1

Maison du maire incendiée : et si c’étaient les fachos de gauche ?

Vous pensiez que j’allais vous parler du discours de Macron. Je vous l’avais dit, mon Choupinet, c’est un vrai stratège, et il a dit aux Français d’aller se faire sauter !

J’aurais pu vous parler du procès de ce mercredi après-midi, où le “mari” de Pierre Bergé, un Amerloc qui a réussi à se faire épouser à temps, nous a poursuivis pour un article écrit en 2014 sur son défunt mari. On croyait que la mort annulait la plainte, mais le veuf veillait, et il nous réclame 30 000 euros de dommages et intérêts, en mémoire du milliardaire disparu.

Mais j’ai envie de vous parler de l’incendie de la maison du maire de Saint-Brevin-les-Pins, Yannick Morez, ce mercredi, à 5 heures du matin. J’ai déjà subi un interrogatoire, suite aux douze plaintes de la municipalité de Callac, j’espère que je ne vais pas m’en prendre un nouveau suite à ce mystérieux incendie. De toute façon, j’ai un alibi. Je me suis fait greffer une puce, qui permet de détecter mon positionnement, à tout moment, mon rythme cardiaque et mes activités. Or, à cette heure-là, j’ai les preuves, j’étais sous la couette, et mon palpitant battait à 180 pulsations minutes, hé, hé !

Bien sûr que cet incendie criminel ne peut venir que de l’extrême droite raciste, puisque tous les médias le disent ! Comme les agressions des librairies conservatrices, à Paris, Nancy ou au Puy, ou comme les agressions des journalistes indépendants Jimmy Léopold ou Vincent Lapierre, et celles des 50 militants de Reconquête frappés par des antifas durant la dernière campagne. Et comme l’attaque du meeting de Jordan Bardella à Rennes. Et comme la volonté d’interdire Éric Zemmour de dédicace à Villeurbanne.

Les racistes d’extrême droite qui menacent la République et la démocratie, je vous le dis, c’est eux !