1

Madame Belkacem, il n’y a pas de burkini sur les plages algériennes

TCHOBelkacemDrapeauEnversBD

Les petits caïds de Sisco seront défendus avec l’argent du Qatar.

Leurs avocats commis d’office ont été remplacés par des avocats qui seront rémunérés par le Qatar, selon les révélations d’un ancien sous-directeur de la DGSE.

Le Qatar ! L’Arabie Séoudite ! Ces deux pays dans lesquels les femmes n’ont aucun droit. Ces deux pays qui s’investissent toujours plus dans notre pays. Les mosquées. Les imams. Les prédicateurs. Les banlieues « défavorisées ». La défense des petites crapules musulmanes, aujourd’hui.

Et demain, jusqu’où iront-ils?

Et jusqu’où nos dirigeants les laisseront-ils aller ?

Imaginez l’ampleur qu’a prise cette djellaba de baignade pour que deux Etats tels que ceux-là, très religieux islamiques, se permettent de s’ingérer dans nos affaires de Justice !

Bien sûr, si notre Conseil d’Etat n’est lui-même pas capable de condamner les actions révoltantes des musulmans, nous ne voyons pas pourquoi ces gens-là se priveraient de venir, officiellement, nous imposer leur sharia.

Il nous a semblé important de faire savoir au Conseil d’Etat et à ses juges autoproclamés, ce qu’est la réalité dans d’autres pays musulmans que ces deux-là.
Qu’ils soient République ou Royaume, ces pays du Maghreb ont, aussi, des plages méditerranéennes fréquentées par les musulmans pendant la période estivale.

Tous les défenseurs de la djellaba de baignade qui sont montés au créneau après l’affaire qui a enflammé l’été corse, pourront ainsi s’apercevoir, photos à l’appui, que les simagrées de ces provocatrices ne sont pas seulement le fait de quelques musulmanes « pieuses » vivant chez nous mais qu’il y a bel et bien, derrière elles, la volonté de pays extrêmement religieux, comme le Qatar et l’Arabie Séoudite, de transformer l’islam tel que les musulmans le pratiquent en France.

Et l’Algérie le sait. Elle sait que, tapies au fond des mosquées, en France, l’Arabie et le Qatar se tiennent à l’affût. Elle sait que quelque 10 millions de ses ressortissants habitent en France ou sont même devenus Français. Elle sait qu’il y a un danger majeur à leurs manigances. Il faudrait déjà si peu pour que ce pays replonge dans l’enfer des années 90…

Et, dans ce pays qui lutte depuis bientôt trente ans contre ceux qu’on appelle, à tort, des islamistes, les femmes ont conservé une liberté qui s’apparente à celle que vivent les Françaises.

Nous ne parlons, ici, que de la religion musulmane. Pas de la haine – le mot n’est pas trop fort – que nous témoignent certaines gens des pays du Maghreb.

Et le Conseil d’Etat, par sa résolution, s’est prononcé en faveur de la religion musulmane, wahhabite ou qatarie, en tout cas de l’islam dont nous ne voulons pas.

Oserez-vous dire que l’Algérie n’est pas un pays musulman ? Dénigreriez-vous toutes les Algériennes parce qu’elles ne se comportent pas comme ces musulmanes emburqanées en France ? Par votre décision suspendant les arrêtés municipaux, vous avez « jugé » qu’elles n’étaient pas de « bonnes musulmanes ».

Et pourtant,

Sur ces trois dernières années, 2014, 2015, 2016, plusieurs quotidiens algériens en ligne, en soulevant, à l’approche de l’été, le problème de l’insalubrité des plages et la nécessité pour les citoyens algériens de se conformer à la plus élémentaire propreté, celle de ne pas jeter d’ordures dans ces espaces publics, ont publié des photos de leurs plages qui n’ont rien à envier aux nôtres.

Certes, hors saison, les plages algériennes n’ont pas l’heur de vous inviter au farniente. Mais pas plus aux Algériens qui s’en plaignent. Et, dès les mois d’avril et mai de chaque année, les « walis », les maires des communes estivales algériennes, s’empressent de faire nettoyer ces plages devenues, un temps, dépotoirs.

Pourquoi ? Parce que les Algériens aiment aller à la plage.
Ils y vont en famille, c’est une coutume. Mais des familles qui ne ressemblent pas du tout à celles qui ont squatté la plage de Sisco, cet été et que vous avez aidées, les autorisant à recommencer sur toutes les plages du littoral français.

Les photos qui suivent prouvent que les musulmans, en Algérie, savent se côtoyer sur les plages sans faire le cinéma que nous imposent les musulmans en France.

Et ils sont très nombreux chaque été à se rendre sur leur côte méditerranéenne pour profiter des plaisirs de la mer.

Plagealgerienne3 Plagealgerienne2Non, Messieurs, les Algériens, comme les Tunisiens ou les Marocains, ne cherchent pas les coins les plus isolés pour profiter des bains de mer.

« toutdz.com », publiait en mai de cette année, un article sur la plage de Chenoua, proche d’Alger.

Si le titre semble négatif : « A Chenoua-plage, entre les tas d’ordures et les plagistes, les estivants pris au piège », la photo des baigneurs est une bouffée d’air pur pour les non musulmans que nous sommes.

En effet, nous pouvons y voir des femmes algériennes se baigner en maillot de bain -normal- au milieu des hommes et des enfants. Quoi de plus normal ?
PlagelgerienneIl en a été de même, l’an dernier, lorsque le magazine de France3, Thalassa s’est rendu en Algérie pour son émission hebdomadaire et a filmé les plages algériennes, sur le vif.
Ces quelques prises de vues saisies dans le reportage en disent plus long que bien des commentaires.

Eh oui, MM. du Conseil d’Etat, les Algériennes sont de bonnes musulmanes. Ce qui ne les empêche pas de rejeter, dans leur pays, le radicalisme pur et dur des islamistes qui tentent par tous les moyens d’imposer leurs lois barbares en France.
Et devant lesquels vous pliez misérablement.

Quant à la ministre Belkacem, au lieu de défendre sa musulmanité, elle aurait été mieux inspirée de défendre le droit de la femme musulmane à devenir l’égale de l’homme.
Mais il est vrai qu’elle s’est montrée en musulmane soumise, baissant les yeux devant un musulman qui affirmait son radicalisme sur un plateau télé.

Vous et elle avez manqué de discernement en prenant position pour des extrémistes manipulés par le Qatar et l’Arabie Séoudite, représentés par toutes ces associations de musulmans, en France, qui ne cherchent que l’affrontement pour mieux nous imposer leur radicalisme.

Vous tous, défenseurs des djellabas et autres voiles impudiques, réfléchissez au devenir de notre pays. Réfléchissez aux conséquences de vos jugements inconsidérés.

Vous laissez libre cours à l’instauration, en France, d’un islam sectaire, barbare, celui de vos amis Séoud et Qataris.

Vous encouragez, par vos condamnations des Français non musulmans, réfractaires à cette religion, la multiplication des provocations de cette engeance d’un autre âge qui condamne, à son tour, les musulmans qui ne se reconnaissent pas dans cet intégrisme.

Parce que vous savez qu’ils ont peur des représailles.

Vous ne devriez pas avoir ce pouvoir qui vous permet de changer la vie des Français.

Danièle Lopez