1

Marre des faux patriotes qui fustigent Zemmour parce qu’il est juif !

Les ennemis déclarés d’Éric Zemmour pullulent, on l’avait remarqué depuis longtemps. Et, comme la petite bête, plus il monte, plus la réponse hargneuse se manifeste dans leurs rangs. Dernier cerbère anti-Zemmour en date, Raquel Garrido qui, au procès de Nuremberg, aurait sans doute proposé aux déportés de se réconcilier avec les accusés, dont Rudolf Höss, principal commandant des camps d’Auschwitz-Birkenau !

Mais Garrido n’est pas des nôtres ou prétendus « nôtres » ; la nuance a son importance, comme je me propose de le démontrer. En effet, parmi ceux qui se parent du drap patriotique – et qui, en réalité, ne servent que des desseins communautaristes et se fichent de la France comme d’une guigne –, il s’en trouve qui n’hésitent pas à déverser un tombereau d’injures sur ledit Éric Zemmour.

Ainsi, les Henry de Lesquen et autres tenants du complot juif s’en donnent à cœur-joie depuis que Éric Zemmour ne cache plus ses ambitions politiques destinées à servir la France et non pas se servir sur son dos, contrairement à la plupart des politicards en lice pour la fonction suprême, et dont a pu récemment constater l’hypocrisie à l’occasion de leur ruée sur la tombe du général de Gaulle la semaine dernière.

Commençons par Henry de Lesquen, qui justifie une phrase fameuse du général de Gaulle : « La vieillesse est un naufrage. » Lesquen – qui juge les Juifs responsables d’à peu près toutes les calamités du monde, y compris la disparition des dinosaures ! – ne peut supporter l’idée qu’un Zemmour – juif – puisse accéder à la Présidence. Il a ainsi commis un texte – Dix bonnes raisons d’en finir avec Zemmour – où il explique précisément comment en « finir avec le fourbe Zemmour, c’est-à-dire de faire justice de sa réputation usurpée de champion du patriotisme français ».

D’emblée, Lesquen nous rappelle que « Zemmour est un immigré algérien qui n’a pas une goutte de sang français » et qu’il est « un Israélite de stricte observance – qui a évidemment épousé une Juive ». S’ensuivent des considérations théologiques douteuses qui aboutissent à la démonstration suivante : « Zemmour ne rejette pas le Talmud, qui tient les non-Juifs pour des bêtes. » Certes, le Talmud n’est pas toujours tendre avec les non juifs, mais je ne sache pas que l’écrasante majorité des Juifs applique à la lettre les préceptes du Talmud. Ce qui vaut pour les juifs ne vaut malheureusement pas pour les musulmans.

Lesquen refuse donc toute légitimité à Zemmour pour se présenter à une élection présidentielle, « étant constitutionnellement dépourvu du sens de la grandeur ». Alors ça, c’est de l’analyse politique fine ! Et cet illuminé – sûrement persuadé que Les Protocoles des Sages de Sion sont authentiques ! – d’affirmer : « Le fourbe Zemmour vend du patriotisme comme il vendrait des bretelles. C’est son fonds de commerce. » Chez Zemmour, « le mensonge est une seconde nature », il ne comprend rien à la grandeur de la France, il est « un imposteur ». Et si vous n’avez pas encore compris : « Il a beau se draper dans le manteau du patriote, ce pharisien est en réalité un Français de papiers. Pire, un ennemi de la France, de sa religion, de ses traditions, de son identité. »

Lesquen a donc trouvé dans Zemmour un sursaut narcissique pour crier qu’il existe. Mais nul, ou presque, ne l’entend et c’est tant mieux.

https://lesquen.fr/2021/02/24/dix-bonnes-raisons-den-finir-avec-zemmour/

Dans le concert d’objections à la candidature Zemmour, il y a Civitas – dont certains thuriféraires manichéens m’ont étrillé pour avoir osé douter, dans un article, de la pertinence de leur présence dans une manifestation de Florian Philippot. Restant à savoir si l’intéressé a quoi que ce soit de commun avec leur projet politique.

Civitas rêve d’ailleurs d’une France qui n’a jamais existé, puisque la théocratie catholique visiblement défendue par ses membres contredit l’Histoire de France elle-même. En effet, nos rois – personnes elles-mêmes sacrées –, s’ils étaient étroitement et indéniablement liés à l’Église, n’en étaient pas moins jaloux de leur indépendance par rapport à celle-ci. Comme l’explique l’historien François-Marin Fleutot, dans un entretien accordé au Figaro : « Seize de nos rois ont subi les censures ecclésiastiques. Quatorze d’entre eux ont été excommuniés par les papes, et à deux reprises ceux-ci ont fulminé l’interdit sur tout le royaume. Les raisons invoquées sont multiples et pourtant toutes relèvent de l’opposition des rois aux pouvoirs discrétionnaires que veut s’arroger Rome. »

Passé cette petite mise au point, Civitas, sur la couverture d’un numéro spécial consacré à Éric Zemmour – Zemmour : salut ou arnaque ? –, grime ce dernier tantôt en Astérix et tantôt en Iznogoud – deux personnages inventés par un Juif, à savoir René Goscinny. Est-ce un hasard quand on connaît les idées sur la question du président de Civitas, Alain Escada ? Bon, Civitas promet que toutes les opinions sont représentées au sujet de Zemmour. Je ne peux juger du contenu, n’ayant pas lu la revue en question.

 

Mais je me méfie car, dans ce numéro spécial, interviennent notamment Alain Soral et un certain Youssef Hindi, auteur d’un livre intitulé L’autre Zemmour. En mars 2021, dans une conférence privée, où il exposait ses idées sur Zemmour, Hindi nous « révélait » donc qu’Éric Zemmour travaillait par exemple main dans la main avec Jacques Attali pour monter les musulmans contre les nationalistes français…! Ou comment tirer les grosses ficelles du complot juif, qui serait seul responsable de l’opposition entre les défenseurs de la France historique et l’islam… ?!

Youssef Hindi devrait peut-être relire le Coran. Il se rendrait compte alors que cette opposition est inscrite dans le texte sacré des musulmans : « Voici quelle sera la récompense de ceux qui combattent Dieu et son apôtre, et qui emploient toutes leurs forces à commettre des désordres sur la terre : vous les mettrez à mort ou vous leur ferez subir le supplice de la croix ; vous leur couperez les mains et les pieds alternés ; ils seront chassés de leur pays. L’ignominie les couvrira dans ce monde, et un châtiment cruel dans l’autre » (Sourate V – Verset 37 – traduction : Kasimirski).

Le rôle principal d’Éric Zemmour serait, toujours selon Youssef Hindi, d’empêcher le peuple français de voir ses vrais ennemis, à savoir l’oligarchie, juive de préférence : « Éric Zemmour fait partie de cet ensemble qui constitue l’ennemi du peuple français. » Autrement dit, de la taqîya comme on l’aime… ou pas ! Sinon, Youssef Hindi voit lui aussi des juifs partout, jusque chez Vincent Bolloré, connu pourtant pour son catholicisme !

https://www.youtube.com/watch?v=G4LNYutMJ24

Du côté d’Alain Soral – qui a préfacé le livre de Youssef Hindi – , les chose sont simples : Zemmour est la preuve indiscutable que la « communauté que l’on ne nomme pas » tient les rênes de la France.

Et, à part assigner Éric Zemmour à résidence juive – histoire de prévenir des commentaires stupides, je ne suis pas un adorateur aveugle des Juifs parce qu’ils seraient juifs, pas plus que je ne suis un agent du Mossad ! –, que propose ce petit monde pour sortir la France de l’enfer où elle se voit précipitée depuis près de cinquante ans ? Rien de viable. Aussi, il nous reste l’option Zemmour, à laquelle nous devons pour l’heure nous accrocher, en évitant soigneusement de scier cette branche car elle semble être la seule assez solide pour notre salut…
Charles Demassieux