1

Marc Trévidic le confirme : l'islamisme s'est propagé partout


Ce qui me torture personnellement, c’est l’indifférence (ou la lâcheté ?) des gens. Parfois, je tente de convaincre une amie, un voisin (discrètement, bien entendu), un collègue, la plupart du temps, je me fais remballer, voire repousser !
Cher voisin, chère collègue, écouterez-vous Marc Trévidic, qui a été juge d’instruction au pôle antiterroriste du Tribunal de Grande Instance de Paris durant dix ans avant d’être nommé premier vice-président au tribunal de grande instance de Lille en 2015 ? Il est considéré comme l’un des meilleurs spécialistes des filières islamistes, auteur de deux ouvrages très remarqués, Au cœur de l’antiterrorisme et Terroristes. De 2009 à mai 2012 Marc Trévidic a été également président de l’AFMI, Association Française des Magistrats Instructeur, dont il est toujours vice-président.
https://people.bfmtv.com/actualite-people/les-youtubeurs-a-suivre-marc-trevidic-le-magistrat-specialiste-du-terrorisme-lance-sa-chaine-1832536.html
« Merah tire dans la tête d’une petite fille de quatre ans, j’ai été surpris de voir à quel point les gens qu’on écoutait trouvaient ça bien ». L’avez-vous entendu, vous aussi, cher voisin ? Et vous en dites quoi ?
L’attentat de la préfecture commis par Mickaël Harpon ne m’a pas surpris, a-t-il déclaré. Ces dernières années, l’idéologie islamiste s’est propagée PARTOUT. Je connais le cas de la fille d’un général de l’armée française qui s’est radicalisée.  Même au sein du parquet antiterroriste, on a eu une assistante radicalisée dont il a fallu nous séparer. Un jour, un juge français pourrait se radicaliser sans qu’on s’en rende compte.
D’ailleurs, les récentes décisions de la Justice française engendrent quelques réflexions sur l’impartialité des juges français et leur liberté de juger face à la pensée unique…
6 jeunes nationalistes ayant revêtu le gilet jaune le 1er décembre ont écopé de peines sévères après avoir été reconnus coupables de « participation à une entente en vue de commettre des violences» : (4 mois de prison avec sursis, interdiction de se rendre à Paris pendant six mois, et 6 mois de prison avec sursis et 105 heures de travaux d’intérêt général ; pour le dernier, le seul à comparaître détenu, 3 mois de prison ferme, sans mandat de dépôt.
« Cette fois ça y est, vous avez vos fachos ! », a tonné Me Pichon, le conseil d’un des six prévenus au tout début des débats. « Il a une carte du Front national, une raison de plus de l’enfermer ! » a-t-il ajouté. Selon une note anonyme rédigée par un service de renseignements spécialisé et transmise à la justice, ces jeunes nationalistes sont qualifiés de “néo-fascistes”. Le qualificatif qui tue ! La justice française soudainement inflexible ? Elle qui a l’habitude d’user d’une si large clémence lorsqu’il s’agit de « jdeunes » de banlieue. Il suffit de lire France Orange mécanique de Laurent Obertone pour avoir une petite idée du laxisme judiciaire lorsqu’il s’agit de nos « chances pour la France » !

Autre décision : le militant identitaire Boris Le Lay a été condamné à 6 mois de prison ferme pour avoir écrit « il n’y a pas de celtes noirs ». Le rappeur noir Nick Conrad, lui, n’a été condamné qu’à une amende de 5 000 € avec sursis pour avoir chanté « Pendez Les Blancs ». En avez-vous entendu parler, vous aussi, cher voisin ? Et vous en dites quoi ?
(Source : Deux poids. Deux mesures. Justice aux ordres du politiquement correct. Justice injuste. Francesca de Villasmundo )
 Le juge qui, en avril 2015, se déclarait très inquiet des éventuels débordements qu’induirait le projet de loi relatif au renseignement, qui pourrait être « une arme redoutable si elle est mise entre de mauvaises mains »affirme   : « On voit des policiers, des militaires radicalisés, bientôt un juge radicalisé ? Ça s’est dilué dans toute la société française » Tout est envisageable. Tout, Monsieur le Juge ! Novembre 20219 : Un radicalisé surveillait les geôles du Tribunal de Grande instance de Paris. Panique au Tribunal de Grande instance ! En urgence, le parquet a demandé l’exfiltration immédiate d’un premier surveillant de prison, connu pour sa radicalisation, qui officiait depuis quelques mois au dépôt du Palais de Justice. Les sous-sols abritent 250 geôles dont une centaine au sein de la « Souricière ». Cette partie de la détention reçoit tous les jours les détenus extraits de leur prison et sur le point d’être jugés. C’est là que ce personnel de la pénitentiaire avait été affecté. De quoi faire froid dans le dos. Mais pas à vous, cher voisin ?
https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_relative_au_renseignement
La direction interrégionale de l’administration pénitentiaire a confirmé le signalement et DISCRÈTEMENT muté l’agent dans des services administratifs « sans lien direct et habituel avec des personnes détenues ». Il aurait fait l’objet d’une surveillance du renseignement pénitentiaire bien avant sa nomination au TGI de Paris.
Marc Trévidic : « Le moteur du terrorisme islamiste est la haine du Français ».
Cher voisin, chère collègue, vous pouvez cent fois me répondre que vous n’avez pas le temps (Pas le temps d’envoyer un mail lorsque vous avez observé un comportement antifrançais ? Pas trois minutes pour défendre votre pays ? L’avenir de vos enfants ? Vraiment ?). Vous pouvez me conseiller d’arrêter de râler, de profiter de la vie, je vous répondrai que je râle quand je veux, que cela me prend seulement une ou deux heures par jour (que c’est excellent pour la santé et vous évite les ulcères gastriques) , et je vous assure qu’une fois ma flambée de colère étanchée, je profite incroyablement de la vie. Plus que vous, certainement. Reprocheriez-vous à un chirurgien cardiaque de se soucier du cœur de ses patients, même le soir ? A un ébéniste de se faufiler dans son atelier, même le dimanche ? Voilà, je me faufile, parce que je pense que je peux aider. Sans vouloir vous commander, si vous faisiez pareil, les choses changeraient peut-être.
Anne Schubert
P.S. : Voici mon article terminé. Si je vous racontais tout ce que je vais faire maintenant, vous seriez bien étonné ! Je vais profiter de la vie. A fond. Jusqu’à demain, même endroit, même heure.