1

Marseille : un restaurateur non-musulman frappé pour non-respect du ramadan !

C’est un entrefilet du site du journal La Provence qui nous apprend une agression musulmane dans le quartier fortement islamisé de Belsunce, non loin du lieu où se déroulaient des prières de rue :

« Un restaurateur de Belsunce, à Marseille, a été menacé, puis violemment frappé, lundi, parce qu’il refusait de respecter le ramadan. Un homme, actuellement recherché par la police, lui a porté des coups avec une ceinture métallique. La victime a été hospitalisée. »

L’édition papier de La Provence et des dépêches de l’Associated Press et de Sipa nous donnent plus de détails. Le buzz ne fait que commencer…

La victime, Jean-Marc Azer, est un Français d’origine égyptienne, âgé de 64 ans. Il n’est pas de confession musulmane.

Il a été abordé par un individu circulant en voiture avec une femme voilée à bord. L’agresseur menace à plusieurs reprises : « Je te conseille de fermer ton magasin, parce que c’est le ramadan et de ne pas servir de nourriture. » Le restaurateur lui fait remarque qu’« on est en France ». L’agresseur revient une heure plus tard et frappe violemment la victime à coup de ceinture au visage, ce qui vaudra à cette dernière une hospitalisation et six jours d’ITT.

« C’est la première fois qu’une telle histoire arrive », assure Maxime Melka, président de l’association des commerçants de Belsunce. Ce n’est pas tout à fait l’avis de Didier Pachoud, président d’une association contre les dérives sectaires, qui se dit « de plus en plus confronté à des gens sur lesquels on fait pression ». Pour lui, « il ne s’agit pas d’un phénomène marginal. » Il compte « monter une association nationale des victimes de l’islamisme pour la citoyenneté et l’humanisme, qui aura son siège à Marseille. »

Largement interviewé par La Provence, Haroun Derbal, l’imam de la mosquée du Marché
aux Puces (15e) nie toute responsabilité de l’islam : « nulle contrainte en religion. ». Il ose même affirmer une énorme contre-vérité : « Le Prophète n’a jamais imposé la religion par la force. C’est une fausse thèse de dire que l’islam s’est propagé par la force. »

Bel exercice de takia, puisqu’il dit dans la même interview : « si l’on était dans un État islamique, les choses pourraient être différentes, mais nous sommes en France. » Autrement dit, dans les pays musulmans, obliger par la violence des non-musulmans à fermer restaurants et cafés durant l’heure du jeûne serait normal. On constate d’ailleurs en Tunisie désormais sous régime islamiste une recrudescence d’actes de cette nature contre de simples restaurateurs servant des touristes, et certains d’entre eux prennent même les devants. Et même en France, des quartiers entiers sont aux mains des « barbus » et on n’y trouve plus ni alcool ni porc.

Ce qui s’est passé à Marseille n’est donc pas un fait divers isolé, mais bien la manifestation d’une violence destinée à terroriser la population, musulmane ou non, pour qu’elle se soumette à la charia.

Roger Heurtebise