1

Quand le Maghreb prétend faire la politique de la France par les femmes

ministresfrancomarocÉmotion en Algérie : le Gouvernement français s’enrichit d’un flot continu de bi-nationales franco-marocaines. Ainsi existe-t-il, aux yeux du pouvoir FLN, comme qui dirait une possibilité de collusion à des hauteurs stratégiques maximales entre l’ancien colonisateur et son chéri…fien de royaume.

http://www.leparisien.fr/international/remaniement-la-nomination-d-audrey-azoulay-agace-en-algerie-12-02-2016-5540189.php

C’est plus qu’un soupçon. Une inquiétude mâtinée de ce qu’il faut de réprobation. « Enfin quoi, nous avons été carrément français pendant plus d’un siècle, départementalisés, préféctoralisés, cadastrés comme à Bergerac ou à Vierzon, et voilà que l’on nous trompe ouvertement avec le voisin détesté. Par les mânes du Colonel Boumedienne, cela ne se peut« .

C’est pourtant possible, camarades.

La France est maquée avec le Maroc. Maquée grave, comme disent nos jeunes qui savent réduire les dicos à leur plus simple expression. Pourquoi une telle torride liaison ? Je n’en sais rien. Peut-être en prévision de la bascule du Maghreb dans les égorgeoirs du Calife ? Peut-être pour des histoires de soirées de pédiatrie appliquée dans des ryiads gardés par l’Armée ? Ou pour quelque autre raison de pouvoir, d’argent ou d’alcôve ? Toujours est-il : un commando féminin d’obédience chérifienne s’est infiltré dans les lignes tricolores, qui donne aux Algériens une urticaire aigüe aggravée par le stress de la jalousie. On se calme. La politique de la France, asthme et rhumatisme sublimant la défaillance cardiaque, ne se fait pas encore tout-à-fait sur la rive sud de la Méditerranée.

Dernière recrue parmi les affidées de King VI : Audrey Azoulay. Bi-nationalité « de-carrièrepaternelle« , passée par le Centre National du Cinéma, c’est-à-dire par un lieu-réseau de transit entre ENA et ministères, où les compétences collectives sont inversement proportionnelles aux ambitions personnelles. Et où une assez phénoménale quantité d’argent circule, ce qui suffit à maintenir le rapport social dans les limites du secret plus ou moins partagé.

Couveuse de promotions aussi logiques que fulgurantes.

Les deux autres, mesdames El Khomri et Belkacem, sont selon la formule sacrée « issues de l’immigration ». Enfin, plus ou moins. Bi-nationales revendiquées non sans quelque fierté. Là, pour de bon, le bât blesse. La France ne manque pas en effet à ces niveaux-là, de serviteurs pour de bon compétents, sincères et honnêtes, voire patriotes, mono-nationaux dont l’attachement au pays de naissance ou d’accueil vaut largement celui de bien des « sous-chiens ». Pour un(e) de ceux-là qui sera promu(e) du bout des lèvres, trois, quatre, dix se verront installé(e)s derrières des bureaux Louis XV par le seul effet de leur double appartenance. Effet qui plus est « féminin-charmant ». Quel pays déclaré en guerre par son Président s’est-il déjà permis, de par l’Histoire, un tel luxe de dangereuse compromission ?

Je n’en vois aucun.

Foin des compétences, des ambitions, des calculs politiques. La nomination de personnes incapables de dire clairement quelle est leur patrie, à des postes autorisant ou favorisant la connaissance de dossiers non partageables y compris avec des alliés,  est une faute doublée d’une très coupable légèreté. La grossièreté avec laquelle des pays étrangers se mêlent, grâce à elles, de ce qui ne les regarde en rien, ici  l’indépendance et les libertés fondamentales de ce qui fut une grande nation, est une insulte qu’hélas, les Français ne relèveront pas comme ils devraient pourtant le faire.

Le Président de la République humilie ses sujets. Son attrait vaniteux pour les jolies femmes exploité, je le crains, par quantité de petits et gros malins, est un risque permanent pour les citoyens dont le désarroi s’approfondit chaque jour un peu plus. L’ascension ministérielle, ainsi féminisée pour raison de stricte tactique franco-maghrébine, est un leurre disqualifiant celui et ceux qui en usent comme on le fait de masques de carnaval.

Jean Sobieski