Mamère et les écolos sont des conscients démolisseurs de la France

« Dans le domaine du mépris de soi, du coup fourré, de la trahison, du crétinisme utile et de la collaboration avec qui voudra les mettre comme il faut, les écologistes de France sont le modèle que nous avons cherché en vain, durant près de sept ans, chez les peuples occupés par la triomphante Allemagne » (Joseph Goebbels, cité par Joseph Staline, repris lui-même par Xavier Cantat)

http://videos.leparisien.fr/video/fessenheim-pour-noel-mamere-il-n-y-a-pas-de-securite-totale-dans-le-nucleaire-18-03-2014-x1hyd0t

Et c’est ma foi vrai. Tout ce qui peut réduire leur pays, l’humilier publiquement, tarauder sa mémoire et miner sa volonté de survivre est bon pour les petits copains de Noël Mamère, d’Eva Joly, de Cécile Duflot et d’un paquet d’autres tout aussi hargneux, ignorants, désinvoltes et pressés d’en finir avec eux-mêmes.

Le fait que ces pitres manipulés par des illusionnistes frappent leur pays dans le dos signifie deux choses : la première est que ledit pays pourrait appartenir à n’importe qui, être sodomisé dans quelque coin sombre par des hussards, se voir dépecé par les vautours sans que cela les émeuve. La seconde est que le gouvernement capable de tolérer un tel discours à l’intérieur de ses propres murs donne à ceux qui veulent le démolir la clef du séjour, du cellier, de la buanderie et de la chambre à coucher sur le lit de laquelle il se vautre, flatule et pollue en fin de compte la maison toute entière.

Les écologistes de France sont à l’image de cet Islam dont ils appellent désormais ouvertement la prise de contrôle sur le reste d’un peuple épuisé : des apatrides juste désireux de voir triompher leurs utopies sous le sabre des conquérants, exactement comme ils applaudirent, il y a maintenant près de quarante ans, la mise en esclavage du peuple khmer par les Rouges de Pol Pot et de Mao Zé Dong, la déportation des affamés du Wollo et du Tigray par les tueurs de Mengistu (dans les camions du Band Aid, rappel), le renversement de la paisible monarchie afghane par les chars soviétiques, et quelques autres barbaries supportables à leurs yeux dès lors qu’elles remplaçaient l’ordre honni défendu par les démocraties d’Occident.

Bien sûr, citoyen Mamère, je t’accorde qu’il n’y a pas de sûreté absolue dans le nucléaire, pas plus que dans la vie d’un seul individu né par hasard et condamné à l’incertitude pour le reste de ses jours (sauf le dernier, hélas). Bien sûr, on aimerait tous, moi le premier, vivre au chaud, l’hiver, par la magie du vent, du bois ou de l’eau de mer recyclée en énergie pure. On aimerait aussi que les bagnoles roulent au soupir des poètes, ou à la plume de canard. Mais voilà, citoyen-Maire de Bègles, ce n’est pas encore au point. Il faut acheter du pétrole et trouver des solutions pour que tes petits-enfants ne claquent pas de froid dans des soupentes, comme à l’époque de Laënnec ou de Baudelaire.

Alors, il y a l’atome. Le Dr Folamour disait : « comment j’ai appris à aimer la bombe et à ne pas m’en faire« . J’essaie de raisonner pareil, d’accord, ce n’est pas forcément facile parce que danger, risque, Fukushima, Tchernobyl, etc. Ce n’est pas une raison, à mon avis, pour plaider en faveur du désarmement général, qu’il soit civil ou militaire. On dépend toi et moi suffisamment des autres pour éviter de leur offrir en prime ce qui nous reste de cubage d’air libre. Et je prétends, moi, que cet espace en réduction accélérée mérite d’être protégé contre les gens de ta sorte, qui n’ont de cesse de saper ses fondations, de désarmer ses défenses, de pomper son oxygène pour le livrer, exsangue et asphyxié, à ceux qui, de toutes leurs viscères, le haïssent.

Alain Dubos

image_pdf
0
0