Marche des Fiertés : malgré la victoire du mariage pour tous, le coeur n’y était pas

Publié le 1 juillet 2013 - par - 2 292 vues
Traduire la page en :

Une semaine après la bérézina du premier (et certainement dernier) Salon du Mariage Gay, faute sans doute de gays désirant réellement convoler, bien que cet échec cuisant soit abusivement mis sur le compte d’une homophobie fantasmée, c’est à la cultissime Gay Pride de faire un beau flop avec seulement quelques milliers de personnes au lieu des 500 000 prévues.

Manifestation à la décadence autrefois joyeuse et décomplexée au succès incontestable, ce qu’on appelle « Marche des Fiertés » a vécu. « Ma fille a été à la gay pride pour la fête comme tous les ans, elle en revient déçue. Ramassis de poivrots, dépravés, tristes » ai-je lu. Divers témoignages relatent en effet une ambiance plutôt morose, empruntée, fictive et coincée, sans la caractéristique bonne humeur habituelle.

Maintenant que les gays de la LGBT ont acquis le droit à un mariage qu’ils ne désirent finalement pas, ils n’ont plus grand-chose à fêter ni à réclamer si ce n’est le droit d’adopter des enfants, encore que ce dernier point ne soit pas bien clair à en croire cette énigmatique pancarte « on veut l’adoption, pas les gosses ». Dans ce cas, pourquoi ne pas aller à la SPA ?

gay pride 290613 l'adoption pas les gosses

Pierre Bergé lui-même dévoile son sentiment réel après avoir pourtant financé à grands frais l’opération marketing « Je ne suis pas pour le mariage des hétéros, et je ne suis pas pour le mariage des homos. Je suis pour une grande union civile ».

Jack Lang, dont tout le monde sait qu’il aime beaucoup les petits enfants, n’a évidemment pas manqué son rendez-vous annuel durant lequel il a déclaré que « d’autres conquêtes sont à arracher » et que pour cela « l’école a un grand rôle à jouer, pour dire aux enfants l’exigence de l’égalité »…

On pourrait donc éprouver un grand sentiment d’arnaque avec ces gays qui ont battu le pavé, ont insulté des gens qui réclamaient juste le droit d’être consultés via un référendum national, et qui finalement ne veulent pas d’une union maritale trop conventionnelle pour eux, mais continuent de réclamer l’adoption sans vouloir les enfants. Allez comprendre…

Alors tout ça pour ça ? Cette France désormais coupée en deux, déchirée, ces disputes sans fin à se convaincre mutuellement de l’aberration d’être pour ou contre selon son camp… Diviser pour mieux régner dit l’adage. Pas de doute, ça a bien marché. Et la prochaine blague ce sera quoi ?

Outre l’hyper exaltation de sa conviviale et collégiale sexualité, cette manifestation a tout de même un coût. Le char Ile de France était évidemment loué avec l’argent du contribuable (1). Et la mutuelle étudiante LMDE, gérée par l’UNEF, a quant à elle financé sa quote-part de la manifestation avec l’argent des étudiants, alors même que parmi ces derniers nombreux sont ceux qui attendent encore des remboursements de soins depuis plusieurs mois, doutant même de l’honnêteté de la mutuelle (2).

Voici quelques clichés intéressants de la manifestation, ainsi que ce lien (les photos sont protégées) (3) où figurent deux photos extrêmement suggestives, pour ne pas dire cochonnes… Attention aux courants d’air !

Main dans la braguette

Un environnement sain et équilibré, il n’y a pas mieux pour un enfant

Angelot

 Poussette et bas sur la têteHomme et bébés

Deux nostalgiques de l'esclavagisme. Eh oui, manifestement cela existe...

Deux nostalgiques de l’esclavagisme. Eh oui, manifestement cela existe…

Caroline Alamachère

(1) http://www.lerougeetlenoir.org/les-breves/info-la-gaypride-fait-un-flop

(2) http://mobile.lemonde.fr/societe/reactions/2013/02/18/comment-l-unef-a-pris-le-controle-de-la-lmde_1833664_3224.html

(3) http://www.flickr.com/photos/cosentino/174578289/

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi