1

Macron veut donner à Zemmour une leçon de dignité : faut oser!

Alors que le meeting géant de Zemmour au Trocadéro a été un succès historique, dans les annales de campagnes présidentielles, avec 100 000 participants et une ferveur inégalée, les minables gratte-papier qui vomissent Éric Zemmour  focalisent sur les 10 secondes où quelques énergumènes ont scandé « Macron assassin », au beau milieu du tumulte ambiant.

Malgré cette éclatante démonstration de force, la presse a donc trouvé son os à ronger. C’est dire l’éthique de la profession, totalement shootée au poison mondialiste et imperméable à toute impartialité. L’attaque est évidemment ciblée, car je reste persuadé que dans un meeting de Mélenchon, personne n’aurait relevé l’incident.

Il est évident que la presse gauchiste enrage, elle qui espérait un fiasco, après avoir déversé continuellement un déluge d’insanités et de mensonges sur notre candidat patriote, dont le seul tort est de vouloir protéger son pays et son peuple. Il est vrai que depuis bien longtemps, le patriotisme n’est plus considéré comme une vertu, mais plutôt comme une menace pour la paix.

Zemmour a déclaré ne pas avoir entendu ces propos et les a évidemment condamnés.

De son côté, le vertueux Emmanuel Macron, modèle de dignité comme chacun sait, a ironisé :

« Il y a deux hypothèses. La première c’est l’indignité, qui me semble la plus crédible, mais ce n’est pas une surprise. La deuxième, c’est la méconnaissance d’une réforme très importante du quinquennat, le 100 % santé. Maintenant, les prothèses auditives sont 100 % remboursées. J’invite le candidat malentendant à pouvoir s’équiper »

Passons sur le côté ironique du propos. Après tout, Zemmour a le droit d’être dur d’oreille…

Je préfère m’attarder sur la leçon de dignité que nous donne Emmanuel Macron.

Voilà un président qui a insulté maintes fois la France et le peuple français, y compris à l’étranger, un président qui s’est enroulé de façon indécente avec des jeunes Noirs dépoitraillés à Saint-Martin, un président qui a laissé chanter des insanités sur les marches de l’Élysée, comme « Suce ma bite et lèche mes boules », et c’est ce monsieur qui ose taxer Zemmour d’indignité !

La dignité, Monsieur le Président, ce n’est pas accuser la France de crime contre l’humanité et de barbarie devant les autorités algériennes.

La dignité, ce n’est pas accuser notre armée de torture en Algérie.

La dignité, ce n’est pas traiter les Français de fainéants, de moins-que-rien, d’alcooliques et d’illettrés.

La dignité, ce n’est pas propager des comportements ignobles comme ci-dessous.

La dignité, ce n’est pas s’extasier quand on chante « suce ma bite et lèche mes boules »

Par conséquent, Monsieur le Président, vous avez perdu une occasion de vous taire.

Vous avez raté votre quinquennat, vous nous avez ruinés pour plusieurs générations avec 600 milliards de dettes supplémentaires, vous avez disloqué la nation avec votre immigration démentielle, vous avez mécontenté 84 % des Français qui ne souhaitent pas votre réélection.

Vous êtes un « patriote européen » ce qui vous disqualifie totalement pour juger Éric Zemmour, dont l’amour de la France transpire dans chacune de ses paroles alors que vous, vous insultez notre pays depuis toujours, allant jusqu’à lui dénier sa propre culture et jusqu’à vouloir déconstruire son Histoire.

Zemmour est un grand patriote, vous êtes le fossoyeur de la France. Votre quinquennat n’est qu’une vaste entreprise de démolition.

Avec vous, la France est passée du 5e au 7e rang mondial. Ce désastre sans précédent vous disqualifie à jamais.

De l’héritage des Trente Glorieuses légué par le général de Gaulle il ne reste qu’un champ de ruines. Tout le pays est à reconstruire.

Alors, de grâce, Monsieur le Président, n’accusez pas vos adversaires d’indignité en le prenant de haut. Une majorité de Français vous méprise et ne veut plus subir vos délires mondialistes qui nous détruisent.

Jacques Guillemain