Marseille, c’est la France pour laquelle milite l’idiot utile de l’islam Mélenchon

Publié le 20 janvier 2014 - par
Share

MarseilleestavousmelucheMarseillemelenchon2

Sur une affiche du 28 septembre appelant à des « assises citoyennes » pour Marseille, Mélenchon transforme Notre-Dame de La Garde en mosquée.

De Mélenchon, qui est à l’affût de n’importe quelle voix islamiste cela ne nous étonne pas, comme ne nous étonne pas les péripéties de la « pseudo bataille socialiste des primaires de Marseille » que l’on peut résumer dans un titre à la Sergio Léone : « Le con, la pute et le truand ».

MarseillebonnemereMais Marseille est avant tout la ville la plus islamisée de France, en font foi les commerces maghrébins, les plus de 100 mosquées, la construction de la future grande mosquée, la criminalité galopante des jeunes maghrébins et sub-sahariens sans compter l’apport des Comoriens et désormais dans leur sillage des natifs de Mayotte.

Ah, ce bel accent marseillais devenu un sabir mahométan, ces joyeux voyous corses remplacés dans la rue par des voyous africains et des voyous des îles. La rue Tubaneau qui était réservée aux prostituées et aux maisons closes est envahie tous les vendredis par des milliers de musulmans priant les fesses en l’air.

Le brave docteur Flassière, qui est au paradis doit regarder tout cela avec horreur.

Marseille surplombée par une mosquée est le rêve des politiciens de l’extrême gauche à l’extrême droite, qui tous oublient une chose ; c’est qu’une fois dans la place les musulmans renvoient ceux qui les ont aidés à prendre le pouvoir.

Toute la vie de leur prophète Mahomet est un hymne à la trahison de la parole donnée.

Mais au-delà de l’affiche, cette métaphore mélenchonniene est un appel à une islamisation encore plus poussée de la France, et ce dans une ville où l’immigration fait des ravages où désormais, comme le raconte Jean-Paul Brighelli, le 30 novembre 2013, sur son blog, les rats se promènent la nuit en toute liberté. « Qu’est-ce que c’est que cette ville ? Un stade vélodrome avec des rats autour. La ‘capitale de la Culture européenne’. Une cité admirable en tous points, pourvu qu’on la regarde de loin. »

La distance, j’imagine, à laquelle la contemplent les élus de la ville, qui ne sont visiblement pas au courant que leur cité, le soir (et en fait le jour aussi — le rat ne meurt jamais) est la proie des rats. Et pas le rat sympathique de Ratatouille — non, le rongeur qui amena en 1720 les tiques qui dévastèrent la ville en lui inoculant la peste.

Marseille est la seule ville de France dont le centre n’est pas réhabilité. Dont le centre est colonisé par les rats, ce qui a eu une incidence certaine sur l’immobilier. Rêvez, amis parisiens : en plein centre-ville, à trois minutes de la gare, sur une artère centrale (le Cours Lieutaud), une amie vient d’acquérir un splendide appartement de 200 m2, refait à neuf, sept grandes pièces, deux salles de bain, pour 330.000 euros — le prix d’un deux-pièces parisien moyennement bien placé. La seule ville de France où, à partir de minuit, les rats sont chez eux.

Mais si la nuit dans le centre-ville les rats sont chez eux, le jour et la nuit dans les quartiers nord et d’autres moins centraux, ce sont les ‘braves petits sauvageons’ qui sont chez eux, trafiquant à tour de bras et kalachnikovant sans retenue.

Cette cité modèle, c’est le rêve de Mélenchon, l’imbécile heureux et utile de l’islam.

Notre ami Roger Heurtebise qui doit être aujourd’hui là-haut au paradis, aux côtés du bon docteur Flassière, ne doit toujours pas en revenir de ce que sa ville devient de jour en jour.

Marseille est la métaphore parfaite de ce qui attend demain la France entière, car les petits Mélenchon d’extrême gauche, de gauche, de droite ou d’extrême droite, laissent l’islam s’installer tranquillement dans le paysage en se moquant comme de l’an 40 de la souffrance des vrais Français, ceux qui travaillent, payent des impôts, ont honte d’être au RSA ou au chômage, qui n’ont pas le droit aux logements sociaux, ceux-ci étant préemptés pour la « diversité ».

Ri7Meluche invité d'honneur UOIFMais ces Français qui à 80 % sont contre la colonisation islamique de la France ne s’en laissent plus conter et c’est bien pour cela que l’on assiste à la grande manœuvre de Valls qui par le biais du métissé Dieudonné a en réalité avec la complicité d’un conseiller d’État non pas pourfendu l’antisémitisme, mais donné les moyens juridiques de faire interdire des manifestations, des meetings ou des réunions politiques qui ne plairaient pas à ses amis de gauche, mais surtout il donne ainsi aux associations islamistes une arme supplémentaire dans leur combat pour l’avancée de l’islamisation en France en interdisant toute réunion anti-islam, et bien sûr elles n’hésiteront pas à s’appuyer sur la jurisprudence Dieudonné.

Marseille n’est certes pas la France, encore qu’aujourd’hui il faille dire « n’est pas encore la France » ce qui se dessine avec les arrivées massives d’immigrés légaux et clandestins et les « naturalisations express spéciales Valls » qui augmentent non seulement les électeurs socialistes, mais également, le chômage pour encore plus de vrais Français, l’incapacité pour les jeunes couples de Français de souche d’avoir accès à l’habitat social et surtout qui augmentent l’insécurité et la délinquance dans des proportions folles.

Jamais notre pays n’a connu une telle colonisation, sauf peut-être avec les Allemands en 1940-45, quand la France devait chaque jour payer pour l’entretien des troupes allemandes d’occupation.

Ne sommes-nous pas dans le même cas de figure ?

À ceux qui pensent une telle comparaison exagérée, rappelons que cette immigration nous coûte environ 100 milliards par an, et que cette somme va se trouver augmentée par les cadeaux de Peillon aux ZEP, ZEP qui en réalité sont les lycées et collèges qui se situent dans des zones de grande immigration.

Mais il faut insister sur l’aspect gramscien de cette affiche dont le signifiant est certes la transformation de Notre Dame de la Garde en mosquée, mais le signifié est limpide : Français, voici ce qui vous attend partout, les églises, les temples, les synagogues seront remplacés par des mosquées et vous, vous ne pourrez que faire allégeance à l’islam, ou alors…

Cette affiche nous somme d’être encore plus combatifs contre l’islamisation et l’immigration. L’islam n’a pas sa place en France, comme il n’a pas sa place dans les pays occidentaux de traditions et de culture chrétienne et judéo-chrétienne.

Ceux qui prétendent le contraire sont au mieux des idiots utiles au pire des complices obséquieux.

Lévy-Strauss lui-même mettait en garde contre l’islam et faisait de la défense de sa culture, même par la force, ce qui faisait qu’une civilisation pouvait vivre ou pouvait mourir.

Pour s’en convaincre, je voudrais ici citer largement Wikipédia sur la colonisation arabo-berbère en Europe dès l’an 711.

« En 711 des troupes berbéro-musulmanes venues d’Afrique du Nord, commandées par Tariq ibn Ziyad conquièrent la péninsule Ibérique et le royaume wisigoth s’effondre. La Septimanie, partie la plus septentrionale du royaume et correspondant actuellement aux départements des Pyrénées-Orientales, de l’Aude, de l’Hérault et du Gard, est conquise peu après.

En 719 la ville de Narbonne devient Arbûna, le siège d’un wâli pendant quarante ans, capitale d’une des cinq provinces d’al-Andalus, aux côtés de Cordoue, Tolède, Mérida et Saragosse. Les musulmans laissèrent aux anciens habitants, chrétiens et juifs, la liberté de professer leur religion moyennant tribut. Une fois Narbonne conquise et érigée en base opérationnelle, les musulmans cherchèrent à étendre leurs conquêtes et notamment à prendre Toulouse, mais le gouverneur Al-Samh ibn Malik al-Khawlani est vaincu par Eudes de Gascogne, duc d’Aquitaine en 721 lors de la bataille de Toulouse. Venue d’Espagne, l’armée d’El-Samah subira une cuisante défaite qui a été déterminante pour stopper l’expansion arabo-musulmane en Europe occidentale.

Malgré sa victoire de Toulouse, le vice-roi Eudes d’Aquitaine est toujours aux prises avec les musulmans de Septimanie. Il s’allie à un prince berbère nommé Munuza et lui accorde la main de sa fille. Cette alliance pacifique déplut au gouverneur d’Al-Andalus. Abd al-Rahman ordonna à un de ses généraux, Gedhi-Ben Zehan, de marcher contre Munuza. Ce dernier est battu en Cerdagne. Profitant de cet affaiblissement, le duc d’Austrasie Charles Martel attaque sans cesse les terres d’Eudes qui est obligé de masser l’essentiel de ses forces sur la Loire.

En 732, une expédition punitive est organisée par Al-andalus Abd el Rahman. La troupe comprend des Arabes (venus d’Arabie et Syrie), des Berbères islamisés d’Afrique du Nord et des soldats recrutés en Espagne. Il s’agit plus d’une razzia que d’une volonté d’occuper le terrain. La progression musulmane repart de la Septimanie vers l’Auvergne et vers Bordeaux. Affaibli, Eudes est battu à Bordeaux. Il appelle à l’aide son ennemi Charles Martel et a reçu la réponse laconique qu’il avait trahi le christianisme quand il a fait un traité avec les Arabes. La seule solution possible résidait dans sa soumission à l’autorité de Charles Martel, c’est ce qu’il fit.

La défaite d’Eudes fut l’occasion idéale d’attaquer l’armée affaiblie d’Abd al-Rahman, qui avait également subi des pertes à Bordeaux. La dynastie carolingienne qui dirige depuis peu le royaume des Francs réagit. Charles Martel arrête la relativement petite force arabo-musulmane en 732 lors de la bataille de Poitiers. Abd al-Rahman a été tué dans cette escarmouche. Cette histoire prit par la suite des proportions héroïques grâce aux enjolivements des chroniqueurs, dont les versions se sont maintenues à travers les siècles.

En 759, Narbonne fut reprise par Pépin le Bref après un siège de sept ans, les Sarrasins y étant soutenus par les derniers Goths locaux, islamisés hostiles à la conquête franque. Pépin le Bref acheva la conquête de la Septimanie et l’islam reflua progressivement de Gaule pour s’implanter durablement dans la péninsule Ibérique avec le puissant émirat de Cordoue.

Son fils Charlemagne fait la conquête de la Catalogne en 801, mais cette reconquête ne met pas un terme à la présence musulmane en Gaule. Jusqu’au début du xie siècle, le Languedoc et la Provence subissent des raids par terre et par mer. Les musulmans essaieront de reprendre Narbonne en 793, 841 puis en 1020, mais échoueront à chaque fois. L’établissement musulman du Fraxinet dans le massif des Maures se maintiendra pendant un siècle jusqu’en 972. »

Il est toujours utile de connaître son passé au risque, si on l’oublie de le voir recommencer, c’est le message de cette affiche marseillaise, aujourd’hui Marseille, demain la France !

Lazare Zylbergleitt

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.