Marie-José Letailleur : Comment s'organiser quand les islamistes veulent implanter une mosquée clandestine ?

http://www.youtube.com/v/jhzERIaIVyI?fs=1&hl=fr_FR</a&gt
Bonjour à tous.
Je vis en banlieue parisienne, dans une ville méconnue des médias. Mon quartier est un ensemble composé de personnes d’origines variées, de confession différentes et nous vivons tous ensemble dans une bonne harmonie. Tous les âges y sont représentés, des retraités aux enfants en passant par les actifs. Tout notre quartier est piétonnier, il y a une place avec quelques commerces.
En 2007, notre lieu de vie a été bouleversé par l’implantation d’une mosquée clandestine.
En novembre 2006 un local à but commercial ou professionnel, situé en pied d’immeuble, fut acquis par une Société Civile Immobilière.
Les représentants de cette SCI furent reçus en mairie et déclarèrent vouloir faire des bureaux dans ce local.
Après 3 mois de travaux, en février 2007, un vendredi après-midi, à l’heure de la grande prière, nous vîmes arriver des hommes barbus et des femmes en burqa, venus de toute la région parisienne. Ils étaient environ 400. Le local était devenu en fait une mosquée clandestine.
Le week-end, la mosquée faisait l’école coranique pour les enfants, vêtus de kamis pour les garçons et de voiles pour les fillettes. Les habitants du quartier avaient l’impression de vivre un cauchemar éveillés. Les premières réactions après l’étonnement furent d’interpeler la mairie, le député, le sous-préfet et le préfet.
Nos voisins barbus, comme nous les appelions, commencèrent un travail de sape auprès des commerçants en leur rendant de nombreuses visites et en leur proposant de racheter leur boutique.
Ils abordaient les jeunes filles d’origine maghrébine en leur demandant pourquoi elles n’étaient pas voilées. Ils accostaient les jeunes gens en leur proposant de venir à la mosquée pour boire du thé, ils donnaient des bandes dessinées aux enfants en fait une vraie démarche de prosélytisme était en train de se mettre en place.
Les musulmans du quartier étaient interpelés par les barbus qui leur reprochaient de ne pas venir à la mosquée.
Petit à petit, le quartier était quadrillé de barbus et les habitants restaient chez eux au lieu de sortir comme auparavant, la place devenait déserte.
Une tension palpable régnait.
De ma terrasse on pouvait entendre les prêches et les prières, un de mes voisins a persuadé Mohamed Sifaoui de venir. Il a confirmé que c’était des salafistes à qui nous avions affaire. Avant cet épisode de la mosquée j’étais peu au fait des subtiles nuances de l’islam. Ce journaliste a écrit un article paru dans Marianne en mars 2007 sur notre mosquée.
Avec un peu de recul cet article tombait à pic car il allait faire paraitre un livre. Il nous a conseillé de nous regrouper en collectif et nous a donné les coordonnées d’une organisation laïque.
Nous avons rencontré Jean-François Chalot, le représentant départemental. Il est venu dans notre quartier et s’est rendu compte rapidement de ce que nous vivions. Il a écrit au Préfet et nous avons remarqué à ce moment là que le Préfet répondait toujours en personne avec diligence et sérieux aux courriers d’une association alors que les réponses aux particuliers attendaient plusieurs semaines et restaient très laconiques.
Voyant cela, nous avons donc créé simultanément un Collectif des habitants et une antenne locale de cette organisation laïque. Ce collectif comprenait des personnes de toute opinion politique, il n’y avait ni gauche ni droite, nous formions simplement un front républicain déterminé à résister à l’avancée de l’islam conquérant.
Un des moyens de fédérer l’ensemble des habitants fut l’usage d’Internet. La mosquée était ouverte de 5 heures à 23 heures. Les retraités qui subissaient à chaque moment de la journée des allées et venues incessantes de barbus, nous transmettaient ce qu’ils voyaient, ainsi les personnes qui étaient au travail étaient au courant du moindre incident, comme des enfants qui sortaient en pleurant de la mosquée, des tentatives d’intimidation auprès de collégiens qui parlaient trop fort. Je fis aussi de nombreuses recherches sur internet et par hasard je découvris que l’imam de notre mosquée avait été expulsé du Maroc.
Nous transmettions régulièrement via un courriel électronique ce genre d’informations auprès du maire, du Député et du Préfet. Quelques actions furent menées par le Comité de quartier, deux fêtes furent organisées juste devant la mosquée, l’ensemble des habitants y participa activement.
Lors de l’une d’elles, une pièce de théâtre eut lieu. Le thème était la parodie d’un mariage arrangé, un des comédiens portait une croix de taille remarquable et hurlait « alléluia » sans arrêt ; évidemment nos voisins barbus regardèrent cela d’un mauvais œil. Lors de la seconde fête, un stand de tir à la carabine fut installé contre les murs de la mosquée…
Tous les vendredis après-midi, une habitante excédée se mettait au balcon et criait « A la, à la, à la soupe ».
En fait chacun essayait de faire quelque chose.
Un sentiment de ras-le bol était omniprésent et en plus de nos barbus, les Renseignements Généraux, craignant tout débordement, étaient chaque jour présents dans le quartier.
Nous avons organisé des pots républicains, des apéros saucisson pinard avant l’heure, où nous invitions à chaque fois le maire PC, le député UMP car nous étions en pleine campagne électorale et nous voulions absolument nous faire entendre.
Lors de ces rencontres, dont j’étais l’animatrice, je mettais en avant la nécessité de faire un front républicain au-delà de nos différences politiques. Le député UMP, Chantal Brunel, et le maire PC, Maud Tallet, furent ouvertement malmenés par leurs propres électeurs.
A Champs sur Marne, les discours, toujours politiquement corrects, ne passaient plus, les habitants prenaient la parole et leur demandaient d’agir en politiques responsables, ils leur disaient de ne pas laisser tomber le quartier aux mains des islamistes. Nous ne voulions pas vivre ce que vivent les gens de Trappes ou d’ailleurs où nous voyons l’abandon complet de la population et l’implantation irrémédiable des islamistes.
C’est en septembre 2007, que j’ai rencontré Pierre Cassen. Nous l’avions invité à l’un de nos pots républicains et il a vu de ses yeux la mobilisation incroyable de ce quartier. A la suite de sa venue, il m’a proposé de faire un article dans Riposte Laïque pour faire connaitre notre combat à un plus grand nombre de personnes. Cela nous a été fort utile, car le son de nos voix en colère résonnait beaucoup plus fort et notre combat devint plus gênant pour les autorités publiques.
En décembre 2007, nous avions prévu un pot qui tombait juste après le discours du Latran de Nicolas Sarkozy. Je vous rappelle que c’est lors de ce discours que le président a osé remettre en cause l’instituteur et a rajouté que les Français étaient « en attente de spiritualité, de valeurs et d’espérance. ».
Mais de quoi se mêle ce président !!! Il a bafoué son rôle d’arbitre conféré par la Constitution pour aborder le problème de la spiritualité qui ne le regarde surtout pas. Nous l’avons vu par la suite se rendre en Arabie Saoudite, un des pays arabes les plus conservateurs et les plus stricts sur le plan religieux, pour se poser en ardent défenseur des religions et tout dernièrement il est allé voir le pape. Pas une seule condamnation du monde politique de ces visites hautement symboliques !
Je profitais de la venue du député pour lui lire l’article 1 de la Constitution Française de 1958 et les deux premiers articles de la loi de 1905 et je lui rappelais que s’en prendre à la laïcité comme l’a fait Nicolas Sarkozy c’est s’en prendre aux fondements de notre République.
Détourner la loi de 1905, en aidant la construction de lieux de prières, est un délit. Nous voyons trop de mairies aider les musulmans à acquérir des terrains à des prix dérisoires, pour y bâtir des mosquées et tout cela au nom de la tolérance (Projet de mosquée à Marseille, Bordeaux, Toulouse).Que dire d’un Premier ministre qui inaugure une mosquée en posant sur une photographie auprès d’une fillette visiblement nubile mais voilée, à Argenteuil 28 juin 2010.Dalil Boubakeur a déclaré à cette occasion qu’il fallait doubler le nombre de mosquée en France , passer d’environ 2000 à 4000 (France Soir 28 Juin 2010).
Voilà le projet est clair, installer un maximum de mosquées pour contrôler et manipuler un maximum de personnes. Souvent au sein des mosquées sont installées des écoles coraniques, récemment une enquête de la BBC en Angleterre a révélé que l’on apprend aux élèves à pratiquer les châtiments corporels prônés par la charia et que les juifs fomentent une conspiration pour diriger le monde. Tel est le genre d’enseignement prodigué par certains imams.
Sur les 2000 mosquées dénombrées en France, beaucoup d’entre elles sont contrôlées par l’UOIF (Union des Organisations Islamistes de France) dont l’une des figures de proue est le fumeux et médiatique Tariq Ramadan. L’UOIF est bien connue pour ses prises de positions extrêmes. Messieurs les politiques, continuez à faire le lit des islamistes et ne vous étonnez pas des réactions épidermiques des citoyens non musulmans.
En Suisse en novembre 2009, le vote contre la construction de minarets a provoqué un mini tsunami dans l’élite politique ! Ce fut un haro sur les suisses.
Un tel référendum aurait eu lieu en France, pensez-vous que le résultat eut été différent ? Les politiques français ne sont pas prêts à refaire un référendum car la dernière fois en 2005 (Référendum pour la Constitution européenne) la réponse « NON » n’était pas celle escomptée. D’ailleurs en 2008, les parlementaires ont validé le Traité de Lisbonne, qui en fait reprenait les points essentiels de la Constitution Européenne, en faisant fi du résultat du référendum. Nous ne serons pas consultés par voie référendaire de si tôt. Et l’on ose parler de démocratie.
Revenons à l’attitude des politiques vis-à-vis de la construction des mosquées. La tolérance a bon dos, c’est bien pour des questions électoralistes que ces maires agissent ainsi. Ces représentants du peuple ne voient pas combien cela est insupportable pour tous les non musulmans. Un sentiment d’injustice va croissant parmi la population.
Les élus de Gauche et de Droite ne savent pas être fermes vis-à-vis des propositions d’associations culturelles ou cultuelles qui se manifestent de plus en plus visiblement. Aujourd’hui à Paris, la circulation est coupée le vendredi après-midi, dans certaines rues et des musulmans, manipulés par des islamistes, viennent faire la prière sur le trottoir !
Enfin, actuellement les rigueurs de l’hiver doivent refroidir les genoux et les ardeurs de ces prieurs. Coup de théâtre tout récent, après la dénonciation de ces prières dans la rue par Marine Le Pen, le PS reconnait par la voix de Benoit Hamon que ces prières sont inacceptables alors qu’elles perdurent depuis longtemps dans un arrondissement dirigé par un député PS.
Le politique n’a pas à se mêler du religieux et doit intervenir lorsqu’il y a manifestement un trouble à l’ordre public. Le politique a une arme redoutable entre ses mains mais n’ose pas ou ne veut pas l’appliquer.
Cette arme est la loi de 1905 qui je le rappelle est la loi de séparation des églises et de l’état, pour une fois pas de nouvelle loi à faire il suffirait simplement de l’appliquer. Il parait que nous sommes égaux devant la loi, mais visiblement, nos élus font des accommodements particuliers surtout avec cette loi et tout cela pour garder leurs postes !!
Revenons à mon expérience.
Grâce au collectif des habitants et à l’antenne locale de notre association laïque nous fûmes reçus à la mairie puis à la sous-préfecture et en dernier lieu à la Préfecture.
Après un an de lutte acharnée, en février 2008, les propriétaires de la mosquée ont vendu ces locaux sous la pression des Pouvoirs Publics .Nous avons organisé un immense pot où chacun a pu se dire que grâce à la mobilisation de citoyens lambda, nous avons repris possession de notre lieu de vie. Nous savons bien que nous n’avons pas résolu ce problème mais juste déplacé.
Cela veut bien dire que rien n’est perdu face aux islamistes. Il suffit de s’organiser, de ne pas céder aux tentatives d’intimidation, de ne jamais perdre confiance et de surmonter les périodes de doute ; parfois on peut avoir l’impression d’être un tout petit David face à un Goliath démesuré. A Champs sur Marne, nous avons l’impression d’avoir mené un combat exemplaire et nous sommes tous très fier de notre victoire.
Depuis 2008, le combat contre l’islamisation en France est devenu encore plus indispensable car nous voyons monter en de nombreux endroits ce désir de conquête.
En juillet 2010 une loi contre le port du voile intégral a été votée après plusieurs mois de débat. Cette loi, malgré ses imperfections et ses restrictions, a l’avantage d’exister. Malgré les mises en garde de certains juristes et de cassandres, nous n’avons pas vu d’émeutes ou de réactions opposées des musulmans. Peut-être que quelques fanatiques iront se plaindre devant la Cour Européenne des droits de l’Homme, pour l’instant il n’en est rien.
Rendons hommage à André Gérin qui a mené cette mission parlementaire bien controversée. Nous n’oublierons pas les interventions d’Elisabeth Badinter ou de Sihem Habchi qui furent déterminantes. Riposte Laïque a joué un rôle important en prenant position dès le départ pour une loi. Contrairement à ce qu’avait déclaré M. Dalil Boubaker, devant la mission parlementaire le 28 octobre 2009 il n’est jamais trop tard, nous avons des valeurs et des lois pour réagir .Dire qu’il n’y pas de solution est une démission devant les revendications des musulmans radicaux.
Mon seul regret est de voir que le Parti Socialiste, soit disant défenseur du Droit des Femmes, se soit abstenu…Comment des députés se revendiquant progressistes, féministes ont pu commettre un tel acte ? Nous pouvons dire merci, comme pour la loi de 2004 contre les signes religieux ostentatoires à l’école, aux hommes de droite. Un tel projet de loi aurait du faire l’unanimité au sein du Parlement du Pays des Droits de l’Homme car la défense des valeurs républicaines ne devrait pas être l’apanage d’un seul clan politique.
La France n’est pas le premier pays à avoir voté l’interdiction de la burqa. En mai 2009 la Belgique, monarchie constitutionnelle, a montré la voie. Les Pays –Bas envisagent aussi une telle mesure.
C’est un signe fort envoyé vers les femmes musulmanes qui tentent de se libérer du joug de la religion et du rôle de soumission dans lequel on voudrait les maintenir.
La laïcité est menacée de toute part .Je ne parlerai pas des quicks halals, de la publicité halal, des femmes portant le voile qui veulent s’imposer dans les crèches ou les écoles. Tout dernièrement le pape s’est inquiété de la laïcisation accélérée des sociétés occidentales qui risque de « détruire la liberté religieuse en se proposant comme une vraie « dictature ».
Au lieu de critiquer la laïcité le pape ferait mieux de se soucier de ses ouailles chrétiennes d’Irak ou du Pakistan.
Pour moi la laïcité est le seul rempart à la montée en puissance des religions .La laïcité, il est vrai, permet à chacun d’avoir ou non une religion à condition que celle –ci s’exerce dans la sphère privée et non pas dans la sphère publique de manière à préserver la liberté de conscience.
L’islam est une religion oppressive, rétrograde, sexiste, symbole de l’obscurantisme. Pas plus qu’il n’existe un catholicisme de France, je ne crois pas en un islam de France .Cette présentation par les politiques est un leurre pour éviter d’aborder de face les véritables problèmes que pose l’islam dans une république laïque et démocratique.
Les nombreux exemples où l’islam exerce un pouvoir politique nous prouvent malheureusement que les peuples qui subissent ses préceptes et ses diktats sont privés de toute liberté et de toute possibilité d’exprimer une opinion contraire au pouvoir dominant.
Les récents évènements comme les menaces d’attentat, les prises d’otages occidentaux devraient nous interpeller et conduire nos politiques à prendre conscience de la gravité du danger qui menace notre civilisation, celle des valeurs universelles de la défense des droits de l’homme et de la dignité et du respect des femmes. Nous ne devons pas transiger sur nos valeurs fondamentales que sont la liberté, la fraternité et l’égalité.
Nous avons la chance en France d’être dans un pays laïque et nous nous battrons de toutes nos forces pour le préserver de toute dérive communautariste.
Comme disait Henri Pena-Ruiz en 2004 : « La laïcité n’est pas un particularisme accidentel de l’histoire de France, elle constitue une conquête à préserver et à promouvoir, de portée universelle. »

image_pdf
0
0