1

Marche des « Fiertés » : je ne supporte plus la propagande LGBT


Je sais que certains vont me soutenir, mais que sans doute beaucoup vont me critiquer vivement, voire plus…

Mais j’assume mes propos. Je n’ai aucune phobie, mais par contre la liberté et le droit d’exprimer ma pensée, comme eux… !

Parmi ces nombreuses choses que je ne peux pas accepter, il y a cette frénésie de certaines masses gauchistes imbéciles de vouloir à tout prix imposer des idées absurdes et malsaines à tout le monde à propos du sexe, de la sexualité, du genre ou genrisme, et de toutes ces choses assommantes dont les médias gauchistes et aux ordres nous rebattent les oreilles à longueur de temps.

Pour commencer, je souhaite partager avec vous un extrait de texte d’un ami de Facebook que j’apprécie beaucoup : Francis Claude Neri avec Linda Allouche Ohayon, le 24 09 2022 :

« Folie LGBT, éducation, socialisation, etc. »
« Les Européens, avec leur folie LGBT, leur concept contre-nature de frontières ouvertes, leur affirmation que l’immigration depuis les pays du tiers monde est une bénédiction, leur théorie du genre qui nie les deux seuls sexes : homme et femme, la banalisation de l’homosexualité dans les médias, la pub et le cinéma, la promotion du changement de sexe comme une chose simple, normale, acceptable, voire bénéfique à certains enfants (!), la discrimination positive, la mansuétude de la justice envers les délinquants considérés comme victimes de la société, leur diabolisation de la religion chrétienne et leur déférence respectueuse envers la religion mahométane, la fumeuse théorie que l’homme est responsable du réchauffement climatique et celle encore plus fumeuse qu’il peut faire baisser la température (et pourquoi pas changer le plomb en or tant qu’ils y sont ?), leur insistance à tenir l’homme blanc pour le grand coupable des maux de l’humanité, oui, les Européistes tentent agressivement d’imposer leur choix de vie aux autres pays et de les soumettre à leur volonté… »
Francis-Claude Neri, Président de l’IESE.
https://www.facebook.com/profile.php?id=100013320762169

Comme moi, vous avez tous été les témoins perplexes, sur les médias aux ordres, de ces grandes messes tapageuses à la gloire de toutes les déviances et perversions sexuelles que sont les « Gay-Prides » (origine USA) et/ou « Marches des fiertés… »
« La Marche des Fiertés de Paris »
« La Marche des Fiertés est l’un des trois plus importants événements de plein air de la capitale (Faut pas être exigeant !). Elle regroupe plus de 90 organismes, des associations luttant contre les LGBTphobies, des associations de prévention et de lutte contre le VIH/SIDA, des partis politiques, des organisations de défense des droits humains, des syndicats, des associations LGBT issues de grandes entreprises et, enfin, des établissements commerciaux. »
https://www.inter-lgbt.org/marche-des-fiertes/

Tout un programme et aussi tout un assortiment de groupes politiques antisociaux et antifrançais qui cherchent à y puiser des suffrages, et de commerciaux qui espèrent bien en tirer profit…

En réalité, ne vous y trompez pas, ce grand déballage apparemment joyeux et festif cache beaucoup de souffrance et une des plus grandes misères du monde, celles des personnes aux sexualités dites « alternatives » et surtout malsaines et dégénérées.
Je ne suis pas pour ajouter à la souffrance de ces personnes, mais je pense que ce genre de déballage public est plus malsain et déplacé et propre à engendrer encore plus de souffrance et de frustration qu’autre chose.

Fierté de quoi, d’ailleurs ? Qu’ont-ils fait ou accompli de si extraordinaire ? On se perd en conjectures. Si c’est fier d’être homosexuel/elle, il n’y a vraiment pas de quoi pavoiser.
En réalité, ils sont pour la plupart des gens malheureux et tristes et ont du mal à cacher leur misère et leur souffrance. Ils sont montrés du doigt, rejetés et souvent mis au ban.
Rappelez-vous de cette belle chanson d’Aznavour : « Comme ils disent ». J’aimais bien cette chanson et elle disait les choses avec justesse.
C’est néanmoins le résultat de leur libre choix de vie et de leur volonté de se montrer à découvert comme étant ce qu’ils sont.
Et je suis aussi totalement opposé à la PMA et à la GPA pour les homosexuels, car ils ne sont pas malades et n’ont la plupart du temps aucun problème de reproduction, sauf si une femme homosexuelle a des problèmes de fécondité avec des hommes lambda.

Carnaval de Rio ou de Venise ? Non, les Fiertés à Marseille. Mais fiertés de quoi… ?

Je crois que lorsqu’on est « différent » dans une société établie avec des règles communes à tous, on a toujours intérêt et meilleur compte à être discret, faire profil bas et ne pas laisser transparaître sa vraie nature en public, car on sera toujours montré du doigt et victime de la bêtise populaire. Et aucune loi ne fera jamais changer ça.
On a essayé et ça n’a jamais marché.
Les Juifs qui sont des gens normaux et une nation sont aussi haïs et persécutés…
Le mépris et la haine des gens qui sont différents est plus vieille que le monde.
La seule chose à faire, c’est de vivre comme tout le monde en apparence et de ne vivre sa différence qu’à l’abri des regards, chez soi, et en toute tranquillité.

Je n’ai ni haine ni mépris pour les LGBTQ, car je sais qu’ils n’ont pas choisi leur nature déviante. Mais ils sont responsables d’avoir choisi de la vivre de façon effrontée en public. C’est suicidaire.
Car dans nos sociétés où règne le crime facile et quotidien et toutes sortes de haines viscérales, même la loi peut changer un jour et pénaliser les comportements de ce genre, comme l’avait fait Hitler et comme le prescrivent les textes musulmans.
Je n’invente rien, vous verrez…

J’ai eu pas mal d’amis homosexuels/elles dans ma vie et j’ai parfois passé de très bons moments d’amitié, de chaleur humaine, d’échanges et de rigolade avec eux, mais ils étaient corrects, discrets, et c’était une autre époque, dans un milieu particulier, fermé et protégé, où personne ne les critiquait ni ne les persécutait.
Mais dans la vie c’est rarement le cas.

Il ne faut pas se voiler la face, nous sommes là face une dérive et à une dégénérescence éducative et culturelle de notre société humaine plus qu’autre chose.

Avec enfants mineurs :

Un bel exemple de vulgarité :

Pour comprendre, il faut revenir aux origines naturelles de la sexualité.
Comme tous les animaux, l’homme est sur Terre pour se développer, progresser, construire une société et une civilisation valorisant ses capacités physiques et intellectuelles, et enfin se reproduire et faire des enfants qui hériteront de cette société lorsque leurs parents mourront naturellement.

La reproduction sexuée est partagée par tout le règne animal, même si son mode de fonctionnement a de multiples facettes.
Chez les mammifères, la reproduction passe par la fécondation de la femelle par les gamètes du mâle. Ce qui ne peut se faire que par leur accouplement.
Techniquement, le mâle est toujours disponible sexuellement pour la reproduction et la femelle ne l’est qu’à certaines périodes.
Lorsque la femelle est prête, elle émet des phéromones (hormones sexuelles aériennes) qui peuvent être perceptibles (chez certains animaux) à des dizaines de kilomètres, sans vent !
Lorsque le mâle perçoit ces phéromones, il se met en recherche (même inconsciemment) de la source et trouve la femelle.
Si la femelle lui plaît, il tentera de la séduire et de la féconder.
Mais la femelle a aussi le droit de choisir le mâle qui lui convient le mieux (techniquement et inconsciemment, celui qui est le plus éloigné de son propre ADN afin d’éviter la consanguinité), et de le rejeter.
Quand les deux seront d’accord, il s’ensuivra un rituel de séduction et un accouplement qui donnera généralement naissance à un bébé.
C’est un fait naturel.

Nos ancêtres préhistoriques avaient une vie qui les contraignait à chasser et à cueillir pour se nourrir et survivre.
C’était une vie rude, très loin du mode de vie de notre époque où on glande sans fatigue, toute la journée, devant un ordinateur dans une tour froide et impersonnelle, dans une ville où la nature a complètement disparu.

Pour eux, le sexe était avant tout très occasionnel et reproductif et non un passe-temps permanent.
Ce qui n’empêchait sans doute pas d’être amoureux et de passer du temps ensemble quand c’était possible.
Mais les choses se limitaient à un mâle pour une femelle.

Aujourd’hui, pour des raisons sociales et sanitaires innombrables, nos société humaines ont lentement dérivé vers des modes de vie compliqués et déviants par rapport à la nature. L’oisiveté, qui est un grand fléau (l’oisiveté est mère de tous les vices, dit le proverbe), la paresse et l’attrait permanent du sexe facile, grâce à la proximité, a favorisé des perversions sexuelles de plus en plus complexes qui nous ont amenés à cette situation d’un monde complètement fou et uniquement dédié au sexe, les LGBTQQI2SAA…
Ils se sont constitués en associations, en ONG, en partis politiques, en philosophies, en religions, en castes, en culture médiatisée, etc.
Pourquoi pas bientôt des palais, des temples et des cathédrales à la gloire de ces stupidités… ?
Ils ont leur drapeau multicolore, leur hymne, leurs sites internet, leurs revues, leurs radios, leurs émissions de télé, leurs téléfilms, leurs films (je me souviens d’un film très sympathique, en 1980 : « Un Couple Très Particulier ») et leurs représentants à l’Assemblée nationale.
Sans oublier l’UE supranationale composée d’alcooliques, de drogués, de bons à rien et de déviants sexuels qui les soutient…

LGBTQQI2SAA… c’est quoi ?

Lesbiennes (homosexuelles, gouines), gays (homosexuels, pédés, sodomites), bisexuels/elles (voile et vapeur), queers (non hétéros, mais sexuellement polyvalents), queers (indécis et en questionnement permanent), intersexes (nés/ées avec des caractéristiques/anomalies sexuelles particulières), 2S (bispirituels/elles), A1 (androgines, entre les deux genres), A2 (asexuels/elles, n’éprouvant aucune attraction sexuelle), + (tous les autres…)
Plus de détails : https://drapeau-lgbt.fr/que-veut-dire-lgbt-lgbtq-lgbtqqip2saa-definition-sigles-lgbt/

Non, je ne suis pas d’accord avec toutes ces foutaises, ce détournement moral de nos valeurs traditionnelles très anciennes et cette façon outrancière et vulgaire d’exhiber des corps et des postures dégradantes devant nos enfants et, pire encore, accompagnés par des enfants à qui on veut retirer le droit d’avoir une libre opinion et qu’on veut éloigner des principes naturels de la reproduction sexuée.

Dans la vie, quand on a des doutes, il faut toujours se rabattre sur la nature et voir comment elle fonctionne. Car le berceau de nos vies c’est la nature. Et la nature ne connaît et ne commet pas d’erreurs.
Ce sont les humains dégénérés, ignorants et vulgaires qui commettent des erreurs et des affronts contre la nature.

La nature n’est pas une religion. Elle est la source de tout.
Et si la nature dit qu’un enfant doit avoir un papa mâle et une maman femelle, elle sait très bien ce qu’elle dit et ce qu’elle fait et ce ne sont pas des dévergondés et des clochards du sexe qui peuvent le contester.

À ce titre, j’estime absolument grotesque, indigne et scandaleux que des parlementaires, des ministres et des tas de politiciens uniquement soucieux de leur réélection aient un jour autorisé le mariage des homosexuels et, pour les garçons, le droit d’adopter des enfants sans avoir le moindre lien de sang avec eux.
Cela dit, si une femme veut donner son enfant à une paire d’hommes, si la loi l’accepte, c’est son problème. Mais elle devra peut-être un jour rendre des comptes à cet enfant, lorsqu’il les lui demandera, pour l’avoir privé de la plus belle chose au monde : une maman.

À ce propos, je reviens sur un terme choquant à plus d’un titre :
Deux hommes, fussent-ils pédés comme des phoques, ne constitueront jamais un « couple » et ne pourront jamais avoir d’enfant sans avoir recours à une femme, et deux femmes lesbiennes ne constitueront non plus un couple, car, sémantiquement, un couple est constitué de deux éléments opposés et complémentaires qui peuvent s’emboîter l’un dans l’autre. Techniquement, deux femmes ne pourront pas non plus faire d’enfant sans avoir recours au moins une fois à un homme.

Et j’aimerais bien qu’on respecte un peu la langue française, faute de savoir l’écrire ou la parler correctement, comme tant de Français, ce qui est déjà une grande tragédie.

Non, ces gens-là ne seront jamais des couples, mais seulement des « paires », car ils répondent parfaitement à cette définition.
Par contre, une paire de femmes pas trop moches peut assez facilement se faire faire des gosses par des hommes de passage (one shot) et la mère en sera effectivement le parent biologique légitime.

Il n’en restera pas moins que cet enfant pourra aussi un jour exiger de sa mère de lui faire connaître son père biologique, car tout enfant est en droit de savoir qui sont ses deux parents, s’ils sont encore en vie et n’ont pas totalement disparu du circuit.

Tout cela ce n’est pas ma culture, ni mon éducation, ni mes convictions, tout comme pour de nombreux Français de souche, fidèles et patriotes.
Et je ne crois pas non plus que ce soit bon pour notre société et nos descendants.
Mais c’est clairement et simplement un des nombreux signes annonciateurs de l’effondrement d’une civilisation.

Je leur demande, à tous ces dégénérés et exhibiteurs, de nous foutre la paix et d’arrêter d’encombrer régulièrement l’espace public avec leurs cuirs et leurs tenues sado-masos, car nous ne faisons pas ce genre de choses. Nous n’avons rien à prouver ni à démontrer…

Mais bon, comme des temps de révolte, de guerre et de souffrance nous attendent sous peu, je crois que ce que je peux penser, dire et écrire ne touchera pas grand monde…

Laurent DROIT