1

Marseille : le salarié musulman a refusé de me livrer une bière

Une histoire qui reflète bien le chemin que nous prenons en France…

Ayant commandé sur une plateforme dédiée (Uber Eats) un sympathique menu composé d’un canard laqué, de nems aux crevettes et d’une bière, je m’attendais à être livré dans des délais normaux.

Trois quarts d’heure plus tard, toujours rien et soudain, un message de la part de la plateforme m’informant que la commande avait été annulée.

Tiens donc, quel est l’incident qui a bien pu causer une telle privation, aussi soudaine qu’inexpliquée ?

Un appel au restaurant plus tard, la sanction tombe dans toute sa splendeur. Une personne, aussi gentille que consternée par cette histoire, me confirme que le livreur de ladite plateforme, de confession musulmane, ce qui en soi n’est pas un problème, a purement et simplement refusé de prendre la livraison au prétexte que la commande contenait de l’alcool… Là, oui, nous avons un problème.

Je serai donc privé, non seulement de mon canard laqué mais aussi de la livraison de cette  boisson impie que la céleste pureté du livreur – qu’Allah l’inonde de ses bienfaits – a pu, dans sa grande sagesse et son immense piété, empêcher.

Ce qui m’amène aux conclusions suivantes :

  • Un livreur a libre accès au détail d’une commande qu’il est supposé livrer et non pas de contrôler, et encore moins d’arbitrer,
  • Un livreur, exerçant sur la voie publique, dans un pays laïque, a la possibilité de refuser une livraison en avançant un prétexte religieux,
  • Qu’un tel comportement amène les gens à généraliser et ce sont ceux qui s’intègrent qui vont finir par payer pour les idiots sus-mentionnés,
  • Que l’islam commence désormais à régir des pans entiers des vies non musulmanes,
  • Et que tous ces fanatiques, car il s’agit bien de fanatisme, commencent, pardonnez-moi l’expression, à me faire chier sérieusement
  • Que ce sont désormais les musulmans qui décident de ce qui est acceptable ou non et que ce soit accepté !

Rigolons un moment et imaginons que je sois livreur et refuse de livrer un couscous, des tajines ou je ne sais quoi au prétexte que ces plats sont, comme ma malheureuse bière, impurs.

Pour finir, la plateforme de livraison, contactée et mise au fait de cet incident dans les moindres détails, préfèrera mentionner un « incident technique pendant la livraison ».

Ainsi, pour certains, le fanatisme religieux est parfaitement admissible, pourvu que nous restions officiellement dans le politiquement correct.

Islam 1, Nous 0

On n’est pas dans la m….

Marcel Pingot