1

Masques obligatoires : ces pourris vont pourrir nos vacances !

Les Français pensaient en avoir fini avec la pandémie. On leur avait annoncé 500 000 morts, on leur a imposé un confinement dictatorial, à la chinoise, on a brisé l’économie, on a intoxiqué nos compatriotes tous les soirs avec le croque-mort Salomon, et puis, finalement, mis à part les 30 000 personnes, majoritairement âgées, qu’ils ont laissé mourir en refusant de les hospitaliser, on n’a pas constaté davantage de décès que lors des grippes hivernales.

Bien évidemment, ce régime savait que sa gestion catastrophique et criminelle de l’épidémie, et notamment l’interdiction de la chloroquine, décision invraisemblable, allait lui être préjudiciable, et qu’il allait falloir rendre des comptes. Alors, il fallait allumer ce qu’on appelle des contre-feux, pour détourner le tir : les racailles islamisées qui entourent le comité Traoré seront donc une aubaine, dans la foulée du mouvement racialiste américain Black Lives Matter. Depuis des semaines, alors que la vie reprenait lentement son cours habituel (tout en maintenant des interdictions stupides dans les restaurants, notamment), on a occupé les Français en les culpabilisant toujours plus. Et on s’est permis, en toute impunité, avec la complicité du pouvoir, de déboulonner et de vandaliser des statues de personnages qui ont construit l’histoire de notre pays.

Mais les confineurs fous, souvent des toubibs vendus aux labos pharmaceutiques, veillaient. Pas question de laisser entendre que le professeur Raoult et ceux qui prônent un traitement à coût réduit puissent avoir eu raison. Ils nous ont donc fait le coup de la deuxième vague de confinement, qui ne s’appuie par ailleurs sur aucune donnée scientifique sérieuse, comme l’a démontré le docteur Nicole Delépine dans cet article exclusif publié par notre site.

https://ripostelaique.com/il-ny-a-pas-de-deuxieme-vague-les-dessous-dune-enorme-manipulation.html

Tout comme il fallait condamner sévèrement François Fillon pour justifier le coup d’État judiciaire mis en place contre lui pour l’empêcher de gagner la présidentielle, il fallait donc mette à nouveau en place une procédure visant à justifier la politique criminelle du gouvernement pendant plus de deux mois. On décida donc d’imposer le masque aux Français, à partir de ce jour, dans tous les lieux clos. Il fallait continuer à leur imposer des contraintes, à maintenir la pression, à tester leur docilité, pour montrer qu’on avait évité une catastrophe, lors des trois mois qui ébranlèrent la France, et le monde. Et force est de reconnaître qu’une grande majorité de nos compatriotes, abrutie et aveuglée par la propagande, voire paniquée et affolée, en redemande !

Donc, en plein été – alors qu’on avait dit que les masques ne servaient à rien, et que la chaleur résoudrait la question – nous allons être confrontés à ce spectacle inquiétant de croiser, dans les magasins, des personnes masquées, méconnaissables, apeurées, comme si nous sortions d’une catastrophe nucléaire. Avec, bien sûr, les pressions exercées sur les commerçants, sommés de mettre de grandes affiches sur leur porte d’entrée, et de faire la police dans leur magasin, sous peine de lourdes amendes, voire de fermeture. Vont-ils faire mieux que les 1,1 millions d’amendes qu’ils se vantent d’avoir distribuées à nos compatriotes, durant les trois mois de mesures exceptionnelles ? Cela va-t-il s’arrêter là ? Pourquoi se gêneraient-ils, après tout, puisque le chantage sanitaire, totalement bidon, permet tout ? Aujourd’hui les magasins, demain les rues, et pourquoi pas après-demain les plages ou les chemins de montagne ?

Et tout cela pour rien, quand on écoute le professeur canadien Denis Rancourt nous expliquer l’inutilité et l’imbécillité des gestes barrières et des masques…

N’oublions pas ce que nous disait, sur le confinement, le spécialiste suisse Jean-Dominique Michel, qui évoquait « l’anatomie d’un désastre ».

Il faut reconnaître qu’avec la complicité des médias et de leurs journalistes soumis et vendus aux labos pour beaucoup d’entre eux, on arrive à convaincre des Français abrutis de la nécessité de porter un masque pour faire leurs courses, comme on arrive à leur expliquer que l’immigration est toujours une chance pour la France, quand tous les jours des immigrés, souvent islamisés, tuent des Français, les agressent sauvagement, où foutent le feu à nos cathédrales !

Le site Riposte Laïque, tout en permettant le débat dans ses colonnes, a mis depuis le début de la crise toutes ses forces au service de la réinformation, et d’une vision fort différente de la crise que celle dans laquelle voulait nous enfermer le gouvernement. Nous pensons que derrière l’hystérie développée contre le professeur Raoult, il y a de grands enjeux financiers. Nous nous méfions des grands laboratoires pharmaceutiques, et de la parole de ceux qui passent à la caisse. Nous n’avons aucune confiance vis-à-vis de ceux qui veulent nous imposer un traitement coûteux, qui n’a pas encore son efficacité, et nous ne voulons pas qu’on nous impose un vaccin obligatoire. Rien de moins. Mais ce régime dispose de tels moyens de propagande que, bien sûr, c’est le pot de terre contre le pot de fer. Dans ce contexte, nous prenons acte de la décision de Macron et des complices, et de l’énorme manipulation qu’il y a derrière. Nous craignons que cette décision, inutile et criminelle, n’ait des conséquences graves pour certains pans de notre économie, notamment les restaurants et les petits commerces.

Mais nous savons aussi, même s’ils ne sont pas assez nombreux, que des compatriotes demeureront des esprits libres, et qu’ils sauront, à leur façon, contourner ces mesures stupides, pour que notre pays demeure un lieu où il fait bon vivre, surtout en été, et qu’on puisse encore se reconnaître, s’identifier, se sourire, se parler, se toucher, s’embrasser, comme dans tous les pays normaux…

Ils veulent nous imposer le masque, contournons les grandes chaînes de distribution, et sachons négocier avec des petits producteurs, sur les carrefours ou dans leurs fermes, un approvisionnement direct. Et sachons contourner intelligemment, avec certains petits commerçants méritants, les interdits stupides que ces criminels nous imposent.

Restons encore nombreux à nous comporter en vrais Français, et laissons les soumis qui en redemandent avec leur muselière.