Madame Bouteldja, arrêtez de dénigrer le pays qui vous nourrit

Publié le 9 janvier 2012 - par - 3 212 vues

Être Français ou Française, c’est avant tout aimer la France, son histoire passée, présente et à venir, avec ses zones d’ombre et de lumière mais aussi se montrer digne en vers elle et ne pas déverser des tombereaux de haine à son égard à la moindre occasion. Aimer la France, c’est la défendre et l’honorer, lui rendre ce qu’elle donne à chacun d’entre nous, qu’on y soit né ou venu d’ailleurs, chaque jour qu’Allah dessine.
Pourquoi il y a tant de rancœur, de haine dans la bouche de certains citoyens français de confession musulmane envers la mère patrie? Pourquoi ne veulent-ils pas accepter la culture des siècles des lumières?
Trop de questions me traversent l’esprit quand je pense à ces Français venus d’ailleurs parfois au péril de leur vie mais une fois admis et reconnus sur le sol de France et de Navarre, se transforment en ennemis de ce beau pays qui les a accueillis et nourris.

Quand Mme Houria Bouteldja crie haut et fort sa haine à l’égard de la France, ignore-t-elle qu’elle est jalousée sur les rives sud de la Méditerranée? Elle ne sait pas peut-être que des milliers de jeunes de ces contrées au péril de leur vie plongent dans la mer Méditerranée dans l’espoir de prendre pied sur le sol européen et particulièrement celui de France? Mais comme elle est dans le délire, elle ne pourra pas s’en rendre compte, et surtout elle ne pourra pas quantifier la chance qu’elle a de vivre sur le territoire de Jeanne d’Arc.
Oublie-t-elle sciemment qu’elle ne pourra pas éternellement se considérer comme une victime d’une histoire dont elle ignore les détails?
Convoquer 1830 à la légère sans aucun repère historique, c’est facile et jeter l’anathème sur les autres et de ne pas se remettre en cause, c’est aussi facile mais il est difficile d’assumer l’héritage de ses ancêtres quand il n’est pas documenté.

Ignore-t-elle encore que les causes de la colonisation de l’Algérie par la France, étaient le fruit du comportement des Ottomans et de l’ojjak des janissaires( état major) de la régence d’Alger et de la piraterie qu’ils pratiquaient à grande échelle en Méditerranée au nom d’Allah? Sait-elle au moins que Hussein Dey s’était sauvé en 1830 à la vue des navires Français dans la baie de Sidi Ferruch en laissant Alger sans défense?
Il est facile de crier sa haine quand on ne sait pas comment les évènements s’étaient déroulés.
Que Mme Boutedja arrête de ressasser le passé et laisser les historiens s’en occuper…

Alors moi venu d’ailleurs, je profite de l’occasion qu’elle me donne pour lui rappeler certains vérités.

En premier les Algériens ne sont pas des Arabes, ils furent colonisés par ces derniers par le glaive du Coran et sa magie.Et ces mêmes Arabes mirent plus de trois siècles pour islamiser mes ancêtres les Berbères mais ils ne parvinrent pas à les arabiser définitivement.
Il est vrai qu’à l’heure actuelle, certains Berbères prétendent qu’ils sont plus arabes que les Arabes. Ils sont dans la surenchère pour plaire à leurs maîtres venus de la Mecque pour les dompter, eux les descendants des Amazighs (les hommes libres).
D’autres sont devenus Français par le hasard de l’histoire et décider à leur place en leur imposant ce qui est bon pour eux, ce temps-là est révolu, à moins que Mme Bouteldja soit encore imprégnée par la logique islamique qui commande que l’imam et le prince soient chargés de réfléchir et de décider à la place de leurs ouailles. Eh bien, elle se trompe d’époque et de pays.<br /
Demander aux jeunes des banlieues de suivre l’exemple du printemps arabe, c’est se masturber l’esprit, c’est prendre ses désirs pour la réalité… Peut-être que certains jeunes français originaires du Maghreb pétris dans le magna islamique, suivraient cet appel, mais l’immense majorité ne tomberont pas dans le piège islamiste pour lui servir de marche-pied et en tirer profit sans faire le moindre effort afin d’éviter de se lever tôt chaque matin comme le font des millions de Français pour gagner leur vie.

Sait-elle que le printemps arabe s’est transformé en tyrannie islamique?
Elle et l’ami Tariq, font de la gesticulation et de la propagande islamistes, sans plus. Ils n’apportent aucune solution réelle à ces jeunes dont ils veulent en faire uniquement des ponts sur lesquelles ils marcheront sans scrupule pour leur ambition personnelle.

Le combat de Mme Bouteldja est avant un combat matérialiste, elle veut une place au soleil comme avait fait avant elle la présidente d’une association qui disait défendre les femmes musulmanes. Le résultat est si brillant de cette association dite: Ni Putes, Ni Soumises, est bien cotée avec ses déboires à répétition.

Vouloir s’accaparer l’histoire d’un pays pour faire la politique dans un autre pays, est dangereux, c’est une voie sans issue.
Et s’accoquiner avec un chef de la mouvance islamique qui tient à islamiser la terre entière, c’est machiavélique. Un combat perdu d’avance. L’islam a montré son vrai visage et les Français ne sont plus dupes, on ne pourra pas les tromper éternellement.

Mme Bouteldja doit savoir que toute vérité n’est pas bonne à entendre, alors je vais lui conter quelques unes, insupportables à ses tympans à ceux de ses mentors opportunistes…

Et pourtant avant de s’enflammer, elle ne doit pas perdre de vue qu’elle a une dette vis à vis de la France, le pays qui l’a éduquée.

Pour commencer, je vais faire témoigner le sort réservé par les Ommeyades à Tarik IBn Zyad, un chef guerrier berbère de la tribu Iznaten dont ils avaient arabisé le nom pour mieux l’asservir. Après avoir conquis l’Espagne, il fut accusé par son chef arabe Moussa Ibn Noçaïr d’avoir subtilisé le pied d’une table en or massif. Il fut alors convoqué sous bonne escorte à Damas auprès des Ommeyades pour être entendu par le Calife AL Walid Al Malik en 715 après JC où il fut emprisonné et traité d’impie. Il mourut en 720 après JC, enchaîné dans une prison à Damas. Entre-temps, la place de gouverneur d’El Andalous, qui devait normalement lui revenir, vu sa bravoure et ses états de service durant la conquête islamique, fut attribuée à un Ommeyade, un Arabe de souche, car il n’avait pas droit d’accéder à ce poste. Il avait oublié qu’il était avant tout un berbère, un porteur de seau, un imposteur arabe mentalement colonisé et qu’il avait combattu pour la victoire de ses maîtres, les Quoreichites.

Comment disent les musulmans: le pieux doit se servir le premier avant de penser aux autres.

Mahomet, n’avait-il pas décrété de prendre le cinquième des butins de guerre pour Allah et pour lui?

Point de reconnaissance pour les autres….

Quant à l’émir Abdelkader (né en 1808 Mascara-Algérie et mort en 1883 à Damas), dont beaucoup d’Algériens d’ici et de là-bas s’en inspirent, qu’ils sachent que ce dernier, après avoir combattu la France durant 15 ans, devint son fidèle allié et ami. N’avait-il pas signé avec ses ennemis d’hier, un traité en marbre qui mettaient à l’abri du besoin sa nombreuse descendante( il avait laissé neuf veuves) pour longtemps? N’avait-il pas obtenu des autorités françaises de l’époque le grand-croix de la légion d’honneur et aussi n’était-il pas titulaire de l’ordre de Pie IX? N’était-il pas devenu un franc-maçon? N’avait-il pas pratiqué l’esclavage pour acheter des armes auprès des Portugais pour mener la guerre sainte contre les Infidèles? N’avait-il pas fait la politique de la France au Cham( Syrie et Liban) au moment du déclin du califat ottoman au XIX siècle? N’avait-il pas condamné par une fatwa l’insurrection des Kabyles contre la présence française en Algérie, en 1871 et dont nombreux d’entre eux furent déportés en Nouvelle Calédonie et à Cayenne en Guyane en compagnie des communards parisiens?
Quant aux Turcs, leur colonisation en Algérie, fut une véritable catastrophe sur les berbères. Leur présence en Algérie signifiait piraterie et impôts injustes dans la mémoire collective berbère. Ils avaient pourtant gouverné l’Algérie durant trois siècles au nom de l’islam…
Que Mme Bouteldja arrête de déverser sa haine envers le peuple Français, car elle ne sait pas peut-être que le Mouvement National Algérien était né à Paris à partir de 1920 et ceci grâce aux ouvriers kabyles qui, au contact à d’autres collègues à eux, des syndicalistes engagés, avaient pris conscience, de l’existence d’une nation algérienne mais qui fut en cours de route sabordée par l’incursion de l’islam dans le mouvement qu’ils avaient crée et surtout par l’action désastreuse du prince druze Chakib Arsalan sur Messali Hadj, en lui parlant de la Nation Arabe pour le berner. Et on sait maintenant comment la mort de ce mouvement laïque fut programmée.
Mme Bouteldja doit relire les manuels d’histoire et ne pas prendre pour argent compte ce que disent les Arabes du Moyen Orient à l’exemple du frère Tariq qui veut utiliser la naïveté des français originaires du Maghreb pour faire son business et propager l’islam conquérant et raciste.
Et que Mme Bouteldja comprenne que la relation entre la France et l’Algérie est différente des autres pays, tels le Maroc ou la Tunisie…
Car cette relation est marquée par l’amour, les larmes, le sang et beaucoup d’échanges intimes qui dépassent la haine ou le mépris, en quelque sorte une affaire de famille qui n’a pas besoin de conseils venus d’ailleurs.
Elle n’a pas aussi besoin d’intermédiaire comme un Tariq Ramadan ou un Erdogan…

M Tariq Ramadan devrait promouvoir la liberté dans les pays sous domination d’Allah où les droits des minorités religieuses sont bafoués au nom du coran, sans oublier ceux des femmes et surtout qu’il pense aux conditions de vie de ses frères de religion qui ont le triste record de pauvreté et de taux d’analphabétisme le plus élevé au monde ( 3% de la population détiennent 80% de la richesse produite dans les pays islamiques et 75% de cette dernière vivent sous le seuil de pauvreté qui est de 2 dollars par jour.50 % des hommes sont analphabètes et plus de 70% des femmes le sont aussi- sources des Nations Unis) au lieu d’inciter les jeunes des banlieues françaises de se révolter contre la laïcité et contre leur pays.
M Tariq Ramadan doit se poser la question suivant: quelle en est la cause de e désastre humain?
La réponse de ce retard est dû à l’islam mais il ne l’avouera jamais.

Quant à M. Alain Gresh, il devrait se soucier du sort de ses frères Coptes d’Egypte au lieu de s’agiter inutilement en cautionnant les islamistes qui sont des ultra-libéraux mais aussi des esclavagistes. Il ne peut pas dire le contraire à moins qu’il soit de mauvaise foi. Le Coran et les Hadiths sont parfaitement limpides sur le sujet.
Et les Coptes ont ardemment besoin de sa plume en ces moments d’incertitude où ils sont assaillis de tous les côtés par l’hydre islamique.

Où sont passés les donneurs de leçons et les faiseurs d’opinion du vivre ensemble pour les remettre en place et leur signifier la fin de la récréation? Où se cachent les gourous du mensonge et de l’occultation, qui sont aptes à s’enflammer dès la moindre critique contre les dérives sectaires de l’islam?
Mais face aux dépassements de soeur Houria et du frère Tariq qui dépassent l’entendement, ils sont devenus subitement autistes, inaudibles, muets…

Quand la tyrannie islamiste, égorgeait à grande échelle en Algérie durant les années 1990, beaucoup d’Algériens laïques ont trouvé refuge en France mais pas chez les Arabes du Moyen Orient,, même pas en Turquie, et encore moins en Arabie Saoudite, le pays exportateur de la haine islamique.
Rien que pour cette générosité bien française, personnellement, j’aime la France et je l’aimerai jusqu’à ma mort.

Mme Bouteldja doit comprendre que le vivre ensemble, c’est accepter l’autre, c’est bannir l’intolérance, surtout quand on vient d’ailleurs. C’est aussi s’insérer dans la société qui ouvre ses bras et qui permet l’épanouissement à ceux qui intègrent son sein protecteur.

Et pour terminer, je pose la question suivante question au frère Tariq et à soeur Houria: quels sont les pays musulmans qui acceptent d’agir pareillement?
Ils seront incapables de m’en citer un seul…
Et que leur rappelle Septime Sévère?
Pour les éclairer je réponds à leur place: c’est un berbère qui fut Empereur de Rome de 193 à 211.(Né en 145 après JC à Leptis Magna et mort à Rome en 211 après JC.)
Alors en retour, qu’ils me donnent le nom d’un Berbère qui fut Calife?
Car moi, je n’ai trouvé nulle trace en consultant les livres d’histoire…
Ont-ils entendu parler de Saint Augustin, de Saint Cyprien de Carthage ?
Pourtant, c’étaient des Berbères qui faisaient partie des pères fondateurs de l’Eglise Chrétienne…
Saint Cyprien fut évêque de Carthage, martyr de l’Eglise né en 200 mort en 248 après JC en Numidie.
Saint Augustin fut évêque d’Hippone (Annaba) né en 345 à Souk-Ahras (Thagaste) en Algérie et mort en 430 après JC à Annaba ( Hippone) en Algérie. Il fut le vrai fondateur de l’Eglise chrétienne occidentale mais aussi l’auteur le plus lu au Moyen Âge.

Mesdames, Messieurs, cherhez où se cache le racisme?

N’en déplaise à soeur Houria, à frère Tariq, et à Allah, la France ne sera pas islamique mais l’Algérie sera berbère, et retrouvera l’esprit de Saint Augustin…
L’avenir nous le dira.
Celui qui nourrit de la haine envers son frère l’humain, ne mérite pas de compassion…
Quant à moi, je préfère de très loin la fraternité d’un père blanc à celle d’un mollah
Amen.

Hamdane Ammar

Voir également la pétition demandant l’expulsion et la déchéance de la nationalité française d’Houria Bouteldja

http://www.petitions24.net/demande_dexpulsion_et_decheance_de_nationalite_de_h_bouteldja

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi