Masques : un travail à la chaîne bénévole qui ressemble à de l’esclavage

Publié le 4 mai 2020 - par - 44 commentaires - 1 100 vues

Depuis le début de la crise, certaines femmes cousent des masques, des blouses, des sur-blouses.

On dit que c’est admirable. Il est convenu de les encenser. Sur l’instant, c’est remarquable. Mais si elles se trompaient ?…

Particulièrement à Boboville, (le nom de la localité a été changé…) Ce sont souvent de bonnes bourgeoises désœuvrées, retraitées, qui se font ainsi mousser depuis le début à peu de frais, dans une sorte d’enthousiasme juvénile et inconscient. Cela leur donne bonne conscience. Faire des masques remplace le caté et est moins risqué que le bridge, qui s’est révélé contaminant.

Ces dames ne manquent pas de proclamer leur bonne action sur tous les toits et y reviennent en insistant, pour être sûres qu’on soit bien au courant et qu’on ait bien compris à quel point elles sont généreuses. Alors que la main gauche doit ignorer ce que donne la main droite et vice-versa.

Très fières d’elles, elles expliquent qu’elles ont désobéi au confinement pour se rencontrer devant la porte de l’hôpital pour y donner leurs masques.

Elles se mettent tellement en valeur qu’elles donnent des complexes à celles qui ne cousent pas, et qui se croient du coup obligées de s’en excuser, pas de machine à coudre, pas de don pour la couture…

Devant cette émulation pleine d’ego, on sent tout de suite que quelque chose ne va pas. On ne veut pas troubler la fête, mais ces femmes ne sont-elles pas des macroniennes invétérées qui veulent à tout prix empêcher Macron, pour lequel elles ont voté, de sombrer dans les multiples crises dues à son incompétence ?…

Mais voilà que des femmes d’autres villes viennent d’indiquer leur ras-le-bol : ouf, on respire mieux !… Le collectif « bas les masques » a même lancé une pétition. Partout maintenant des voix s’élèvent pour dire leur désaccord.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/je-pense-avoir-donne-assez-de-ma-solidarite-sollicitees-pour-fabriquer-des-masques-des-couturieres-ne-veulent-plus-travailler-benevolement_3945377.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20200504-[lestitres-coldroite/titre3]

https://www.ladepeche.fr/2020/05/02/coronavirus-en-colere-des-couturieres-ne-veulent-plus-fabriquer-de-masques-gratuitement,8871171.php

L’une, à force de coudre, a cassé sa machine, l’autre se rend compte que cela lui coûte, car elle doit puiser dans ses stocks de tissus ou en acheter, une troisième ayant dit qu’elle y passe des heures et qu’elle aimerait bien être payée, s’est fait insulter.

L’État irresponsable n’a pas à masquer sa négligence en mettant les femmes en coupe réglée. Les femmes ne doivent pas prêter la main à cela.

« À Lille (Nord), la mairie a contacté toutes les couturières et retoucheuses de la ville pour leur proposer de fabriquer quatre à cinq masques par heure, kit fourni, souligne France Bleu Nord“On m’appelle, on me tutoie, et on me dit que j’ai la chance d’avoir été retenue et que je dois m’engager à produire un minimum de 50 masques en 48 heures maximum, raconte sur Facebook Claire Lefèvre, couturière originaire du Nord. »

« Mon cerveau a du mal à comprendre qu’on m’impose un rendement alors que je suis bénévole » explique une autre. 

La grande salle du conseil municipal de Lille a été convertie en atelier géant et Martine Aubry est à la manœuvre, on ne sait pas si les couturières ont droit au 35 heures, il y a probablement quelques dépassements, mais on se donne bonne conscience en disant que cela sort un peu les femmes de chez elles. C’est donc un confinement élastique qui règne à Lille…

À Montereau, en Seine-et-Marne, un atelier s’est monté. On y a mis un créneau le matin, un autre l’après-midi et un troisième en fin d’après-midi, car les organisateurs se sont engagés à fournir 20 000 masques pour le 11 mai.

Allô, l’inspection du travail ? Allô, l’Urssaf ? Allô, les prud’hommes ? L’État se dispense de tout cela. C’est si commode. Faites ce que je dis, pas ce que je fais. La législation ? Ce sera pour une autre fois. C’est bon pour les sans-dents.

À Segré-en-Anjou, on a ouvert un atelier « citoyen », de cet adjectif magnifique qu’on met à toutes les sauces, qui justifie tout et qui ne veut absolument rien dire, avec de la musique douce.

“Il y a cette espèce de fantasme de la femme ménagère qui prend plaisir à coudre et qui est là pour aider. Mais coudre des masques à la chaîne, c’est un travail d’usine”, cite L’Obs (édition abonnés).

« L’État ne fait pas de stock de masques puis appelle à l’engagement, et s’approprie le travail gratuit des couturières. L’appropriation du travail gratuit, cela s’appelle de l’exploitation » dit une autre.

C’est de l’esclavagisme, résume l’une d’entre elles, qui avoue ne pas avoir trop réfléchi avant de se mettre à coudre car la cause lui semblait bonne.

Seules des femmes sont mises à contribution, une contribution qui leur pompe tout leur temps disponible.

Comme si les femmes étaient « taillables et corvéables à merci » comme du temps du servage. Un temps qui semble ressusciter pour certains. Les anciens démons ne sont jamais très loin.

Les femmes de Boboville ne contribuent-elles pas à cet esclavage ?… La réponse est oui. Les bonnes intentions n’excusent pas tout.

Ne pourraient-elles pas avoir une ombre de solidarité féminine avec celles qui protestent ? Elles ne semblent pas avoir besoin de salaire, elles, (encore que) mais aident à priver d’autres femmes de ce salaire dont elles auraient bien besoin en ces temps durs de chômage et de récession. Certaines des couturières ne savent pas de quoi elles vivront à la fin de la crise. Il est clair que les couturières indépendantes sont condamnées.

Nous n’avons pas à nous substituer à l’impéritie du gouvernement et encore moins à nous sentir coupables de quoi que ce soit (sauf pour ceux qui l’ont élu, ils peuvent se sentir coupables de cette élection).

Alors oui, coudre des masques, des blouses, des sur-blouses, c’est très bien si cela peut temporairement aider des soignants à se protéger. Mais pas à n’importe quel prix.

Pas au prix de priver d’autres femmes d’une reconnaissance ou d’un salaire. Pas au prix de contribuer à leur mise en esclavage.

Et surtout, pas au prix de contribuer à sauver Macron, Véran, Salomon, Cymes et toute la clique de leur imprévoyance criminelle en laissant croire que tous comptes faits, ils s’en tirent très bien.

L’enfer est souvent pavé de bonnes intentions.

Sophie Durand

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
mauvaisenouvelle

definition du mot travail
tripalium \tʁi.pa.ljɔm\ masculin
(Antiquité) Instrument d’immobilisation et de torture à trois pieux utilisé par les Romains pour punir les esclaves rebelles.
“tripale”, c’est comme “tripalium”, c’était le nom d’un instrument de torture à trois branches chez les Romains, et c’est la racine du mot “travail”.

Sophie Durand

@mauvaisenouvelle
Très intéressant, je ne savais pas.

LIGUE DE DÉFENSE GAULOISE

DECLIN ET DECHEANCE : Le déclin moral de la nation française est symbolisé organiquement par le caractère maladif et Gnomique du peuple qui la compose. Le peuple français, médiocre car enjuivé et islamisé, métissé à outrance par ses élites soumises à la Terreur juive et à l’argent arabe et formatés par le Diktat du CRIF , il a perdu non seulement sa valeur spirituelle au sens que lui donnait Dominique Venner, mais jusqu’aux attributs physiologiques de sa filiation gauloise aryenne européenne… Promenez-vous dans la rue et vous aurez une effroyable sensation de ne plus être en France

hoplite

Personnellement je fais des masques au crochet.

Neffie

🤣🤣🤣🤣🤣🤣🤣

mhollandouillelafripouille

Un pays réduit à faire bosser des grands-mères gratos pour fabriquer des masques qu’il est dans l’incapacité de produire est un pays foutu ….et la suite n’en sera que pire avec les incompétents qui le gouvernent …Cette pseudo démocratie antifrançaise est arrivée au bout du bout ….il suffit de faire un petit tour dans toutes ces belles diverscités sources de progrès social et d’avenir radieux pour en être convaincu ….bon courage pour la suite à donner des masques gratos et à nourrir tout cela ….

La_Soupape

Ami modo, tu as oublié de publier ma réponse à cette chère Sophie.
C’est forcément un oubli vu que ce que je lui disais n’appelle pas la moindre modération.

Bonne journée. ..

Anne Schubert

Au début de ton article, je me sentais replacée dans ma rue. C’est exactement cela! D’autre part, je connais une petite brésilienne qui fait des ménages en noir et fabrique des masques pour tous ses amis… sans dire un mot.

Il y a du grain et de l’yvraie, comme partouit. Excellent article !

Alsace

Depuis le confinement je me suis mise à fabriquer des masques pour dépanner les amies puis les amies de mes amies . J’avais énormément de chutes en réserve , puis je me suis mise à tailler dans des vieux draps .
Mais voilà je suis arrivée au bout de mes fournitures , plus de fil blanc , plus d’élastique que j’avais eu la chance de trouver dans une solderie pour 2 euros les 25 mètres . J’ai fabriqué sans dire un mot , mais j’aurais quand même voulu que les 3/4 de mes “clientes “pensent à me dire merci en retour.
Je rappelle qu’il est impossible de commander fil et élastique sur le net , tout est indisponible . Je rappelle que sur le site etsy ces masques bricolés sont vendus en moyenne 5 euros avec l’avantage d’être lavables.
Donc j’ai arrêté la production !

Sophie Durand

@Anne
Merci !…

Volcelest

Je suis couturier moi même. Autant vous dire que j’ai tout de suite senti l’embrouille. Ajoutez à cela l’enthousiasme baba et hystérique des filles, à la seconde j’ai su que ça finirait en aigreur.
Au départ quand j’ai demandé pourquoi il fallait se substituer à une livraison de masques pro on m’a regardé comme un dangereux complotiste. Puis on m’a parlé cadence, bénévolat tout cela sans même un sourire. Donc ils ne m’ont pas vu à Lille et j’espère que ça leur servira de leçon à touts ses hysteros coco malveillantes aux rires tonitruants qui pour la plupart rêvent secrètement de mettre à genoux leurs petits camarades. Et vous savez sûrement que les syndicats du CHU de Lille refusent de les porter et trouvent les masques irrespirables et non conformes. Un chaîne d’amour je vous dit…

Coco

Bien vu mais il n’y a malheureusement pas de remède à la connerie.

Hello

On dit qu’un bien n’est jamais perdu. Certaines personnes aiment aider les autres, c’est dans leur nature et c’est tout à leur honneur. Ensuite s’agissant de bénévolat si j’ai bien compris, elles peuvent s’arrêter quand elles le veulent; aucun contrat n’est signé dans ce cas de figure. Rien ne les oblige de continuer après tout. Je ne comprends pas l’objet de cet article.

Sophie Durand

@Hello
L’objet de cet article ? Je crois avoir été claire. Non, elles ne peuvent pas arrêter quand elles veulent. On leur donne des objectifs et on les fait travailler toute la journée, ce qui est illégal. Elles sont obligées de finir et réfléchissent après. Ce n’est plus du bénévolat, c’est de l’esclavage. Pour soutenir Macron et dire ensuite que si, il y avait des masques…

Aux Armes Citoyens

hello,
relisez et vous comprendrez mieux la teneur de l’article.
Il parle de lui-même, et pas besoin d’explications complémentaires.

Arthur 68

C’est sûr que l’état aurait dû organiser la production de masques par la France en fédérant les bonnes volontés.

Autrement, je trouve l’article extrêmement injustes en taxant d’hypocrites des personnes qui se mettent au service des autres. C’est une déviation très utilisée depuis toujours par les gauchistes souvent incapables d’apprécier la générosité des autres puisque pour eux ce n’est que de l’hypocrisie.

J’attends que l’auteur se mette au service de la collectivité ——-

Sophie Durand

@Arthur 68
Vous vous trompez lourdement, je ne suis pas gauchiste et ne l’ai jamais été.
Ceux qui sont hypocrites ce sont surtout les organisateurs de cet esclavage. Ce qui leur importe est de sauver Macron.
Quant au service de la collectivité, je trouve personnellement que c’est un vocabulaire de gauchiste, mais bon. Et qui vous dit que je n’y suis pas ?…Vous avez de ces préjugés !…

Oslo

Rien n’empêche les personnes soumises à cet esclavage de s’y soustraire et d’arrêter de travailler dans de pareilles conditions. Quelqu’un qui fait du bénévolat peut à tout moment mettre un terme à son activité sans avoir à en repondre.

Aux Armes Citoyens

Il y en a qui ne savent pas réfléchir.

Sophie Durand

@Oslo
Justement, pas dans ce cas, on leur demande de s’engager verbalement pour un certain nombre de masques et elles se sentent engagées, et le contrat verbal de travail existe.

Aux Armes Citoyens

Toujours est-il que les journamerdes adorent nous en parler à chaque JT.

Hellene

Les gens sont incroyables : quand il n’y a pas de masques, ils râlent , et dès qu’il y en a, ils critiquent encore…
Personnellement, je ne crois pas à l’utilité des masques, mais pour tous ceux qui y croient, ne chipotez pas sur leur origine, utilisez-les!
Même si ces dames peuvent donner l’impression de s’en vanter, elles donnent de leur temps, rien ne les y oblige.

Requiem

Marrant, la “tête d’affiche” de l’article france intox est une négresse avec une coiffure à la Sicone N’diarrhée, alors que les couturières qui témoignent ont toutes des noms bien… blancs.
D’ailleurs toutes les couturières de ma connaissance sont des blanches.
Bon, des cannibales j’en connai pas des masses, mais des cannibales qui bossent, ça en fait pas des masses. Leurs frères des amériques ramassaient le coton mais ne le filaient pas.

Peut-être que la noiraude c’est pour illustrer l’esclavage. Et pour nous dire que les cannibales sont une chance. Qu’ils bossent dur, comme les grosses antillaises des hôpitaux qui foutent rien en se croyant à Verdun.
Combien de masques saisis gâchés pour des “soignants” alors que les employés grande distribution bossent, eux ?

Aux Armes Citoyens

Et bien, quand les autres bobos en auront marre et s’apercevront qu’elles se font exploiter, la solidarité bête, stupide, à sens unique cessera.
Parce que ça fait combien de semaines que les journamerdes et les collabos qui nous gouvernent nous rabâchent à longueur de JT que les “masques sont commandés”, que les “masques ne vont pas tarder à arriver” ?
Rien n’est commandé et les collabos-assassins profitent des Blancs pour faire le travail à la place des racailles qui ne respectent pas nos lois, ni notre pays, ni le peuple-souche : produire en quantité des masques.
Et ça, ça commence à me gonfler sérieusement…

Arthur 68

Elles se font peut-être exploiter comme vous dites, mais elles ont plus que rendu services et éviter des contaminations par la faute de l’état !

BERNARD

Trop bon trop con..dit-on ! Non seulement un bénévole n’est pas payé, mais bien souvent il est mal considéré voire même pire..
Mais pour le couturières de boboville, c’est peut-être pour elle, comme vous le dites justement, une manière de faire pénitence pour avoir voté micron et s’acheter une “indulgence” céleste ou jupitérienne c’est selon.

Sophie Durand

@Bernard
Et ce faisant elles soutiennent Macron, après on dira qu’il y avait des masques…

Aux Armes Citoyens

Surtout que les commandés n’arrivent toujours pas à bon port ou alors, en état pitoyable…

Banana split

“Trop bon trop con”…C’est celui qui est bon qui est trop con ou bien ce sont les rapaces qui entourent ledit con ? Votre appréciation est toute relative d’autant plus que le bénvole travaille de son propre gré ( raisons philosophiques, religieuses, sentiment d’utilité, amour du prochain, rattrapage du temps perdu, etc).

BERNARD

Amour de l’arabe du coin, non merci….

JOSEPH D ARIMATHIE

tricotez tout en caca d oie . vous reconnaitrez vos poovres a la messe chantait JACQUES BREL . a lille , ils ont l air d avoir beaucoup de vielles dames socialos -cocos patronesses . OUF ca eloignera la guigne du RN ….

EPONINE

A propos de certains bénévoles :
Le bien ne fait pas de bruit. Le bruit ne fait pas de bien…

Caughnawaga

Où sont les voilées.???

Dugenou

Elles ont piscine!
Séparée évidemment.

Aux Armes Citoyens

Ben, justement, les masques c’est peut-être aussi en partie pour ces racailles paresseuses et poisseuses.

reuri

Le couillonavirus est là pour habituer les français à la pauvreté, pas besoin de fabriquer en Chine, les françaises cousent gratos, elles sont si “gentilles”. La plupart sont des femmes, cela veut il dire que les “bonnes femmes” ont une inclination naturelle pour la couture et le retour des dames patronesses ? Allo marlene schisppa l’intellectuelle fémino-comique ? Est ce que les cons qui tapent sur leurs casseroles commencent à comprendre l’escroquerie de cet enfermement ?

.Dupond1

Les grosses moukeres ne se joindront pas a ces braves femmes …et pourtant !!!

La_Soupape

Ah Sophie ! Je vous adore ! (sincèrement)

La France, ex cinquième puissance économique mondiale qui se retrouve au niveau des pays sous-développés d’Afrique !

J’vois d’ici la p’tite scène : les vieux calbutes de monsieur, la gaine trop petite de mémé et même les bandes molletières de l’arrière grand-mère, tout y passe ! Pas d’pitié ! Le tire-jus du vieux, zou ! Et pas le temps d’le laver, faut produire ! Comme c’est beau un peuple de cons qui se met à l’ouvrage, on en chialerait !

P’tain, moi quand je dois sortir la machine à coudre pour réparer ou fabriquer un truc, j’en ai des poussées d’envie de tarter tout c’qui y’a autour alors en plus pour réparer avec de la merde les conneries des politicards, ZOBI !!!

Rosalie

PTDR ! La Soupape, le San Antonio de RL ? :)

La_Soupape

J’aurais aimé être lui, mais c’est pas le cas, je suis beaucoup moins tolérant notamment sur le racisme…

Par contre, Frédéric Dard est un des rares personnage que j’estime quasi parfait, disons à 95 %…

Sophie Durand

@La_Soupape
Grand sourire !…

Vauban

Paraît-il qu’on envisage d’envoyer nos petites couturières bénévoles en Chine! Encore moins chères qu’à bas coûts.

Arthur 68

Et vous qu’avez-vous fait pour aider ceux qui étaient dans la détresse et qui avaient besoin d’un secours immédiat (dans notre cas de masques) ?

Sophie Durand

@Arthur 68
Oui, mais n’en doutez pas, Macron s’en attribuera tout le mérite…

Lire Aussi