1

Macron responsable de la guerre en Ukraine

Interviewé par la chaîne Histoire sans fin, Xavier Moreau, du site Stratpol, revient sur l’historique du conflit ukrainien, dresse un état des lieux en faveur de la Russie, évidemment à l’opposé de la désinformation permanente que nous servent les propagandistes médiatiques et le gouvernement mythomane. L’intérêt majeur de cet entretien porte sur le rôle majeur de Macron. Lequel, après le Rotchildgate et le McKinseygate, peut aussi afficher en haut de son palmarès la guerre Otan/ Russie ! En haut, tant elle a fait de dégâts, de morts, de réfugiés… de drames dont celui qui aime à vanter ses exploits lors de discours-fleuve, dignes d’un télé-évangéliste, oublie de se targuer.

 
Selon Xavier Moreau, la France étant l’un des garants des accords de Minsk, Macron a laissé délibérément la situation s’envenimer. Pire encore : avant la fameuse rencontre du bout de la table au Kremlin, Manu avait publiquement menacé Poutine… Certainement au courant de l’offensive qui se préparait, il n’a rien fait pour l’empêcher, au contraire. Quittant Moscou, il s’est précipité chez son copain Volodymyr, ne l’obligeant pas à enfin respecter les accords de Minsk et à cesser immédiatement les effroyables bombardements en cours sur le Donbass.
 
https://www.youtube.com/watch?v=X0yH1D43Ii4

 À la veille de la présidentielle, alors que pleuvent les scandales, Macron sait que cette information circule aussi… Voulant s’extirper de cette culpabilité, il  vient de la corroborer avec le limogeage, étonnamment surmédiatisé, du général Éric Vidaud, directeur du renseignement militaire (DRM), auquel il impute un défaut d’information quant aux prémices de l’invasion russe.

 
 Une entrée en guerre dans le conflit par l’envoi de soldats français ne semble pas à craindre, c’est la Pologne qu’il convient de surveiller tant elle est bien agitée et pourrait vouloir récupérer ses territoires perdus… À suivre.
 
Xavier Moreau considère que le règlement du gaz en roubles, passage obligé malgré les déclarations mensongères de Le Maire, comme les diverses crises à venir, dont la crise alimentaire se profilant, vont calmer, s’il en était, les ardeurs du va-t-en-guerre Macron.
 
Ce « type pas fini » n’aura vraiment généré que des catastrophes et la pire d’entre elles : une guerre !
 
Le mutisme de ses adversaires quant à cette responsabilité interroge.
 
Daphné Rigobert