Macron veut célébrer mai 68, parce qu’il en est l’héritier

Publié le 24 octobre 2017 - par - 35 commentaires - 1 256 vues
Share

Macron envisagerait, parait-il, de commémorer mai 68. L’information parue voici quelques jours dans l’Opinion aurait pu passer pour un canular. Pas du tout, l’Elysée confirme réfléchir à une évocation de ces événements  « sans dogmes, ni préjugés » pour « sortir du discours maussade ».
Quelle mouche a donc piqué Jupiter ? A priori l’idée parait absurde, voire saugrenue. Comment l’ancien banquier de chez Rotschild peut-il être nostalgique d’une époque qu’il n’a pas connue – et pour cause puisqu’il n’était pas né – et qui apparaît à ses yeux comme « le temps des utopies et des désillusions » ?
Faut-il voir dans ce désir d’évoquer les événements de 68 un trait de la personnalité complexe de l’actuel locataire de l’Elysée tiraillé par des tentations contraires ? Celle d’un personnage à double face, tout à la fois docteur Jekill et mister Hyde. Côté pile le dirigeant toujours impeccable en costume et cravate. Côté face le bobo fasciné par le romantisme révolutionnaire et qui joue à se faire peur.

En cela Macron apparaît bien comme l’héritier des « soixante-huitards », ces fils de bourgeois qui voulaient renverser l’ordre ancien pour le remplacer par une société post-moderne, sans hiérarchie ni entraves, tournée uniquement vers la jouissance. « Cours camarade, le vieux monde est derrière toi ! » proclamait une affiche de l’époque. Un slogan qui n’est pas sans rappeler « l’ancien monde » cher aux macronistes.

Un souffle révolutionnaire

Mais comment célébrer ces événements vieux d’un demi-siècle sans déchainer les passions et diviser un pays qui a surtout besoin d’unité ? Car mai 68 a profondément marqué les esprits et n’a laissé personne indifférent. Durant des semaines, un souffle révolutionnaire a tenu Paris et tout le pays en haleine.
Partie de la faculté de Nanterre au mois de mars, la contestation étudiante a rapidement gagné Paris, enflammant le quartier Latin livré aux émeutiers retranchés derrière des barricades. Les ouvriers ont ensuite rejoint le mouvement qui a vu défiler des centaines de milliers de manifestants dans les rues. Après les universités, les usines ont fermé, puis les administrations déclenchant la plus grande grève générale « sauvage » de l’histoire qui a totalement paralysé le pays pendant plusieurs semaines.

Est-ce cela que Macron veut commémorer ? Sont-ce les lanceurs de pavés trotskistes, maoïstes, anarchistes et autres casseurs qu’il compte mettre à l’honneur ? Veut-il saluer le courage et le sang-froid des policiers et des gendarmes confrontés à des situations de violence extrême?
N’oublions pas que le chef de l’Etat a été très marqué par Paul Ricoeur qui enseignait, à l’époque, à la faculté de Nanterre, berceau de la contestation étudiante. Que le philosophe est intervenu avec d’autres professeurs pour soutenir Daniel Cohn-Bendit, leader du mouvement du 22 mars, menacé d’exclusion.

 

Mascarade macronesque

Or, c’est Dany le Rouge, figure emblématique de mai 68, qui sera le principal conseiller, pour ne pas dire le maitre d’œuvre de cette mascarade macronesque. La boucle est ainsi bouclée. L’ancien agitateur soixante-huitard qui scandait avec ses camarades gauchistes« Elections=piège à cons »  – ce qui ne l’empêcha pas de faire une belle carrière politique comme député européen chez les Verts – va pouvoir reprendre du service.
Notre monarque républicain ne manquera pas de mettre en exergue les acquis sociaux résultant des accords de Grenelle signés le 27 mai 68 entre le gouvernement et les syndicats après d’âpres négociations. Celui qui dans son interview au Point du 31 août dernier expliquait que la France est « un pays qui se réforme moins qu’il ne se transforme dans des spasmes soudain » soulignera bien entendu que c’est à ces évènements que l’on doit l’augmentation de 35% du SMIC, la 4e semaine de congés payés et l’augmentation de 10% de tous les salaires.

Evoquera-t-il avec le même enthousiasme les dégâts causés à la France par la « chienlit » pour reprendre l’expression du général de Gaulle, le chef de l’Etat d’alors ? Le désordre moral qui s’ensuivit avec l’idée pernicieuse de la permissivité dans tous les domaines traduite par le fameux slogan : « Il est interdit d’interdire ! » placardé sur les murs ? La dictature du relativisme imposée comme une valeur libératrice ? Les frontières abolies entre le bien et le mal, le laid et le beau, le vrai et le faux ? Bref, le délire complet d’enfants gâtés d’une société d’opulence qui vivait la fin des trente glorieuses à une époque où la France ne comptait que 500 000 chômeurs.

Dégâts irrémédiables

Et l’Education nationale ! Pourra-t-elle se relever un jour des dégâts irrémédiables causés par cette pseudo révolution qui a détruit l’école de Jules Ferry et de Ferdinand Buisson ? Au diable la discipline ! Fini le respect dû au maître ! Supprimé le classement qui provoquait une saine émulation entre les élèves. Cinquante ans après un mouvement inverse semble se dessiner. L’opinion réclame plus de discipline à l’école et se montre favorable au port de la blouse, voire de l’uniforme pour les élèves.

Attention. Il ne faut pas trop jouer avec le feu ! Vouloir commémorer en grandes pompes ce moment d’illusion lyrique collective comporte des risques. La France d’aujourd’hui n’est pas celle des années soixante. Le monde aussi a changé. Le communisme est mort. Il a été remplacé par le totalitarisme islamique qui constitue une menace mortelle pour notre société. Plutôt que de se pencher sur ce moment de folie collective qui a pris fin en quarante-huit heures lorsque le peuple s’est lassé de ces images de violence diffusées par la télévision, Macron ferait mieux de consacrer cet argent à informer les Français des dangers bien réels que court notre pays. « Ca va très mal finir ! » confiait récemment Nicolas Sarkozy à propos de Macron qu’il trouve déconnecté de la réalité. L’ancien président de la République craint qu’il se produise en France une « éruption politique ». Et cette fois il y a tout lieu de penser que ce ne sera pas une révolte de bisounours.

Alain MARSAUGUY

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
angora

c’est pas grave! plein de gens vont etre encore déconcertés par ce « p’tit gendre parfait »…..qui ne fait que les décevoir.

Erik Lefrançois

Tout à fait . C’était les mondialistes qui souffraient d’une France trop forte . Comme les deux guerres ne l’avait pas assez affaibli à leur goût ,il fallait décapiter le chef qui résistait . Mai 68 ,Cohn -B. n’y est pour rien . Il est le paravent des globalistes de l’époque .Le but des mondialistes ? Affaiblir toutes les nations qui bloquent cette idée de no border , un gouvernement mondial avec des gens nommés pas élus et des riches plus riches encore ( Soros , Amazon -WaPo – Whole Food -Bezos , Zuckerberg -Facebook )et que des pauvres de l’autre côté, soumis et heureux de l’être .

Erik Lefrançois

Aucune admiration pour ce type et encore moins pour sa fausse réussite de mai 68 . Mai 68 , un événement type à la GEORGE SOROS . Des gens payés pour faire la casse et entraînés une masse . Au printemps , qui n’est pas prêt à sortir pour manifester ? Une vraie manif ,c’est quand il fait froid . Pas quand le beau temps nous appelle à l’extérieur .

Lebut de 68 ? Amener le chaos ,déstabiliser ce qui a fait ses preuves et après se proposer en solution. Cohn -B. a gagné le point de ses patrons mais sa société est un échec .

marisai@orange.fr

Ce « mec » ? BEURKKKKK !

Philippe Coutel

Je me souviens très bien de cette photo où Cohn Bendit se moquait d’un CRS qui lui avait ordre de rester passif. J’ai trouvé ça d’une particulière lâcheté, et c’est pour ça que j’ai quitté mais 68. J’avais vingt ans. De plus je ne comprend pas que Cohn Bendit semble en être fière alors qu’il devrait plutôt avoir honte de sa veulerie.

angora

c’est aussi cohn bendit qui prônait la pédophilie …(« si ça plait à l’enfant, » qu’il disait)..avant de se rétracter quelques années plus tard. c’est pourtant très grave car à cause de lui des pervers ont pu s’en donner à cœur joie. en toute impunité.

la générale BOHL;

Ce son t les petits bourgeois merdeux et incultes qui ont tiré les marrons du feu de 68 les ouvriers employés et autres travailleurs se sont vu confisquer la parole, par des petits salauds nullards et feignants qui maintenant se couchent devant l’islam et ,préfèrent les racailles aux travailleurs….Je l’ai compris trop tard, ..

RICHARD COLETTE

commémorer mai 1968 faut vraiment être taré pour le faire!!! le macron est né en 1977 donc c’était déjà de l’histoire ancienne et franchement fêter ce moment est parfaitement imbécile ! tout ce qu’il prouvera par là c’est que son cerveau est bien petit ! délire complet d’enfant gâté effectivement !

dufaitrez

J’étais dans une Banque Nationale à l’époque, située au coeur des événements…
Huit jours chômés, payés, pour participer à la Fête ! Véridique !
La Chienlit avait gagné, avec ses suites sociales et surtout morales, que nous trainons encore maintenant !
La Révolution estudiantine, Sorbonne, etc… Lourde de suites !
Celle de 89 fut du même ordre, Terreur, changement de Société.
Alors 22 Mars et 14 Juillet ? Fêtes Nationales ?

André Léo

Macron fera peut-être danser pour le 50ème anniversaire de la contre-révolution communautariste de 68, pour ce qu’elle est: une division mortifère de la société devenue ramassis de communautarismes et d’individualismes tueurs de libertés. Diviser pour régner et manipuler les cervelles…
Tocqueville et d’autres avaient déjà montré que l’anarchie, l’absence d’état fédérateur, était la mort des Nations. Cohn Bendit fut chargé de démolir le PCF en fin de guerre froide, est l’exemple de ce que fut mai 68 côté gauchistes : la « chienlit » communautariste, le désordre qui divise et permet toutes les outrances et les dictatures. L’identité heureuse de Juppé le centriste s’est transmutée en macronisme ultralibéral. Quelle différence pour le vulgum pecus?

AlbertGam

Le communisme n’est pas mort !

Il a changé de visage et il est toujours aussi dangereux !

Et il est toujours aussi copain avec son avatar le socialisme !

Même les agitations de Mélenchon ne sont qu’une façade pour noyer le poisson.

Le communisme n’est pas mort, il est au contraire bien vivant ! Et il travaille main dans la main avec le socialisme au pouvoir !

karapaok

Ah 1968 la belle époque ! celle où Cohn Bendit se vantait de ses prouesses pédophiles dans son livre !!!!
il faut savoir que ce charmant personnage n’a demandé la nationalité française qu’il y’a peu de temps car dans son pays , à chaque apparition publique, des gens lui rappelait son passé (passé ?) pédophile !!!!
il a donc émigré définitivement chez nous car c’est bien connu : En France la gauche est parasitée par des pédophiles notoires dans le plus grand silence des merdias qui ne voient des pédophiles que chez les prêtres catholiques, les musulmans étant absous de tout, comme les gauchistes…

la générale BOHL;

Je me demande d’ailleurs si les pays du Maghreb, ne tiennent pas nos têtes pensantes par les ….noix ………Vu que le tourisme sexuel se portait bien dans certains pays de l’aveu même d’un de mes collègue dans les années 70. Ils doivent avoir des dossiers ……..prêts à exploser……

Simone GUTIERREZ

Bien vu !
Debbouze , accusé de meurtre , et Cohn Bendit , coupable de pédophilie , ces deux zigotos ne peuvent évidemment parader sur les plateaux télés que parce qu’ ils sont des lèche-bottes appartenant à la bien pensance .
Imaginez un peu Zemmour ou Finkielkraut affublés de casseroles pareilles !?!?
Impossible ! Ils ne pourraient pas ouvrir la bouche sans qu’ une hyène comme Moix , Ruquier , Lapix ou Cohen leur rappelle leur passé .
Pour Debbouze et Cohn Bendit : ça passe , pas de souci , tout est pardonné ! Inouï !

Erik Lefrançois

Les mondialistes et la pédophilie , c’est jamais bien loin l’un de l’autre: Podesta aux USA et son Pizzagate , Jeffrey Epstein , Weiner ( mari officiel de Huma Abedin bras droit ( Muslim Brotherhood ) de Hillary . Des princes saoudiens ,la famille royale de UK , les producteurs de Hollywood , des dirigeants de grands media américains .

Yves ESSYLU

Ce Con Bandit a toujours été puant

victoire de Tourtour

Il avait mis pas mal de temps à présenter des excuses à Paul Ricoeur après lui avoir déversé une poubelle sur la tête, en 70, alors que ce dernier avait pris son parti en 68. Mais Cohn-Bendit fait partie de ces gens de gauche qui détiennent le Vrai, le Bien, le Bon, le Beau, le Juste…

le Franc

macron ou le « parti révolutionnaire mexicain institutionnel » ; but ? -détenir le pouvoir officiel tout en contrôlant sa partie incluse pseudo « remuante-oppositionnelle » à travers melenchon-garrido-corbière ; surtout ne pas donner un seul instant de visibilité à la véritable opposition AFD FRANCO-GAULOISE de ce pays……d’ailleurs, à part mère levy et zemmour, qui seuls sont dépêchés à « défendre » l’identitaire, quel est le Souchien authentique censé représenter la fraction légitime et propritétaire du terrain France invité comme tel dans les medias ? -aucun, puisque le Peuple Gaulois a été mis sous tutelle.

JILL

Mai 68,une révolutionnette,faites par des révolutionnaires d’opérette …Petite cause donc,mais néanmoins gros dégâts dans notre culture et dans notre société .

JILL

Mai 68 …triste héritage,dont l’EN a été la principale victime .

victoire de Tourtour

Exact: 1969, création du corps des PEGC, qui pouvaient tout « enseigner », à la demande, et se targuaient d’être les détenteurs de la pédagogie conforme; ils /elles n’ont pas peu contribué à commettre des dégâts à l’EN, avec la bénédiction des syndicats..

Vladimir Trump

Prochaine étape: légalisation de la pédophilie.

Edgar

Macron- Cohn-Bendit : qui se ressemblent s’assemblent !

Joël

Célébrer l’anarchie qui a fait de la France un « bordel » c’est bien du macron, ça.

Lionel

Une vision assez biaisée et réactionnaire de mai 68 selon moi.
« délire complet d’enfants gâtés d’une société d’opulence »? Et pourtant « augmentation de 35% du SMIC, la 4e semaine de congés payés et l’augmentation de 10% de tous les salaires. » De telles augmentations ne prouvent-elles pas que les entreprises et l’Etat avaient une marge considérable? Cela ne prouve-t-il pas que la classe ouvrière n’a pas autant profité des Trente Glorieuses que ce qu’elle aurait pu (ou dû)?
Aaaah le bon vieux temps où les ouvriers pouvaient difficilement s’opposer au patron, sans liberté syndicale, avec des semaines allant jusqu’à 48h, avec des allocations familiales et un minimum vieillesse limités, un salaire qui augmentait peu…

Vincent L.

« le bon vieux temps où les ouvriers pouvaient difficilement s’opposer au patron »… vous plaisantez, je suppose. J’ai connu les années 60 et 70 (début des années 70) ou un employé pouvait rendre son tablier sur le champ et retrouver du boulot le lendemain. Les grèves également étaient plus faciles. Allez donc faire grève avec 10 % de chômeurs (je parle bien sûr du privé). Le grand patronat avec notamment l’immigration et les délocalisations a bien ficelé le marché du travail. Et on a même ajouter le plombier polonais pour faire taire ces salauds d’ouvriers. Et toutes les avancées sociales que vous évoquez en partie à juste titre (Oui le grand patronat pouvait faire mieux mais c’est encore vrai aujourd’hui) ont été laminées par une inflation à deux chiffres. .

Ceutron

Il faudrait suivre des cours d’histoire et d’économie d’école primaire.
Augmenter les salaires de 10% ‘ sans accroissement de taille et de richesse du pays a simplement créé 10% d’inflation les années suivantes
Lâcheté démagogie de Pompidou. Médiocrité des syndicats et des millions de veaux debiles et gâtés de l’époque
Comment un pays ne produisant rien pendant un mois aurait il pu augmenter EN VRAI la richesse réelle. ?
Comme la saloperie des 35 heures payées 39

Colonel de Guerlasse

La rue Gay Lussac c’était quand même quelque chose. Vous savez ce qu’on a fait en premier à Reims ? Envahir les cités de filles. On connaît la suite, la libération de la femme, et coquette depuis prend toujours son pied. Mais le danger rôde, les castratrices hystériques (dont la Yvette ROUDY qui vient de fonder une fondation, pléonasme) n’ont pas renoncé à nous couper les joyeuses.

Sans dents & rien

C’est marrant , quand j’entends « héritier » , je pense « rentier » ; car il nous en coûte des sous ce parasite à forte capacité de nuisance comme il se dit aujourd’hui !

Sans dents & rien

C’est marrant , quand j’entends « héritier » , je pense « rentier » ; car il nous en coûte des sous ce parasite à forte capacité de nuisance , comme il se dit aujourd’hui !

Lys

Macron ferait mieux de consacrer cet argent à informer les Français des dangers bien réels que court notre pays. « Ca va très mal finir ! » confiait récemment Nicolas Sarkozy

Comment pouvez-vous nous citer une phrase du traite Sarkozy? (l’homme qui dit tout et son contraire) qui ne vaut pas plus qu’un Hollande ou Macron!!!
le nabot ose déclarer « Ca va très mal finir ! » la FAUTE A QUI ????? lui bien sûr est amnésique !!!! qui est allé déstabiliser la Lybie avec son pote BHL ? qui nous a IMPOSE la discrimination positive au détriment des nôtres? qui a IMPOSE de gré et de force le métissage? qui a réduit considérablement les effectifs de notre police ? qui devait passer le karcher dans les banlieues ? et j’en oublie tant ce sale type à fait du mal à notre pays, s’est pourquoi votre cit

HARGOTT

J’ai plutôt compris que Sarko, admirant le Macro, avait peur pour lui » cela va mal finir » et il ajoutait; « il ne dort que trios heures par nuit.

Ceutron

Exact. Il faut cesser de prendre référence sur les paroles sans valeur de la superordure Nagyi y bocsa

Qui ne pense même pas ce qu’il dit

bitemol

Cohn Bendit : un pédophile pro américain, payé par les bombes et les missiles de Lagardère.

rambeau

et qui se targué de pisser sur le drapeau francais