prolonger la panique sans justification médicale réelle. Confinement : restez chez vous (sous contrôle policier tatillon) pour empêcher les hôpitaux d’être débordés et limiter le nombre de morts causé inéluctablement le Covid-19. La rupture des liens sociaux est nécessaire pour sauver nos vieux !

Résultat : Confinement : la pire catastrophe française depuis 1940 ! Macron a déclaré la guerre au Covid-19 et il a justifié la suspension des libertés fondamentales des Français ! Trois mois plus tard, ces mesures ont abouti à l’assassinat de nos anciens dans les Ehpad, les lits des cliniques privées sont restés vides, même dans les régions qui ont enregistré le plus grand nombre d’hospitalisations liées au Covid-19 (et qui ont transféré des patients à l’étranger) et que la France se situe parmi les pays qui comptent le plus de morts du Covid_19 par million d’habitants. La réalité est à l’opposé de ce qu’annonçaient les prédicateurs de l’apocalypse, leurs simulations et le comité scientifique, celui-là même qui aujourd’hui recommande de porter des masques, de faire tester toute la population, alors que la maladie a majoritairement quitté le territoire.

La protection des aînés, les victimes désignées du Covid-19, constituait l’objectif officiel prioritaire du confinement. Or toutes les mesures prises durant la loi d’urgence ont abouti à les éliminer sans témoin et en empêchant de leur rendre le dernier hommage. Le meurtre avec préméditation par Covid-19 non traité et/ou Rivotril des pensionnaires des Ehpad constitue l’infamie la plus triste du confinement. Pendant le confinement des milliers de personnes n’ont pas pu recevoir les soins nécessaires parce que le plan blanc réservait toutes les capacités d’hospitalisation pour le tsunami Covid-19 qui n’allait pas manquer de nous submerger partout !

En réalité de nombreux hôpitaux sont restés à moitié vides pendant tout le mois d’avril et les cliniques privées vidées de tout malade ont dû recourir au chômage partiel de leur personnel ! Sauf quelques cliniques parisiennes et durant une quinzaine de jours, les lits privés sont restés vides faute de malades hospitalisés.

Et en même temps, pour montrer qu’il était efficace, Macron a organisé des grands spectacles TGV ! Covid et hôpital militaire de campagne alors qu’il suffisait d’utiliser les cliniques privées pour trouver des lits, des respirateurs et des soignants en nombre suffisant. Pénélope De Feuquières, du groupe Elsan qui compte 120 établissements majoritairement en régions : “Vu la situation dans l’Est, c’est difficile de comprendre pourquoi ces lits restent vides. D’autant plus alors que des patients sont transférés vers d’autres régions” !

Un des pires taux mondiaux de mortalité !  On juge une mesure sanitaire à son résultat : le nombre de morts par million d’habitants. Sur ce critère, d’après les chiffres OMS du 24 juillet, la France se place au 6ème  rang mondial des plus fortes mortalités des 197 états membres avec 483 décès/million derrière la Belgique (846/M), la Grande-Bretagne (671/M), l’Espagne (608/M), l’Italie (580/M) et la Suède (562).

Si Macron avait décidé, comme les allemands, de mettre en quarantaine, (d’isoler pendant 15 jours) les porteurs de virus de la population saine, on compterait 25000 morts de moins. L’absence de test n’est pas une excuse : c’est parce que le ministère n’en a pas voulu qu’on n’en a pas eu. Au début de la épidémie, les allemands ne disposaient pas de tests pour cette maladie nouvelle. Merkel a permis à tous les laboratoires y compris vétérinaires d’en pratiquer alors qu’en France le ministère et les Agences Régionales de Santé ont refusé. Sans tests la mise en quarantaine des infectés aurait été possible et efficace sur les signes cliniques car les infectés asymptomatiques participent peu à la diffusion de la maladie. Mais on a renvoyé les infectés chez eux infecter leurs proches et les vieux dans les Ehpad ce qui augmentait la durée d’exposition au virus !

Le Salon beige : Covid 19 : De plus en plus de médecins accusent Macron d’entretenir volontairement une peur disproportionnée. Sur BFM TV, le docteur Toubiana, épidémiologiste, s’est exprimé de manière très franche. Il dénonce les mensonges et l’entretien par les médias d’un climat de peur infondée. Il estime qu’il n’y a rien qui justifie cette peur puisqu’il n’y a pas d’épidémie. Il affirme faire l’objet de pressions pour ne pas sortir du discours officiel !  Le docteur Patrick Barriot déclare sur Boulevard Voltaire que le taux de létalité du SRAS-CoV-2 (nombre de décès par rapport au nombre de personnes infectées) est légèrement supérieur à celui de la grippe saisonnière (0,1-0,2 %) et très inférieur à 1 %, les malades les plus à risque de mourir étant âgées de plus de 65 ans et porteurs de comorbidités. Depuis le début, Macron a hystérisé la dramatisation de l’épidémie (la guerre, décompte quotidien des morts…) et entretenu une angoisse disproportionnée parmi la population. Nous sommes dans une situation de crise sanitaire mal gérée, mais pas dans une situation de guerre ni de catastrophe. Le virus SRAS-CoV-2 menace plus nos libertés et notre économie que notre santé.

Depuis le début de la crise, les Français ont été soumis aux idéologies et aux dogmes des nuls et non éclairés par des connaissances scientifiques validées. Il n’y a pas de consensus scientifique sur l’efficacité du confinement généralisé, les données sont contradictoires et le taux de contamination est plus élevé chez les gens confinés. Le port du masque, s’il est indispensable pour le personnel soignant pouvant être exposé à des charges virales élevées dans l’exercice de ses fonctions comme pour les personnes fragiles, rien ne permet d’affirmer que le port généralisé du masque dans des espaces ouverts est d’une quelconque utilité. La détection précoce des cas au moyen de tests fiables (sensibilité et spécificité) et l’isolement de ces cas, dont l’efficacité est incontestable, n’ont pas été mis en place en temps utile du fait de l’impéritie des autorités !

Patrick de Casanove, contrepoints.org : Voyons la conclusion de la meta-analyse : Ayant à l’esprit les biais signalés par les auteurs : des posologies variables, des durées qui le sont autant, des associations thérapeutiques mal connues, des prises en charges différentes selon les hôpitaux, l’étude montre que le protocole du Pr Raoult, ou l’hydroxychloroquine seule, ne sert à rien chez les patients hospitalisés, au stade inflammatoire, poly-pathologiques et en soins intensifs. Ce qu’on a toujours su. En pleine épidémie, il suffisait de téléphoner à l’hôpital de Bayonne pour connaître le traitement des patients infectés. Après avoir essayé l’hydroxychloroquine, les médecins l’ont abandonnée pour inefficacité. Ils utilisaient en phase inflammatoire un immmuno-modulateur (anticorps monoclonal : le Tocilizumab) et la cortisone, puis la réanimation si l’évolution le nécessitait. La mortalité hospitalière liée au SARS-coV2 à l’hôpital de Bayonne est très faible.

Contre le protocole du Pr Raoult, Science et avenir écrit : Ce sont les conclusions de la plus grosse méta-analyse menée à ce jour sur le protocole du Pr Didier Raoult. C’est inexact. Ces études concernent des stades et des cas où le protocole de l’IHU Méditerranée Infection n’est pas indiqué. Et il n’a pas été suivi. Il ne peut avoir été étudié ! Rappel du protocole de l’IHU Méditerranée infection : 200 mg de l’hydroxychloroquine par voie orale, trois fois par jour pendant dix jours et 500 mg d’azithromycine par voie orale au jour 1, puis 250 mg par jour les 4 jours suivants, avec un diagnostic, un isolement et un traitement précoces.

Pour la fiabilité de l’étude, Sciences et Avenir écrit : “Parce qu’elle suit les recommandations les plus strictes en la matière édictées par Cochrane, institution internationale de référence pour la méthodologie des études médicales”. Cochrane, une compétence mondialement reconnue. Pourtant, pour un médecin soignant, il y a de quoi rester perplexe et ne pas se sentir concerné par cette étude. Sciences et Avenir : “Parce qu’elle est publiée dans l’un des meilleurs journaux d’infectiologie”. Après l’exploit du Lancet, ce n’est pas vraiment rassurant. Sciences et Avenir : “Il s’agit d’une méta-analyse, considérée comme le plus haut niveau de preuve pour une étude scientifique”. L’étude portant sur 96 000 patients publiée par le Lancet était aussi une méta analyse. Et on sait ce qu’il en est advenu. Sciences et Avenir : “Une méta-analyse compile l’ensemble des études publiées sur “un sujet” pour retenir les meilleures afin d’en dégager une tendance ou un consensus.

Ce n’est pas une seule étude qui montre que l’hydroxychloroquine n’est pas efficace, mais plusieurs études”. Le mot important est “sujet”. Cette méta-analyse porte sur des patients hospitalisés, mal en point et dont on ne sait pas comment ils ont été traités, à quel stade ils en étaient, ni même s’ils étaient tous infectés par SARS-coV2. Sciences et Avenir : “Ces études devaient mesurer la mortalité des patients hospitalisés puisque le but était de savoir si justement le traitement avait un effet sur la mortalité”. Non. Le but des études est de connaître si un protocole thérapeutique est efficace sur la mortalité et dans quelles circonstances. Elles ne doivent pas se limiter aux seuls patients hospitalisés. Dans le cas qui nous occupe, il a toujours été affirmé que le protocole du Pr Raoult est efficace en phase virale, au tout début de l’infection par SARS-coV2.

Maintenant, on sait que l’hydroxychloroquine est efficace en prévention. Cette polémique autour du protocole du Pr Raoult ou de l’hydroxychloroquine montre que les gens oublient que les dernières données de la science (à condition que cela soit de la science) ne sont qu’un des facteurs à prendre en compte dans la médecine fondée sur les preuves (Evidence Based Medecine). Ils oublient le malade et le soin. L’art médical est structuré autour du malade, de son libre arbitre, et du soin. L’Evidence Based Medecine bien comprise ne dit pas le contraire. Cette polémique ne change rien au fait que l’efficacité du protocole du Pr Raoult soit affirmée à un stade précoce de la maladie. Aujourd’hui on sait aussi que l’HCQ est efficace en préventif. Cette polémique ne change rien au fait qu’il n’existe aucun autre traitement immédiatement disponible à un stade précoce. Cette polémique ne change rien au fait que ce traitement bien utilisé est quasiment sans danger.

Rassurer vraiment les Français : En clair, pour un médecin soignant, l’utilité du protocole du Pr Raoult en première intention, (médecine de premier recours) en phase virale, au tout début de la maladie n’est pas remise en question et l’utilité de l’hydroxychloroquine en préventif n’est pas remise en question.

Si l’État voulait rassurer les Français et remettre l’économie sur les rails, il doit libérer l’économie et donner aux Français les moyens de décider de leur vie et ne plus les considérer comme des incapables.

Il doit arrêter de légiférer sur tout et n’importe quoi, lever complètement le confinement, laisser la science et non plus la politique s’occuper des épidémies, agir rationnellement et non émotionnellement, faire confiance aux Français pour appliquer les gestes barrières, chacun pour ce qui le concerne et à bon escient.

Il doit s’assurer que la médecine de deuxième recours sera prête et abondamment équipée, arrêter de pérorer à longueur de temps, se concentrer enfin sur ses fonctions régaliennes et rétablir la justice et la sécurité dans ce pays ! Il doit faire confiance aux médecins de premier recours pour soigner les patients en leur en donnant les moyens y compris l’hydroxychloroquine. Il est urgent de cesser de mettre les médecins sous tutelle. Il faut lever l’arrêter du 26 mars interdisant la prescription par les médecins et la délivrance par les pharmaciens de l’hydroxychloroquine en cas d’infection par le SARS-coV2. C’est le chaînon manquant du traitement, après le dépistage. C’est le chaînon manquant si la France veut vraiment vaincre ce virus.

Laissez les médecins libres de soigner, de prescrire l’hydroxychloroquine sous leur responsabilité.

Les patients doivent rester libres de choisir ou non le traitement proposé, comme des êtres libres, responsables leur vie, ce qu’ils sont tous. Sauf à vouloir aggraver la situation. Il faut faire face et se battre, debout, et non se terrer comme des lapins effrayés. Ça n’en prend pas le chemin ! (Patrick de Casanove)

jforum.fr : Covid-19 : des résultats non concluants pour un essai clinique de Sanofi ! Sanofi a annoncé mardi 1er septembre que l’essai clinique international de phase 3 qui testait l’efficacité de son médicament Kevzara dans le traitement des formes sévères de Covid-19 n’avait pas donné de résultats concluants. Cet essai de phase 3, c’est-à-dire l’étape de tests massifs, n’a pas atteint son critère d’évaluation principal ni secondaire, comparativement au placebo et, dans les deux cas, en plus des soins hospitaliers habituels !

Sur initiative-communiste.fr : Coronavirus et lutte des classes ! La propagande de la peur continue à propos du Covid-19 : Où en est-on de l’épidémie du Covid-19 ? Épidémie de la peur : Peut-on vouloir mesurer de façon objective la situation ? Réponse : Une épidémie du Covid-19 bien plus meurtrière que la grippe !

Le Covid-19 pourrait être trente fois plus mortel que la grippe ! Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Le nombre de personnes mortes de la grippe durant la saison 2018-2019 est estimé à 9900 morts. Ce n’est qu’une estimation car le chiffre de morts recensés à l’hôpital est de 289 morts. À l’heure actuelle, le chiffre des morts hospitalier du Covid-19 est de 20 222 personnes soit 70 fois plus. La mortalité du Covid-19 en France comparée à d’autres pays est catastrophique. France : 30 724 morts, 471 morts/million d’habitants.

Il est clair que les conséquences de l’épidémie de Covid-19 sont très dramatiques en France. Au cours de l’été, on a constaté l’augmentation exponentielle du nombre de cas enregistrés officiellement. Ces derniers jours, le nombre de cas quotidiens a dépassé la barre des 8000. La situation est très différente selon les départements. Si l’augmentation du nombre de cas a pu être le résultat de l’augmentation du nombre de tests PCR réalisés, on voit que l’augmentation du nombre de cas traduit une augmentation de la proportion de la population touchée par le virus. Le taux de positivité, soit le nombre de tests positifs divisés par le nombre de tests réalisés, augmente plus vite que le nombre de test. La proportion de malades (non, de porteurs !) dans la population générale augmente traduisant la croissance de l’épidémie, dont il faut se préoccuper.

À partir des estimations réalisées par l’institut Pasteur du nombre réel de cas aux printemps rapportés au nombre de cas officiellement confirmés, le fameux Berruyer sur le site les Crise a encore fait parler de lui !

Il a tracé “une estimation” de la dynamique de l’épidémie en France. La plupart des individus testés positifs sont âgées de 20-29 ans et 30-39 ans sans que l’augmentation n’entraîne de séjour à l’hôpital. On voit que l’augmentation sur la tranche d’âge la plus à risque de 60 ans à 90 ans et plus est bien là. Le nombre de malades en réanimation est passé de 375 malades à 440 en 7 jours soit 17% d’augmentation en 1 semaine.

On est loin des 7019 malades en réanimation le 8 avril mais la tendance à l’augmentation “semble se confirmer”. initiative-communiste.fr : Le régime Macron MEDEF tarde à réagir à nouveau ! Le régime Macron annonce la réouverture avec des précautions minimales des écoles. En à peine une semaine, des centaines de classes ont dû fermer alors que Blanquer avait dit que ça n’arriverait pas. Le socialiste Véran ose dire que si Macron a interdit aux Français d’avoirs accès aux masques de mars à mai, ce n’est pas parce que la France n’en avait pas suite à la destruction des stocks, mais parce que l’OMS ne l’aurait pas recommandé !

initiative-communiste.fr : La question posée est de savoir si la réaction du gouvernement est adaptée et suffisante, et si elle ne tarde pas, sous la pression du MEDEF qui ne cesse de réclamer qu’il n’y ai aucune mesure pour assurer la sécurité sanitaire du pays pouvant faire peur ou atteindre l’économie. Ben voyons !

Le gouvernement a annoncé de façon tapageuse l’obligation du port du masque en extérieur, refusant avant le 1er septembre de l’imposer dans les lieux clos, sous la pression patronale, alors qu’il est établi que la transmission du virus respiratoire se ferait principalement dans les lieux clos mal ventilés. Et en même temps, malgré les annonces d’un accès pour tous gratuit, des difficultés d’accès aux tests et l’augmentation des délais pour obtenir les résultats. Sans la mise en œuvre des moyens matériels et humains pour réaliser les tests, sans stratégie de dépistage, on ne peut qu’assister à cet engorgement. Plus de 9 mois après le début de l’épidémie, le pays n’est toujours pas prêt ! (librement adapté de initiative-communiste.fr)

Thierry Michaud-Nérard

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
chrisomac

900 000 morts dans le monde dus au COVID, pas de quoi avoir peur!

patphil

la peur, c’est l’arme unique des terroristes et des dictateurs

Lire Aussi