Maryse Burgot, la crécelle de l’info bas de gamme

Une voix à faire sursauter le plus endormi des téléspectateurs repus et à le faire zapper sur n’importe quoi.

Une voix à épouvanter les mioches rompus à Halloween et à faire avorter une couvée de singes. C’est la voix de son maître France Télévision, payée avec l’impôt des Français.

La maigrichonne senior loin de son foyer (bien qu’elle fasse désormais dans le people) est l’envoyée spéciale de France2-France Télévision partout dans le monde où sa rédaction lui remet sa feuille de route politique en même temps que ses billets d’avions exonérés de son empreinte carbone.

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/maryse-burgot-eloignee-de-ses-enfants-ce-jour-ou-elle-a-craque_490368?amp

Quand par force, par hasard ou par mégarde, sur les vidéos de revue de web, apparaît la tête de la mégère qui attend le retour son, je pense toujours au gavage des oies et des canards. Sauf que la volaille à gaver est la masse rassemblée à 13 h et à 20 h, devant son écuelle et sa télé, quand elle est revenue de l’abattoir à vacciner.

Miss info Ukraine se répand maternellement :

« Avec un fils âgé de 18 ans, Maryse Burgot, qui s’était émue du sort réservé aux enfants ukrainiens, elle s’apprête, elle aussi, à vivre ce drôle de moment dans les semaines qui viennent :

https://www.voici.fr/news-people/tu-nous-manques-deja-le-tendre-message-de-maryse-burgot-pour-son-fils-touche-les-internautes-734941?

Starlette du Kosovo, otage mystérieusement libérée des Philippines, elle poursuit son tour du monde.

Sur place, elle cause, elle ne drague peut-être pas, mais elle flingue et elle mord, la chienne de garde de l’info (Les Nouveaux Chiens de garde de Serge Halimi sur les médias).

Son don d’ubiquité lui permet de parler de Haïti, de tout, et même de Dominique Strauss Khan, avant de revenir s’occuper des potins de l’Elysée et repartir coiffer son casque, loin des tirs de mortiers en Syrie, en Afghanistan et au Donbass, le temps de re-rentrer à Paris pour le téléthon !

Le tout sans contracter la moindre épidémie ou pandémie qu’elle couvre.

Invincible et indétectable aux missiles, la brunette !

Insaisissable aussi, de là où elle a dit l’inverse de ce qui s’est passé, elle n’est déjà plus.

Maryse Burgot

@MaryseBurgot

Sur le front de #Kherson, notre reportage à Doudtchany dont la partie sud vient d’être reprise aux #Russes. Grande tension sur cette route stratégique.

@infofrance2

@franceinfo

@EDelevoye

@PhotoSath

@Harold_HH

Maryse Burgot est forcément une excellente nageuse en eaux troubles, mais toujours dans le sens du courant.

Fin cordon bleu, elle réussit à merveille les décoctions des faits pour l’info à infuser, et à diffuser. Du grand reportage de la grande télévision à épouvanter Albert Londres privé de tombe. À défaut d’une tombe, la sépulture familiale, au cimetière des Bartins de Vichy, lui sert de cénotaphe :

https://www.tombes-sepultures.com/crbst_2358.html

Comment les Ukrainiens vivent-ils sous le bombes ? avec Maryse Burgot

Maryse Burgot : « Faire ce reportage sur Victoire, ça compte presque plus ».

9 questions à Maryse Burgot (1/9)

CQFD

Jacques CHASSAING

image_pdfimage_print
17

13 Commentaires

  1. Dans les années 82/85,c’est à dire en pleine guerre du Liban, elle collait aux basques des gens du bureau de l’OLP à Paris. Elle s’incrustait auprès de ces palestiniens au niveau assez faibles virés du Liban et proches d’Arafat. Elle se faisait passer pour une grande journaliste politique « spécialiste du Proche Orient ».
    Ce qui au passage lui a permis de se faire payer sorties et restaurants payés ces Palestiniens gavés de fric assez facilement éblouis.
    La Burgat : elle se trouve une cause et s’investit « à fond »..
    Donc, je ne suis pas surprise qu’elle s’entiche maintenant des Ukrainiens comme elle s’était entichée des Palestinies;

  2. A voir le reportage sur Kherson avec la Maryse, c’est à se demander si elle travaille pour Zelensky. Les russes ont évacués la veille mais les journalistes arrivent le lendemain dans des véhicules civils, on parle de combats acharnés. La « foule » est dans le centre pour fêter la victoire, que des plans au ras du sol en fait une « foule » clairsemée, uniquement de femmes. etc etc … L’infox au plus haut point

  3. Maryse Burgot est une des meilleures journalistes de terrain et de guerre d aujourd’hui. Si vous ne le voyez pas, c est que vous avez de la m…asse dans les yeux, ou dans les oreilles.

    • À Stirling Moss :la crécelle a au moins un admirateur, vraisemblablement vacciné et pro Zelensky.

      • Certes, M. Burgot est une journaliste avec des idées de gauche, elle n’est pas des nôtres. Néanmoins, il faut un certain courage pour aller dans des pays en guerre… Il suffit de voir son accoutrement pour comprendre que les risques existent de recevoir une balle ou qu’un obus vous tombe dessus… Que vous ne l’aimiez pas, que je n’approuve pas ses idées, tout comme vous, c’est évident. Néanmoins, je serais bien en peine de tenir un micro dans un pays dévasté, avec le bruit des bombes à l’arrière, et de continuer à relater les faits du jour, de manière professionnelle.

    • Journaliste de terrain et de guerre ? Merde alors, elle va faire de l’ombre à BHL !

      Est ce que cette « dame » a seulement vu un blindé russe à 30 mètres, ou entendu siffler une balle ?

    • S.MOSS, quand Kiev bombardait le Dombass elle était où durant ces 8 ans ? Je n’ai vu que des reportages de Anne Laure BONNEL

Les commentaires sont fermés.