Madame le procureur, rassurez-moi : où est Robert Chardon ?

longue-vue-dessinA: Madame Dominique MOYAL
Objet : LRAR: Signalement de disparition d’une personne
Copies : M. Michel CADOT, Préfet de region PACA, Place Félix Baret, CS 80001, 13282 Marseille Cedex 06
M. François BAROIN, Association des maires de France, 41, quai d’Orsay, 75343 Paris Cedex 07
M. Bernard ANTONY, Association AGRIF, 70 Bd Saint Germain, 75005 PARIS
Madame le Procureur de la République,
Par la présente, je vous signale la disparition de l’une de mes connaissances, Mr Robert CHARDON, Maire de Venelles et PDG de la société Aixoise « Iso Ingénierie », et que je ne parviens plus à joindre, de quelque manière que ce soit, depuis le 15 Mai 2015
En effet, depuis cette date, Monsieur Robert Chardon est injoignable à la mairie de Venelles, où
personne ne l’a vu, à son domicile, sur son portable. Par téléphone, j’ai fait le tour des hôpitaux de la région, craignant un accident, et personne n’a été en mesure de me mettre en relation avec lui, ni de confirmer sa présence.
Ceci fait suite à quelques « tweets » d’opinions de sa part, immédiatement suivis de la cloture de ses comptes « facebook » et « twitter », puis a été écarté de son parti à une vitesse « record », et aurait en outre été « interné de force » sous réquisition d’un tiers ! Est-ce en rapport avec ces malheureux « tweets » ? Ou bien est-ce parce que M. Robert CHARDON comptait se présenter aux prochaines éléctions régionales, en liste dissidente, contre M. Estrosi, le candidat UMP (devenu « Les Républicains »)… Ceci, sans compter que son entreprise (ingénierie de haut niveau agissant dans le domaine du nucléaire, au niveau du « secret défense »), aurait pu attiser des « convoitises », et ce, quels que soient les procédés utilisés.
Le journaliste Francis GRUZELLE vous avait déjà interpellée sur cette affaire, et votre réponse est, à mon sens, inacceptable telle quelle. Je vous cite: « Je ne fournirai aucune autre information sur cette affaire couverte par le secret de l’enquête ». Ceci veut non seulement dire que vous savez où il se trouve, mais quels que soient les griefs que l’état peut invoquer contre un homme, une détention « secrète » reste illégale dans notre Droit français (sauf loi récente et de nature illégitime). Un suspect peut être placé en garde à vue (96 heures maximum), ou accusé clairement et mis en détention préventive sous mandat de dépôt. Dans tous les cas, il doit être localisable et visitable par son avocat.
Je suis non seulement inquiet pour Robert, mais aussi par votre réponse à M. Gruzelle. Vous êtes titulaire de la Légion d’honneur et de l’Ordre National du mérite, et j’en appelle donc à votre honneur, votre morale et votre sens de la justice dans son acception classique du terme, afin que la réponse que vous me proposerez, me permette d’écarter mes craintes, ou bien d’envisager une action plus adaptée et de plus grande ampleur.
Dans l‘histoire de la Ve République Française, c’est la première fois qu’un élu disparait ainsi de la vie publique et devient totalement injoignable… (sauf à remonter à l’époque des embastillements de force, sous « lettres de cachet ».).
Je vous remercie de faire le nécessaire, et je vous assure, Madame le Procureur de la République, de mes sentiments respectueux et dévoués.
Didier-Pierre BERNARD

image_pdf
0
0