1

Macron putasse avec BlackRock : système des retraites et Sécu bientôt privatisés

***

McKinsley, un scandale ? Vous plaisantez ou quoi ? Un simple amusement d’enfant de chœur, de la roupie de sansonnet à côté de ce que prépare Macron une fois réinstallé dans le fauteuil présidentiel. Et il le sera nécessairement : l’Etat profond qui est à sa botte a verrouillé l’ensemble du Système. Il peut compter sur les patrons de la grosse presse, qui lui ont déjà bien servi la soupe pour la présidentielle il y a cinq ans : alors qu’un an auparavant, Macron était un parfait inconnu, les Français l’ont « spontanément » porté à l’Elysée en 2017. Quel est le Grand Jeu que prépare Macron pour son second mandat ? La privatisation de notre système de retraite ainsi que de la Sécurité Sociale. Il a pour ce faire un allié de poids : Larry Fink, le PDG de BlackRock :

***

Depuis que Macron est à l’Elysée, on assiste à un dépeçage en règle de notre industrie (j’en ai parlé dans plusieurs de mes récents articles). Rien d’étonnant à cela : Macron est un Young Leader de la French American Foundation (FAF), le puissant lobby des intérêts étatsuniens en France. Pour « Manu », la France n’a ni histoire, ni culture ; en revanche, ses amis américains ont du fric, et sont les vrais maîtres de « notre » président.

***

Avant 2017 et l’élection d’Emmanuel Macron, le jet de Larry Fink – le plus rapide et le plus imposant du constructeur américain Gulfstream – ne s’était jamais posé en France. Depuis que Choupinet squate l’Elysée, Fink est venu une dizaine de fois en France. Une francophilie subite de l’oligarque ? Pas vraiment…

***

Leader mondial dans la gestion d’actifs, la société BlackRock dépasse les 10 000 milliards de dollars d’encours, auxquels il faut ajouter 20 000 milliards qu’elle gère indirectement via son « intelligence artificielle » Aladdin. Soit en tout 30.000 milliards de dollars. BlackRock pèse donc onze fois le PIB de la France en 2021.

Larry Fink s’est aperçu qu’il y a un gros coup à réaliser en France : s’accaparer notre système de retraite et notre Sécurité sociale. Pour réaliser son projet, il peut compter sur un allié de poids : le président de la République française soi-même, membre, nous l’avons dit de la FAF (comme beaucoup d’autres membres passés et actuels des cabinets ministériels) : ça peut aider.

***

Larry Fink a les moyens. Qu’en fait-il présentement ? Il rachète la dette pharaonique de la France, évaluée par l’IFRAP à quelque 2800 milliards d’euros en 2021. Pharaonique à notre échelle, mais pour Fink, c’est quasiment de l’argent de poche. Une fois la dette française rachetée, le vrai patron de l’Hexagone, ce sera lui. La privatisation de notre système de retraite et de notre Sécu se fera quand il l’aura décidé. Le système politico-médiatique, unanime, nous présentera les choses sous des couleurs chatoyantes : on peut compter sur lui, il nous a bien vendu Macron

En septembre 2017, Macron engage le chantier de la réforme des retraites, avec la nomination en septembre 2017 de Jean-Paul Delevoye comme Haut-commissaire à la réforme des retraites. C’est justement à cette époque que Fink commence ses allers-retours Etats-Unis-France : quelle coïncidence…

***

En juillet 2019, Delevoye remet au Premier ministre (à l’époque Edouard Philippe, lui aussi « Young Leader » de la FAF, quelle coïncidence…) un rapport de préconisations devant inspirer le projet de loi. Le crypto-but de ce projet est de « libérer » nos retraites afin de la capter, entre autres avec la loi Pacte sur les produits d’épargne-retraite. BlackRock veut faire tomber le verrou des retraites françaises pour entraîner l’Europe derrière et conquérir le marché européen.

***

Larry Fink et son gros jet sont venus à Paris du 6 au 8 juillet 2021. Or le 7 juillet se tenait un Conseil de défense suivi d’un Conseil des ministres à l’issue duquel Emmanuel Macron et le gouvernement appelèrent à la « vaccination massive » des Français. Le 12 juillet, Emmanuel Macron étendait le pass sanitaire à la plupart des lieux publics, qui conduira 30 % de Français indécis à se vacciner. Quelle coïncidence…

On sait que l’oligarchie est favorable au pass sanitaire (les médecins de plateaux-télé ont été présents quasiment 24h/24 et 7j/7 devant les caméras pour nous le vendre), permettant un contrôle accru sur les populations, le modèle des modèles restant le « crédit social » à la chinoise qui place chaque « citoyen » en état de dépendance totale par rapport au pouvoir.

***

Entre le 12 et le 16 novembre 2021, Larry Fink était également à Paris. Or le va-t-en guerre Macron s’est justement entretenu avec Poutine le 15 novembre sur la situation en Ukraine. Quelle coïncidence…

Fink a récemment déclaré que la guerre en Ukraine et l’état d’urgence (famine, pénurie de médicaments, restriction drastique des hospitalisations…) qu’elle allait mécaniquement entraîner sur la quasi-totalité de la planète, accélérera la fin de l’argent liquide et l’instauration des monnaies digitales comme unique moyen de transaction entre particuliers d’une part, et entre particuliers et structures institutionnelles de l’autre. Un « mauvais » citoyen pourra voir sa carte bleue désactivée. Mort sociale, sinon mort tout court. Un moyen infaillible de faire accepter n’importe quoi à une populace totalement asservie.

***

Voter Macron, c’est voter Fink et BlackRock : les Français n’en sont évidemment pas conscients.

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni