Maire d’une petite commune rurale, je suis inquiet pour l’avenir de mon pays

Publié le 27 mai 2021 - par - 20 commentaires - 1 940 vues
Traduire la page en :

On ne parle pas beaucoup des petits maires de France, rouages indispensables au fonctionnement démocratique, et par ailleurs de plus en plus inquiets, pour beaucoup d’entre eux,

Riposte Laïque : Parlez-nous de cette commune appelée Ri, dont vous venez d’être réélu maire pour la troisième fois…
Guillaume de Vigneral : Ri est un village rural agricole qui est le reflet de la France. Le lieu est habité depuis le néolithique comme l’illustrent les minières (mines de silex) découvertes il y a 20 ans. Ri provient du celte ru qui signifie gué et effectivement il y a deux gués à Ri. Le clocher de l’église, roman primitif, date des années qui suivent l’an mille. La population a culminé au XIXe siècle avec plus de 400 habitants, un café et des commerces. L’exode rural a saigné le village pour passer sous les 160 habitants dans les années 1980. Aujourd’hui nous sommes près de 180 habitants dont 40 de moins de 18 ans. Depuis une dizaine d’année, nous constatons que des jeunes familles, de style de vie urbain, s’installent pour profiter de la sérénité des lieux.

Riposte Laïque : Comment gère-t-on une commune avec si peu d’habitants ? Est-ce plus facile que dans une ville plus grande ? Et quels sont vos objectifs, pour les six années qui viennent ?
Guillaume de Vigneral : Comme une grande famille. À l’exception de certaines locations qui changent presque tous les ans de preneur, je connais tout le monde. La responsabilité du maire est plus simple dans le sens où ce n’est pas une activité politique mais un service à tous, à la res publica.
Dans une grande commune le maire gère ses services et ne peut pas connaître les personnes. Dans un village, les habitants s’adressent directement au maire et à ses adjoints. C’est une disponibilité d’homme à homme.
Mes objectifs sont complémentaires :
Le premier est de finir de remettre en état le patrimoine matériel de la commune. Après la mairie et l’ancienne école je me suis attelé à l’église.
Le deuxième est de faire vivre le village. Ma volonté est que Ri ne soit pas un découpage administratif mais réellement une unité de vie. La grande difficulté est que pour 70 foyers nous n’avons plus que 4 paysans à temps plein, plus de commerce ni d’école et que la plupart des actifs travaillent en dehors du village. Quant au télétravail, s’il permet aux intéressés de rester chez eux, il ne favorise pas l’échange avec les voisins, la vie villageoise. Elle est la plupart du temps méconnue des nouveaux arrivants. Ils ne connaissent pas leur village, ses habitants et son histoire. En forçant le trait, il est possible de dire que certains considèrent le maire comme un syndic.

Riposte Laïque : Beaucoup de maires se plaignent de perdre nombre de prérogatives, entre les communautés d’agglomération, et ce qu’on appelle le mille-feuilles administratif, dont la Région. Est-ce votre cas, et que préconiseriez-vous ?
Guillaume de Vigneral : De l’humilité de part et d’autre.
De Paris et des appareils politiques, qu’ils laissent faire les locaux en fonction des particularités de chaque commune.
Des maires, qu’ils acceptent leurs limites et aient recours à des organisations qui ont fait leurs preuves.
Concrètement supprimer les régions et laisser aux communes qui le désirent, sans les étrangler financièrement, conserver toutes les compétences générales et pouvoir quitter librement les Communautés de Communes ou d’Agglomération.
Il ne doit rester que ce qui correspond à la réalité humaine et historique : la commune, le département et le pays.
Toutes les autres organisations sont des échelons facultatifs, parfois utiles, dont la seule légitimité est la gestion administrative.
Certaines compétences (eau, collège, ordures…) peuvent être gérées par des syndicats de communes à objet unique. L’association des communes y est libre, laissée à leur propre initiative. Cela existait et fonctionnait très bien et était plus économique.
Une telle organisation qui sera le reflet du territoire (et non l’inverse comme méthodiquement fait depuis Giscard) permettra de répondre aux besoins du pays et est plus efficace et moins onéreuse.

Riposte Laïque : Quelles ont été les conséquences des différentes mesures sanitaires, dans votre commune de Ri, lors du confinement, du couvre-feu, du port du masque ou des magasins fermés ?
Nous sommes une commune rurale dont les deux seules activités publiques sont la mairie et l’église catholique. La mairie a toujours été ouverte normalement, par contre le service divin a été arrêté.
Nous n’avons, ni dans les villages limitrophes, aucun mort du covid. Nous avons vécu normalement, avec comme seule particularité certaines personnes qui se promènent masquées même lorsqu’elles sont seules.
Pour ma part, j’ai toujours encouragé à sortir, à faire de l’exercice physique. En résumé avoir du bon sens : menez une vie saine !

Riposte Laïque : La presse locale a évoqué votre opposition au confinement, et la démarche que vous souhaitiez entreprendre auprès du président de la République. Vous souhaitiez convaincre d’autres maires, mais manifestement, votre initiative n’a pas été bien ressentie…

https://actu.fr/normandie/ri_61349/le-maire-de-ri-guillaume-de-vigneral-voulait-defendre-le-pays-en-ecrivant-a-emmanuel-macron_37831411.html

Guillaume de Vigneral : Mis à part une réaction publique d’un maire auquel je m’étais déjà publiquement opposé et quelques soutiens dont un seul écrit, je ne peux pas dire ce que pensent mes collègues. Cela serait présomptueux de ma part. Je constate que si en tête-à tête beaucoup m’approuvent, en public peu le font. Néanmoins je remarque avec joie que cela change et que des initiatives de maires sont en cours pour aider les Français.
J’aurais pu être étonné par l’absence de réaction mais… je l’anticipais.

Riposte Laïque : Votre commune sera-t-elle épargnée par les conséquences des mesures sanitaires prises depuis mars 2020 ?
Guillaume de Vigneral : Économiquement et directement oui, car il n’y a aucun commerce et que les trois entreprises sont dans des secteurs qui n’ont pas été affectés.
Non pour les enfants. Ils ont perdu un an de scolarité, ont été négativement marqués par le climat anxiogène volontairement mis en place et entretenu. Le tissu social est profondément attaqué : le voisin est devenu un vecteur potentiel de mort, dont il faut se protéger et surtout rester éloigné..
Cette assignation à domicile de tout le pays (d’un tiers de l’humanité, ce n’est pas propre à la France) n’avait jamais été faite à aucune époque. Cette mainmise par l’angoisse de la mort martelée restera, je l’espère, unique. Ses conséquences humaines ne seront visibles que dans des années et pour des années.
Quant à la destruction économique du tissu intermédiaire au profit des sociétés cotées en bourse, je crains qu’elle soit forte et très durable. Nous pouvons voir une alliance objective entre l’écologie et la « grande réinitialisation » de Klaus Schwab (fondateur du forum de Davos). Nombre de mesures comme le contrôle démographique sont soutenues par les chantres des idéologies mondialistes.

Riposte Laïque : Vous êtes membre de l’Association des maires pour le Bien commun (MBC). Quel est le but de cette association ?
Guillaume de Vigneral : Faire découvrir le bien commun aux élus locaux, et que des élus qui partagent cette conviction nous rejoignent. Plus nous seront nombreux et dévoués au Bien commun, mieux ira la France.
Les élus ont conscience qu’ils sont élus pour servir. Le maire est le premier serviteur de sa commune. Nous les invitons à en tirer les conséquences et à nous rejoindre !
Nombre croient que l’horizon indépassable est l’intérêt général. Adam Smith a théorisé que l’intérêt général était la somme des intérêts particuliers, égoïstes. Tout monument aux morts rappelle que c’est une erreur. Quand un homme donne sa vie pour la France, il contribue au bien commun, à sauver son pays. Ce sacrifice est un drame pour sa famille dont l’intérêt particulier eût été que ce fût le voisin qui meure.

Riposte Laïque : Comment allez-vous organiser le vote pour les élections régionales, dans quelques semaines ? Allez-vous devoir prendre des mesures sanitaires exceptionnelles ?
Guillaume de Vigneral : Hors un parcours pour que les personnes ne se croisent pas si elles le désirent, aucune. Le simple bon sens et la confiance en l’être humain suffisent.
C’est plus aisé dans une petite commune de 120 inscrits que dans une ville : jamais plus de 5 personnes ne se retrouvent pour voter simultanément !.
Riposte Laïque : Comment les habitants de votre commune réagissent-ils aux événements qui secouent notre pays : montée de la violence, insécurité, immigration, islam, réchauffement climatique, crise sanitaire ? Et vous-même ?
Guillaume de Vigneral : Pour l’heure nous sommes épargnés mais l’inquiétude est perceptible. Ce que nous constatons est une dégradation continue du service public depuis des décennies et un mépris structurel pour les organisations à taille humaine. Le gigantisme des années 80 est toujours le futur que l’administration nous impose.
Ma population est homogène : un seul habitant, locataire d’ailleurs, n’est pas d’origine européenne. Nous ne souffrons aucunement de la dégradation du pays en raison de l’immigration de masse.
Par contre, l’absence de répression par la justice des délinquants d’origine étrangère est vue comme une attaque. Cette inquiétude est nourrie par des faits divers dans les communes proches.

Riposte Laïque : Vous êtes inquiet pour l’avenir de la France ?
Guillaume de Vigneral : À court terme oui. Plusieurs faits me marquent :
– La déconnexion entre l’administration centrale et la réalité de la France,
– Une idéologie politique totalitaire qui fait d’autrui un ennemi (théorie du genre, LGBTQ, haine des religions et lâcheté devant l’islam, déconstruction voulue de la France, victimisation, repentance sur notre passé national qui a pourtant atteint des sommets de civilisation…) est imposée dans écoles, les entreprises, les administrations.
– Un communautarisme qui, sous couvert de tolérance, crée une indifférence à l’autre, un manque total d’intérêt à une réflexion divergente. Le débat est considéré comme inutile. Seul importe le ressenti, le subjectif immédiat et éphémère.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, M. le maire ?
Guillaume de Vigneral : Les bourgeons percent. Des Français, le plus souvent jeunes, d’opinions différentes et d’horizons contrastés mais qui aiment notre beau pays, se regroupent. Ils sont les héritiers de nos ancêtres, de Clovis, sainte Jeanne d’Arc, St Louis.
Ils veulent se donner pour que la France vive. Ils se forment notamment dans les nombreuses universités d’été qui fleurissent. Cette conscience et cette volonté de combattre dans la durée n’existait que rarement il y a seulement 15 ans. Nous assistons au réveil mais la route sera dure comme nous l’enseigne l’histoire de France.

Propos recueillis par Pierre Cassen

https://www.mairespourlebiencommun.fr/

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Atikva

“La responsabilité du maire …n’ est pas une activité politique mais un service à tous…” Bravo pour cette vérité de La Palice, ignorée de la plupart des Français, persuadés que la politique doit tout envahir – erreur fatale qui les conduit à la catastrophe !

Robert

On a le meme probleme en Bourgogne petit village rural plus de poste plus de petit supérette plus de petit bistro depuis 50 ans on avez tous çela cafe rdv dès chasseurs pêcheurs celliers de chapignons et lé village est ses altours classée àux patrimoines de Unesco à côté de la basilique de vezelay 10 milions de visiteurs par ans et on a fermées les deux gares on ne peu plus allez à Auxerre très belle ville de guirou bal àux pieds que part bus tres dangereux

Dupond

Monsieur le maire en temps que grand électeur avez vous voté pour un sénateur RN ?

Argo

Tous les maires des petites communes ne pensent pas la même chose ; certains réclament l’attribution de migrants réfugiés pour augmenter les effectifs de leurs communes.

François Tessier

Non, on ne parle pas assez des combines de certains maires de petites communes rurales qui endorment leurs concitoyens (en deux mots, ça passe aussi) et dont le fisc et l’état ne se préoccupent pas. Rétrocessions en cash sur factures gonflées, enveloppes sous la table pour acheter des votes, etc

Tripes Aviseur

Dommage que dans la présentation de Ri, on n’ait pas situé ce petit village. J’ai recherché sur un site géographique et l’ai trouvé entre Argentant et Falaise dans l’Orme.

LANKOU RU

RE : à Colmar votez pour la tête de liste F. PHILIPPOT
Merci aux “Patriotes”

LANKOU RU

Enfin ,une belle photo sans les muselières ! Un des rares Maires vraiment Français .

Patapon

La notion de Bien Commun est moralement infiniment supérieure à celle d’interet général,car elle comprend la possibilité de l’action désintéressée,de l’oblation ,du sacrifice.Le Bien Commun réclame parfois le don sans contrepartie,jusqu’ a exiger d’aller librement,volontairement, à l’encontre de ses propres intérêts ou convictions.En ce sens,il dépasse la morale commune et les prescrits du droit privé. Encore faut il en avoir une claire définition pour être bien compris.Les préceptes du christianisme ,dans son acception la plus pure,nous y aident grandement.

gillic

Merci pour ce bel et bon article, il nous donne un peu d’espoir !!!!!

a.hourquette d'arre

Bel article tres concret. Malgré les difficultés cela fait rêver…merci M.le maire.
Bien sur les grincheux vont poster des commentaires négatifs mais laissez les dire….Merci Pierre également.

patphil

“une commune avec si peu d’habitants”
solution, appliquer le plan bayrou et accueillir des migrants

“les enfants. Ils ont perdu un an de scolarité”
pour ce que les enseignants leur apprennent, quelle différence

“Comment allez-vous organiser le vote pour les élections
parce qu’il y a encore des gaulois qui votent

D. Lajoie

à pathfil : Il y a en France plus de 35 000 communes dont beaucoup ont moins de 100 habitants . Celle-ci n’est pas isolée dans la campagne , elle fait partie de la banlieue d’Argentan .
Il y a une trentaine d’années, la Belgique avait le même problème ; Ils ont regroupé autoritairement les communes et puis c’est tout .

Stentor

Ce que moi je trouve inquiétant, c’est ce qui transparaît à travers cette interview, symptômatique de la mentalité qui règne dans ce pays :

On s’inquiète mais on ne fait rien.

On attend.

On attend qu’il soit trop tard et quand il sera trop tard on se tournera vers les autres pour leur demander de faire quelque chose.

rebelle

C’est ce que l’on appelle le suicide français !

Patapon

Si le maire de Ri fait au mieux pour son petit village,s’il inspire aux villages voisins le sens du Bien Commun et de la nécessaire solidarité qu’il implique,s’il fait régner la Concorde et l’harmonie,s’il protège son patrimoine et ses paysages,il aura fait ” sa part de colibri”.Ce que je lui souhaite,et que j’espère partout en France.

D. Lajoie

Vivre à Ri , ça ne doit pas être golo tous les jours .

D. Lajoie

( suite ). : Mais il vaut quand même mieux être le maire de Ri que celui d’Eu .

VORONINE

Sous la “restauration”, circulait une chanson : ” Le roi m’a fait maire d’EU “

D. Lajoie

Anecdote : En 1984 , Toyota sortait son modèle MR ( petite voiture de sport à moteur arrière , la Porsche du pauvre ) . En 1989 , ils sortaient un modèle amélioré baptisé MR 2. … Sauf dans les pays francophones où le nouveau modèle gardait son appellation MR .

Lire Aussi