Masque ou pas masque : un débat qu’ils veulent interdire

95 % des gens portent le masque sans difficulté, assure le commandant de police, à Saint- Étienne. On le croit sur parole. Partout on croise des gens masqués, même en vélo. Même sur les plages. Même seuls au grand air. Même dans leur jardin.

Le passé explique souvent le présent : sous l’Ancien Régime, il n’était pas rare qu’une personne circule masquée pour rester inconnue, personne n’y trouvait rien à redire. Le masque était librement choisi. Au XVIe siècle, les femmes se masquaient pour ne pas bronzer et garder un teint de porcelaine. Petit clin d’œil coquin : elles se masquaient aussi pour rencontrer leur amant dans un lieu public qui pouvait être une église, pour parler librement avec lui. Tout cela était accompli librement.

Dans la Chartreuse de Parme, de Stendhal, livre bien plus amusant et intéressant que Le Rouge et le Noir, Clélia fait le vœu de ne plus voir à la lumière son amant Fabrice del Dongo. Ce qui ne les empêche pas de continuer à roucouler et d’avoir un enfant.

Mais le masque aujourd’hui ne fait pas du tout roucouler les Français. Ils prennent les choses très au sérieux. Surtout nos dirigeants, qui semblent avoir fait le vœu de masquer tous les Français et de les empêcher de se montrer les uns aux autres à la lumière.

Le masque prend aujourd’hui une toute autre signification : notre perte de liberté.

Pire, le gouvernement semble vouloir faire de tous les Français des Masques de fer, à l’image du célèbre inconnu qui subit vingt années de détention à la fin du XVIIe siècle et devait se masquer dès qu’on l’approchait. Prochaine étape pour les Français, des masques de fer ? Plus besoin alors de Bastille : nous sommes embastillés tout crus, chez nous. Il suffisait d’y penser.

Autrefois le mot « masque » pouvait être une injure : selon le Littré, c’était un terme familier d’injure dont on se servait quelquefois pour qualifier une jeune fille, une femme, et lui reprocher sa laideur ou sa malice. « Ah ! ah ! petite masque, vous ne me dites pas que vous avez vu un homme dans la chambre de votre sœur » MolièreMal. im. II, 11.

Aujourd’hui, foin de références littéraires, le masque est un sauf-conduit incontournable et malheur à qui s’en dispense. Un TGV s’est arrêté en gare du Creusot, arrêt qui n’était pas prévu, pour débarquer un homme qui refusait de porter un masque. Mais par contre, on ne dit plus rien aux gens qui refusent d’avoir un billet de transport. Cherchez l’erreur.

Naguère, on ne connaissait plus comme masque que celui du carnaval de Venise ou celui des clowns. Les temps ont changé et le masque devient le signe de la tyrannie.

Ma vieille voisine, de plus de 80 ans, vient de sortir de chez elle en voiture, toutes vitres fermées et avec un masque. Elle ne m’a même pas vue, forcément. Espérons qu’elle a vu le stop au coin de la rue. C’est la même voisine qui a reçu ses petits-enfants dans son jardin et tous masqués, pendant le confinement. Je lui ai téléphoné. On ne se reverra pas, dit-elle, avant des jours meilleurs. C’est triste. Les « jours meilleurs » reviendront-ils ? On commence à en douter.

L’exigence du masque fait naître tous les délires. Après son interdiction, le voilà en passe de devenir obligatoire partout. Le gouvernement n’est pas à une contradiction près.

Dès le 1er septembre le masque sera obligatoire en entreprise. Son refus par le salarié sera considéré comme une faute et il pourra recevoir un avertissement. Une nouvelle catastrophe sanitaire, devant laquelle on attend les syndicats et autres comités d’hygiène mais ils ne se pressent pas pour intervenir.

On imagine le calvaire au travail. Respirer toute la journée ses propres miasmes et en avoir la peau toute boutonneuse, transpirer du visage. De quoi faire une énorme déprime. Tous les corps médicaux, y compris les psychiatres, en sortent gagnants car soigner est leur raison d’être, sauf avec de la chloroquine bien sûr. Cherchez encore l’erreur.

Le gouvernement a envoyé 130 CRS à Marseille. Pour y mettre de l’ordre dans les cités ? Pour arrêter les dealers qui tiennent le haut du pavé ? Que nenni. Pour verbaliser les gens qui ne portent pas de masque. On pouvait espérer meilleure raison.

Quand aux surineurs et autres égorgeurs qui se démènent chaque jour, pourquoi leur ferait-on grief de ne pas être masqués, le plus souvent ? Il n’est pas sûr que ce laxisme soit pour mieux les reconnaître, à notre époque où on les laisse filer quasiment exprès.

Les masques bleus ne préserveraient même pas du Covid et seraient emplis de staphylocoques et autres germes plus pathogènes les uns que les autres.

La tragédie grecque s’entourait de masques. Allons nous renouer avec le destin sanguinaire de la famille des Atrides ? Nous vivons grâce à nos gouvernants une véritable tragédie antique. Le masque sépare, égratigne, infecte, enchaîne, blesse physiquement et moralement. Il est le signe de notre instrumentalisation.

Il tue notre liberté la plus élémentaire et les Français l’acceptent, comme des moutons bêlants et pressés de se jeter en troupeaux serrés dans le précipice.

Alors que l’épidémie est finie depuis deux mois.

Cette soumission insensée nous tue plus que le masque.

Sophie Durand

image_pdfimage_print

32 Commentaires

    • Le masque, puis la visière, puis la charlotte, puis les surchaussures, puis le voile intégral etc… le tout avec l’assentiment des citoyens, qui en redemandent …. le « prêt à penser » distillé par les mandarins milliardaires plus présents sur les plateaux de télévision que dans leurs hôpitaux… les journaleux, les politicars, ça devient limite propagande…Je n’ai pas compris le fait d’aller au restaurant « masqués »… sauf à passer quelques minutes devant le comptoir, et se rendre aux toilettes !!!!!??????

      • Vous avez raison . Aidé par les journaleux et médias grand public , C’est de la propagande . J’oserai dire même Vichyssoise au temps de l’occupation

  1. Nous sommes face à une situation gravissime : une manipulation mondiale. Cautionnée par le peuple, pour qui les dires de journaleux vendus ont + de crédit que des propos tenus par un très grand médecin : le professeur Raoult. Lui s’est voulu rassurant dans son interview accordée hier à L. Ferrari. Alors que les chiffres sont bas depuis des mois dans les hopitaux et au niveau des décès , on impose de + en + les masques, surtout à l’approche de la rentrée. Moins il y a de risque + on nous impose le masque, pour maintenir la peur, tenir le peuple et permettre au gouvernement de faire passer les lois les plus infames. Mais le peuple ne voit rien, le peuple accepte tout. Le peuple vote pour n’importe qui. Se sont désormais les médias, omnipresents, qui expliquent aux français comment penser.

  2. J’imagine le tableau des nudistes avec leur masque. Même Orwell n’y aurait pas pensé. Trop drôle. Les anciens reviendraient aujourd’hui et verraient quel merdier est devenu leur pays !

  3. Le masque – étymologiquement maska en préroman “spectre” ou “démon” – permet à l’état profond de reconnaître ceux qui lui ont fait allégeance, par peur, par bêtise ou par intérêt. Le port rituel du masque a donc une signification bien plus profonde. Entre autres choses, le port du masque sur la bouche est un signe de soumission… un geste de votre volonté d’être soumis à d’autres qui ne sont pas votre patron habituel. Selon l’Encyclopedia Britannica, le port de masque est : « Une forme de déguisement ou de dissimulation habituellement portée sur ou devant le visage pour cacher l’identité d’une personne et par ses propres traits pour établir un autre être. »

    • si vouloir proteger autrui est un signe de soumission, je comprends mieux l’etat d’esprit du site…

      • Oh la la…Vous en êtes encore là ? En quoi se priver d’air pur protège autrui?
        Le comble avec ces enragés du masque ( ou du vaccin : ce sont souvent les mêmes ) c’est qu’ ils se drapent dans leur vertu et prétendent se sacrifier pour des égoïstes qui refusent de partager leur folie. Vous ne nous culpabiliserez pas !

        • Non devant la connerie assumée, je doute que vous ayez le moindre remord, la moindre morale, ni logique en effet. Se priver d’air pur mdr j’espere que vous habitez en haut du mont blanc 🙂 Les chirurgiens se privent d’air pu au travail, c’est bien connu 🙂

        • Le port du masque prolongé appauvrit le cerveau en oxygène. Le niveau affligeant de votre commentaire en est la preuve.

  4. « Le masque prend aujourd’hui une toute autre signification : notre perte de liberté. » j’attend les arguments qui etayent cette phrase anonnée depuis des semaines sur RL et… rien. Vous voulez faire des courses? vous pouvez. Allez au resto? au cinéma? vous pouvez. Faire du sport? vous pouvez. Voir des gens? vous pouvez. Ecrire sur RL? vous pouvez (et en plus on vient pas vous empoisonner dans un avion). Et ne me dites pas « je peux pas respirer », parce que ca veut dire que les chirurgiens opèrent 5h en apnée dans ce cas. C’est desagreable, je vous l’accorde, mais bien moins que contaminer une personne qui se retrouvera peut etre en réa.

    • @batigoal
      Vous avez lu mon texte ? Non ? alors lisez-le pour commencer.

      • évidement que je l’ai lu et j’attendais des arguments. Donc répondez plutot en quoi le masque vous prive de vos libertés fondamentales: déplacement, expression, religion, loisir, etc… Trop facile de détourner les sujets quand le seul argument reste « le gouvernement a dit de le faire, alors je le fais pas ». C’est pueril et enfantin pour ne pas dire autres choses.

        • @batigoal
          Le masque empêche la communication entre humains. Comment par exemple enseigner ou être enseigné masqué ? Ensuite, la raison la plus importante, non seulement il ne protège pas du coronavirus mais de plus il infecte le porteur avec ses propres germes et les germes qu’on y trouve déjà en l’achetant. Enfin, l’épidémie est finie !… Ce sont les principales raisons, il y en a sûrement d’autres, cherchez un peu.
          …et rassurez-vous : je le porte ! Je ne veux pas qu’on me vole avec une amende.

      • @Wouah
        Hélas je ne tricote pas, sinon je vous tricoterais un bonnet d’âne.
        Je porte un masque dans mon supermarché. Mais je n’en pense pas moins. Pas comme vous qui ne pensez pas !

  5. D’une part, il n’y en a pas beaucoup, ils forment une minorité, cependant voici la question : est-ce que les asthmatiques doivent porter le masque quand ils font des achats, promenades, travaillent, … ou bien doivent-ils rester chez eux ?
    D’autre part, sachant que les professionnels de santé ont tous prêté serment d’Hippocrate, est-ce que les masques ont fait l’objet d’un consensus unanime de tous les professionnels de santé ? Comment le prouver ?

  6. Le coronavirus a été inventé par Anne HIDALGO pour empêcher les mâles Blancs d’être virils et pour les obliger à participer à la gay pride. La Manif pour tous doit réagir. Riposte laïque doit écrire au Pape pour lui demander de prier le Christ et sa Mère, la Vierge Marie, afin que la race blanche soit sauvée. Le diable et les homosexuels dégénérés veulent nous grand remplacer pour imposer une dictature bien pensante et humaniste aux pieux catholiques de droite qui aiment la FRANCE.
    TAUBIRA DÉMISSION.

  7. Et après le masque – si un jour le gouvernement le décide inutile – Que vont ils nous trouver pour limiter notre LIBERTE ?? comme disait notre JOJO national : mais c’est un scandale

  8. On est pas tous obeissante. Tu le mets si t as peur du virus. Tu le mets dans le métro à la rigueur. Pour le reste, tu te sers de tes yeux pour vérifier que y a pas un flic ou un garde chiourne pour te verbaliser et basta.

  9. Dans les commerces qui n’ont pas encore déposé le bilan, les clients sont une denrée rare car découragés par le port du masque
    Apparemment les commerçants crèvent en silence ?????

  10. Ci-joint un texte de l’Apocalypse très actuel :
    LIVRE DE L’APOCALYPSE
    01 Alors, j’ai vu monter de la mer une Bête ayant dix cornes et sept têtes, avec un diadème sur chacune des dix cornes et, sur les têtes, des noms blasphématoires.

    02 Et la Bête que j’ai vue ressemblait à une panthère ; ses pattes étaient comme celles d’un ours, et sa gueule, comme celle d’un lion. Le Dragon lui donna sa puissance et son trône, et un grand pouvoir.

    03 L’une de ses têtes était comme blessée à mort, mais sa plaie mortelle fut guérie. Émerveillée, la terre entière suivit la Bête,

    04 et l’on se prosterna devant le Dragon parce qu’il avait donné le pouvoir à la Bête. Et, devant elle, on se prosterna aussi, en disant : « Qui est comparable à la Bête, et qui peut lui faire la guerre ? »

    05 Il lui fut donné

  11. bien sûr que c’est symboliser la soumission au nouvel ordre, en douter relève du déni et ce déni est très fréquent face à la dictature qui s’installe, le but de cette mascarade hystérique est de tellement effrayer les moutons masqués que le salvateur Vaccin toxique et traceur à vie des vaccinés grâce à la puce RFID, sera accepté comme le sauveur de l’humanité, pour 100 milliards de dollars que rapportera environ ces vaccins toxiques, ces criminels sont prêts à tout, Big Pharma à tout corrompue, OMS, Haute autorité dite sanitaire, gouvernements, etc… aucune n’y a échappée, les morts provoqués ils s’en foutent, par contre les citoyens moutons de Panurge rappellent ces soumis, complices de collaboration passive et autres collabos actifs des années d’occupation, ça donne envie de vomir.

  12. Bonjour Sophie
    Félicitations pour votre analyse pleine de bons sens et argumentée par des constatations malheureusement peu écoutées.
    La teneur de certains commentaires sur ce site des kapos serviles de la propagande sanitaire extrémiste ( en particulier sur l’irresponsabilité et les répercussions hospitalières), démontrent à quel point, celle-çi a été redoutablement efficace sur des esprits angoissés.
    Cette pandémie est en train de faire naître d’ intenses divisions entre nous et fait le jeu des gouvernements autoritaires.
    Le silence assourdissant de l’opposition politique , des syndicats et d’une grande partie du secteur médical malgré des données irréfutables n ‘arrange pas l’affaire…
    Espèrons qu’un jour le bon sens des pays du nord déteigne sur nos minables pays du sud de l’Europe.

  13. Pauvre amibe ! (Votre cervelle, à peine plus grosse que celui de ce modeste virus couronné : vous êtes faits pour vous entendre !…)

Les commentaires sont fermés.