1

Mais si, Pascal Praud, le Coran préconise bien de battre la femme ! 

Il eut fallu voir, à l’heure des Pros 2 de mercredi dernier où, sur le sujet des « incivilités » dont parle Macron, et particulièrement à propos d’une jeune fille lynchée à Reims, le pauvre Praud tomber de haut.

Et se prendre la révélation en pleine tête. En direct.
Et à ce moment-là, Pascal Praud parut assommé.
Il tomba des nues, tant la révélation lui sembla invraisemblable !

Il faut dire que ses agresseurs de plateau, des fachos venus lui donner la contradiction, l’assaillirent d’affirmations et de constatations qui ébranlèrent l’ingénu.

Alors Praud, fracassé par ces assertions provocatrices fleurant bon l’islamophobie, voire le racisme, se crut obligé de battre en retraite.

Car d’un côté Jean Messiha lui expliquait que le tabassage des femmes, c’est culturel.
Et de l’autre Yvan Rioufol lui affirmait que battre la femme, c’est dans le Coran.

Extrait de l’échange, après visualisation du clip du collégien Nabil qui lynche une jeune fille.
De 23’00 à 24’05 » :

https://www.dailymotion.com/video/x7w2odf

Voilà donc Praud bafouillant, contraint de dire que « le Coran ne peut pas dire ça » !

Et voilà Praud, qui ne l’a manifestement pas lu, rejoindre la cohorte des islamo-collabos qui dénie cette malfaisance de l’idéologie coranique, pénalement condamnable en France.

On conseillera donc à Praud, pour éviter à ce sujet qu’il ne passe pour plus crétin qu’il n’est, d’acheter le Saint Livre à la librairie Albustane de la mosquée de Paris.
Où l’on vend aussi entre autres, ou sur le site al-bustane.com, une panoplie de livres et d’articles, pour l’exhortation et la soumission de la femme en islam.

Et on rappellera à Praud que battre ou violer sa femme est parfaitement halal, conforme aux textes de l’islam. Conforme à la charia.

Ainsi le verset 34 de la sourate 4 :
« Les hommes ont autorité sur les femmes… et quand à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les… et frappez-les ».

Ainsi le verset 223 de la sourate 2 :
« Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme et quand vous le voulez et œuvrez pour vous-mêmes à l’avance ».

Ou le verset 221 de la sourate 2 qui interdit le mariage avec une polythéiste mais valorise l’esclavage avec une soumise dans le sentier d’Allah :
« Et n’épousez pas les femmes tant qu’elles n’auront pas la foi, et certes une esclave croyante vaut mieux qu’une non-musulmane ».

Car selon le verset 228 de la sourate 2 « les hommes ont prééminence sur elles, Dieu est puissant et juste ».

Pascal Praud aurait-il alors des accointances, voire des affinités, avec les féministes de pacotille, comme Clémentine Autain ou Caroline de Haas, qui refusent de comprendre ?

Qui refusent de voir que les préceptes de l’islam sont une des causes essentielles de l’infériorité de la femme, et donc du communautarisme séparatiste.
Que le voile qui lui est imposé l’enferme dans une soumission au mâle mahométan.
Que violences et agressions sexuelles dont elle est l’objet résultent des lois et codes culturels de cette idéologie obscurantiste, esclavagiste et barbare.

Pendant ce temps, une femme au décolleté plongeant est interdite d’accès au musée d’Orsay.
La gangrène islamique qui s’installe aux portes d’un haut lieu de la culture en France ? Pour mieux la détruire !
Comme l’impose le verset 59 de la sourate 33 : « Dis aux femmes de ramener sur elles leurs grands voiles. Elles seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées ».
À quand la lapidation du tableau de Courbet, l’Origine du Monde ?
Pendant ce temps, en marge du procès des assassins islamiques de la rédaction de Charlie Hebdo, dans une quasi-indifférence et avec la distanciation affichée des média, Zineb El Rhazoui ose dire que « le communautarisme c’est la guerre ».

D’autant que les ayatollahs de l’université d’Al-Ahzar, plus haute autorité de l’islam sunnite, ont fermement condamné « la republication par Charlie Hebdo des dessins portant atteinte au prophète Mahomet – Paix et Salut sur lui – et l’atteinte aux symboles sacrés des musulmans et leurs signes ».

Ce qui trouve écho et approbation en France comme le révèle le dernier sondage publié par Ipsos pour le journal où :
– 69 % des personnes se déclarant musulmanes déclarent que Charlie hebdo a eu tort de publier les caricatures de Mahomet et à 72 % des jeunes musulmans de 15 à 24 ans,
– 40 % des personnes se déclarant musulmanes font passer leurs convictions religieuses avant les valeurs de la République et à 74 % pour les 15 à 24 ans !

Alors quand on entend à tout propos sur tous les plateaux par les politiques et commentateurs aveugles que l’immense majorité de nos concitoyens musulmans sont respectueux des valeurs de la République, on comprend que la démission et la soumission sont devenues la règle.
Et que les adeptes de l’islam, théocratie totalitaire, revendiquent de plus en plus leur refus de notre démocratie et de nos liberté de conscience et d’expression.

Il est donc plus que temps que le gouvernement de la France remette l’islam à sa place, avec toutes les mesures coercitives, d’expulsion ou d’élimination qui s’imposent aux ennemis de la Nation et de son peuple. En version, valise ou cercueil.

« Si vis pacem, para bellum ».
« Si tu veux la paix, prépare la guerre ».

Alain Lussay