Macron « pucerologue » des betteraviers : il prépare sa reconversion

Avec Emmanuel Macron, les industries internationales des pesticides et insecticides mettent la France en coupe réglée. Y a-t-il eu des pots de vins dans cette affaire ?

Lors du prochain Salon de l’agriculture, Emmanuel Macron « tueur d’abeilles » trouvera sur son chemin des apiculteurs en colère déterminés et quelques ruches d’abeilles très agitées pour piquer un Président « piqué » !

PV_AUDITION_DÉPÔT_PLAINTE_24-07-2020

Chaque jour, des dépôts de plaintes pénales comme celle-ci témoignent du génocide des abeilles par le gouvernement Macron.

Décidément, le « gamin du Nord » nous surprendra toujours. Président visionnaire, il vient d’inciter son gouvernement à rétablir les insecticides tueurs d’abeilles (interdits par l’Europe depuis 10 ans, et par la France depuis quelques années), car il est persuadé que les betteraves du Nord vont subir des invasions de pucerons en 2021 et en 2022. Si, si, ce n’est pas un gag. Il en rêve la nuit. Après le coronavirus, déclaré ennemi national, Emmanuel Macron par en guerre contre les pucerons des betteraves… pour sauver la France.

Emmanuel Macron a donné de fermes directives au gouvernement. Et a fait avaler, à défaut d’autre chose, une énorme couleuvre à Barbara Pompili, la nouvelle ministre de la Transition écologique. Avec, en prime, un petit gel au goût de betterave sucrière. L’information est confirmée par un haut fonctionnaire du ministère de l’Agriculture, contacté par téléphone vendredi, et qui préfère conserver l’anonymat, pour survivre à son poste. Il doit : « Jeudi, le ministère de l’Agriculture et de l’alimentation, désormais dirigé par Julien Denormandie, a autorisé, à la demande d’Emmanuel Macron, le retour des néonicotinoïdes pour le secteur sucrier. Une demande de la filière betteravière, alarmée par le développement massif de la jaunisse, une virose végétale principalement transmise par les pucerons verts… ».

L’ennui, avec ce Président qui fait désormais dans la betterave, c’est que les néonicotinoïdes vont détruire, à l’échelon national, les dernières abeilles qui sont encore en vie. D’abord sur le terrain lors des butinages ou des recherches d’eau par les abeilles. Ensuite lors de l’hivernage des colonies, car la nourriture sucrée donnée aux abeilles est faite à base de sucre de betteraves, et le poison, via la graine enrobée, sera diffusé pendant toute la vie de la betterave, puis après, y compris dans le café et les aliments que les Français sucrent à chaque repas.

Emmanuel Macron « fait son miel », le ministre de l’Agriculture aussi

Les néonicotinoïdes sont ces pesticides « tueurs d’abeilles » qui n’étaient plus autorisés en France depuis le 1er septembre 2018, suite à la loi biodiversité de 2016. Un texte défendu à l’époque par Barbara Pompili, alors secrétaire d’État à la Biodiversité sous François Hollande.

Sous François Mitterrand, la ministre de la Transition écologique aurait démissionné. Même Nicolas Hulot a eu ce courage ! Là, la belle blonde utilise le seul média français qui croit encore à ses conneries pour tenter de justifier une décision probablement motivée par de substantiels versements sur les comptes des décideurs, dans des paradis fiscaux, par Monsanto, Bayer, et le puissant syndicat des betteraviers du Nord. Comme à l’époque de Jérôme Cahuzac, d’Olivier Dussopt, et de quelques autres.

Dans le Courrier Picard, Barbara Pompili ose affirmer « personne n’est satisfait de cette situation. Ni moi ni le ministre de l’Agriculture. Jamais nous n’aurions dû en arriver là. Il y a eu clairement un défaut de suivi. » La ministre blonde ose ajouter sur ce qui apparaît comme un grand retour en arrière écologique : « Nous sommes victimes d’une absence d’alternatives aux néonicotinoïdes… Si les choses avaient été faites comme elles auraient dû l’être, en quatre ans, il y avait la possibilité de faire émerger des solutions pérennes. Nous ferons en sorte que ce genre de situation ne puisse plus se reproduire. »

Foutage de gueule à l’égard des 80 000 apiculteurs français encore debout ! Foutage de gueule à l’égard de tous les militants écologistes qui se battent pour sauver la biodiversité, et dont beaucoup proviennent de la gauche !

Dans son programme pour l’élection présidentielle de 2017, le traître Emmanuel Macron promettait l’arrêt total des insecticides et pesticides en 2019. Une fois, il a piétiné ses engagements, et il ose « tuer » les rares avancées de François Hollande en matière d’environnement. Beaucoup d’abeilles pensent aujourd’hui qu’Emmanuel Macron est un vrai « naze », un « tueur d’abeilles », un prédateur de la République, qui trahit tous ses engagements.

Francis GRUZELLE
Carte de Presse 55411

 

image_pdfimage_print

42 Commentaires

  1. Vous n’êtes vraiment pas gentils avec le copain de mon petit-fils Benalla!

    • Rires. Emmanuel Macron me file « le bourdon » en exterminant tous les insectes pollinisateurs !

  2. macron , cest : la loque americaine et europeenne , la nosemiose , l aethina tumida et le trophilolaps reunis ! c est aussi et surtout LE VARROA DE LA FRANCE . on cherche en urgence mr apivar …

    • Macron semble plus résistant que le varroa et le frelon asiatique…. Bonne soirée Joseph

  3. Si je sais lire, “Nous sommes victimes d’une absence d’alternatives aux néonicotinoïdes ». C’est tout de même pas la faute de Macron !

    Miel ou sucre dans votre café ? Les deux non, il faut choisir…

    • Ou alors, on rétablit la culture de la canne à sucre à grande échelle aux Antilles à la place de la banane, et comme ça on se débarrasse de la Cordénone.

      Devenez chimiste et créez-nous un monde idéal, mon vieux !

      Ou bien passez-vous de sucre.

      • « à l’échelon national » ou à l’échelon picard et champenois ?

        Soyons précis.

        • Ca fait lurette qu’on ne voit plus beaucoup d’abeilles dans les vastes plaines entre Reims et Amiens, sauf peut-être au fond des vallées de l’Ourcq et de la Vesles. Mais ce que j’en dis, moi…

          • Vous confirmez que les insecticides tueurs d’abeilles ont fait leur oeuvre, comme d’autres molécules moins puissantes, ces 20 dernières années !

            • Je confirme surtout qu’il n’y a pas beaucoup de p’tites fleurs dans les plaines à betteraves, et ça ne date pas de Macron.

              • les abeilles vont boire sur les plantes a feuilles larges, dire que les abeilles ne vont pas sur les betteraves , comme tous plein d autres insectes et de petits animaux est une héresie, une méconnaissance du monde animal.

        • L’Américain Mosanto va enrober toutes les graines de betteraves (sucrières ou non) de ce produit tueur d’abeilles et tueur d’humains. Il ignore les provinces françaises, et personne n’ira contrôler les cultures à travers la France

          • Les provinces françaises ? Où est-ce qu’on cultive de la betterave en France ?

            Il est question du nord de la France, ici, si j’ai bien compris ?

          • C’est quand même pas la culture de la betterave rouge qui va empoisonner tout le pays !

      • Un produit moins toxique, la bouillie bordelaise existe depuis 1945, et détruit les pucerons. Mais le fabriquant ne doit pas « arroser » les bons ministres sous les présidences de Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron ! Car Jérôme Cahuzac n’était que la partie visible de l’iceberg ! Comme Olivier Dussopt poursuivi pour corruption avec d’autres intervenants…

        • « “Nous sommes victimes d’une absence d’alternatives aux néonicotinoïdes. »

          Donc ça, c’est pas vrai ? Moi je veux bien, j’y connais rien…

      • Irina, Il y a bien longtemps que je ne consomme plus de sucre ! Mais du miel dans les aliments “à sucrer”. Si Macron n’avait pas d’alternative aux néocotinoïdes, IL NE DEVAIT PAS ANNONCER LEUR SUPPRESSION DANS SON PROGRAMME ELECTORAL DE 2017, pour se faire élire.

        Voici 10 ans, l’Europe a prononcé l’interdiction des néicotinoïdes, massivement utilisées en graines enrobées pour le colza et le tournesol, car ces substances toxiques se retrouvaient en dose massive dans les huiles produites. La France a accordé des autorisations dérogatoires jusqu’en 2016 !

        On les retrouvera donc en bonnes doses dans le sucre, et les apiculteurs ne pourront même plus utiliser le sucre pour nourrir les abeilles à court de miel en hiver

    • des traiders vont acheter du sucre en masse…les dentistes vont se frotter les mains, il faut sauver l’embonpoint occidental.
      pourquoi cet ostracisme envers les personnes « fortes » ?

    • Il y a bien longtemps que je ne consomme plus de sucre ! Mais du miel dans les aliments « à sucrer ». Si Macron n’avait pas d’alternative aux néocotinoïdes, IL NE DEVAIT PAS ANNONCER LEUR SUPPRESSION DANS SON PROGRAMME ELECTORAL DE 2017, pour se faire élire.

      Voici 10 ans, l’Europe a prononcé l’interdiction des néicotinoïdes, massivement utilisées en graines enrobées pour le colza et le tournesol, car ces substances toxiques se retrouvaient en dose massive dans les huiles produites. La France a accordé des autorisations dérogatoires jusqu’en 2016 !

      On les retrouvera donc en bonnes doses dans le sucre, et les apiculteurs ne pourront même plus utiliser le sucre pour nourrir les abeilles à court de miel en hiver

    • le problême Irina c est que cette phrase est un constat erronné, il existe des alternatives…

      Mais surtout cette jaunisse des betteraves a été probablement construite…

      si les agriculteurs betteraviers avaient traité au moment ou la betterave est au stade cotiledon, et non au stade feuille avec le produit de chez Belchin ; le Tepekki; il n y aurait pas eu de virose des betterave cette année..a croire que l on a menti sur la méthode d utiliser ce produit aux agriculteurs pour qu ils soient dans cette situation, et demandent le recours aux neonicotinoides…leur erreur avoir ecouté ceux qui leur ont dit de traiter au moment ou il y a deux feuilles (merci Lionel de nous avoir donne ces infos).

    • Nous ne pouvons rien pour Yves et ses commentaires ridicules, car nous ne sommes pas psychiatres !

  4. la Réunion fêtait hier l’inventeur de la pollinisation de la vanille.
    les français devront faire de même avec tous les fruits et légumes, ça va occuper les agriculteurs et faire baisser drastiquement le chomage

    • Après la PMA, LA GPA,LE BEC,Bref tous ces travaux manuels ajoutons la pollinisation de toutes les fleurs restantes,vive le progrès.
      BEC :Pour les nuls :bébé éprouvette certifié

      • Effectivement Poiropardix. Les bébés éprouvettes, une fois adultes, seront-ils capables de remplacer les abeilles ?

    • Oui Patphil. L’extermination des abeilles et la pollinisation constituent le premier drame.
      Les néonicotinoïdes contenus dans le sucre de betterave et ensuite consommés par les bébés, les enfants, les français en général constituent le second drame.
      Si des doses infimes tuent les abeilles, des doses plus importantes et répétées tuent les humains !

  5. si des abeilles piquent ce pourri , c’est elles qui crèveront !!!!!!! les racailles ont la vie dure , mais comme le disait si bien un de mes prof dans les années 50 , en histoire, les indésirables au royaume de FRANCE ,on les aidait à mourir , dommage les temps ont changé …..

  6. si les betteraviers sont majoritaires dans l’électorat du nord, choupinet va faire du 80% au premier tour (rire) les 20% qui restent seront les apiculteurs
    ça c’est de la bonne cuisine électorale.

    • Bonne analyse pour l’aspect électoral.
      Par ailleurs, le pucerologue de l’Elysée fait son beurre et « se sucre ». Uniquement pour financer ses prochaines dépenses de campagne à la présidentielle ?

  7. C’est marrant, mais les écolos ferment leur gueule lorsque les insecticides sont employés à dose massives en toute légalité. Tient, tient, auraient’ils un peu de fric sous la table? Pas impossible!!!!!!

    • Effectivement !

      Les écolos du gouvernement remettent en service, à coups d’autorisations dérogatoires de mise sur le marché, des insecticides tueurs d’abeilles interdits par la France depuis 2016 et par l’Europe depuis 2010

  8. Mais que fait Montebourg ?
    Ses abeilles dans une Ruche ou dans ses Oreilles ?

    • Bonne question Polyeucte. Dans les milieux apicoles, on sait que Montebourg se fout des abeilles. Son entreprise est une machine à fric, ayant bénéficié de colossales subventions publiques (région de Bourgogne-Franche-Comté, départements, Europe, etc) pour quelques rares formations !

      Une commerciale de l’entreprise de Montebourg démarche, par téléphone, les apiculteurs professionnels ayant obtenu des médailles nationales ou régionales aux concours des miels. Elle leur propose d’acheter leurs miels de qualité entre 4 euros et 4,40 euros le kilo….

      Cherchez l’escroquerie !

      • combien a fait de chiffre d affaire bleu blanc ruches? 200k€
        Combien de salaries? 5
        avec un smic ; les charges sociales cette entreprises est en …déficit!
        Cherchez l erreur…

  9. Et pourtant il existe des alternatives naturelles pour combattre ces pucerons… comment ? Verts ? Ben décidément c’est une couleur qui ne sied à grand monde… on connaissait la peste verte, les pastèques vertes écolos… maintenant les pucerons.

    • Bien sûr, la bouillie bordelaise, très efficace, moins toxique ! Mais Macron vend le retour des néonicotinoïdes aux français, en affirmant, via ses ministres, qu’il y aura une invasion de pucerons en 2021 et en 2022 ! Rires…. Pourquoi ne pas positionner des armes nucléaires en prévision d’une invasion des extra terrestres en champagne, en Picardie ?

      Quand on voit la tête de certains ministres, et leur raisonnement, on peut se demander si les extra terrestres n’ont pas pris possession du gouvernement….

  10. Macron peut faire les pires horreurs et les Français ne bronchent pas ! Au stade où nous en sommes, il devrait être destitué !

    • Oui, un peuple sous curare et internet !
      Le système de destitution est très complexe à mettre en oeuvre et a été verrouillé par les politiques, avec cette majorité des 3/5 ème des parlementaires réunis en congrès à Versailles

  11. je pensais que la France avait toucher le fond avec hollande mais avec macaron….!!

Les commentaires sont fermés.