Mais que fait la police ? Ce qu'elle peut !

Avant de vous apporter ma réponse à cette question, je souhaite revenir sur un terme que nous appelons tous « faits divers » (parce que « divers » en plein été pourri pour cause de réchauffement climatique çà sonne bien…) Il fut un temps où cette dénomination de « faits divers » pour qualifier certains évènements de l’actualité était surnommée dans le jargon journalistique « rubrique des chiens écrasés ». Un genre d’actus banales, sans importance, des trucs pour les débutants ou les indésirables. Mais, aujourd’hui, force est de constater que les faits divers sont très loin d’être toujours la « rubrique des chiens écrasés ».
Aujourd’hui, pas un jour ne passe sans que cette rubrique ne soit alimentée par des « faits divers » tragiques dont la banale fréquence n’a d’égale que celle des scandales politiques. Alors vous allez me dire : où est le mal ? Elle a été violée dans un train ? C’est pas grave, c’est banal ! Il s’est fait lyncher pour avoir refusé de donner une cigarette ? Il aurait mieux fait de donner son paquet, comme çà, il ne se serait pas fait tabasser (en plus, circonstance aggravante selon le juge d’instruction, il était en train de coller des autocollants de Résistance Républicaine en vue de l’apéro du 04/09).
Kevin M. (1), jeune mineur bien connu des services de police, braque un bureau de tabac ? Le juge a bien fait de le remettre en liberté ! Le pauvre, c’est parce qu’il est au chômage et que Dylan M (2), son frère incarcéré pour trafic de stupéfiants ne pourvoit plus aux besoins de la famille ! Papy René tire sur des cambrioleuses ? En prison ! Bien fait pour lui ce vieux « facho raciste ancien combattant d’Algérie » ! Les pompiers sont agressés dans un « quartier sensible » ? Bien fait pour eux, ils n’avaient qu’à pas répondre à un appel au secours ! Une retraitée est séquestrée pendant 15 heures dans ses toilettes ? Elle a eu de la chance, les malfrats ont commis leur méfait « sans violence » (3)! OUF ! On respire ! Etc.

MAIS ALORS ? MAIS ALORS ? MAIS ALORS ? QUE FAIT LA POLICE ?

Chers lecteurs, voici ma réponse : LA POLICE FAIT TOUT CE QU’ELLE PEUT ! Et, compte tenu du peu de moyens qu’elle obtient de la part des politiques et de la justice (une justice laxiste qui fait tout pour saper ses efforts en relâchant délinquants et criminels), j’affirme qu’elle accomplit sa mission au mieux ! Ses matériels sont vieux et usés. Ses fonctionnaires sont systématiquement inquiétés par des magistrats de facto complices de la racaille pour la moindre peccadille. Ses effectifs sont régulièrement réduits. Et pourtant, bravement, courageusement, nos flics continuent, au péril de leurs vies, à accomplir leur mission de service public.
Rendons leur hommage, et exprimons leur notre gratitude et notre soutien. Car, comme nous, ils sont des Citoyens. Comme les nôtres, leurs enfants vont à l’école de la République. Comme nous, ils souhaitent une société paisible au sein de laquelle nous pourrions marcher dans les rues sans nous inquiéter. Comme nous, ils veulent que tous les « Papy René » de France et de Navarre ne soient pas contraints de recourir à l’autodéfense, parce que, comme nous, Papy René pourrait être leur père, leur grand-père, leur oncle ou tout simplement, leur sympathique et serviable voisin.
Seulement voilà. Pour en arriver là, il faut également que la Justice fasse son travail ! La question à poser, ce n’est pas « mais que fait la police ? ». La bonne question c’est : « mais que fait la justice ? ». Parasitée par des magistrats gauchistes et/ou carriéristes, elle s’acharne sur des innocents comme à Outreau. Ces juges, adeptes de la culture de l’excuse, relâchent prématurément des criminels dont ils savent qu’ils récidiveront. Selon eux et la doxa bien-pensante, les prisons seraient trop remplies, plus de place. Alors que fait Papy René en cellule ? S’il y a de la place pour lui, il devrait aussi y en avoir pour les multirécidivistes qui vous guettent au coin d’une rue ?
Au laxisme des juges, s’ajoute celui de nos politiques. Le résultat, c’est une France qui souffre, et, à l’image de Papy René, cette souffrance engendre la colère. Priez messieurs pour qu’un jour, cette colère ne se retourne pas contre vous !
Francis Régnier
(1) le prénom a été changé
(2) le prénom a été changé
(3) alsace-septuagenaire-sequestree-sauvee-par-sa-cuvette-de-wc-17-08-2010-1022193..php

image_pdf
0
0