Marlène Schiappa, en piste pour le Prix Congourd

marlene-schiappa-livre.jpg

Pendant ses brèves vacances, Marlène Schiappa a profité de ce temps libre pour commettre un certain nombre d’ouvrages. Marlène, on le sait, pond des romans, des essais et des flops comme l’artillerie russe, des missiles hypersoniques. A-t-on à peine refermé le dernier que déjà le suivant remplace Flaubert, d’Ormesson et San Antonio sur les rayons des librairies. Stakhanov réinventé !

Le cru « Été 22 » de notre gracieuse et très aérienne  callipyge vaut son pesant de moutarde de Dijon made in Ukraine.

Dans la suite logique de l’inoubliable Les jeunes filles bien élevées n’avalent pas , nous avons apprécié à sa juste mesure : Moins de 18 cm, c’est non. L’histoire tient dans le volume d’une noix, voire, en incluant la 4e de couverture, de deux noix. Bien placées cependant.

« A peine arrivée de sa Bretagne natale pour un emploi de ravaudeuse de caleçons à l’Assemblée nationale, la petite Bernadette Letroudubec se trouve dans l’ascenseur en compagnie de quatre messieurs dont les visages lui disent vaguement quelque chose. Présentations faites, il s’agit de Benjamin Griveaux, de Dominique Strauss-Khan (en visite à la buvette), d’Éric Coquerel et de Patrick Poivre d’Arvor (en visite lui aussi pour affaires privées). Une panne d’électricité bloque les héros de cette ténébreuse affaire entre deux étages…. »

Je laisse l’auteur résumer son propos, qui tient en une phrase : le premier titre de ce livre fut : Ascenseur pour les pafs chauds. Pour les lecteurs friands de sensations longue durée, précisons que le courant est rétabli à la page 224.

Derrière cette tête de gondole, une avalanche de titres aussi appétissants que leur génitrice :

« Jamais sans ma sœur cadette » ;

« Faire bander les vieux Sénateurs, une mission » ;

« Comment s’habituer à son violeur » ;

« Oser l’amour chez les blondes » ;

« Les surlendemains avaient un goût de foutre » ;

« Pas plus de quinze heures de baise » ;

« Les 300 astuces de maman-trompe-papa » ;

« Marianne enchaînée fait du bondage ».

J’en oublie.

Ah, comme l’été va passer vite ! Merci Marlène !

Clodomir Lapaluche

image_pdfimage_print
15

14 Commentaires

  1. Sympa ton nouveau pseudo, Jean…
    Et qu’est-ce que tu racontes bien… donnant envie, non pas de courir acheter la prose de Marlène… mais plutôt de relire la tienne, histoire de s’esclaffer à nouveau à chaque phrase… en cherchant un kleenex.
    Comme disait la Trierweiler « merci pour ce bon moment »…

  2. .. peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup

    Le terme « callipyge » signifie « belles fesses » (typiquement et souvent montré en exemple, des jeunes brésiliennes, fesses bien rondes et fermes )

    et non pas « gros cul » (flasque qui tombe en forme de goutte d’eau beurk !)

    pour destriches, le terme callipyge ne s’applique pas, d’ailleurs elle porte souvent un soutien-fesses pour faire moins moche, la pesanteur ayant eu un effet destructeur, bah on sait c’est la faute de ce faf de Newton.

    J’envoie pas de lien, mais vous trouverez facilement des exemples !

  3. Ma foi tant qu’elle ne les lit pas en public on évite déjà sa vue et sa voix…

  4. Ne me parle pas d’elle, elle a l’air d’une pute. Dire que Macron la reprend, il faut croire qu’il ne trouvait personne pour prendre ce tas. Au première loge pour accompagner Borne sur le chemin de l’assemblée. La vulgarité pur jus. Elle me donne envie de vomir.

  5. Les prochains titres de Marlène la pornographe :
    Monte et bourre – moi , Bomboko !
    Les tournantes de Nantes
    Défonce-moi le dindon, Rachid
    Une ministre chaudasse chez Macron
    Un dernier tchitchi avant la mort
    Introduction avec mêlée

    A paraître aux éditions du vas et geins

  6. Même pas honte! Quel boulet ! Soutenue, dit on par Brigitte Macron.
    un ramassis de néant cette femme à l’esprit tordu et limité.
    Ca plait à Jupiter et à Brizitte qui aime les obséquieux qui leur lèchent les babouches.
    On dit quand même que même Hanouna n’en a pas voulu.
    Il a réussi à se débarrasser de la grosse Garrido et son langage limité à quelques mots orduriers, c’est pas pour en reprendre avec schiappa.

  7. Quand on voit ce qu’elle est payée pour dire, faire et écrire des conneries, ça file des envies de meurtre, surtout à ceux qui ont des fins de mois difficiles !

  8. C’est pas si mal, elle a souvent pris des positions qui déplaisaient à LFI en matière de laïcité, même si elle prétend que le RN est un danger. Cependant l’exclusion de Damien Abbad est un scandale. Toutes ces Erinyes de l’attouchement sexuel agissent, pour le coup, de façon déplacée. C’est comme si leur 6ème République sans présomption d’innocence (entre autres libertés bafouées) était déjà votée. La grande question c’est de savoir pourquoi ils ont écarté l’emblématique Schiappa dans un premier temps. Pour faire sérieux sans doute. Et maintenant ils cherchent à faire diversion avec cette fille qui fait un peu animatrice de colonie de vacances.

Les commentaires sont fermés.