Manipulation par les mots et l’inversion accusatoire : ce sont “eux” les néonazis

Manipulation4.jpg

Traiter Philippot et ses Patriotes  de “néonazis” est bien entendu un total non sens lorsqu’ils manifestent contre le totalitarisme  pseudo sanitaire actuel : le nazisme est en effet plutôt hygiéniste puriste voire écologiste; de même que l’intégrisme écolo-suprématiste anglo-saxon façon australien nouvelle Zélande Écosse ; n’oublions pas également les dérives militaristes-fascistes en Italie, Grèce…

Rien d’étonnant donc à ce que les impulsions liberticides y fleurissent. Idem en France, l’extrême gauche d’obédience putschiste ayant toujours voulu éradiquer le “réactionnaire” à l’instar du soviétisme et du maoïsme encensé par Sollers, Althusser,  et son ersatz made in Pol pot élevé aux nues par l’intelligentsia des “porteurs de valises”, et pourchassant (dans un heideggerianisme inversé) tout ce qui sentait la France comme l’indique BHL dans L’idéologie française lorsqu’il reprochait aux dirigeants du PCF de bien plus lire Pascal que Lénine, de vanter le “terroir” comme si cela devrait être le seul apanage de Vichy leur miroir inversé en réalité: celui des “anti” qui à force d’être “contre” sont “tout contre…” Portier de Nuit  là encore….

La clique sectaire actuellement au Pouvoir adopte faute de mieux cette plastique dans un hyperréalisme baudrillardien mâtiné de chantages et contraintes diverses en imposant une obligation pseudo sanitaire complètement illégale – la loi votée étant absolument scélérate puisque violant tout un nombre considérable de libertés fondamentales, mais ce à l’abri de poursuites bien sûr car en refusant de passer à “l’obligation” hic et nunc en face il est possible de la jouer  sine die en pile.

Arriver alors à adopter les vieilles méthodes léninistes et goebbelsiennes de manipulation des images (les ricanements moustachus du Commissaire Plenel en preuve absolue) en dit long sur le degré de bassesse atteint par une classe politico-médiatique charriant désormais  le caniveau pour bâtir sa propagande immonde.

Cela prouve au moins une chose : ces crapules sont d’autant plus aux abois (ou aux abonnés absents tel le ministre de la “Santé”) que leur stratégie bio-numérique se dévoile de jour en jour : affaisser les défenses immunitaires naturelles à force d’injections à répétition, forcer au “télétravail” maltraiter les enfants dans une sorte de néo-pédocriminalité orgiaque de masse (les museler et leur enfiler des bâtonnets) toute une machinerie bestiale qui fait de plus en plus penser à  Salö.

Et ces “salops” bien plus néroniens que sartriens tout en se targuant “d’emmerder jusqu’au bout” n’ont plus peur d’employer ainsi un langage scatologique ordurier approprié à la typologie classique des soudards et aussi aujourd’hui du néonazisme réel en ce sens où comme indiqué ailleurs ce dernier amende le nazisme (national socialisme) en ne le basant plus sur des bases mono-ethniques puristes mais “Multi” tout en y préservant la puissance libidinale par le volontairement contradictoire exigé par Foucault, Derrida (p.79) : au sens de pénétrer d’entrer et sortir d’œuvrer dans la Secte en adoptant ses “valeurs” inversées bâties autour de la métonymie du “sans” (cent, sang) : que “cent fleurs s’épanouissent” et ” Dans quel sang marcher ?” deux mamelles blanchotiennes (sommer Orphée de se retourner pour pétrifier Eurydice telle est l’œuvre d’art à accomplir : faire l’Histoire) ce qui permet de recruter par “l’amitié” les éléments/incréments de la nouvelle “race métaphysique” Intégrale globale, Matrice nomade, dont les particules agissantes gambadent en “va et vient” “gainsbourgien” (du moins en apparence car il faut donner le change) entre ONG et officines d’affaires, Conseils divers, et quelques pauses médiatiques en télé-réalité et assimilée (Talk show divers) surtout si l’on a un beau minois paillard à négocier à l’ombre des salons post-mondains qui feraient dresser les cheveux d’un Fellini mais guère ceux de Lucrèce Borgia ou de Salomé demandant la tête de Jean-Baptiste (aujourd’hui d’Eric Zemmour).

Ainsi va le Titanic. À l’ombre de Nabuchodonosor et de Babel.

En attente du Déluge ? Non, de l’Apocalypse (révélation).

image_pdfimage_print
8
1

2 Commentaires

  1. Malraux, 1948, postface des « conquérants »
    les techniques discursives du stalinisme, c’est d’abord de déshonorer l’adversaire, rendre impossible la discussion, attaquer surtout sur le plan moral, il faut que l’adversaire soit un scélérat.
    le son unique de cette propagande c’est l’indignation, la fin qui justifie les moyens…

    à l’ouest rien de nouveau

  2. Distinguer le rêve de l’éveil ne peut se faire sur la raison, car les « vraies » lois de la raison peuvent tout aussi bien être rêvées (Platon contre Descartes)

    Sans la marche forcée industrielle stalinienne l’URSS aurait été balayée. Même l’Abwehr l’a sous-estimée

    Voir dans la caste crasse une république de Salô? Un petit journaliste les dégomme J’ai vraiment du mal à voir de grands machiavéliens dans Sissy des Caraïbes, Castex l’inexistant, Véran l’imbu, l’assemblée des godillots etc

    La seule idéologie nvlle, en attendant un vrai transhumanisme, c’est l’écologie, très raz les pâquerettes, oui très régressive, « immédiate » comme la branlette jouir sans entrave disait Hegel

    Rapprochez ces mimes politiques des nazis et des bolcheviques c’est ridicule.

    ça finira en césarisme populiste comme à Rome.

    Ce qui manque à l’ED c’est pas des « valeurs » à retrouver, c’est un mythe futuriste.

Les commentaires sont fermés.