Manuel Valls et Ségolène Royal, des élus du PS en prise directe avec la violence ordinaire

J’imagine fort bien, pour l’avoir vécu aussi, votre émotion Ségolène quand vous êtes entrée dans votre appartement cambriolé. Les vêtements et livres étalés partout, les tiroirs cassés, des bouts de verre au sol car des vitres sont fracturées. L’étonnement et les jambes qui flageolent quand on passe d’une pièce à l’autre pour voir si là c’est épargné et où l’on découvre que, hélas, c’est encore pire…On a le souffle court, la peur aussi que les cambrioleurs soient encore sur place et alors ? Que se passerait-il si on tombait en face d’eux (ou d’elles) ?
Que faire dans un moment pareil ? Appeler les gendarmes bien sûr mais aussi les ami(e)s car on se sent vidé et qu’on a besoin d’ amitié. Dans mon cas j’ai trouvé les gendarmes plutôt actifs, rapides et sympathiques, mais dès le départ, on m’a fait comprendre que : « Hélas, ma bonne dame, il y a de plus en plus de cambriolages, et on en élucide si peu ! ». Le mien n’a jamais été élucidé. Les voleurs ont emporté pas mal d’objets, ordinateur, lecteur de DVD, appareil photos, instrument de musique. J’ai racheté certains objets, mais on ne rachète pas tout et souvent ce n’est pas le prix, mais le lien affectif qui nous lie à un objet qui en fait sa valeur. Pour moi c’était une gourmette, peu importe qu’elle fût en or, c’était un héritage transmis à ma mère par ma grand-mère veuve de la guerre 14, morte de la tuberculose en 1922, laissant une orpheline ( ma mère) de 9 ans ! Voilà, ce bijou en or était la seule chose qui me rattachait à cette grand-mère que je n’ai connue qu’en photo sépia ! Cela ne se rachète pas, mais de cela les voleurs se moquent !
Alors chère Ségolène je compatis, je ne sais pas si mes voleurs étaient comme les vôtres de Serbie. Vous, Manuel et son fils venez d’être victimes de la violence ordinaire qui se développe et s’aggrave en France depuis plus de vingt ans. Mais au-delà d’une Ségolène et d’un Manuel, figures politiques emblématiques, dont la police fera tout pour résoudre l’énigme des agressions, combien de Français lambda pour lesquels il n’y aura aucune suite.
Ces faits-divers dont vous êtes les victimes mettent sur le devant de la scène cette dure réalité qui frappent des milliers de Français et que souvent votre parti ignore et veut trop souvent occulter car c’est un sujet tabou ! Il faut noter que ces phénomènes ont atteint les deux personnes qui ont eu l’audace au sein de votre parti d’envisager un peu de fermeté pour un retour à l’ordre républicain. Votre idée de 2007 de remettre dans le droit chemin les jeunes délinquants en utilisant éventuellement l’aide des militaires avait fait, en se souvient, se lever les boucliers du PS…. Pas de ça chez nous ! Lors des élections de 2012, le PS aura-t-il le courage de regarder la vérité, ou bien, de peur d’être étiqueté à l’extrême droite, le parti continuera-t-il à masquer les problèmes d’insécurité, déclarant qu’ils sont montés en épingle, exploités politiquement, trop médiatisés, que tout baigne et que les flux migratoires incontrôlés, en cette période de crise, n’aggravent en rien la situation.
Chantal Crabère

image_pdf
0
0