Macron, un Président qui soulage les vieux !

Publié le 27 septembre 2019 - par - 1 015 vues
Traduire la page en :

En plein procès du Médiator, un médicament miraculeux, Macron a encore tenté de soulager les vieux.

Macron, élu par les retraités, passe son temps à les tondre.
Mais oui quoi, ils sont indécents ces vieux. À vivre de plus en plus longtemps. Avec l’argent de ceux qui travaillent.

Alors qu’ils puissent continuer à bénéficier d’une niche fiscale pour tondre leur pré carré dépassait tout entendement.
Mais la levée des cannes, des béquilles et des déambulateurs a fait battre en retraite l’incompétent.
À bon entendeur…

À force de chasser les vieux, on se demande si Macron ne veut pas en finir avec eux ?
C’est vrai quoi, ces vieux qui coûtent un pognon de dingue en retraite et en trou de la Sécu.

Comme quoi le Médiator avait des vertus, heureusement dénoncées par le docteur Frachon, en proie à la vindicte des laboratoires Servier, concepteur-dissimulateur de ce cacheton bien sous tous rapports.
https://www.bfmtv.com/actualite/mediator-un-plus-grands-scandales-sanitaires/


De là à se demander pourquoi les autorités de santé ont mis tant de temps à interdire ce remède béni des cieux ?
De là à s’interroger sur la promiscuité de Macron avec les labos auxquels il doit son élection à la présidence de la République ?

Car en raison de ses nombreuses accointances depuis 2007 avec Big Pharma, on s’était même demandé si Macron n’allait pas faire de sa ministre de la Santé Buzyn sa tête de liste aux élections européennes de 2019.
Pour renvoyer l’ascenseur à certaines personnalités influentes de labos du secteur, dont Sanofi et Servier, et préparer sa réélection en 2022.
https://ripostelaique.com/buzyn-tete-de-lobbyiste-de-la-macronie-aux-elections-europeennes.html

Car Big Pharma s’embarrasse rarement de scrupules. Surtout si son tiroir encaisse.

Ainsi cet été, l’Institut Pasteur, filiale de Sanofi, a racolé en place publique.
Pour faire appel à notre bonne âme, pour nous faire les poches, pour nous soulager post mortem.

D’un cynisme abject quand on connaît le montant extravagant des bénéfices nets de Sanofi distribués ou qui s’évadent vers d’autres paradis, au détriment de sa filiale de recherche :
https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=450fIM4KQ_w

Car malgré sa maison-mère Sanofi aux profits redondants, l’Institut Pasteur présente une dépendance croissante aux revenus de la générosité publique, et manque à son obligation de transparence sur l’utilisation des fonds collectés.
http://www.igas.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_v2_-_Institut_Pasteur.pdf

Tout comme le gouvernement Macron qui préfère prendre sans vergogne dans la poche des vieux pour distribuer en toute largesse des subsides à ceux qui s’invitent sans titre à la table France en faillite.
Ou viennent soigner sans bourse déliée leurs maladies infectieuses contaminantes au frais de la Nation, pendant que les vieux acquittent leur ticket de plus en plus modérateur.

Macron sait-il que “charité bien ordonnée commence par soi-même” ?

Alors Macron qui sent le vent va nous parler d’immigration.
Et Machiavel Macron va continuer à nous bercer d’illusions.

Les vieux vont-ils enfin comprendre que Macron ne leur fera aucun cadeau ?
Que Macron ne les considère que comme variable d’ajustement ?

Il est temps que les vieux soulagent Macron de leur déférence et répondent à son mépris en enterrant leur complaisance.

Définitivement !

Alain Lussay

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi