Marseille : pour rester vivant, avis à la population…

Du Gouvernement à ceux qui ont le courage de l’écouter malgré la chaleur, avis

« Août 2013. Tout voyageur débarquant à Marseille (entre autres places de réel danger, liste disponible Place Beauvau) par voie de terre, de mer ou d’air, doit savoir à quoi il s’expose dès lors qu’il ne se tient pas, heure par heure, au courant de ce qui se passe dans la figure géométrique de type hexagonal encore nommée France par certains. À cet égard, les Ministères de l’Intérieur et de la Justice, occupés à vider les prisons et à gommer définitivement les frontières de ce pays pour en achever la submersion, déclinent par avance toute responsabilité pour les faits divers de moindre importance susceptibles de mettre en danger, voire d’effacer la vie de tous ceux qui n’auront pas pris cette précaution.

Toute famille désireuse de savoir les raisons profondes pour lesquelles, par exemple, son enfant se sera malencontreusement vidé de son sang alors qu’il se servait de son téléphone portable pour correspondre avec une tierce personne, se verra opposer les termes contenus dans le premier paragraphe de cet avis, la contestation éventuelle des évidences pouvant conduire ladite famille à figurer sur le Mur des Cons d’un syndicat dont l’engagement auprès du citoyen rappelle les heures les plus glorieuses de notre Histoire.

ramadantuerToutefois soucieux d’équilibre, le Gouvernement de la figure géométrique sus-évoquée ajoute ceci : tout auteur d’un acte délibéré d’agression à la gorge contre un quidam traversant imprudemment une zone signalée comme dangereuse sera d’emblée, et sans jugement, considéré comme dément, dérangé, psychopathe, frein au progrès et autres pathologies mentales. Même s’il se révèle qu’en fin de compte ce n’était pas lui le coupable. À ce titre, il sera de toute façon immédiatement soustrait à la curiosité publique et placé en établissement spécialisé afin de recevoir les soins, payés par la collectivité, qui lui permettront de se réintégrer, dans les délais les plus brefs, dans la société. Ceci constituant pour lui la protection minimale due aux plus fragiles d’entre nous.

En conséquence directe, toute personne prétendant que ce type de comportement (notamment le fait de viser la carotide quand la tradition du meurtre veut, dans la figure géométrique etc, que l’on plonge de préférence la lame dans le thorax ou l’abdomen) peut avoir, de près ou de loin, un rapport avec une religion de paix, d’amour et de tolérance désormais dominante, sera considérée de fait comme ayant le projet d’entraver la marche de la psychiatrie donc de la Justice et, partant, suspecte de forfaiture, d’intelligence avec l’ennemi, voire de haute trahison. Il est rappelé à ce propos que laisser crotter son chien devant une mosquée relève de la même volonté criminelle qu’égorger rituellement un étudiant à Marseille (ou ailleurs) pour bénéficier de son forfait téléphonique. Et peut entraîner le même type de sanctions.

À l’heure où le personnel en charge des destinées des gens se prive de vacances, par ordre supérieur, pour le service des autres, le Gouvernement de la figure gna gna…, debout aux côtés de son chef, réaffirme son mépris pour tous ceux qui, sans connaître les difficultés que traverse la zone, se permettent de juger les décisions que jusqu’à ce jour, il a été incapable de prendre. Afin de prévenir toute velléité de critique, principalement du sujet en vérité accessoire évoqué ici, le public doit savoir que toutes les associations bénéficiant de ses largesses fiscales restent mobilisées dans le seul but de traquer, de dénoncer, de juger et d’exterminer la cinquième colonne dite « patriote », dont l’influence grandit dangereusement au point de constituer, à elle seule, une menace infiniment plus grande que la très surestimée menace soi-disant islamique.

En foi de quoi, ayant fait ses choix essentiels, le Gouvernement du résidu ce ce qu’aucuns s’obstinent encore à nommer France prévient la plèbe qu’il les assumera jusqu’au bout de leur logique, l’opinion sur cette même logique n’appartenant qu’à lui, à l’exclusion totale de toute autre personne. Quant aux avis rendus par lui sur les affaires courantes notamment criminelles, toute remise en question de leur pertinence sera considérée comme une atteinte aux Droits Fondamentaux de l’Homme de Pouvoir, avec toutes les conséquences que cela impliquera pour les fauteurs de trouble, fouille-merde, extrême-droitistes et autres rêveurs gênants. »

Pour le Gouvernement, par la voix des ministres Valls Manuel et Taubira Christiane,
Le greffier commis d’office,

Alain Dubos

image_pdf
0
0