1

Macron va avoir bonne mine, quand Trump va être proclamé vainqueur

Une fois de plus, l’immature capricieux qui a tout raté vient de commettre une formidable bévue que nous risquons de payer très cher.

En se précipitant dans le peloton de tête des « great reseters » occidentaux pour forcer le destin en adoubant prématurément le plus grand fraudeur de l’histoire américaine, Macron vient de prendre le risque inconsidéré de nous exposer à de redoutables rétorsions et de nous placer en marge de l’Histoire. 

En effet dans l’hypothèse hautement probable où les institutions US joueront pleinement leur rôle en rétablissant le vote des électeurs américains et en confirmant la victoire de Donald Trump, on peut facilement imaginer que celui-ci aura à cœur de sévèrement sanctionner ceux qui auront contribué à tenter de l’éliminer.

Le projet mondialiste voué à l’échec sans la participation des États-Unis. Les mondialistes aux abois après le mandat de Trump ont bien compris que sans les États-Unis, leur projet n’avait plus aucun avenir. D’où leur tentative désespérée d’éliminer Trump par tous les moyens ; y compris du propre aveu de Biden, ceux de la plus grande fraude électorale de tous les temps. Avec l’élection de 2020, les mondialistes ont joué leur dernière carte institutionnelle, celle de la candidature d’un Biden démonétisé, juste là pour conserver une partie des votes de la classe moyenne supérieure blanche, tandis que Kamala Harris devait concentrer sur elle ceux des minorités raciales, des latinos, des féministes et des communautés LGBT. Kamala Harris devenue présidente au bout de 2 ans après la défection du sénile Biden, réélue en tant que sortante et encore réélue pour 4 ans ; cela leur assurait le contrôle du processus pour 10 ans. Largement le temps d’en finir avec l’ancien monde et de tenter de porter leur projet à terme.

Mauvaise pioche, ils ont raté leur coup et Trump va démontrer à l’opinion publique américaine toute la corruption de l’État profond qu’il va désormais pouvoir récurer de fond en comble.

Contre-sens historique des chefs d’États mondialistes. Sur l’échiquier de cet affrontement titanesque, Macron vient une nouvelle fois de nous placer à contre-sens de l’Histoire ; à contre-sens d’une Histoire qui, comme au XIXe siècle retrouve les grands affrontements entre empires. Quoi qu’en pensent les mondialistes aux abois, le multilatéralisme et la mondialisation sont morts. Il le seront d’autant plus que Trump et l’Amérique s’en détacheront définitivement. Seuls subsisteront alors les impérialismes conquérants. Dans cette perspective, l’Europe marchande incapable de peser politiquement, incapable de peser militairement ne pourra que subir. Un nouveau cycle historique s’est ouvert. C’est dans cette perspective que Donald Trump a décidé de sanctuariser l’Amérique en la recontractant sur elle même ; en attendant qu’à l’occasion d’un prochain cycle, l’Histoire lui rouvre une opportunité de redéploiement sur les ruines des autres empires effondrés.

Un partage du monde très net. Alors que les vrais hommes d’État souverains non alignés, Poutine, Xi Jinping, Erdogan, Bolsonaro, le Président Mexicain, les chefs d’États du groupe de Visegrad se sont prudemment tenus sur la réserve, Macron s’est empressé de voler au renfort de Biden aux côtés des Frères musulmans et de l’Iran pour le monde islamique d’un côté, de Trudeau, Merkel, Johnson, Conte, Van der Layen, l’Indien Modi, le Japonais Suga pour le monde occidental mondialiste de l’autre. On observe là un partage très net entre ceux qui sont attachés à l’ancien monde, celui des États-nations et des empires, et ceux qui veulent sa destruction ; les uns pour parachever leur conquête au nom de l’islam et du jihad, les autres pour préparer l’avènement de la gouvernance mondiale.

Conspirateurs mondialistes et conquérants musulmans, alliés de fait. On relèvera l’alliance objective de fait entre les mondialistes d’une part et les musulmans de l’autre ; chacun comptant sur les autres pour faire leur part du travail de destruction ; les deux s’épargnant mutuellement en attendant le dénouement final, chacun pensant avoir le dernier mot sur les autres. Formidable arrogance des uns saisis par l’ubris, patience et longueur de temps pour les autres qui pensent disposer de la transcendance et de l’éternité. 

Les peuples occidentaux de souche sacrifiés. Biden n’existe pas, la vraie candidate des mondialistes, c’est évidement Kamala Harris, grande bourgeoise de gauche racialiste, prototype intersectionnel du monde métissé et multi éclaté que veulent les mondialistes. Le combat titanesque qui se livre aux États-Unis est celui du peuple blanc en régression démographique contre les masses multi ethniques de couleur en progression constante. Ce combat synthétise à lui seul celui de tous les peuples de souche du monde occidental contre le Grand Remplacement, contre le bidonville global qu’imposent les mondialistes alliés des musulmans. Pour établir leur domination, les mondialistes ont besoin de faire disparaître les résistances que pourraient leur opposer les peuples occidentaux blancs majeurs. Pour y parvenir ils ont fait un pacte tactique avec les musulmans.

Trump chef de file mondial des souverainistes pour un ultime délai. Dans ce combat à mort, les positions des souverainistes sont portées par Donald Trump qui assume le combat de première ligne face à l’État profond mondial et au projet mondialiste. Nous ne pouvons que souhaiter que la justice américaine confirme son élection et qu’il puisse définitivement drainer le marécage lors de son prochain mandat ; accordant ainsi un répit aux Blancs américains et à nous autres au-delà. Espérons que nous saurons faire bon usage de cet ultime délai pour reprendre le contrôle de notre destin. Au point où nous en sommes, on ne compte plus en décennies, mais en années. La victoire de Trump, si elle est confirmée, ne nous laissera que le temps de jouer les arrêts de jeu.

La démographie contre nous, primauté du combat contre le gauchisme idéologique. Malheureusement, 4 ans ne suffiront pas à Trump pour inverser le processus de déclin démographique de l’Amérique blanche et son remplacement par les minorités ethniques. Par conséquent, nous ne pouvons qu’espérer et lutter avec lui pour qu’il parvienne à définitivement éradiquer l’État profond et la gauche aux USA. Ce combat trouve son prolongement chez nous en France et en Europe. Notre salut passe avant tout par le combat contre le gauchisme idéologique et contre le déconstructionnisme. Ne nous trompons pas d’urgence. Pour pouvoir mener le combat terminal contre l’invasion, il nous faut d’abord nous emparer du pouvoir, nous emparer de l’État et pour cela, d’abord éliminer les gauchistes, d’abord assainir les institutions et les purger à blanc.

Absence de leadership face à la conquête musulmane. Force est de le constater, pour le moment, personne au monde n’incarne le leadership face à la conquête musulmane et on ne voit pas d’où pourrait émerger un chef de file. Trump va sanctuariser les USA et se désintéresser du reste du monde. Comme on vient de le voir dans le Caucase, Poutine gère le point zéro face à Erdogan, face à son étranger musulman proche, tous les pays en « stan » d’Asie centrale, face à ses propres minorités musulmanes. Xi Jinping gère ses problèmes internes en écrasant ses minorités musulmanes tandis qu’il développe les routes de la soie dans les pays musulmans d’Asie centrale et qu’il est affairé à établir sa puissance en mer de Chine et au-delà vers l’océan Indien et le Pacifique. Xi ne lutte contre l’islam que chez lui, sans aucune vocation au-delà de ses frontières. 

Quant à Macron, il a dépêché Darmanin pour aller se prosterner de toute urgence sur le monument aux martyrs à Alger.

Un conseil pour finir, refusez toute vaccination. Curieusement, le vaccin salvateur est annoncé quelques jours après l’autoproclamation de la victoire des mondialistes. Résistez, ce n’est pas le moment de vous laisser faire.

Martin Moisan