1

Macron, s’il est élu, donnera une bonne place au traître Rachid Mélenchon

melenchon-islam-pouvoir24.png

Choupinet vient de dire qu’il pensait à une « ouverture », et comme il est en train d’échanger avec lui, il est clair qu’il se pose la question d’une participation de Rachid Mélenchon, celui qui se considère comme un immigré maghrébin déraciné et privé de terroir, à son gouvernement.

Un portefeuille pour Mélenchon, ce serait une belle trahison de plus sur le compte déjà largement négatif de l’ado qui nous sert de président de carnaval.

Car Rachid Mélenchon, devant lesquels ses fans s’extasient sans aucune pudeur, nous a bien trahis.

« Merci Jean-Luc tu nous a tout donné », dit l’une de ses électrices. Donné quoi ? La conviction que les musulmans participent de plus en plus à la vie politique française, avec leurs idées chariatiques, opposées à notre civilisation, cherchant à la détruire ?

Car Rachid Mélenchon a tellement fait pour l’islam, que l’islam en mode conquête est le vainqueur de ce premier tour.

Déjà en 2007 il jurait face à Marine qu’il n’y a pas de problème avec l’islam. Ben voyons !

Il a déclaré en 2011 à Sarkozy que le multiculturalisme fonde des droits politiques. Et voilà : nous sommes obligés de donner tous les droits aux musulmans.

Sur la loi contre le voile à l’école, il écrivait en 2004 : « Pour être franc, je n’aimais pas l’idée d’une loi contre le port du voile à l’école […], je sentais autour du débat la présence répugnante des arabophobes, cohorte sournoise de la haine. »

Et encore : Rachid fait d’une supposée haine son cheval de bataille. Avec un tel argument paralysant, la vérité en prend un coup, et la liberté d’expression.

Il est pour le port du voile à l’université.

Il a soutenu la marche contre l’islamophobie le 10 novembre 2019, avec les Frères musulmans, dont il est devenu le complice. Il a signé l’appel à cette marche, aux côtés de redoutables islamistes salafistes.

Il y a participé, aux côtés d’imams qui prétendent que jouer de la musique change les enfants en singes et en porcs. Il a scandé « Allah akhbar », un véritable appel anti français, aux côtés de Marwann Muhammad, celui qui estime qu’on ne peut pas lui interdire de rêver que la France soit un jour musulmane.

Mélenchon déclare sans rire que l’Eglise Catholique représente une force bien plus dangereuse contre la laïcité, que l’islam. L’Eglise Catholique, combien de divisions ? Les cathos n’ont-ils pas été mis au pas en 1905 ?

Rachid a inlassablement donné à l’islam. Il a renoncé à la laïcité, parce que soi-disant elle est contre les musulmans.

Il a proclamé que les musulmans étaient maltraités en France, alors qu’on leur donne tout, alors qu’on n’ose même plus appliquer la loi, par peur de leur déplaire.

Il a gonflé indûment leur participation à la seconde guerre mondiale.

Il a inventé la créolisation. Nous devons tous nous métisser. Sarkozy le disait déjà. Mais la créolisation de Rachid Mélenchon, c’est l’islamisation de la France, c’est Roubaix, Créteil et Nanterre avec l’abrutissant appel à la prière, c’est l’Afghanistan à un jet de pierres (de lapidation?) de Paris.

Rachid Mélenchon a eu le culot de dire à Zemmour au sujet des musulmans : « vous ne les obligerez pas à choisir entre l’islam et la France ».

Cela veut dire qu’il leur donne le droit de choisir uniquement l’islam.

C’est bien là le problème : les musulmans dans leur grande majorité ne choisissent plus la France depuis longtemps, et pire, ils n’en veulent plus.

C’est bien l’islam qu’ils veulent. L’islam de la polygamie, des crimes d’honneur, de la lapidation, de l’excision, des femmes battues, du voile, du burkini, du mariage forcé, de la femme qui n’est pas l’égale de l’homme, de la femme qui doit épouser son violeur.

Jaloux de la civilisation française, ils essaient de la détruire et de la remplacer par leurs mœurs barbares.

Les imams ne s’y sont pas trompés, puisqu’ils ont appelé les musulmans à voter Rachid.

Si les curés avaient invité à voter Zemmour, il y aurait eu une révolution, des attentats, les racailles des cités auraient mis le feu à la France, ils auraient été publiquement dénoncés, etc.

Jusque dans son discours de défaite, dans lequel Rachid s’est permis de dire que les musulmans devaient pouvoir avoir du halal si ça leur chantait. Un vrai cheveu sur la soupe à la grimace, mais qui a du sens car par cette phrase il les remerciait d’avoir voté pour lui, et leur promettait une présence stable en France, une invasion pérennisée.

Et ils ont tellement bien voté pour lui, massivement ! 69% des musulmans ont voté pour Rachid, selon un sondage IFOP. A Roubaix, terre musulmane, 52 % des voix pour Rachid. A Trappes dans les Yvelines, 60, 61% alors que Zemmour ne récoltait que 2%.

https://www.fdesouche.com/2022/04/11/election-presidentielle-69-des-electeurs-musulmans-ont-vote-pour-jean-luc-melenchon-selon-un-sondage-ifop/

En Seine-Saint-Denis en particulier, Californie sans les palmiers selon Macron mais avec musulmans partout, et plus aucun juif car ils fuient la grande religion d’amour et de paix qui les tue comme elle a tué Jérémy Cohen.

Dans le 9-3,  Mélenchon obtient près de 50% des voix. 60 % à Saint Denis. Nos rois, grands pourfendeurs de l’islam, doivent se retourner dans leurs tombes

Une telle connivence entre Mélenchon et le vote musulman ne peut qu’avoir des explications sournoises. Que leur a-t-il promis exactement, sinon à terme, le pouvoir ?

Alors n’en doutons pas, si Macron ose donner une once de pouvoir à Rachid Mélenchon, ce dernier mettra son pied dans la porte ouverte pour l’empêcher de se refermer, la faire s’ouvrir encore plus grand. Cela deviendra une ouverture béante que l’islam forcera avec délectation et avec la volonté de tout emporter sur son passage.

Nous aurons, si Mélenchon nous gouverne, des mosquées, des voiles, le muezzin, la charia, le halal pour tous et nos larmes.

Nous sommes à Constantinople le matin du 29 mai 1453. Il est déjà trop tard mais nous pouvons réagir. Qui sait, des batailles se sont gagnées alors qu’on les croyait perdues. Il suffit parfois d’un rien pour gagner ou perdre une bataille.

A Québec, le 13 septembre 1759, dans la bataille des Plaines d’Abraham, les Anglais ont gagné la bataille d’un cheveu, alors qu’ils avaient commencé à réembarquer sur leurs navires se croyant vaincus, et cela leur a donné le pays.

La bataille de Borodino le 7 septembre 1812 a été gagnée par deux régiments croates qui ont tout à coup rompu le front russe, à la surprise générale. Austerlitz aussi s’est joué sur un rien. Etc.

Alors, lançons-nous dans la bataille. Rachid ne doit pas avoir de place dans le gouvernement de Macron, si par malheur celui-ci est élu.

Et mieux, pour répondre à Mélenchon qui a demandé quatre fois que pas une voix n’aille à Marine Le Pen, proclamons que pas une voix ne doit aller à Macron le 24 avril. Et faisons-le.

Sophie Durand