Macron va-t-il finir par se débarrasser de Bayrou ?

Ça n’aura pas tardé. Il y a déjà de l’eau dans le gaz entre les membres du gouvernement. Le vernis craque sous les coups des batailles d’ego.

La brèche vient de François Bayrou dans un remake du Cave se rebiffe.  Il faut dire qu’il a joué un formidable coup. Après des années d’échecs, il a réussi le coup de maître de s’allier dès la première heure à Emmanuel Macron et le voilà, lui et son parti devenu quasi confidentiel, propulsé sur le devant de la scène. Quel pied ! Quelle revanche sur les lazzis et les piques d’une Ségolène Royal qui avait vu dans son refus d’alliance entre deux tours la frilosité d’un amant qui craint la panne, ou un Cohn-Bendit qui lui affirmait avec son habituel air narquois sur le plateau de France 2 dont il a le secret : « Tu ne seras jamais président. » Quelle revanche sur sa marionnette des Guignols, le petit benêt dans l’ombre de Juppé. Quel succès pour le courtisan que l’on a vu rôder autour de l’Élysée aux lendemains des élections comme un candidat anxieux attend les résultats du bac. On se souvient comme il a tapé du poing sur la table pour obtenir en échange de son soutien des circonscriptions qu’il n’aurait jamais eues.

Il ne faut donc pas s’étonner que le nouveau promu Garde des Sceaux,  qui a oublié sans doute que sa mission prioritaire est la moralisation de la vie politique, ne supporte que des enquêtes puissent être ouvertes sur certains de ses élus et téléphone aux médias du Service public pour les prier de cesser leur travail d’investigation. La presse est au service du pouvoir, pas au service de l’information du citoyen. Un petit rappel à l’ordre était nécessaire.

C’est un peu gros. L’opinion publique s’en émeut, le gouvernement veut faire cesser cette attitude de prétendant calife. Le Premier ministre recadre. Mieux vaudrait en rester là. Bayrou ne l’entend pas de cette oreille. Il répond, sans convaincre grand monde, que faire pression sur la presse est tout à fait compatible avec sa fonction.

Il semble malgré tout que la presse ne lâche pas les élus Modem et questionne leur transparence.

Bientôt il va falloir que M. Bayrou  se souvienne qu’un ministre ça ferme sa gueule. Sinon, à l’heure du dégagisme, ce rescapé de l’Ancien Régime  risque de rejoindre les Servan-Schreiber, Thevenoud et autre Schwarzenberg dans les listes des ministres les plus évanescents de la Ve République.

Reste posée la question de sa légitimité au poste de Garde des Sceaux, c’est-à-dire supérieur hiérarchique de magistrats qui enquêtent sur son parti.

Florence Labbé

 

image_pdfimage_print

19 Commentaires

  1. Bayrou, cette tête de lard récurrente,moralisateur arrosé,devra disparaître la semaine prochaine du gouvernement et rejoindre son trou du Béarn ou son pot de Pau.Si Macron hésite par reconnaissance des services rendus,il se tirera une balle dans le pied. en politique, le sentiment n’a pas droit de cité

  2. Quel boulet ce Bayrou ! Il me fait penser à Iznogoud qui veut être calife à la place du calife.

    Je suis convaincu que Bayrou doit se dire que c’est grâce à lui que Macron a été élu Président de la République et qu’aujourd’hui, il aimerait en récolter les fruits… pas très mûrs et très juteux.

    On se croirait dans une cour de maternelle avec toute cette gaminerie.

    Vraiment minable et honte à ces abrutis de Français d’avoir mis ces baltringues au pouvoir !

    • micron elu qu’avec moins de 35% des voix des francais… Sacré plebiscite !!!!!

  3. Toutou Bayrou a fait la fête à Macron, lequel l’attaché avec des saucisses reliées à des casseroles. Mais la course du chien fou va s’achever à la fourrière.
    https://www.contrepoints.org/2017/06/14/292107-bayrou-prochain-liste-renouvellement « Selon lui, il y a les actes du président du Modem, ceux du garde des Sceaux et ceux du citoyen qu’il serait resté. Voilà qui fleure bon la messe du dimanche dans le Béarn.
    Ainsi, quand il plaide sur Twitter en faveur de Marielle de Sarnez, mise en difficulté dans une enquête judiciaire, il explique que les tweets du président du Modem n’engagent pas le garde des Sceaux. Quand il appelle un responsable de l’information sur Radio France, après une enquête sur son cas, il explique que les coups de téléphone du citoyen Bayrou n’engagent pas le garde

    • traitre le nom, est doux, je dirais , l usurpateur qui se tiens devant son arrogance,je n aimerai pas être a sa place au jugement de la fin.prions pour lui.

  4. bayrou et le cocu idiot de service, tous les partis convoitent les quelques % de voix qu’il peut representer, pour ensuite passer 5 ans a essayer de s’en defaire….

    Entre un cocu et des partis opportunistes et profiteurs, on a un sacré ramassis d’en*ulés….

  5. Je m’amuse beaucoup : pensez donc , Bayrou a réussi ce tour de force à faire croire eu Roi soleil Macron qu’il était incontournable , pour remporter une élection !
    Bayrou , dont le parti est si réduit que l’ensemble de ses partisans pourraient se réunir dans une cabine téléphonique , s’il es restait !
    Et , puisque rien n’arrête ce bouffon , pendant la campagne présidentielle , on l’a vu et revu , s’indigner des affaires de Fillon , lui qui traîne aussi des gamelles !
    Mais la farce ne s’arrête pas là , le nouveau roi soleil , l’ayant emporté grâce à la presse , s’empresse de le nommer garde des Sceaux , et lui confie la rédaction de la loi  » moralisation  » !!
    Alors là c’est du grand guignol !
    Un ministre de la justice , qui se voulait le moralisateur , soupçonné de d’emplois fictifs!

    • non, ces quelques 5% de voix d’abrutis centristes votant cocu 1er interessent les autres partis… Macron se fiche bien de bayrou en tant que personne….

    • l ont va ressortir guignol, car la, c est terrible.le bayrou gardes des sceaux de quoi, si ce n est que la magouille entre vils coquins, comme pas deux.bayrou garde des sceaux, c est comme instauré a la brigade des sans peur et sans reproches.LE CHEVALIER BAYARD, SANS COUILLES ET POLTRON.

  6. Une chose est certaine , le dieu président vient de démontrer un aveuglement et un manque de discernement des plus inquiétant .
    Il n’avait pas besoin de la girouette Bayrou pour emporter cette élection , puisque son adversaire Fillon avait été éiminé par le presse aux ordres des banquiers , et il a fait preuve d’une totale incapacité de clairvoyance en nommant ce vieux cheval de retour à un poste aussi sensible .
    Comment a t il pu confier à ce type gonflé d’orgueil et de suffisance qui courtise tous les pouvoirs depuis des décennies , de préparer une loi sur la  » moralisation politique  » , ce Bayrou est à la morale ce que la prostituée est à la chasteté !

    • ce bayrou n est qu a la royauté, ce que les toilettes turques sont d usages chaques jours qui passent.un étron puant.

  7. Macaron se débarrassera de Bairou ( qui n’aime pas qu’on l’appelle Bayrou mais Baïïïïirou) quand il se sera débarrassé de Ferrand, ce qui n’est pas demain la veille…..

  8. Bayrou,la plus grande girouette de tout les temps,il y a 80 ans il aurais été fusillé !!

    • bayrou, le maire de pau, a trahis ses électeurs de cette belle ville de pau,bayrou que fait tu, sinon vendre la peau des francais, bayrou , l électron girouétte de son non parti, alliance avec juppé, puis retournement de veste, vers macron, aurai je dire dutronc,.habitants de pau viré cette raclure aussi vite que vous le pouvez.certes bayrou a écrIt quelques livres sur henri 4,dont j ai un exemplaire, et aurais du en restez la.un simple très petit historien de sa ville de pau.et quand l on sais que ce meme henri de france ,n a jamais vécu a pau, si ce n est qu épisodiquement, alors qu il vécu en albret, lot et garonne, a NERAC, une bonne parti de sa vie.BAYROU ,EST UN TRISTE SIRE, SI JE PEUX EMPLOYE CE MOT.BAYROU, N EST PAS UN ARISTOS, QUI DESCENDS DE LA ROYAUTE D HENRY DE FRANCE.LE ROY

  9. Ce qui est certain c’est que Bayrou est un véritable boulet …. Mais il a en quelque sorte légitimé Macron pour l’élection présidentielle. Affaire à suivre.

  10. Bayrou , l’homme qui se croit . Bayrou , l’invité des plateaux quand on ne peut en avoir de meilleurs. Bayrou , enfin la quadrature du cercle .

  11. Rêvons un peu : et si c’était Bayrou qui nous débarrassait de Macron ?

Les commentaires sont fermés.