Marché du travail et régularisations de clandestins

Publié le 20 mai 2020 - par - 20 commentaires - 1 056 vues
Share


L’actuel gouvernement italien s’est mis en tête, sous la pression de son patronat, de régulariser plus de 600 000 clandestins sur son sol pour leur permettre de travailler aux champs.
C’est de la légalisation de main-d’œuvre à bas coût.
On peut quand même s’interroger : comment se fait-il que dans un pays où le chômage en février 2020, avant la crise du Coronavirus, atteint 9,7 % de la population active, soit environ trois millions de personnes, on en soit venu à utiliser une main-d’œuvre clandestine si élevée ?

L’Italie est le troisième plus mauvais élève de l’Europe en matière de chômage, après la Grèce et l’Espagne, et juste avant la France.
(source Eurostat, https://www.touteleurope.eu/actualite/le-taux-de-chomage-en-europe.html).

Il est de notoriété que l’Espagne fait de même avec la main-d’œuvre venue du Maghreb dans ses méga-exploitations agricoles, alors que le taux de chômage ibère est officiellement de 13,6 %.
Ce phénomène pose déjà un grave problème à l’agriculture française.
La régularisation des clandestins, à l’orée d’une crise dont l’issue risque d’être un nouveau chômage de masse façon années trente, va en poser un autre qui a des chances de se résoudre par de nouvelles St Barthélémy et des chasses à l’homme à plus ou moins longue échéance.

Concernant l’agriculture française, le recours à une main-d’œuvre à extrême bas coût délestée de charges sociales vient diminuer le coût de revient des produits agricole italiens et espagnols par rapport à la production française qui, de surcroît, est en butte à de larges surcoûts écologiques par rapport à la concurrence mondiale.
C’est de la concurrence déloyale organisée à tous les étages, et nos guignols écologistes français façon Duflot, Canfin, Voynet, Hulot ou Jadot n’ont pas du tout l’intelligence de comprendre que sous couvert d’écologie radicalisée, ils tueraient l’agriculture française, ce qui laisserait le champ libre, si j’ose dire, aux agricultures des concurrences qui n’ont pas les mêmes exigences en matière sociale et environnementale.

Bref, l’écologiste français assassine l’élève le plus sain de la classe pour laisser prospérer les élèves les plus mauvais sur le marché européen. Quelle gloire écologique !
Ils devraient plutôt déplacer leur combat de la France vers l’étranger, et pourquoi pas l‘Espagne et l’Italie, pour y imposer les mêmes normes environnementales.
Il est vrai que l’économie, dans l’Italie du Sud par exemple, est pour partie tenue par la mafia transalpine, et il est plus facile pour l’écologiste français d’aller casser les nouilles du petit paysan français pour mieux l’achever et le pousser au suicide que de risquer de terminer sa vie dans les eaux d’un port du clan des Siciliens lesté d’un bloc de béton.
Comme le chantait Brassens, mourir pour des idées OK, mais de mort lente, c’est le credo de nos ersatz nationaux d’écologistes.
La régularisation de 600 000 clandestins en Italie risquerait d’entraîner un effet domino sur tout le continent.

Les clandestins des champs d’Espagne ceux qui sont employés au noir, c’est le cas de le dire, dans le secteur du bâtiment ou de l’hôtellerie française, auront vocation à réclamer une mesure identique.
Et alors quoi ?
C’est simple, j’explique ce que je vois venir.
La crise virale, de sanitaire au début, va déboucher sur une méga-crise économique qui risque elle-même d’entraîner une méga-crise financière.
Une nouvelle cohorte de chômeurs est attendue dans ces trois pays, Espagne, Italie, France, qui vont être les plus touchés du continent : ce sont les trois pays, avec la Grèce, où le tourisme a une importance conséquente dans la rentrée de devises.
Ce sont également parmi les pays les plus endettés du continent.
Avec l’effet ciseau qui va achever ces pays malades de la peste et du cosmopolitisme effréné : la crise actuelle les pousse à des endettements supplémentaires faramineux, et dans le même temps macroniste, l’arrêt de leur économie, notamment touristique, est en train de totalement ruiner leur production de richesse, donc leurs rentrées fiscales et autres prélèvements obligatoires.

Le résultat ? Un État déjà surendetté qui paie hors de raison les entreprises et les ménages pour les tenir hors de l’eau avec des recettes diminuées de 20 à 30 % pendant que le chômage et les liquidations judiciaires d’entreprises vont se multiplier, engrossant encore au passage le chômage.
Proprement intenable si un pays comme la France se retrouve avec 8 millions de chômeurs en fin d’année. N’oublions pas l’arrivée sur le marché du travail de toute une génération de jeunes qui quittent le système éducatif en septembre 2020 comme tous les ans.
Un clandestin employé clandestinement (au noir populairement) par une entreprise n’a pas droit au chômage par définition.
Une régularisation de masse risque d’entraîner un nombre considérable de nouveaux chômeurs à indemniser éventuellement.
Ainsi le patronat qui a fait venir des clandestins, après les avoir fait travailler pour son profit personnel comme des esclaves, ferait peser sur la collectivité le coût de leur régularisation et de leur licenciement.
Immoral !

Ce sont tous les employeurs indélicats, tous les syndicats patronaux, tous les membres des conseil d’administration et des conseils de surveillance, jusqu’à leurs derniers collatéraux, qui doivent, PERSONNELLEMENT, être tenus de passer à la caisse et être mis à l’amende, une méga-amende.
C’est également toute la classe politique qui a été aux affaires ces trente dernières années qui doit être mise à l’amende, une méga-amende, pour avoir fermé les yeux sur la venue et l’emploi de clandestins. Jusqu’au dernier de leurs collatéraux également.
La crise économique à venir risque de déboucher en France soit sur une révolution, soit sur une guerre civile.
Il est grand temps que les partis patriotes se préparent au choc, et à prendre le pouvoir laissé vacant.
Cela passe par la création d’une force armée citoyenne et d’un service de renseignement indépendants.

Force armée citoyenne pour combattre le soulèvement des banlieues, car les forces de l’ordre, à l’image des forces de santé pendant le gros de la pandémie, sont incapables de supporter la moindre surcharge virile. Elle se sont trop amollies et gâtées par l’entraînement à ne casser que du retraité et de l’infirmière ces dernières années, et dans les tâches administratives à seulement dresser des PV pour défaut d’attestation pendant le confinement. Les forces de l’ordre ont été incapables de confiner les zones de non-droit, c’est vous dire qu’en cas de soulèvement généralisé, c’est la queue entre les jambes qu’elles vont rentrer à la niche, d’autant qu’on leur interdit de tirer dans le tas.

Service de renseignement, pour établir la longue liste de Schindler des collaborateurs avec les forces ennemies pour éviter qu’ils n’échappent au jugement de la Nation, ainsi de certains juges actuels, politiciens, hiérarchie policière, employeurs et membres des conseils d’administration et de surveillance esclavagistes qui devraient prendre perpète pour avoir réintroduit la servitude en France en 2020, et autres divers.

L’urgence est donc de se préparer, car il est de plus en plus avéré qu’un effondrement total de la société n’est plus à exclure, ouvrant la voie à une nouvelle période que les historiens du futur, qui aiment sérier les périodes, pourront qualifier d’« ère Mad Max ».
Alléluia, la Bible accessoirement, et le fusil nécessairement risquent d’être les instruments indispensables de la loi de demain.

Jean d’Acre

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Thierry

Plutôt que blâmer les clandestins il faudrait punir très lourdement tous ceux qui les exploitent pour ce faire un max de pognon sans payer d impôt

@D.P.

C’est comme ça nos dirigeants achètent les voix d’électeurs et depuis des années. Imaginez un petit salarié ou un chômeur qui a deux choix pendant une élection. Soit il vote pour les politiciens pro- immigrationniste et dans ce cas le travail difficile (BTP, saisonnières agricoles, etc.) sera fait par les nouveaux immigrés et notre bon homme peut continuer toucher ces allocs et mener un train de vie assez confortable. Soit il doit faire soi-même ces métiers difficiles et ingrats. Son choix sera évidente et en plus il peut faire bonne mine et dire qu’il faut bien accueillir les autres, ils sont tous les êtres humains, etc.
C’est la base de la politique des gauchistes.

Cosmopolites Dégagez

Les Syndicats ont ralliés Macron et le Medef des Patrons en régularisant les Clandos.

POLYEUCTE

La Crise est là et bien là !
Une régularisation, avec encore des Droits, ajouterait à la faillite, alors que le chômage des FDS va exploser.

Blanc de peau

Si vous avez l’outrecuidance de sortir sans papier indiquant votre pédigrée ce seront 135 € en moins dans votre poche mais surtout pas d’amalgames.

amusé

personne n’empêche les travailleurs français qui le souhaiteraient d’aller ramasser des fraises ou des asperges. Mais simplement ils ne sont pas intéressés ; le même problème se pose en GB : impossible de trouver des salariés agricoles.

zéphyrin

bien sûr, que des fainéants…pour un peu il faudrait les payer à un tarif syndical; et puis quoi encore ?
plus on embauchera de minorités visibles et masculines sevrées de sexe, moins les étudiants (es) européens auront envie de s’y mêler…
à moins d’être dans une situation désespérée…
on peut aussi faire les hypocrites…hein ? pas moi au contraire j’adorerais « partager nos « richesses et nos valeurs » (sourire)

Thierry

C est sur un travail super pénible payer une misère

Thierry

Bien sûr tu trouves le kilo d abricots a 10 euros le kilo sur les marchés et tu payes les gens qui les ramassent au SMIC en CDD étonnant que personne ne veux travailler dans ces conditions ???

geronimo

je croyais que l’esclavage etait aboli….à croire que ces populations noires et maghrebine aiment vraiment se retrouver systematiquement dans des positions d’inferiorités sociale…ils viennent en masse chez nous, sachant qu’ils vont etre pris en charge pour tout, qu’ils seront ensuite exploités, puis ils exigeront des droits sans jamais respecter aucun devoir…..bref, tout recommence comme avant…sauf que nous perdrons cette fois là, et que nos pays d’europe seront islamisés, précarisés, vandalisés….et ces populations se retrouveront dans la même merde qu’ils ont quitté….pitoyable humanité

François BLANC

« ceux qui sont employés au noir, c’est le cas de le dire, dans le secteur du bâtiment ou de l’hôtellerie française, »
Vous en avez trouvé combien dans le BTP français !!!!!, avec toutes les règles et contrôles dans ce secteur je voudrais bien savoir comment certains parviendraient, selon vous qui parlait de ce que vous ne connaissez pas, à employer ces gens qui par ailleurs sont des bons à rien belliqueux tout juste bons à servir de lumpen électorat aux partis marxistes
Le seul personnel au noir que je connaisse dans le BTP est employé par de d’éphémères entreprises montées par des arabes et jamais contrôlées par les putes marxistes du ministère du travail

Eric des Monteils

C’est chiant : j’ai des papiers de vrais Français, donc, je n’ai droit à rien !

Joël

Si ma mémoire est bonne, la photo représente la manif des clandestins de Chronopost.
Or, cette boite (et bien d’autres, comme Bouygues ou Vinci) n’a jamais vu le début d’un ongle d’un inspecteur de l’URSSAF pourtant si prompte à faire couler un artisan recevant de temps à autre un coup de main de sa femme.
C’est donc bien que l’état est complice et partie prenante des employeurs hors-la-loi.

Théophile05

On se prépare, n’ayez crainte – dans le cadre de la légalité pour l’instant, mais en se tenant prêt à tout si la loi et l’ordre devaient s’effondrer.

patphil

l’autre jour, zemmour citait Marx, en démontrant que la main d’oeuvre immigrée et aujourd’hui dits sans papiers ou migrants ne sont là que pour faire baisser le cout de l’emploi
quand les syndicats s’en rendront ils compte?

Joël

Les syndicats le savent très bien, car plus les salaires sont bas, plus ils récoltent d’adhérents et plus de subventions.

Eric des Monteils

Ils les savent bien, mais leur idéologie égalitariste bidon est plus forte et leur bouffe le cerveau.

Blanc de peau

La CGT réclame la régularisation des sans papiers, Coluche avait raison en définissant ce syndicat « Cancer Généralisé du Travail « 

Alsace

A compter du moment ou il aura une baisse des charges pour les petites entreprises , l’emploi aura gagné en transparence ! Des petits patrons s’en sortent à peine ( une fois toutes les charges dues ) . Quant au travail dans le bâtiment il ne faut pas être trop exigeant sur l’ouvrage confié à des sans papiers ! A quand les syndicats seront dotés uniquement par les cotisations des adhérents et non par nos impôts !
La SNCF en est l’exemple que nous supportons financièrement depuis la nuit des temps .

meulien

avec 741 milliards de social,la france ne peut que taper dans le mur