1

Manuel Valls, l’homme qui trahit plus vite que son ombre

Il est vrai que la pensée politique profonde d’un homme de gauche, ça se limite à combattre une extrême droite imaginaire et à voir un raciste derrière chaque arbre. C’est tout dire ! 

On apprend que l’ex-Premier ministre franco-espagnol Manuel Valls va publier un livre intitulé : « Zemmour, l’antirépublicain« . Je n’ai pas encore lu le livre, évidemment, mais ce que j’en lis dans la presse laisse pantois. 

https://www.fdesouche.com/2022/01/02/manuel-valls-veut-proposer-un-autre-chemin-vers-une-fierte-nationale-retrouvee-et-va-publier-zemmour-lantirepublicain/

Il faut croire que notre candidat patriote l’empêche de dormir. Valls aurait même dit que « Zemmour veut détruire la France ». Il faut oser ! Il est vrai qu’il n’est pas à une énormité près, tant il est déboussolé, désemparé, malheureux, après avoir voulu jouer les conquistadors à l’assaut de la ville de Barcelone et avoir ramassé une claque monumentale dans les urnes. Comme si les Catalans  l’attendaient comme le Messie !

Parti « avec le goudron et les plumes », comme disait Olivier Faure, « nuisible en toute circonstance », comme disait Mélenchon, Valls, l’homme politique le plus détesté de France en 2018, nous a étalé ses états d’âme pour nous parler de son retour aux sources, de son besoin de Méditerranée et du soleil catalan qui lui manquaient tant. Limite bouleversant.

https://www.lepoint.fr/politique/valls-quitte-la-france-avec-le-goudron-et-les-plumes-dit-faure-30-09-2018-2259048_20.php

En 2019, il clamait : « Quoi qu’il arrive, ma vie est ici, à Barcelone »

https://www.leparisien.fr/politique/manuel-valls-a-barcelone-quoi-qu-il-arrive-ma-vie-est-ici-19-05-2019-8075025.php

Mais son exil n’aura pas duré bien longtemps. Et son idylle avec les Catalans non plus. Quant à son 3e mariage avec sa richissime épouse Susana, ce n’est pas notre affaire. Mais ce monsieur semble aussi instable en politique que dans sa vie privée.

Le fait est que Valls, éternel écartelé,  a encore retourné sa veste en revenant en France dans l’espoir de renouer avec la politique de l’Hexagone. À l’entendre, il n’a « pas une goutte de sang français » mais il est plus français que nous.

https://www.ouest-france.fr/politique/manuel-valls/manuel-valls-met-fin-a-son-exil-politique-espagnol-en-quittant-le-conseil-municipal-de-barcelone-a5cc33d2-0a58-11ec-8cc9-17f2879dca50

Quand on a été chef de gouvernement durant le quinquennat Hollande, qui fut le pire des présidents de la Ve République avec Macron, et qu’ensuite on a trahi sa parole, son camp et ses amis à la veille des élections de 2017, en soutenant Macron, on se la joue modeste et on essaie de ne pas dire n’importe quoi.

https://youtu.be/KENhhJp8H0k

Traitant Zemmour de menteur, de révisionniste et de grand manipulateur, Valls prétend que notre essayiste prospère en usant de son arme fatale : la contre-Histoire, ou la grande falsification de la vérité.

Mais conscient du fait que la diabolisation ne fonctionne plus pour combattre Zemmour, notre homme de gauche, qui vient de découvrir que finalement son cœur battait pour la France, notre girouette franco-espagnole, nous propose un autre chemin « vers une fierté nationale retrouvée ». Avec ça, nous sommes sauvés !

Il ne trouve rien de mieux que d’attaquer Zemmour sur Pétain, Dreyfus ou l’Algérie, comme si l’avenir de la France en perdition allait se jouer sur des désaccords concernant des évènements historiques vieux de plusieurs générations.

Quel électeur de 2022 se soucie de Pétain ou Dreyfus ? Des polémiques stupides que les médias font tourner en boucle, faute d’arguments crédibles et solides pour contrer le discours convaincant de Zemmour, approuvé par 70 % des Français.

Quand Zemmour mène son combat civilisationnel, Valls nous parle de Dreyfus ! Ce qui ne l’empêche pas de déclarer :

« Aujourd’hui, il faut arrêter l’immigration et suspendre le regroupement familial ».

Comprenne qui pourra. C’est bien là l’image pitoyable de l’homme politique français, qui retourne sa veste au gré des évènements et toujours capable de trahir sa parole, son camp et ses amis.

En 2015, c’est le même Valls qui nous promettait la guerre civile si le FN raflait les régions Nord et Paca, en passe d’être gagnées par Marine et Marion. Il a donc offert ces deux régions à la droite pour barrer le camp patriote. Le résultat de ce front républicain dévastateur a été d’amplifier l’immigration et de nous mener à une guerre civile à bas bruit qui ne dit pas son nom.

https://www.francesoir.fr/politique-france/regionales-manuel-valls-promet-la-guerre-civile-si-le-fn-passe

Valls a toujours trahi. En 2017, il a renié sa parole en votant Macron au lieu de Hamon. En 2019, battu aux municipales de Barcelone, il a laissé tomber ses complices du parti libéral Ciudadanos pour soutenir la maire en place, de la gauche radicale, qui a été réélue.

https://www.lepoint.fr/monde/valls-offre-barcelone-a-la-gauche-radicale-et-rompt-avec-ciudadanos-17-06-2019-2319391_24.php

Valls, c’est le type capable de dire aux Evryens en 2016 : « Il n’y a que vous dans ma vie », pour ensuite aller dire la même chose aux Barcelonais 18 mois plus tard !! 

Mais la preuve la plus inquiétante de toutes ses contradictions et de son manque total de jugement est d’avoir déclaré il y a quelques mois, dans son précédent ouvrage :

« La France que je n’aime pas, c’est celle d’Éric Zemmour et d’Assa Traoré »

Renvoyer dos à dos Éric Zemmour et  Assa Traoré, en prétendant qu’ils forment les deux bras de la tenaille identitaire, c’est mettre dans le même sac un défenseur de l’identité française et une militante racialiste. Grotesque. Zemmour a d’ailleurs répondu :

« Quand dans votre livre vous me mettez dans le même sac qu’Assa Traoré, je n’arrive pas à vous prendre au sérieux. Comment mettre dans le même sac celui qui défend la France et celle qui n’a de cesse de la détruire ? »

https://www.dailymotion.com/video/x80cyep

Quand Valls nous dit que c’est l’éthique républicaine qui lui sert de boussole, on a plutôt l’impression qu’il a vraiment perdu le nord.

Jacques Guillemain