Madame Méric, votre fils avait estimé qu’Esteban n’avait pas le droit de vivre…

Publié le 7 septembre 2018 - par - 282 commentaires - 5 337 vues
Share

Qu’est-ce qui a pu pousser Esteban Morillo, principal accusé du procès Méric, à s’excuser devant la mère de Clément Méric ?… Quelle pression, comme celle subie par les policiers quotidiennement agressés, et se défendant rarement ? Quel déni de réalité, car on ne voit pas pourquoi une victime devrait s’excuser ? Quelle idéologie à l’œuvre, sinon celle selon laquelle les antifas ont toujours raison ?

Toujours est-il qu’Esteban Morillo, devant la mère de Clément Méric, a baissé la tête et a dit en reniflant :

« Je regrette tout ce que j’ai pu faire. »

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/meurtres/meurtre-de-clement-meric/est-ce-qu-on-a-quelque-chose-d-humain-en-commun-le-face-a-face-poignant-entre-la-mere-de-clement-meric-et-le-principal-accuse_2928415.html

Esteban Morillo, ce n’est pas Guy Georges, ce violeur multirécidiviste qui, entre 1991 et 1997, a violé puis assassiné sept jeunes femmes et qui a demandé pardon. Esteban Morillo, ce n’est pas un criminel, c’est simplement un jeune homme qui voulait juste acheter des polos dans une vente privée de vêtements Fred Perry.

Cette demande de pardon est profondément choquante, spécialement concernant un guet-apens dans lequel il est clair que tout a été prémédité par… Clément Méric.

Clément Méric n’est pas mort lors d’une rixe, ni d’une bagarre, mais lors d’une expédition punitive totalement préméditée contre Esteban Morillo. Il s’agit d’une chasse à l’homme, organisée par Clément Méric lui-même.

Esteban Morillo était pour Clément Méric l’homme à abattre. C’était de la préméditation. Clément Méric cherchait Esteban Morillo depuis six mois. Depuis début décembre. 

Car Esteban Morillo, c’est ce jeune homme dont Clément Méric avait, en décembre 2012, publié la photo avec la mention « besoin d’identification please ». C’est à dire : « wanted ». Un mot qui éclaire tout.

Depuis deux jours, Clément Méric traquait spécialement Morillo aux alentours du lieu de vente. Il le guettait. Méric a même téléphoné à ses sbires pour leur dire qu’il l’avait trouvé et les rameuter pour faire nombre et être sûr de ne pas le manquer. 

Dans la boutique, des antifas rencontrant deux jours avant des jeunes des JNR, les ont interpellés par ces mots : « alors les nazis, on fait ses courses ? » Traiter quelqu’un de nazi, c’est l’insulter abominablement. Au nom de quoi les antifas se permettent-ils de distribuer les bons et les mauvais points ?

Puis Clément Méric lui-même a dit à Esteban et ses amis : « descendez, si vous avez des c… » Si ce n’est pas de la provocation…

Ensuite Méric a attendu Esteban trente minutes dans la rue. Enfin, très courageux, il l’a attaqué dans le dos. On connaît la suite. Il ne fait pas bon se défendre, en France, quand on est agressé par certaines personnes, cambrioleurs, adeptes d’une certaine religion ou antifas.

La confrontation avec la mère de Clément Méric, professeur de droit de son état (d’habitude les professeurs de droit sont plutôt conservateurs et de droite, elle est l’exception qui confirme la règle) vaut son pesant de mascarade mensongère. Elle a tout de suite fait le panégyrique de son fils :

« Je crois que ce qu’on peut dire de lui, c’était l’idée d’un égal respect de tous, il avait du mal à comprendre, et ça le scandalisait, de voir que des personnes pouvaient être moins respectées que d’autres. »

Attendez Madame, ce n’est pas votre fils Clément dont on dit, justement, qu’il avait déclaré que des gens comme Esteban n’avaient pas le droit de vivre ?… Si ce n’est pas un manque de respect caractérisé d’une personne donnée, si ce n’est pas, disons-le crûment, du nazisme, on se demande ce que c’est. Le nazi, le fasciste, n’est pas celui qu’on croit.

Mais il est bien connu que les mamans hiboux s’imaginent que leur progéniture est la première merveille du monde.

D’ailleurs, elle a ajouté : « il avait une forme d’élégance. Pas seulement physique, mais aussi morale et intellectuelle. »

Ah non, Madame, organiser un guet-apens, traquer quelqu’un pendant plusieurs mois, l’attaquer dans le dos, dire que quelqu’un n’a pas le droit de vivre, tout cela est plutôt d’une inélégance rare. D’une absence totale d’éthique morale. D’une intelligence supérieurement pervertie. C’est justement cela, le fascisme.

Cette mort est très triste, mais si madame Méric avait quelque peu surveillé les fréquentations de son fils, si elle lui avait tout simplement enjoint de rester chez lui à travailler ses cours, lui qui était si gentil, si affectueux, dit-elle, tandis qu’Esteban est nécessairement une brute épaisse puisqu’il a osé se défendre contre son voyou de rejeton, on n’en serait pas arrivé là.

Reste à savoir maintenant si les juges vont donner dans l’ignominie à laquelle ils nous habituent de plus en plus et condamner Esteban Morillo, sachant toutefois que les parties feront probablement appel.

Reste à savoir si tout n’est pas décidé d’avance. Les antifas sont remarquablement impunis de tous leurs méfaits, en particulier de celui d’avoir mis le feu à un véhicule de police, obligeant le policier à en sortir et le frappant à coups de barre de fer sans qu’il se défende aucunement, car un policier qui se défend, même légitimement, est un policier qui a les pires ennuis.

Les antifas sont soutenus par le pouvoir en place, ils ont prévu de manifester pendant le procès et l’un d’eux, Aurélien, loin de penser à un acquittement pour légitime défense, a prévenu que si la sanction ne suffisait pas, on ne pourrait éviter des débordements de violence. Si ce n’est pas là une claire menace de violences, une menace de tout casser dans les rues de Paris, une menace sur la justice même et sur le déroulement du procès, on se demande ce que c’est. Mais les juges sont capables de céder à cette menace. 

Les antifas dénoncent une montée du fascisme dans l’Europe actuelle, mais les fascistes, semble-t-il, ce sont bel et bien eux, ces intolérants haineux, violents, qui cherchent à briser par tous les moyens, surtout malhonnêtes, ceux qui ont le malheur de ne pas penser comme eux.

Ce n’est donc pas à cause du fascisme de Morillo et de ses amis que Clément Méric est mort, comme les antifas le prétendent dans un dévoiement des simples faits, mais bien à l’inverse, c’est à cause de sa propre idéologie fascisante qu’il est mort aussi lamentablement.

Sophie Durand

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
costaz

Si vous pouviez ne pas dire autant de conneries on a tous eu vingt ans et je ne crois que ni l’un ni l’autre n’étaient des salauds .Meric étaient plein de bon sentiments et pensait avoir en face de lui un horrible nazi et l’autre persuadé d’avoir en face un horrible stalinien . un coup est parti un gamin est mort et c’est lamentable c’est tout . en ce qui concerne Ayoub je pense pas franchement qu’il soit recommandable .

Dupont

Oui on a tous eu 20 ans, on a tous fait des conneries…Mais on a pas tous cherché à casser des gueules pour divergence d’opinion, ni traqué une personne comme une proie, ni même tenté d’organiser une baston en bandes, et encore moins estimé que certains ne méritent pas de vivre. Ce jeune était plein de haine (sûrement sa maladie) et a fini en agresseur abattu par manque de chance uniquement, cher payé certes mais cohérent à une certaine logique : Mauvaise action=sanction, haine=mort

Anne-Marie G

Pauvre garçon qui en vient à s’excuser pour un homicide qu’il n’a pas voulu contrairement à son adversaire et victime qui trouvait légitime d’avoir sa peau. Car les antifas sont les bras armés de l’idéologie gauchiste ou révolutionnaire qui au nom du Bien supérieur de l’humanité s’arrogent le droit divin de décider qui mérite de vivre ou non. Et cette mère épouse cette idéologie estimant que le jeune Morillo aurait dû mourir à la place de son fils sans se soucier de sa mère. Alors fuck…

Alain Carrasco

Vous êtes répugnante

Dupont

Non Madame est logique et cohérente…Cette haineux de gauche ne méritait pas de mourir (la jeunesse…), il a pas eu de chance dans la merde qu’il a provoqué et a payé plein pot. Point.
C’est un peu comme le cambrioleur qui se fait abattre et la victime qui finit en cabane pour avoir eu le tort de se défendre en tirant dessus en pleine artère fémoral (pas l’intention de tuer)
Bisous à vos cambrioleurs/voleurs etc si un jour vous jouez aussi de malchance le temps d’une mauvaise rencontre…

inconnue

elle se cache la face, tout simplement, ne voulant pas admettre qsue son fils avait de tels comportements

Francois Desvignes

Il regrette d’avoir tué le fils dégénéré
Mais pas le fasciste.

Présentez lui la mère de la victime : il dira « je regrette »
Présentez lui le maitre à penser de la victime : il dira « salaud ! »

Il aura raison : le fils était une gouape dégénérée et un lâche, ses maitres à penser idéologiques des salauds.

Clamp

Une chose est certaine, Estéban Morillo ne risque pas d’avoir changé d’opinion politique après le parcours qu’on lui a fait traverser et il demeurera un témoin important de la décadence française, de la perversité du système et de l’abjection des nouveaux nazis une fois les évènements digérés depuis suffisamment longtemps. C’est pourquoi on peut craindre pour sa vie car il faudra le réduire au silence pour l’empêcher de faire trop de révélations sur ces points qui sont autant de bombes médiatiqu

Vent d'Est, Vent d'Ouest

Sophie Durand, soyez indulgente envers Esteban… Dieu Seul sait les raisons qui l’ont poussé à demander pardon… Se sentir entouré de tant de haine, d’injustice, d’incompréhension, isolé, en détresse morale… Non, vraiment, je suis, moi aussi, choquée par ces larmes mais je ne donne pas le même sens que vous à cette épithète. Je me sens sincèrement attristée de ce qui lui arrive, par la faute d’un haineux qui a cherché et qui a trouvé.

Vent d'Est, Vent d'Ouest

Esteban Morillo, vous ne me connaissez pas, mais je vous soutiens en toute amitié et j’espère que le jury sera à même de penser par lui-même et non à travers de juges dont la conscience pourrait être élastique et à géométrie variable.

Vent d'Est, Vent d'Ouest

Par la lâcheté dont Méric avait fait preuve en attaquant Esteban dans le dos, je ne pouvais le soutenir mais j’ignorais que le premier s’était attaché à détruire le second par un harcèlement injustifié et haineux depuis de longs mois. Décidément, Clément Méric était un personnage exécrable sans aucune moralité. Que ses parents le portent aux nues me rappelle ces mères de djihadistes assassins (pléonasme) qui parlent en termes élogieux de leur progéniture… Vous me suivez ?

lacroix

tout a fait

Aux Armes Citoyens

Absolument.

Pr Sheldon Cooper

C’est vrai. Il faut un grand courage pour frapper quelqu’un avec un poing américain.

Vent d'Est, Vent d'Ouest

@ Pr Sheldon Cooper
Il se trouve par de plusieurs vidéos visionnées que Méric avait fait de sa chevalière une arme par destination, en l’occurrence en la transformant en coup de poing américain improvisé, et non Morillo !
Renseignez-vous avant de faire de telles saillies !
Ceci étant, quoi que vous direz ou pas dorénavant je vous ignorerai, vous êtes indigne de par votre partialité incessante.

Pr Sheldon Cooper

J’énonce des faits. C’est tout. Un des experts médicaux a été très clair sur ce sujet.

dissident

si ses parents lui avaient enseigne la tolerance vis a vis de ceux qui ne pensent pas comme lui, cet antifa de 45 kgne seraitpas mort, il ne se srait pas livrea une agression physique, cette femme devrait avoir honte en tant que mere de laconduite de son fils

angora

Il doit être gavé de tranquillisants qui altèrent le jugement.

Vent d'Est, Vent d'Ouest

@ angora
Non, je ne le pense pas, c’était dans sa nature, encouragée par cela par la non éducation reçue de ses parents.