Malgré l’appui de Larebière et de Rioufol, Sarkozy est cuit !

Publié le 18 avril 2012 - par - 1 181 vues
Share

Je suis indigné de la campagne menée par les médias au service du pouvoir financier contre Jean-Luc Mélenchon. Cela a commencé ce lundi sur RMC, quand Jean-Jacques Bourdin s’est permis de demander à Jean-Luc Mélenchon, mon candidat, s’il avait été présent à la remise de la légion d’honneur de Patrick Buisson, le conseiller d’extrême droite de Nicolas Sarkozy, ancien rédacteur en chef de Minute ! Quelle honte qu’une telle question, laissant entendre que Jean-Luc pouvait copiner avec un militant d’extrême droite. Bien évidemment, de nombreux journalistes ont repris l’information, laissant entendre que notre candidat jouerait Sarkozy contre Hollande. Même Marine Le Pen, hier soir, au Zenith, a osé proférer : « Buisson-Mélenchon, copains comme cochons ! ». D’autres médias laissent entendre, à présent, que le président de Parti de gauche aurait mangé avec un autre conseiller de Sarkozy, Guaino. Les électeurs de Parti de gauche ne tomberont pas dans de telles provocations !

Les vrais appuis de Sarkozy ne se situent pas chez Jean-Luc Mélenchon, ils se révèlent de plus en plus parmi la mouvance d’extrême droite. Ainsi, Bruno Larebière, autre ancien rédacteur en chef de Minute, par ailleurs très actif lors de l’organisation de l’apéro saucisson pinard, a-t-il appelé à voter Sarkozy. Un autre journaliste, se vantant d’être réactionnaire, Ivan Rioufol, soutient également le chef de l’Etat.

Mais cela ne changera rien. Il suffit de voir les derniers sondages. Nicolas Sarkozy est cuit, l’écart se creuse avec François Hollande, et, au deuxième tour, on en est à 58-42. Ce n’est pas le prochain ralliement annoncé de Bayrou qui changera les choses. Je crois toujours en la possible présence de Jean-Luc Mélenchon au deuxième tour. Mais si les sondages disaient vrai, et que François Hollande – pour qui je ne voterai pas au deuxième tour – était devant, je me résigne à sa prochaine victoire, sans enthousiasme. Disons que ma seule joie sera qu’une victoire du candidat socialiste sera une défaite de Sarkozy, et l’explosion de l’UMP.

Joël Locin

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.